Test Virtua Fighter 5 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 161 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Virtua Fighter 5



Editeur
Sega
Développeur
Sega-AM2
Genre
Combat
Statut
Disponible
Date de sortie
  26.10.2007
  30.10.2007
  06.12.2007
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Jeu en ligne
- Contenus
- Classements
Classification PEGI
Mémoire
600
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
70,00 €

Depuis ses débuts, la saga des Virtua Fighter a tenté de mettre en avant le réalisme des combats en incluant, épisode après épisode, de nouveaux ingrédients miracles. Yu Suzuki, toujours aussi désireux de remettre en avant sa série fétiche, nous propose une version haute définition de la série des jeux de baston la plus technique mais aussi la plus passionnante à ce jour : Virtua Fighter. Quelques mois après la sortie de la version PlayStation 3, Virtua Fighter 5 débarque sur Xbox 360 avec un ajout de taille : un mode Xbox Live, mais une question brûle toutes les lèvres, ce mode a-t-il vraiment sa place dans un jeu aussi technique ? C’est ce que vous découvrirez en consultant le test complet ci-dessous.


[XG TV] Test vidéo

56.85 Mo

Riche et prenant




Difficile de succéder à un titre aussi bon que Virtua Fighter 4 : Evolution que les possesseurs de PlayStation 2 avaient pu se procurer il y a quelques années déjà… Et pourtant, bien décidé à nous faire oublier les quelques remous causés par le troisième et le quatrième opus de la série, AM2 s’est mis en tête de faire renaître de ses cendres encore chaudes la série des Virtua Fighter en lui permettant de refaire ses preuves sur une console de nouvelle génération.

D’entrée de jeu, Virtua Fighter 5 impressionne. Tant au niveau des graphismes qu’en ce qui concerne son gameplay peaufiné à l’extrême. Néanmoins, le cœur du titre ressemble comme deux gouttes d’eau à ceux des précédents épisodes. Il faut dire que la série n’a que très peu évolué depuis ses débuts, se contentant tant bien que mal de faire passer la technique avant l’esthétique. Cela se remarque d’ailleurs dans les menus, divisés en fonction des modes de jeu, paramètres, etc.

Outre le fameux Dojo, qui n’est rien d’autre qu’une salle d’entraînement, le joueur pourra s’essayer à un mode duel, découvrir de nouvelles tenues, bonus et autres coupes de cheveux dans le mode personnalisé (moyennant quelques pièces à gagner, bien entendu), et se lancer dans le mode solo scénarisé, répondant dans le cas présent au nom de Quête.

Celui-ci représente sans aucun doute le centre névralgique de la série. Il propose de participer à divers combats, en présélectionnant d’abord le niveau de difficulté, après quoi vous devrez vous jeter dans la bataille. Une fois votre opposant hors d’état de nuire, vous recevrez une certaine somme ainsi qu’une amélioration de votre rang qui grimpera au fil de vos victoires. Bien entendu, un mode Arcade, plus traditionnel, est également de la partie, lequel satisfera sans doute plus les débutants que les réels amateurs de baston qui passeront la plupart de leur temps à améliorer leur rang et à déverrouiller quantités de bonus…

Au total, on peut incarner pas moins de 18 personnages, féminins et masculins. Chacun d’eux dispose bien entendu de son propre style de combat, avec en vrac du kung-fu, du catch et même l’inévitable technique de l’homme ivre, décidément très en vogue ces derniers temps… Au niveau des nouveautés, on retrouve la charmante Eileen qui se bat grâce aux techniques du Kou-Ken, mais aussi et surtout El Blaze, un catcheur venu du Mexique utilisant la technique du Lucha Libre. Deux personnages qui n’amènent finalement rien de très original au panel déjà étoffé de héros, mais qui permettent néanmoins de faire varier les plaisirs le temps de quelques combats…

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les fans de la série seront aux anges avec ce nouvel opus de la saga ! Des arènes variées et agréables au regard, de nombreux personnages qui disposent chacun de leur propre technique de combat, des rencontres parfaitement équilibrées et des mouvements toujours aussi réalistes… On ne peut que saluer le savoir-faire d’AM2 qui nous prouve encore une fois que le réalisme peut encore vaincre le sensationnel. Car, comme la plupart d’entre-vous le savent, Virtua Fighter est avant tout une série qui met l’accent sur le réalisme des combats et votre capacité à parer les coups de votre adversaire. Inutile d’imaginer de splendides chorégraphies à la Dead or Alive ou de voir déjà des flammes monter du sol, Virtua Fighter se révèle avant tout être une simulation de combat. Dans de telles circonstances, il est facile de comprendre qu’il est nécessaire de beaucoup s’exercer avant d’atteindre un bon niveau. Et Dieu sait à quel point cette technique fait du bien dans un monde qui ne vit plus que pour le tape à l’œil et le gigantisme. Simple mais complet, classique mais réaliste, difficile mais accessible, Virtua Fighter 5 se révèle sans aucun doute comme le jeu de combat le plus passionnant de ces dernières années…

Quelques nouveautés




Niveau durée de vie, les amateurs de challenges seront ravis. Car non seulement Virtua Fighter 5 est un jeu relativement difficile à prendre en main, mais en plus, il offre un niveau de difficulté assez élevé. Un néophyte risque en effet d’éprouver de grosses difficultés à porter le moindre coup à un adepte de la série qui retrouvera rapidement ses marques. Dans de telles circonstances, il est très simple de comprendre que Virtua Fighter 5 nécessite un entraînement régulier et une réelle volonté de progression. Néanmoins, si les débutants devraient passer nettement moins de temps que les fans, ils devraient tout de même apprécier la variété des styles de combat disponibles et l’élégance des chorégraphies des différents protagonistes, tous aussi charismatiques les uns que les autres. Quant au mode solo, il s’avère plutôt agréable à parcourir, avec de nombreux challenges et duels qui vous pousseront encore et toujours à améliorer vos compétences de combattant et à apprendre de nouveaux coups.

Outre des graphismes un petit peu plus fins et quelques nouveaux accessoires à grappiller dans le mode quête, cette version Xbox 360 apporte surtout une nouvelle fonctionnalité de taille : le support du online. Malheureusement et comme on pouvait s’en douter, même avec une connexion en 10 Méga, il est plus délicat de porter ses coups avec autant de précision que si l’on jouait sur la même console. Même si les développeurs ont vraiment optimisé le service, il faut reconnaître que pour les véritables connaisseurs, ce n’est pas encore suffisant puisque la technique perd carrément sa place. Seuls les personnages un peu rapides seront alors vraiment efficaces. De même, si l’idée de faire des parties classées ou non est plutôt bonne, on regrettera tout de même l’impossibilité de faire une revanche contre un adversaire qui nous aurait surpris lors d’une partie classée. Au final on sent que les développeurs ont fait des efforts pour compenser les six mois de retards mais, à vrai dire, on n’en attendait pas moins. Ca suffira certainement pour beaucoup mais les habitués risquent bien de bouder ce mode qui ne permet pas d’exploiter toutes ses réelles compétences, du moins autant qu’on le souhaiterait, surtout si un adversaire a en plus une connexion un peu plus faiblarde, auquel cas on frôle la catastrophe.

Quoi qu’il en soit, le bon vieux mode multijoueur sur un seul et unique écran est toujours de la partie, ce qui rassurera encore les quelques indécis qui traînent sur cette page. Reste qu’on aurait tout spécialement apprécié un service online parfait, ce qui relève plus de l’utopie que d’autre chose. Malgré tout, le mode permettra de monter de niveau pour dépasser le premier, cinquième voire même arriver au dixième dan. Le tout en engrangeant des points permettant un classement mondial. Plutôt sympa pour savoir quel est vraiment son niveau.

D’une beauté subliminale




D’un point de vue purement technique, Virtua Fighter 5 s’en sort très bien, avec une bande sonore en parfait accord avec l’univers du jeu, des voix très crédibles et un moteur graphique permettant d’afficher des décors et personnages extrêmement bien modélisés. Même si cette version 360 propose des textures plus fines, ce n’est en rien transcendant puisque la version d’il y a six mois sortie sur la console concurrente était déjà magnifique. On a donc un jeu vraiment très beau qui ravira les rétines de tous les joueurs qui s’y essayeront.

Reste que le titre est et demeurera un jeu de baston très classique, avec un design vu et revu, des niveaux qui ne proposent que très peu d’interaction et une mise en scène qui nous rappelle les débuts du jeu vidéo 3D. Ca plait ou ça ne plait pas. Quoi qu’il en soit, le réel intérêt ne se situe pas dans la beauté des choses, ni même dans la mise en scène, mais bel et bien dans le gameplay qui se situe à deux doigts seulement de la perfection. Et de ce point de vue là, Virta Fighter 5 arrive sans difficulté à convaincre n’importe quel amateur de combat. Pari gagné pour Sega et AM2 !

Point complet
Si Virtua Fighter 5 fera frémir d’envie la plupart des amateurs de jeux de combat 3D, on regrettera tout de même que le mode en ligne ne soit pas si idéal que ça. C’est toujours mieux que rien et ça n’empêchera pas les moins regardants de s’amuser, mais les fins connaisseurs constateront que malgré la bonne volonté des développeurs, la latence reste encore un peu trop élevée (surtout si l’adversaire a une connexion un peu en deçà de ce qu’il faudrait). Malgré tout, Virtua Fighter 5 compense par un mode solo complet et une profondeur de jeu jamais égalée. Inutile de dire que le pari est réussi pour Yu Suzuki et son équipe qui nous offrent un divertissement nettement plus prenant que la plupart des jeux de baston disponibles sur le marché. Reste quand même que tout le monde n’appréciera pas forcément le gameplay qui demande une bonne maîtrise technique pour vraiment en profiter.

On a adoré :
+ Gameplay riche et précis
+ Mode solo très complet
+ Personnages modélisés à la perfection
+ Prenant au possible
+ De nombreux combattants
+ De nouveaux objets
+ Mode Xbox Live…
On n'a pas aimé :
- Peu satisfaisant pour les fins connaisseurs
- Pas de revanche en mode classé
- Les arènes, un peu vides…
- L’interactivité limitée


Consulter les commentaires Article publié le 25-10-07 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017