Test Worms WMD - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 126 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Worms W.M.D



Développeur
Team 17
Genre
Stratégie Tour par tour
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.08.2016
  23.08.2016
Nombre de joueurs
1 à 6
Classification PEGI
Prix de lancement
29,99 €

Après plus de deux décennies de présence dans le monde vidéoludique, on ne présente plus la série à succès Worms. Pour les néophytes, il s’agit d’un jeu de combat stratégique en 2D au tour par tour dans lequel des vers de terre s’affrontent à coups d’armes de poing, d’armes de destruction massive et de tout un arsenal d’armes déjantées dans des décors totalement destructibles, sans oublier les dialogues grotesques et hilarants. Pour beaucoup (comme moi), cette série a bercé notre plus tendre enfance. C’est donc avec un certain enthousiasme que les fans peuvent à nouveau s’adonner à Worms, cette fois sur Xbox One. Au cours des années, la série a tenté de se réinventer en passant à la 3D, avec un succès mitigé. Pour célébrer les 25 ans de la série, les développeurs ont sorti un énième opus le 26 août dernier. Alors, on peut légitimement se poser la question : est-ce que la Team 17, studio derrière la série, peut encore nous surprendre ? Worms W.M.D., simple recyclage ou opus incontournable ?

On vous ressert un ver ?



Worms W.M.D se joue aussi bien en solo qu’en multijoueur. Au passage, profitons-en pour signaler que des contenus téléchargeables sont disponibles, et ce gratuitement (fait assez rare pour être souligné) ! En même temps, vu le prix du jeu à sa sortie (50/60 euros), ce n’est pas un mal. Dorénavant, le titre a considérablement baissé de prix (20 euros en support physique et 30 euros sur le magasin en ligne de Microsoft). Intéressons-nous d’abord à la partie solo. Celle-ci se décompose en 3 parties bien distinctes : l’entraînement, les missions et les challenges. Alors que les premiers entraînements vous paraitront d’une simplicité déconcertante, la difficulté va crescendo, en particulier si vous souhaitez décrocher toutes les médailles d’or. En effet, les 20 entraînements sont chronométrés et des médailles sont décernées suivant la rapidité avec laquelle vous parvenez à terminer l’épreuve (or, argent, bronze ou rien). Tandis que les 10 premiers exercices sont à la portée du plus grand nombre, les 10 suivants donneront franchement du fil à retordre. Rassurez-vous, les médailles sont uniquement là pour attiser l’esprit de compétition et augmenter le challenge, elles ne bloquent d’aucune manière la progression dans le jeu.




Vous pouvez d’ailleurs démarrer dès le début les missions si vous jugez l’entraînement superflu ou rebutant. Le jeu propose 30 missions, assez variées mais toujours assez scriptées. Les niveaux s’enchainent autour de diverses thématiques mais la difficulté progresse d’un seul coup. Pour les plus téméraires, il vous faudra faire preuve de beaucoup de persévérance pour venir à bout des 10 derniers niveaux et décrocher les médailles d’or. Seul un enchainement bien spécifique d’actions vous permettra de survivre les premiers tours. Des cinématiques complètement déjantées viennent ponctuer l’histoire. Là encore, le système de médaille est présent mais se base sur l’accomplissement d’objectifs secondaires, et non sur la rapidité du joueur. Enfin, le mode challenge est très fun car il met en scène des situations très particulières, souvent en 1 vs 1, où les possibilités sont extrêmement restreintes, au cours desquelles vous devrez faire preuve d’une grande imagination pour vaincre un adversaire souvent passif mais hors de portée. Ce mode est vraiment déstabilisant car il vous sortira de vos habitudes en vous obligeant à agir de manière créative et à contre-courant, de quoi renouveler votre esprit de stratège !

Ver l’infini et l’au-delà



Par exemple, franchir un fossé en se frappant avec une batte de baseball ou encore exploser sur une mine pour pouvoir sauter plus haut. A noter que les mises à jour/contenus téléchargeables ont ajouté des missions bonus supplémentaires, certaines mettant à l’honneur d’autres licences du jeu vidéo. Le mode multijoueur, quant à lui, est une déception. Habitué des Worms sur le Xbox Live depuis l’époque de la Xbox 360, j’étais familier avec la pléthore de modes multi et une fréquentation en ligne honorable. Ici, il n’en est rien : les joueurs s’affrontent sur des matchs à mort classiques, soit en partie classée, soit en partie standard. On peut choisir un niveau de difficulté des adversaires mais, faute de joueurs, cela devient inutile puisqu’on se retrouve bien souvent mis en relation avec l’unique joueur présent en ligne, après plusieurs minutes de patience. Un sort bien triste pour un jeu aussi réussi, car ce nouvel opus de Worms réserve bien des surprises ! Au menu, vous découvrirez une palette d’armes tout simplement gigantesque (80+). On retrouve d’une part tous les grands classiques qui ont fait les beaux jours de la série (Armageddon, vieille femme, sainte grenade, etc.) mais surtout un paquet de variantes (âne enragé, le super mouton barbecue, etc.) et de nouvelles armes (cadeau empoisonné, attaque satellite OMG, batterie surchargée, etc.).




Cela ouvre un champ des possibles très vaste pour les joueurs. Impossible d’avoir le sentiment de tourner en rond… Mais la surprise ne s’arrête pas là car on va maintenant s’attaquer à LA véritable innovation du jeu que je réservais pour la fin de ce test : les véhicules et les armes fixes. A ma connaissance, il s’agit du premier Worms proposant au joueur de prendre le contrôle de véhicules et d’armes fixes. Vous aurez le loisir de piloter un hélicoptère, de prendre place à bord d’un Mecha ou d’un char d’assaut, ou encore d’être au commande d’un tunnelier (avec le nouveau DLC). Cela apporte une petite touche de fraicheur bienvenue, même si cela ne change pas radicalement la donne dans la manière d’aborder le jeu. Pour les armes, vous aurez l’embarras du choix : sniper, mitrailleuse, lance-flammes et mortier ! Au niveau de la customisation des équipes, le jeu est dans la lignée de ses ainés avec une douzaine de costumes, voix, tombes. Concernant les graphismes, ils sont soignés mais j’ai été surpris de constater des freezes et des baisses de frame rate de manière assez récurrente. Il y a de quoi être surpris car les générations de consoles défilent, tandis que les graphismes de cette série stagnent plus ou moins. La caméra peut aussi parfois être capricieuse, notamment lorsque vous êtes en train de zoomer et que le jeu vous recentre brutalement sur un autre endroit du plateau.

L’avis perso de CeLtic Xwilll // Un solide Ver solitaire

J’ai retrouvé avec plaisir une série qui m’était chère, que j’ai suivie depuis plus de 15 ans en découvrant Worms Armageddon sur PC, puis les rééditions sur Xbox 360. Pour les besoins de ce test, je me suis attelé à finir entièrement le mode solo, chose que je n’avais jamais entreprise sur les précédents opus. Étonnamment, alors que je craignais de m’ennuyer, j’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans chaque niveau et à élaborer des stratégies loufoques pour vaincre mes adversaires. Au final, à cause de l’absence de modes de jeu variés et surtout de joueurs, heureusement que le solo était là pour me tenir en haleine. Mon conseil serait donc le suivant : si vous avez des amis possédant le jeu ou que vous recevez des gamers, ne passez pas à côté, ce sera un franc moment de détente et d’amusement. En revanche, si ce n’est pas le cas, vous devrez vous contenter du mode solo, conséquent et bien fichu. Pour moi, ce jeu sera donc un souvenir en demi-teinte, faute d’avoir pu partager des parties endiablées avec d’autres joueurs.

Critique rédigée par CeLtic Xwilll // Membre XG+


Point complet
Pour conclure, Worms W.M.D se présente comme un digne successeur. Il innove avec les véhicules/armes fixes et son arsenal ultra complet, sans pour autant dénaturer l’esprit qui a fait les beaux jours de nos chers petits vers. On peut regretter le cruel manque de modes de jeu en multijoueur et l’absence de cross-platform pour parvenir à trouver des joueurs en ligne. Toutefois le mode solo est long et très prenant, conférant au jeu une solide durée de vie solo (> 24h).

On a adoré :
Des véhicules !
Nouvelles armes drôles et inattendues
Mode solo varié et parfois difficile
Le mode challenge pour se triturer les neurones
Plus comique et déjanté que jamais
On n'a pas aimé :
Un seul mode multijoueur
Online désert
Parfois trop chorégraphique


Consulter les commentaires Article publié le 06/05/2017 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017