Test You’re in the movies - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 327 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

You're in the movies



Editeur
Codemasters
Développeur
Zoe Mode
Distributeur
Microsoft Games
Genre
Mini-jeux (Party Game)
Statut
Disponible
Date de sortie
  28.11.2008
  17.11.2008
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Contenus
Classification PEGI
Mémoire
48 Mo par sauvegarde
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Prix de lancement
64,00 €

Parmi les jeux visant à conquérir toujours plus de joueurs de type casual, on retrouve You’re in the Movies, un titre développé par Zoë Mode et édité par Codemasters proposant au joueur de devenir, le temps d’une soirée, une star de cinéma. Une Xbox Live Vision, un exemplaire du soft rempli de mini-jeux et autres surprises et on est prêt à donner le meilleur de soi-même pour littéralement crever l’écran. Dans le fond, le concept n’est pas sans rappeler celui des jeux de la licence Eye Toy de Sony Computer Entertainment, mais ce You’re in the Movies, exclusif pour le coup à la Xbox 360, est-il capable de se démarquer de son « concurrent » tout en proposant un divertissement riche et intéressant ?

Direction Hollywood ! Non, demi-tour...




Reprendre le concept de l’Eye Toy (exclusif aux consoles de Sony) et l’adapter au monde du cinéma pour transformer tous les joueurs possédant une Xbox 360 en véritables acteurs était une fort bonne idée. Celle-ci a germé et Zoë Mode s’est chargé de la concrétiser. Ainsi est né You’re in the Movies qui signifie en français Vous êtes dans les films. Mais avant de pouvoir être sous le feu des projecteurs, encore faut-il préparer son matériel. On branche donc sa Xbox Live Vision à l’un des ports USB de la console, on insère la galette dans le lecteur et on suit attentivement la vidéo d’introduction tout aussi ridicule qu’hilarante avant de faire quelques réglages et autres mises au point. Dès lors on se rend déjà compte que ce ne sera pas forcément du gâteau. En effet, pour pouvoir avoir une image qui soit à peu près correcte, il faut avoir un éclairage qui soit parfait (ni trop lumineux, ni trop sombre), des vêtements qui soient si possible de couleurs différentes de celles du fond, tout ceci en évitant les miroirs, les ombres, etc. Et encore, même lorsque toutes les conditions nécessaires sont réunies et que l’on a fait le ménage pour avoir une image correcte, ce n’est pas forcément le cas. Du coup, bien que l’on se place comme il faut dans la silhouette indiquée, qu’on laisse le temps au jeu d’analyser le fond et que l’on règle quelque peu le détourage, ce dernier est grossier. Le problème c’est que ceci peut avoir deux influences sur la suite des événements : l’incrustation de notre image n’est pas vraiment satisfaisante, des parties de notre corps étant invisibles à l’écran, et la reconnaissance des mouvements et autres collisions est plus qu’approximative. Cela reste-t-il tout de même jouable ?

La réponse est oui puisque, après avoir passé toutes les déceptions liées à la technique de détourage et d’incrustation d’image, on découvre un titre permettant aux acteurs en herbe de jouer une trentaine de scénarios (qui se débloquent au fur et à mesure de la progression) de films de cinq genres différents. Il y en a vraiment pour tous les goûts et ces courts-métrages dignes de séries B, que l’on peut visionner après avoir passé quatre étapes préalables, font souvent sourire. Heureusement pour beaucoup, « le ridicule ne tue pas ». En tout cas ce qui est sûr, c’est que le budget de ces films ne devait pas dépasser celui d’un repas dans un fast-food… Enfin c’est tellement ridicule que bien souvent ça en est drôle, sans compter qu’il y a de quoi rire lorsque l’on voit son visage et/ou celui de ses amis à l’écran. Bien entendu, les étapes qu’il faut passer pour confectionner le film sont à base de mini-jeux et de prises de performances. Dans le premier cas, il faut agiter son corps devant la caméra pour donner des coups de poing tout en évitant des poteaux ou autres barres, faire semblant de courir, tirer une corde, évacuer de la fumée, etc. Dans le deuxième, on a quelques secondes pour suivre les ordres du metteur en scène qui demande généralement d’exprimer une émotion ou de faire un acte bien précis (la joie, la colère, un rire diabolique, la surprise…). Tout ceci permet au titre de faire quelques clichés ou de conserver quelques secondes de ses prestations (d’une manière totalement aléatoire malheureusement) pour les intégrer au film final, ce qui peut parfois (souvent) déclencher de véritables fous rires.

Si le titre est fort sympathique à deux joueurs, il faut bien avouer qu’en solitaire l’intérêt est vite limité et qu’à trois ou quatre la patience est de rigueur, chacun passant à tour de rôle, les parties s’éternisent et l’ambiance retombe bien vite. Reste alors une possibilité pour rallonger un tant soit peu le plaisir de jeu : le mode réalisateur. Celui-ci permet de passer derrière la caméra et de récupérer tous les passages que l’on souhaite des films proposés pour faire un montage constituant un nouveau scénario. Même si ce mode de jeu reste relativement limité, on découvre avec plaisir la possibilité de brancher son micro casque pour pouvoir jouer les voix off. Mieux encore, une fois sauvegardés, ces scénarios peuvent être joués. On note d’ailleurs qu’il est possible d’enregistrer tous les courts métrages que l’on a réalisés pour les montrer par la suite aux amis qui viennent chez soi. Une initiative plutôt sympathique même si on aurait souhaité que la sauvegarde soit un poil plus rapide.

Point complet
Partant d’une idée de base plutôt intéressante, Zoë Mode a développé un jeu au fort potentiel, mais le résultat est plus que décevant. Seul, une fois que l’on a fait la trentaine de scénarios, on s’ennuie. A trois ou à quatre, les parties s’éternisent et, finalement, l’ambiance n’est plus vraiment à la fête. A deux joueurs par contre, le titre reste plaisant et on a de quoi passer une bonne soirée. Heureusement pour lui, il y en a pour tous les goûts et, même si les scénarios sont totalement ridicules, ils font leur petit effet et les rires se font rapidement entendre. Niveau convivialité, on peut toujours compter sur une bonne fournée de mini-jeux, vite rébarbatifs à la longue. Pour prolonger un petit peu le plaisir, on peut toujours passer par le mode réalisateur (une fois débloqué) pour créer son propre scénario en rajoutant, si on le souhaite ses commentaires audio. Malgré tout, le plus gros défaut du titre vient du traitement de l’image qui est presque catastrophique si tous les paramètres ne sont pas parfaitement réglés, autant dire quasiment tout le temps. Dommage que le détourage et l’incrustation de l’image n’aient pas été bien plus travaillés, cela aurait certainement gommé quelques défauts.

On a adoré :
+ Une trentaine de courts-métrages
+ Il y en a pour tous les goûts
+ Mode réalisateur
+ Jouer à deux
+ Beaucoup de mini-jeux…
On n'a pas aimé :
- Mais vite rébarbatifs
- Jouer seul, à trois ou quatre
- Incrustation et détourage de l’image
- Sauvegarde des films un peu longue
- L’intérêt passé le cadre de la soirée


Consulter les commentaires Article publié le 24-12-08 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020