Test Yoostar2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 301 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Yoostar2



Editeur
Yoostar
Développeur
Blitz Games
Genre
Divers
Statut
Disponible
Date de sortie
  11.03.2011
  2011
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Contenus
Classification PEGI
Mémoire
2 Mo par sauvegarde
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Prix de lancement
49,00 €

En 2008, Codemasters et Zoe Mode nous ont proposé de devenir des « stars de cinéma » avec leur You’re in the movies en nous faisant jouer dans des scènes souvent ridicules. Toutefois, le résultat obtenu avec la Live Vision était très loin d’être convaincant. Deux ans plus tard, Blitz Games annonçait que la suite de Yoostar débarquerait sur les consoles de nouvelle génération. Yoostar2, de son nom, était donc censé nous permettre d’interpréter des rôles prestigieux dans des scènes plus ou moins cultes du cinéma et des séries US, le tout en se servant des capacités de Kinect. L’espoir d’avoir un résultat bien plus convaincant naissait alors... Mais le constat final est-il à la hauteur ?

Amusant et divertissant




Sur le papier, Yoostar2 a de quoi séduire les cinéphiles puisqu’il propose d’interpréter le rôle de quelques stars dans 80 scènes issues de films et séries US. De 300 à Very Bad Trip en passant pas Le Magicien d’OZ, Terminator, American Pie, Les Blues Brothers, etc., le choix semble des plus alléchants et des plus variés, surtout qu’il est composé de passages de films récents et d’autres plus anciens. Jouable en solo ou avec des amis (deux personnes maximum devant Kinect), le titre fait mouche et réussit à nous apporter de franches rigolades et de partager des moments fort sympathiques avec ses amis (plus intéressant d’en avoir d’ailleurs). En sus, nous ne sommes pas obligés de suivre le script original, nous laissant ainsi la possibilité d’improviser pour enregistrer quelques moments qui pourraient devenir cultes. Pour ceux qui préfèrent suivre le script, il suffit de bien se placer devant la caméra (pas facile, mais nous y reviendrons) et de lire les répliques associées à son personnage, le tout en soignant sa gestuelle, le timing et l’intonation. Quant à ceux qui veulent jouer les acteurs en herbe, il est même possible de sélectionner l’un des fonds disponibles (certains sont à débloquer) pour se lancer dans une improvisation totale. Histoire d’ajouter un peu de challenge, les développeurs ont même pensé à intégrer un mode défi.

Concrètement, il s’agit du seul mode principal (outre le mode partie rapide) qui demande de donner la réplique pour tenter de gagner un maximum de points. Des sortes de badges sont à débloquer à chaque fois, ils permettent de débloquer les zones de jeu suivantes pour accéder à de nouvelles scènes (même s’il y a des redites) et ainsi de suite jusqu’à le boucler. Sympathique dans le cadre de la soirée, ledit mode se finit bien rapidement pour peu que l’on regarde bien quelle scène donne droit à un bonus et que l’on joue au mieux son rôle. Autre point non négligeable, les scènes ont été localisées en français pour que les non anglophones puissent aussi profiter du soft. Une coquille trahissant un manque de finition s’est toutefois glissée dans le soft puisque les deux scènes de Kick-Ass sont restées en anglais malgré la mention « en français ». De même, lors du passage du dialecte des esclaves dans La Momie qui n’est sous-titré qu’en anglais. Reste que ceux qui apprécient les versions originales peuvent configurer leur console pour en profiter. Il est tout de même dommage de voir qu’aucune option prévue à cet effet n’ait été implantée directement dans le menu. Enfin, pour terminer avec les bons côtés de ce Yoostar2, précisons qu’il est possible d’enregistrer les prestations que l’on souhaite, sur son disque dur pour les montrer par la suite à ses amis, ou carrément de les uploader sur son Facebook et/ou son Twitter pour les partager avec tous. Le jeu de la communauté se mettant alors en place pour partager, critiquer, etc. Là encore, il est tout de même malheureux de voir que le format de sortie est bien petit. D’ailleurs, d’une manière générale, c’est la réalisation technique qui plombe le titre de Blitz Games.

Quand la réalisation plombe un concept




En effet, le point le plus attendu est assurément le détourage et l’incrustation du joueur. Or, le résultat dépend très fortement de l’environnement dans lequel on joue puisqu’il peut s’avérer tout juste moyen à très correct avec un bon éclairage homogène et un fond dégagé, ou alors complètement catastrophique avec des portions de notre corps qui s’effacent plus ou moins. Même avec les meilleures conditions possibles (dans le cadre d’un environnement de la vie de tous les jours du moins), le constat reste relativement décevant, tout le monde n’ayant pas chez lui un fond vert et un éclairage professionnel. Dans le même ordre d’idée, la déception se fait clairement sentir sur l’aspect sonore. En effet, le micro incorporé à Kinect n’est pas de bonne qualité, ce qui donne des retranscriptions loin d’être agréables à l’oreille. L’un dans l’autre, le rendu final d’une scène peut être tout bonnement ridicule, voire calamiteux. Il en va un peu de même au niveau de la reconnaissance puisque celle-ci s’avère très aléatoire. A la manière d’un Lips ou d’un SingStar, il suffit simplement d’être dans le tempo et de bien jouer avec son intonation pour décrocher les meilleurs scores, sans forcément dire la bonne réplique. Disons que le système de notation est très permissif, et ce même lorsqu’on doit jouer des répliques annoncées comme difficiles. Quant au cadrage, là encore il est difficile d’obtenir un résultat satisfaisant. Non seulement il faut réussir à placer Kinect à hauteur de poitrine (pas évident selon son installation), mais en plus on éprouve des difficultés à rentrer dans le moule de la silhouette, certaines demandant des plans rapprochés non compatibles avec la distance demandée pour utiliser l’accessoire de manière optimale.

Reste la possibilité de zoomer, mais la déception est de mise. On tente donc de faire avec ce que l’on a mais la réalisation finale est loin de nous satisfaire pleinement. Pour continuer avec cette frustration liée à un sentiment de développement bâclé, on souligne le fait que les scènes, au nombre de 80, ne représentent en rien un contenu aussi satisfaisant que le papier le suggère. Effectivement, les extraits sont très courts, varient en moyenne d’une trentaine de secondes à une minute et certains ne permettent que de placer deux ou trois répliques, sans plus. Lorsqu’on sait en sus que les passages ne sont pas toujours les meilleurs du film en question et que l’on remarque que d’autres scènes sont proposées en DLC (à environ deux euros pièce, un poil moins en packs), on ne peut que se dire que les développeurs auraient pu faire un effort pour garnir la galette. Après tout, on fait bien rapidement le tour du menu de base, laissant le jeu très agréable dans le cadre d’une soirée, mais sans plus. Enfin, on remarque aussi que les développeurs n’ont fait aucun effort d’enrobage puisque les extraits sont lâchés comme tel, sans aucune indication sur le film ou la série. On ne retrouve même pas le minimum syndical qui aurait été une sorte de fiche résumant les informations principales autour de l’œuvre. La cerise périmée sur le gâteau, c’est le menu qui, en plus d’être simpliste, se révèle peu ergonomique. La sélection est loin d’être toujours des plus précises et le curseur ne sait plus où donner de la tête pour peu que l’on bouge un tant soit peu les deux mains en même temps.

Point complet
Yoostar2 est un titre qui arrivera à séduire les moins regardants grâce à son concept attirant un capital sympathie non négligeable. Pouvoir interpréter des scènes plus ou moins cultes de films et séries US, le tout en nous laissant l’opportunité d’improviser et de partager le résultat final avec ses amis et sur les réseaux sociaux, il n’en faudra pas plus pour séduire une bonne partie des cinéphiles. Ces derniers sont d’ailleurs invités à paramétrer leur console pour profiter des versions originales, même si on apprécie l’effort fait pour la localisation (excepté pour la coquille sur les scènes de Kick-Ass). Toutefois, le bébé de Blitz Games déçoit sur bien des points, à commencer sur la durée (très courte) des extraits, sur l’incrustation et le cadrage demandant des conditions optimales quasi impossibles à avoir dans sa chambre ou son salon, sur la qualité sonore peu appréciable, sur le fait que certaines scènes ont été mal choisies et que l’on nous invite déjà à se procurer des DLC au tarif relativement élevé. Au final, on obtient un soft qui peut valoir le coup pour une soirée ou deux, le temps de délirer seul ou avec des amis, mais sans plus. Mieux vaut donc déjà être équipé de Kinect et le trouver à une vingtaine d’euros, une trentaine tout au plus, pour se faire plaisir. Dans les autres cas, autant passer son chemin.

On a adoré :
+ Amusant à plusieurs
+ Passages de films variés
+ Enregistrer et partager ses scènes
+ Pouvoir improviser
+ Des scènes plus ou moins cultes
+ Localisation pour les francophones
+ Jouer avec la VO…
On n'a pas aimé :
- Seulement en paramétrant la 360
- Coquille avec Kick-Ass non localisé
- Certaines scènes mal choisies
- Extraits très courts
- Et déjà pas mal de DLC
- Qualité sonore peu appréciable
- Nécessite des conditions optimales…
- Sinon cadrage et incrustation décevants
- Navigation dans les menus à revoir
- Intérêt limité au cadre d’une soirée ou deux


Consulter les commentaires Article publié le 20/03/2011 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020