Test UFC 2009 Undisputed - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

UFC 2009 Undisputed



Editeur
THQ
Genre
Combat
Statut
Disponible
Date de sortie
  22.05.2009
  19.05.2009
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Mémoire
9 Mo
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
59,00 €

La licence UFC (pour Ultimate Fighting Championship) avait fait l’objet de plusieurs jeux sortis sur PlayStation première du nom, PlayStation 2, Dreamcast, Xbox et même GameCube. Mais depuis 2003, celle-ci avait été totalement délaissée jusqu’à ce que THQ en acquière les droits. C’est donc en 2009 que les amateurs de MMA (Mixed Martials Arts ou mélange d’arts martiaux) ont le plaisir de découvrir un UFC 2009 Undisputed concocté par Yuke’s a qui l’on doit notamment la série des jeux Smackdown vs. Raw. Reste alors à voir si les développeurs ont réussi à se surpasser pour nous offrir la simulation « ultime » du genre.

Violence, sang, coups qui pleuvent : un mélange détonnant !




UFC 2009 Undisputed étant le premier jeu utilisant la licence UFC à débarquer sur les consoles de nouvelle génération, Yuke’s a mis les petits plats dans les grands en intégrant plus de 80 combattants dont les grands noms comme Ortiz, Liddell, St Pierre ou encore Jackson (Quinton de son prénom…). Tous ceux-ci sont très bien modélisés et il faut reconnaître que d’une manière générale le titre flatte la rétine. Les gouttes de sueurs coulent le long des corps des athlètes, les blessures, bien localisées, sont gérées en temps réel et la gestion des collisions est quasiment parfaite. Petits bémols tout de même, outre les deux combattants dans l’Octagon (ring octogonal fermé en cage), l’arbitre et la jeune demoiselle annonçant le prochain round, il faut bien avouer que le reste des éléments (public et décors) sont moyennement réalisés, sans compter que si beaucoup d’animations sont parfaitement rendues, d’autres offrent une vision un peu rigide des athlètes. Quant aux phases aux abords de la cage, la physique laisse à désirer. Seul moment où elle est prise à défaut d’ailleurs… Toutefois, l’action, intense, se déroulant dans la cage et non dans l’extérieur, ces petites déceptions sont vite oubliées, surtout que les développeurs n’ont pas fait semblant de travailler…

Le principal atout de cet UFC 2009, c’est bien son gameplay aux petits oignons. Chaque combattant possède un style de combat pour les coups (muay thaï, boxe ou kickboxing) et un pour les prises (jjb – jiu-jitsu brésilien -, judo et lutte). Evidemment, pour chaque style, il existe plusieurs combinaisons qui permettent de faire des enchaînements remarquables. Même si un débutant pensera que les coups sont peu variés, n’importe quelle personne qui passera plus d’une bonne heure sur le titre se rendra compte que le gameplay est très riche. Le mieux pour s’en rendre compte c’est de lancer le tutorial qui permet de se familiariser avec les commandes de bases et d’autres plus avancées, notamment pour les clinch, les takedown, les transitions et les soumissions. Celui-ci est fort complet et totalement indispensable pour vraiment prendre le jeu en main, sans quoi il est bien difficile de remporter un match, du moins dans un niveau de difficulté autre que le mode facile ou contre un autre joueur humain.

Le soft est très technique et demande bien de se servir de tous les boutons, ceux de la façade pour asséner les coups, les gâchettes pour alterner les coups hauts et bas et se protéger, et les joysticks pour diriger son personnage et effectuer tous les déplacements de corps afin de soumettre son adversaire ou encore essayer de retourner la situation lorsque celui-ci est sur soi. Les possibilités sont variées et aucun style n’est avantagé. On a beau avoir un joueur très fort qui envoie de véritables boulets de canon dans la tempe, il suffit qu’il se fasse prendre à contretemps par un joueur technique pour que ce dernier remporte la victoire. Chaque geste compte, le timing est très important, la gestion des coups portés est très bonne et nul n’est à l’abri du K.O., du K.O.T. (K.O. technique), d’une soumission ou d’une victoire/défaite par décision des juges. Chaque combat est intense, stressant et totalement jouissif, surtout que l’on ressent vraiment la puissance des coups. Reste toutefois à surveiller la forme de son poulain grâce à son comportement ou à la barre de fatigue optionnelle (à désactiver pour une meilleure immersion, tout comme le chronomètre) afin d’éviter de tomber littéralement de fatigue suite à un coup bénin porté par l’opposant.

Belle victoire malgré quelques écorchures




En sus du tutorial, nous avons le droit à un mode carrière permettant de créer un combattant de toute pièce, grâce à un éditeur de personnages performant et complet, afin de le faire progresser jusqu’au sommet de son art. Si celui-ci offre plusieurs heures de plaisir vidéoludique, il faut tout de même bien avouer qu’il reste assez plat. En effet, si les développeurs ont eu l’idée d’intégrer un calendrier à gérer mois après en mois en pratiquant une activité sur une semaine (repos pour reprendre des forces, entraînement éclair pour gagner quelques points en force, cardio ou vitesse, sparring pour s’entraîner activement et remporter des points de compétence à redistribuer pour augmenter les caractéristiques de son personnage, combat ou encore séance photo), ils ont oublié de relever le tout puisque la majeure partie du temps le joueur reste passif.

Seuls les quelques entraînements, les messages électroniques reçus et les combats égayent sa morne ascension. Toutefois celui-ci n’est pas mauvais et peut s’apprécier dans la mesure où l’on intercale quelques exhibitions seul ou contre un ami ou encore que l’on fait un tour en ligne pour affronter les meilleurs joueurs au monde. Dans ce dernier cas, les parties peuvent être aléatoires avec certaines sans aucun lag et d’autres, contre des joueurs habitant généralement plus loin, avec (ce qui est gênant lorsqu’on sait que le titre demande une précision d’orfèvre pour exploiter au mieux la technique de son combattant). Enfin, il suffit de faire un peu attention pour trouver de bonnes parties et réellement s’amuser, le challenge contre un autre humain étant de taille, même si l’intelligence artificielle, dans les niveaux de difficulté supérieurs, est loin d’être mauvaise.

Enfin, les véritables fans de l’UFC peuvent découvrir le mode combats classiques qui demande de revivre une douzaine de combats de légende, en gagnant selon les instructions données pour respecter l’histoire, afin de débloquer quelques vidéos des combats en question. On regrette que ces dernières soient en fait des montages très courts et que les quelques interviews des athlètes ne soient pas sous-titrées comme le sont les interventions de la ravissante Rachelle Leah qui s’occupe d’introduire les combats. Enfin malgré quelques petites déceptions, il faut bien avouer que les développeurs ont assuré l’essentiel pour nous offrir un titre à la hauteur de nos espérances.

Point complet
UFC 2009 Undisputed n’est pas parfait mais l’essentiel est là. Le gameplay est excellent, les athlètes, en nombre, sont très bien modélisés, la gestion des collisions est quasi parfaite, il y a du contenu malgré une carrière un peu fade et le jeu à plusieurs off et online rallonge la durée de vie du soft d’une manière considérable, comme pour tout bon jeu du genre soit dit en passant. Même s’il est essentiel de passer quelques bonnes minutes sur le tutorial pour assimiler les bases et quelques coups avancés, il faut bien avouer qu’une fois cette phase de préparation passée, on découvre un titre jouissif au gameplay profond. Les combinaisons et enchaînements sont bien réalisés malgré certaines animations un poil rigides et le tout est tout bonnement agréable à prendre en main, surtout que l’intelligence artificielle, dans les niveaux de difficulté avancés, est vraiment bonne. Seules quelques petites déceptions, comme la physique aux abords de la cage ou encore les vidéos bonus trop courtes ou quelques manquements, se font sentir. Néanmoins, elles ne gâchent en rien le plaisir de jeu. Nul doute que si THQ et Yuke’s nous concoctent une suite, reprenant toutes les solides bases instaurées dans cet opus, de nombreux fans répondront présents.

On a adoré :
+ Un joli casting
+ La modélisation des athlètes
+ Un gameplay béton aux petits oignons
+ Un tutorial bien pensé
+ Une gestion des collisions quasi parfaite
+ La gestion de la physique…
On n'a pas aimé :
- Sauf aux abords de la cage
- Une carrière fade
- Des oublis de sous-titres et des vidéos bonus courtes
- Quelques animations un peu rigides


Consulter les commentaires Article publié le 11-07-09 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019