Test Unreal Tournament 3 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 243 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Unreal Tournament 3



Editeur
Midway Games
Développeur
Epic Games
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  04.07.2008
  07.07.2008
Nombre de joueurs
1
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Futuriste

Alors que les deux séries d’Epic Games, Unreal (orientée solo) et Unreal Tournament (orientée multijoueur), ont évolué pendant quelques temps en parallèle, les développeurs ont décidé, avec l’arrivée de la nouvelle génération de jeux, de créer un « nouveau titre » regroupant les deux licences cultes. Ainsi est né Unreal Tournament III. Ce dernier a fait le bonheur des joueurs PC. Trois mois plus tard il débarquait sur PlayStation 3 en exclusivité temporaire. Mais aujourd’hui, la version Xbox 360 est enfin disponible et tous les joueurs possédant la dernière née de Microsoft peuvent en profiter. Reste alors à savoir si cette version qui arrive sur 360 avec quelques mois de retard a suffisamment d’atouts pour se démarquer des autres jeux du genre qui sont bien nombreux…

Tous pour un, chacun pour sa poire




Bonne nouvelle pour tous les joueurs solitaires, Unreal Tournament III se pare d’un mode campagne des plus alléchants, du moins sur le papier. Mauvaise nouvelle, celui-ci est finalement bien décevant. En effet, s’il est agréable d’avoir le droit à quelques mises en scène qui créent une sorte de fil conducteur, il est dérangeant de s’apercevoir qu’au final ce mode campagne ne propose qu’une succession prédéfinie de parties disponibles en « Action immédiate » ou en multijoueur. Néanmoins, il permet de s’habituer au gameplay et de renforcer ses réflexes pour ne pas être complètement ridicule lors des parties à plusieurs. Une sorte de gros tutorial qui divertira quelques instants. Après quoi, tous les joueurs pouvant connecter leur console à Internet se jetteront sur l’excellent mode multijoueur.

Même si aux premiers abords celui-ci semble bien classique avec du Deathmatch (seul et équipe), de la Capture du drapeau (à pied et en véhicule) et du Duel, il faut bien reconnaître que les développeurs ont fait l’effort d’ajouter un mode Guerre des plus intéressants. Demandant de relier des Nodes entre eux, de les protéger grâce à une sphère et d’aller détruire le Node ennemi tout en protégeant le porteur de sphère de son équipe, ce dernier rajoute un petit côté stratégique dans ce monde de brute. Un petit plus qui permet de varier les plaisirs. Si certains peuvent se plaindre qu’il n’est possible de jouer qu’à seize sur une même carte, d’autres se diront que c’est déjà bien suffisant et que cela n’empêche en rien de s’amuser. De plus, cette version Xbox 360 se pare d’un atout de taille : un mode deux joueurs en écran splitté. Un petit plus non négligeable auquel il faut ajouter de nouveaux personnages et cinq cartes supplémentaires. Si ce contenu additionnel exclusif à la version de Microsoft est des plus satisfaisants, il faut bien avouer qu’il ne remplacera jamais le système des mods des versions PC et PS3. Résultat, il faut se contenter des quelques ajouts des développeurs en se disant qu’il sera impossible de jouer avec une réplique de Cloud ou du Master Chief en tirant quelques roquettes dans un monde inspiré par les Lego… Même s’il y a déjà de quoi s’amuser, il est quand même regrettable de savoir que l’on ne pourra pas faire évoluer sa version du jeu une fois que l’on aura fait le tour des personnages et autres cartes présents sur le disque.

Clavier/souris 0 - 1 manette ?




Notons au passage que les développeurs ont légèrement ralenti le rythme du jeu par rapport à la version PC pour que les amateurs de jeux bourrins à souhait puissent le prendre en main sans aucun problème, une manette n’offrant pas la précision d’un combo clavier/souris. Malgré tout, tout le monde s’accordera à dire que le gameplay est quasiment irréprochable. C’est nerveux, intensif et même si on meurt, on « respawn » en suivant pour repartir de plus belle à l’assaut. Au passage on récupère quelques armes, des items et on se lance tête baissée dans le tas. Une, deux ou trois roquettes, quelques balles, une téléportation ou encore un coup de marteau impact, on ne sait plus où donner de la tête et on essaie de survivre en esquivant les attaques ennemies tout en ripostant en alternant les armes. Il n’y a rien de plus jouissif et, même si le rythme a été ralenti, il faut bien avouer que le soft est toujours aussi grisant. En plus de l’arsenal des plus complets, il faut compter sur quelques véhicules bien sympathiques tels que l’Hoverboard (planche de skate volante), le Leviathan, le Manta ou encore le Scorpion pour ne citer qu’eux. Ces derniers demandent plus ou moins d’adaptation pour être totalement maîtrisés, mais ils sont dans l’ensemble plus que satisfaisants, surtout lorsqu’on commence à s’emparer de véhicules bien étranges comme le Fury ou le Darkwalker (sorte de tripode). Au final, c’est intuitif et on prend vraiment du plaisir, et ce même si les serveurs ne sont pas forcément toujours remplis.

Un jeu culturiste…




Dans Unreal Tournament III, les personnages sont bodybuildés, ils montrent fièrement leurs muscles et leurs gros engins qui compensent certainement la taille de leur cerveau ; les fans n’en demandaient pas plus. C’est d’ailleurs tout ce côté « exagéré » qui donne un certain charme à la licence. Mais quand vous lui rajoutez un moteur graphique que seul Epic maîtrise et des cartes au level design d’excellente facture, vous obtenez une petite bombe visuelle qui sans impressionner dans le détail rend bien dans l’ensemble, surtout que cette version 360 est plus jolie que celle de la PS3. Voilà qui permet de compenser le retard dû à l’exclusivité temporaire tout en offrant un jeu qui, graphiquement, n’a pas à rougir face aux productions actuelles. Dommage qu’il faille diminuer le son pour éviter une version française surjouée tout simplement ridicule. Un petit dérapage que l’on peut plus ou moins lui pardonner tant les dialogues ont une importance capitale (ironie inside)…

Point complet
Unreal Tournament III ne s’appelle pas comme cela par hasard puisque, même s’il intègre un mode solo, on ne peut découvrir son véritable potentiel qu’en multijoueur. Certes, le rythme est un poil plus lent que sur PC, la version française est vraiment ridicule et il n’est possible de jouer qu’à seize en ligne, mais il offre des sensations de jeu que tous les fans de FPS apprécieront. Non seulement il se prend rapidement en main pour un plaisir de jeu immédiat, mais en plus il dispose d’un mode Guerre qui ajoute une petite dimension stratégique bienvenue. Avec en plus, de nombreux véhicules, un arsenal complet, de l’action frénétique, un gameplay solide, des graphismes plus jolis, un mode 2 joueurs en écran splitté qui fait plaisir et quelques bonus exclusifs, il est difficile de lui tenir rigueur de ses « erreurs de jeunesse ». Seuls les véritables fans de la licence regretteront amèrement de ne pas pouvoir télécharger et utiliser les mods qui font le bonheur des joueurs PC et PlayStation 3.

On a adoré :
+ Un multijoueur solide
+ Une action frénétique
+ 2 joueurs en écran splitté
+ L’arsenal
+ Les véhicules
+ Le mode Guerre
+ Les modes de jeu
+ Des bonus exclusifs
On n'a pas aimé :
- Un solo décevant
- Une VF ridicule
- Seulement 16 joueurs
- Rythme légèrement ralenti
- Aucune compatibilité avec les mods


Consulter les commentaires Article publié le 24-07-08 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019