Test Truth or Lies - Someone will get caught - jeux vidéo Xbox One

XBOX GAMER
connect�, 41 461 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Nombre de joueurs
1

Parfois, certains studios de développement tentent d’innover en matière de jeux vidéo, quitte à proposer et développer des idées saugrenues. C’est un peu le cas de BigAnt Studios qui vient de sortir un « jeu/détecteur de mensonges » pour le compte de THQ nommé Truth or Lies - Someone will get caught. S’approchant d’un concept mélangeant entre autres l’émission Exposed et le jeu pour adolescent Truth or Dare, le titre est sorti dans la plus grande discrétion au Royaume-Uni et à petit prix… Cela laissait-il augurer du pire ?

Menteur ! Heu, non !



Avant même de parler du « jeu » en lui-même, il est bon de souligner qu’il est vendu aux alentours des 25 livres au Royaume-Uni, soit à petit prix. Toutefois, pour en profiter, il est nécessaire d’être équipé d’un micro. Ce dernier n’étant pas inclus, l’information est spécifiée en gros sur la boîte. Ceci dit, il faut remarquer que les micros de Lips ne sont pas reconnus, au même titre que celui du micro-casque de la Xbox 360. En effet, seuls les micros branchés en USB ou reliés à un dispositif sans-fil étant lui-même en USB sont compatibles. Dommage… Cette petite déception passée, nous nous lançons dans l’aventure pour mettre la vérité à nu, quoique… Jouable en local jusqu’à huit, le titre offre deux modes de jeu présentés avec une interface d’un autre âge, un préconfiguré et un libre. Dans le premier, les joueurs peuvent opter pour trois types de parties (courte, moyenne et longue – durée estimée indiquée -) divisées en trois manches. Le but principal est de dire la vérité, toute la vérité, pour engranger des points et ainsi remporter la partie.

Avec plus de 3000 questions réparties plus ou moins bien entre quelques catégories (enfants, adolescents, adultes, familles et couples), le titre peut s’avérer intéressant sur le papier. Et effectivement, dans le cadre d’une manche, il l’est dans une moindre mesure, même si les questions ne vous mettront pour ainsi dire jamais mal à l’aise (adultes ou couples du moins), certaines étant même totalement ridicules et/ou placées dans une catégorie qui ne leur correspond que peu. Le bon côté, c’est que le système de sauvegardes permet d’éviter d’avoir trop rapidement de redites pour un profil enregistré. En revanche, l’enchaînement d’écrans est archi simpliste. Malgré deux ou trois images sympas et la petite symbolique de l’ange/démon selon que l’on dise vrai/mente, il faut bien reconnaître que l’enrobage est des plus pauvres. Quant au principe de ce mode, qui consiste à engranger un certain nombre de points selon que l’on dise plus ou moins une vérité ou un mensonge, s’il part d’une bonne idée, il est totalement gâché par une reconnaissance désastreuse. Malgré l’intégration d’une phase de calibrage optionnelle, la détection de mensonges ne fonctionne pas vraiment.

Or, comme c’est l’un des seuls atouts du titre, l’expérience est très rapidement gâchée. Des mensonges sont reconnus lorsqu’on dit la vérité et vice versa et, pire encore, nos plus gros mensonges passent souvent pour de pures vérités nous permettant de remporter un maximum de points. Autant le dire, sans la phase de calibrage, la reconnaissance est des plus calamiteuses alors que, avec, elle est tout bonnement mauvaise, à croire que le logiciel joue la carte du « pifomètre ». Et cela vaut aussi pour le deuxième mode (Hot Seat) où l’un des participants se retrouve sur la sellette pour répondre à une petite série de questions de ses amis. Ces derniers peuvent donc poser n’importe quelle question de leur cru, seule l’imagination venant brider ces parties là. Autant dire que dans le cadre d’une petite session ou d’une soirée un peu arrosée, cela peut être bien rigolo, à condition bien sûr de ne pas prendre les réponses de l’analyseur au sérieux pour éviter toute discorde entre amis ou au sein d’un couple. Enfin, au niveau de la présentation, les développeurs ne se sont clairement pas foulés en faisant le strict minimum syndical. La représentation de l’analyseur est archi simpliste et les sonorités ne sont pas des plus agréables. Reste le commentateur dont le dynamisme apporte un peu de punch à la partie, même si beaucoup le trouveront trop agressif, voire irritable.

Point complet
Avec son petit prix, son système de sauvegarde pour éviter les redites et ses 3000 questions, Truth or Lies - Someone will get caught peut être marrant à faire avec des amis pour une session, voire dans le cadre d’une soirée arrosée. Malheureusement, outre le manque d’enrobage, l’interface minimaliste, les sonorités désagréables, certaines questions ridicules, l’incompatibilité des micros non connectés en USB, le titre de BigAnt Studios se vautre lamentablement sur le seul point qu’il devait un minimum assurer : la reconnaissance vocale avec l’analyseur de mensonges. Du coup, le concept, sympathique sur une heure, n’a plus aucun intérêt une fois ce délai passé, et encore en étant bien conscient que « c’est pour le fun », sans quoi quelques discordes entre amis et/ou couples pourraient survenir sans aucun fondement…

On a adoré :
+ Petit prix
+ Fun dans certaines conditions
+ Plus de 3000 questions
+ Peu de redites pour un profil
+ Commentateur dynamique…
On n'a pas aimé :
- Mais vite irritable
- Micros non USB incompatibles
- Interface pauvre…
- Comme l’enrobage
- Sonorités peu agréables
- Reconnaissance désastreuse
- Des questions mal classées…
- D’autres totalement ridicules
- Intérêt fort limité


Consulter les commentaires Article publié le 27/11/2010 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur les consoles Xbox Series X|S, Xbox One, Xbox 360 et Xbox de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2021