Test Ultimate Marvel vs Capcom 3 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Ultimate Marvel vs Capcom 3



Editeur
Capcom
Développeur
Capcom
Genre
Combat
Statut
Disponible
Date de sortie
  18.11.2011
  15.11.2011
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

Avec Capcom, on commence à en avoir l’habitude… Quand un jeu marche plutôt bien, l’éditeur décide de le rééditer en ajoutant quelques bonus. Marvel vs Capcom 3 n’échappe pas à la règle puisque ce jeu de baston déjanté nous revient avec douze nouveaux personnages, huit nouveaux décors et quelques petites nouveautés en prime. Faut-il pour autant céder à la tentation ?

Une réédition très honnête




Le risque avec Capcom, c’est qu’un titre qu’on vient d’acheter soit remplacé l’année suivante par une réédition, voire même par une ré-réédition, comme ce fut le cas avec Street Fighter IV. Malheureusement, le premier contact avec Ultimate Marvel vs Capcom 3 ne rassure pas puisque les deux personnages proposés sous forme de DLC lors du lancement de Marvel vs Capcom 3 ne sont toujours pas sur la galette. Dans la mesure où Jill est toujours aux abonnés absents, et qu’elle était tout de même l’un des personnages centraux de la saga, on se dit qu’une nouvelle réédition « ultime » n’est pas à écarter… C’est le risque. Outre cette petite mais cruelle désillusion, on remarque tout de même que les principales nouveautés de cette réédition sont intéressantes pour les fans. Outre le rééquilibrage des personnages, qui les remet plus ou moins tous sur le même niveau, on remarque que huit nouveaux décors sont au programme, avec certaines reprises d’autres stages certes, et donc un petit côté de déjà-vu, mais des niveaux relativement colorés et réussis pour la plupart. Du côté du casting, on retrouve douze nouveaux personnages, avec des créations vraiment sympathiques, comme Phoenix Wright ou l’espèce de Raton Laveur super-héros issu de l’univers Marvel.

Les nouveaux combattants ne sont pas, pour la plupart du moins, les plus connus, à une ou deux exceptions près (Ghost Rider pour ne citer que lui)… Mais ils ont au moins le mérite d’être bien exploités, très différents du reste du casting et relativement bien équilibrés. Au total, on retrouve donc 48 combattants. C’est plus qu’il n’en faut pour nous réjouir et nous faire passer des heures en tête à tête avec notre console que ce soit dans le mode Versus, le mode Arcade ou le mode Online. Le nouveau menu est également fort sympathique, le jeu en ligne toujours au poil et le mode Spectateur en ligne rend l’expérience encore plus complète. A contrario, le nouveau mode qui nous permet d’incarner Galactus, l’immonde boss de fin du jeu, s’avère relativement inintéressant dans la mesure où le challenge n’est pas vraiment relevé et le gameplay archi soporifique. Pour 40 euros cependant, c’est déjà pas mal du tout, et c’est surtout un achat quasi obligatoire si vous n’avez pas touché au 3 ou que vous êtes un fan incontesté de la série. Pour les autres, il y a en revanche de quoi être un poil plus dubitatif… Comme dans les deux précédents épisodes de la série, on retrouve un gameplay nerveux et fun sur base d’affrontements par groupes de trois combattants, de super attaques et de mouvements souvent hilarants.

Le jeu n’a rien perdu en dynamisme et demeure absolument identique à son prédécesseur. Le gameplay est toujours précis, fun et très simple à aborder, bien que certains joueurs trouveront le soft relativement bordélique par moments. Enfin, côté réalisation, c’est toujours du tout bon avec des personnages et décors en 3D sur un plan 2D, le tout étant supporté par de très beaux effets visuels et une bande sonore d’enfer. Bref, tout en conservant toutes les qualités de l’original, cette réédition proposée à 40€ apporte également quelques petites nouveautés fortement sympathiques qui devraient réjouir les fans. Les nouveaux personnages ayant pas mal de charisme malgré leur manque de popularité, ils devraient sans doute trouver leur public, d’autant plus que la diversité est une fois de plus le mot d’ordre entre des personnages qui attaquent à distance, d’autres qui sont plus axés corps à corps, ripostes ou super attaques. On regrette tout de même le traitement de Nemesis, pas nécessairement très joli de nature, mais encore moins dans cette version, et surtout très lourd à manipuler comparé aux autres personnages inédits. Reste donc à attendre une (éventuelle) autre réédition pour corriger les deux/trois défauts cités ou, qui sait, peut-être un patch gratuit si Capcom se décide à changer sensiblement de politique de manière totalement miraculeuse…

Point complet
A prendre davantage comme une réédition que comme une suite, Ultimate Marvel vs Capcom 3 demeure un très bon jeu de baston, avec des graphismes ultra stylés, un gameplay fun et nerveux et pas mal de nouveaux combattants. On regrette tout de même que les nouveautés soient finalement assez limitées et ne valent pas forcément toutes la peine. Tout comme dans le cas des rééditions de Street Fighter IV, il est plutôt regrettable que Capcom n’ait pas sorti tout cela sous la forme d’un gros patch ou de quelques DLC payants (comme prévu à la base), d’autant plus que les deux personnages vendus sous forme de DLC lors du lancement de MvC 3 ne sont toujours pas sur la galette ! Faudra-t-il attendre un nouveau UMvC 3 Arcade Edition pour en profiter ? Quoi qu’il en soit, si vous n’avez pas encore touché au jeu ou que vous êtes un fan inconditionnel de la série, ce nouvel épisode mérite l’investissement, bien qu’il soit encore imparfait.

On a adoré :
+ Graphismes très stylés
+ Les super attaques
+ Rééquilibrage des combattants
+ Un gameplay toujours au poil
+ 12 nouveaux personnages
+ 40€ neuf
+ 8 nouveaux décors sympas…
On n'a pas aimé :
- Mais avec un goût de déjà-vu
- Les 2 persos DLC de MvC3 toujours en DLC
- Incarner Galactus
- Finalement, juste une grosse réédition


Consulter les commentaires Article publié le 17/12/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019