Test Warparty - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 210 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Editeur
Warcave
Genre
Stratégie
Statut
En développement
Date de sortie
  28.03.2019
Nombre de joueurs
1

Développé et édité par Crazy Monkey Studios et Warcrave, Warparty est un jeu de stratégie en temps réel. Il est sorti en premier lieu sur PC fin 2018 en accès anticipé. Aujourd’hui, il débarque sur notre Xbox One. Prenant à contrecourant les RTS actuels, situant l’action dans le futur ou dans un mode heroic fantasy, Warparty nous place lui à l’âge de pierre dans un monde rempli de Dinosaures et autres autochtones prêts à en découdre !

Un RTS intéressant et bien fait



Le RTS de Crazy Monkey Studio propose différents modes de jeu allant de la campagne à l’escarmouche, en passant par un mode survie et un tutoriel (le multi arrivera prochainement). C’est en premier lieu sur ce tuto que nous allons nous attarder. Bien que bref (comptez une dizaine de minutes à tout casser), celui-ci est assez concis et donne des bases niveau gameplay RTS à la manette, la séquence proposée couvrant une grande majorité des possibilités de base. Rien de superflu, ni de farfelu, cela permet de prendre ses marques assez rapidement. C’est toujours un mode bienvenu d’autant qu’il n’est clairement pas obligatoire.
    Le mode campagne donne le choix de la faction au joueur, parmi trois, via le choix d’un héros de base :
  • Mika et les Sylvestres, la troupe de barbares du coin.
  • Vithara, le shaman / druide du coin qui a des affinités avec les animaux sauvages et les sanctuaires.
  • Char et des nécromants, qui a la possibilité de générer des zombies après chaque kill !
Chacun de ces héros, chacune de ces factions, dispose de sa propre campagne, avec des éléments de gameplay, talents et capacités propres et différents ! Vithara permet même de tanner des bêtes sauvages pour en faire votre propre armée. A la manière d’un Warcraft 3, avec Arthas, nous contrôlons notre armée et son héros pour mener à bien nos missions. Chaque campagne commence via une mission « tuto » qui présente quelques spécificités liées à la faction choisie. Bien entendu, il vous suffit de remplir vos différents objectifs, tout en gardant votre héros en vie, la mort de votre protagoniste signifiant la fin de la partie et la reprise de la mission depuis le début. Il existe différents paliers de difficulté (6-7 échelons) pour moduler le challenge. A noter que la difficulté standard est plutôt bien tunée pour proposer du fun sans pour autant rouler sur le titre. Cette difficulté nous a même joué quelques tours. Manette dans les mains, la prise en main est assez rapide. On accède facilement aux différents menus utiles avec les gâchettes, surtout après le mode tuto proposé initialement. L’interface, bien que semblant chargée de premier abord, est dans la norme des anciens RTS dont le jeu s’inspire clairement. On est dans le passé en tout (bon) point. On se prend vite au jeu de la récolte des différentes ressources nécessaires pour de nouvelles constructions, améliorations de nos structures, tout en conservant un œil sur la map et nos unités de combat qui devront également être recrutées via des caserne et co.

A chaque fois que votre héros passe un palier dans sa progression, il vous est demandé de choisir entre deux talents/passifs alors octroyés. Ces améliorations apportent des bonus plutôt sympathiques au joueur, sans être surpuissants. Chacun des héros possède des capacités uniques à fort temps de « rechargement », ce rechargement étant soumis à la collecte d’une ressource rare. Ces capacités sont donc à utiliser avec parcimonie et de façon réfléchie. Allant du heal de groupe à la pluie de météores, ces sorts peuvent renverser un affrontement si le joueur l’utilise correctement. Les affrontements peuvent, quant à eux, se montrer quelque peu brouillons. En effet, il n’est pas toujours aisé de jouer différemment que « tous sur la même cible ». Le joueur a plus souvent tendance à prendre l’armée complète et y aller cible par cible que de faire des sélections multiples ci et là pour donner des ordres différents. Manette oblige, ce n’est pas aussi ergonomique que sur PC avec une souris… mais attention ce point est clairement inhérent aux RTS sur console et n’est clairement pas spécifique à Warparty. Chacune des campagnes est assez plaisante à jouer, sans pour autant proposer un scénario hors norme. Le jeu se laisse tout de même parcourir avec un plaisir non dissimulé, celui de retrouver des sensations à l’ancienne. Nous rencontrerons d’ailleurs plusieurs autres factions qui viendront nous assister dans notre quête. Il faudra quelques dizaines d’heures pour parcourir le contenu de la campagne en profitant du titre. Le mode escarmouche propose des matchs à deux ou quatre sur trois modes de jeu. Il dispose de quatre maps pour du 1v1 et quatre maps pour du 2v2. Actuellement disponible uniquement contre des IA, le mode multi en ligne est attendu pour la sortie du jeu ou peu après (donnée de l’éditeur), ce qui est un peu dommage pour le coup.

Le mode survie, quant à lui, demande au joueur de survivre face à des vagues d’ennemis de plus en plus costauds et d’aller scorer au max ! Original en somme, il donne du fil à retordre aux fans de scoring. Warparty propose différents environnements et maps plus ou moins cool, ce qui permet de ne pas avoir l’impression de tourner en rond sur le titre en allant de mission en mission ou de partie en partie. Au niveau de la technique et du rendu, le jeu propose un aspect graphique intéressant et plutôt sympa. Les unités sont assez détaillées, avec possibilité d’avoir une vue zoomée, sans être un jeu au niveau d’un Total War Warhammer. Rappelons-nous simplement qu’il ne s’agit pas non plus du même budget, ni du même prix de vente. Le jeu s’est montré fluide dans la majorité des cas, bien que nous ayons rencontré quelques freezes assez conséquents, notamment sur un chargement qui faisait passer notre héros dans une arène pour du 1v1. Manque de bol, Mika, notre héros, s’est retrouvé dans une zone de feu et a perdu une partie de sa vie menant au final à sa mort. L’IA ne montre pas de réel défaut, ni de particularité exceptionnelle. Sa réaction est souvent basique mais juste. Du coup, on apprécie de ne pas avoir une IA aux fraises sur laquelle nous déboulons avec notre armée sans avoir la moindre résistance. Le jeu est en VOSTFR quasi-intégralement, certains textes persistant en anglais. Espérons une correction rapide sur la localisation. Selon la taille de votre écran, la taille de certains textes peut se montrer problématique. Lors de notre test sur une UHD 55’, certains écrits sont ressortis sur une police un poil trop petite, ce qui pourrait être une gêne pour les utilisateurs qui n’ont pas une vue optimale. A noter la présence d’un wiki en jeu (vous avez bien lu) qui vous servira de genre de Codex, en donnant tout un tas d’infos sur votre héros, ses possibilités, vos structures, leurs améliorations possibles, etc. Il est bon de noter que ce wiki est réellement complet.

L’avis perso d’Hervé // Bon RTS à l’ancienne !

Je suis resté, personnellement, bloqué sur les Warcraft 2 & 3 qui sont clairement mes références avec lesquelles j’ai retrouvé quelques similitudes dans Warparty, pas forcément directes mais tout de même. Le titre a donc été une jolie petite surprise inattendue. Le RTS propose une expérience sympathique, notamment via la présence de trois héros, ayant chacun sa spécificité. De facto, il y a trois campagnes différentes permettant de varier les plaisirs en jeu, comme d’avoir une armée composée de T-Rex et tricératops sous nos ordres, prêts à mettre à mort nos ennemis ! Le choix de l’époque apporte un petit vent de fraicheur clairement bienvenu. L’IA sait se montrer vindicative et dangereuse et la mort (donc la fin de la partie) n’est pas loin tout en restant accessible. Le fait de proposer un tuto, bref et concis, permet au joueur d’appréhender le jeu et de ne pas se retrouver à poil une fois une partie lancée, connaissances qui peuvent être approfondies via le wiki présent. Visuellement, le jeu est cool et assez varié, ne donnant donc pas l’impression que chaque partie est une pâle copie de la précédente. Il est tout de même dommage que la copie ne soit pas parfaite côté technique, réussissant à avoir des freezes, même sur Xbox One X, quelques soucis de localisation ou encore des textes écrits en petite taille, avec des affrontements un peu brouillons par moment laissant la main à un « free for all, j’ai balancé l’armée dans le tas, on gère juste des prios ». Espérons quelques corrections sur la version console, mais il suffit de voir la roadmap et le suivi sur Steam pour voir que le studio semble peaufiner régulièrement son titre. Aucune raison que cela ne soit pas le cas sur console. Il est aussi dommage que le mode multi ne soit pas assuré day one car soyons honnête, tout comme les FPS, nous aimons parcourir les solos/campagnes mais aimons également nous foutre sur la tronche en multi ! Si vous aimez les RTS, teintés d’oldschool et à l’ancienne, type Warcraft 3, dans lesquels vous devez gérer votre champion en plus de votre armée standard, je ne peux que vous le conseiller. Si vous cherchez un jeu qui sort des sentiers battus de ce que nous avons régulièrement sur console, Warparty pourrait clairement vous intéresser surtout quand on voit son petit prix (25 euros).


Point complet
Warparty est une belle petite surprise. C’est un RTS à l’ancienne qui apporte un petit vent de fraîcheur en nous renvoyant à l’âge de pierre. Le tutoriel permet de bien appréhender les commandes, les menus sont facilement accessibles et tout est fait pour que l’on puisse bien en profiter avec une manette dans les mains, même si ça reste moins optimal qu’avec le combo clavier/souris. Toujours est-il que la difficulté est bien dosée, que les trois héros permettent de profiter de trois campagnes et que plusieurs modes de jeu ajoutent des heures au compteur, sans parler de toutes les informations regroupées dans le wiki. Reste tout de même des combats parfois un peu brouillons, un aspect on attaque cible par cible et quelques éléments techniques à corriger. Le plus gros défaut, pour le jour de la sortie du moins, reste quand même l’absence du mode multi. Dommage même si certains lui pardonneront rapidement cet impair pour deux raisons : la première c’est que le mode multi arrivera plus tard si tout va bien, la deuxième c’est que le jeu est proposé à 25€ seulement, un prix plutôt doux.

On a adoré :
L’époque choisie
3 héros, 3 campagnes
Prise en main rapide
Plusieurs modes disponibles
Un tuto et un wiki !
Rendu visuel global sympa
Durée de vie
Difficulté bien dosée
Petit prix (25€)
On n'a pas aimé :
Combats des fois un peu brouillons
Freeze même sur One X
Quelques textes trop petits
Où est le mode multi ?


Consulter les commentaires Article publié le 28/03/2019 par Hervé D.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019