Test Tony Hawk’s Proving Ground - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 308 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Tony Hawk's Proving Ground



Editeur
Activision
Distributeur
Activision
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  02.11.2007
  16.10.2007
  29.11.2007
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Thème
Skateboard
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Prix de lancement
70,00 €

Avec un concurrent de taille en la personne de Skate, Tony Hawk Proving Ground semble avoir fait une entrée plus timide cette année. Et pourtant, l’opus annuel de Tony le faucon à roulette est bel et bien en rendez-vous, décidé à ne pas se faire secouer par le nouveau venu. Le nouveau volet de la saga d’Activision a-t-il les ressources suffisantes pour défendre ses plates-bandes ? Réponse avec notre test complet.

Tony Hawk, fidèle à lui-même




Au fil des années, le manque d’innovation de la série Tony Hawk a toujours plané comme une ombre. Autant le dire tout de suite, Proving Ground semble définitivement montrer les limites d’une série dont les ingrédients méritent vraiment d’être renouvelés. Tout commence par la création de son skateur, avec les options habituelles d’apparence physique, choix de vêtements, customisation de skateboard et autres petits détails sans importances mais que les plus minutieux prendront le temps de peaufiner. Le mode scénario du jeu s’ouvre alors et avec lui, la côte Est des Etats-Unis avec son lot de rues atypiques. C’est d’ailleurs dans la rue qu’on effectue ses premiers pas en tant que jeune skateur, là où les pros vont miraculeusement venir vous trouver et vous enseigner toutes les combines et astuces pouvant exister dans le monde du skate. Tony Hawk Proving Ground commence alors à se décliner sous ses véritables traits. Il y a tout d’abord la célébrité, le skateur qui n’hésite pas à se mettre sous le feu des projecteurs dans l’unique but d’attirer les sponsors et de se faire un nom. Puis il y a ceux qui se prendront pour Mr. Bricolage, prêts à créer un spot de toutes pièces et ce, même dans les coins les plus insolites. Enfin il y a les skateurs détendus, ceux pour qui faire du skate rime avec amusement et bande de potes, ceux qui sont là pour le plaisir. Les premières heures de jeu sont là pour nous éclairer sur l’ensemble de ces trois voies, Mike Vallely, Arto Saari et l’ami Rube étant les porte-parole de chacune. On aimerait nous faire croire que le scénario dépendra de notre façon d’aborder le jeu mais finalement les différences ne se font que peu sentir.

Se prendre soi-même en photo, briller dans une vidéo, recruter quelques copains et représenter une marque connue, les épisodes Carrière feront de vous la star montante du skateboard en proposant petit à petit des défis ou encore des concours, un classique de la série. Accepter un épisode Hardcore n’est pas tout à fait la même chose. Ici il faudra relever des défis assez fous avec des gaps à franchir parfois difficiles. Enfin, choisir la bricole avec un épisode Bricolage c’est avant tout mettre sa créativité à l’épreuve et réaliser des parcours assez sympathiques, avec des éléments dont la liste croît au fil de notre progression. Ajoutez à cela des défis divers dans les rues de la côte Est et une difficulté croissante (amateur, pro ou dément) et vous obtenez un Tony Hawk Proving Ground à la durée de vie conséquente. Malheureusement, outre l’Aggro Kick qui permet de prendre de la vitesse grâce à un timing précis et le Nail the Trick qui connaît quelques étendues, les nouveautés ne se bousculent pas au portillon. Mis à part ces éléments, on retrouve une jouabilité propre à la série avec des tricks à n’en plus finir, des épreuves qui permettent de débloquer un nouvel équipement, de nouvelles compétences ou encore des points de compétence et enfin une sensation de vitesse dont seul Tony Hawk a le secret.

Proving Ground glisse et chute




Si le Nail the Trick peut à présent s’appliquer aux manuals comme aux gaps, le résultat en termes de gameplay n’est guère séduisant. Pas franchement folichonne lorsque qu’il s’agit d’effectuer un Nail the Manuals, la sensation de jeu perd même de sa saveur en Nail the Gaps. En somme, il s’agit d’une nouveauté qui ne révolutionnera en aucun cas la façon de jouer à un titre estampillé Tony Hawk. Les fans de la série ne seront donc pas dépaysés et leur intuition fera le reste pour la réalisation des tricks les plus difficiles. Pour les petits nouveaux par contre, c’est une toute autre histoire. La prise en main se fait de manière plus délicate et ce n’est pas le tutorial qui, à coups de vocabulaire spécifique au skateboard, va faciliter leur intégration. On reprochera également les explications parfois hasardeuses de Tony et ses compères mais qu’importe, là n’est pas le problème. On attendait que Proving Ground nous surprenne mais il n’en est rien. En effet, le gameplay de Tony Hawk est plus que jamais arcade, le skateboard atteint une vitesse fulgurante, les tricks s’enchaînent à un rythme effréné bref, pas de surprise. On ne peut passer à côté de la terrible impression de déjà-vu alors que les néophytes eux, se sentiront peut-être un peu perdus.

Car en plus d’être peu innovant, le gameplay de Tony Hawk fait preuve de maladresse. Les années passent, les petits ajouts se font ici et là, le titre en arrive à un point de saturation tel que la combinaison des touches est parfois abusive, la preuve avec les défis photos. Même si avec de la persévérance on en vient vite à bout, encore faut-il ne pas être découragé auparavant. Proving Ground intègre également un éditeur de vidéos. L’idée est d’autant plus bonne qu’une fois montées, ces dernières peuvent être envoyées et diffusées via le Xbox Live. Cependant le montage de vidéo n’est pas forcément simple d’accès, la faute à des menus qui manquent d’ergonomie. Le jeu en ligne permet également de skater avec 7 autres personnes dans son propre skate par, ou encore de s’essayer à différents modes comme Trick Attack, Défi de score, Combo Mambo, Graffiti ou même le traditionnel Free Skate. De quoi ajouter de bonnes heures de plus à la durée de vie déjà conséquente.

Un Tony Hawk à l’ancienne ?




Une fois n’est pas coutume, Tony Hawk déçoit d’un point de vue graphique. Proving Ground ne fait clairement pas honneur au support avec des textures assez pauvres, des protagonistes en recul mais surtout des problèmes de collisions qui font franchement tâches. On n’aime pas non plus la nouvelle apparence du système de balance qui occupe l’ensemble de l’écran mais se distingue parfois trop mal du reste du décor. Reste l’animation des skateurs toujours aussi réussie, notamment lors des chutes. Le titre d’Activision a bénéficié d’une localisation complète mais encore une fois, le résultat est loin d’être transcendant. Le problème n’est pas tant dans les voix des personnages, mais plutôt dans leur manière de s’exprimer avec des « ouah ça claque » ou encore des « vas-y ça défonce tout » à chaque réplique. On se consolera avec la bande-son qui, elle, nous met clairement dans l’ambiance.

Point complet
Non, Tony Hawk's Proving Ground n’est pas mauvais loin de là. Disons juste que là où l’on attendait la série au tournant, les joueurs se retrouvent avec un opus sans surprise, techniquement à la traîne, posant quelques soucis de gameplay et qui, avouons-le, ne charme plus autant depuis l’arrivée d’un certain Skate. Certes la durée de vie est énorme, la prise en main intuitive et fun, la possibilité d’évoluer comme on l’entend est sympathique mais encore une fois, l’imperfectibilité technique du titre d’Activision lui cause plus que jamais du tord. Pour le prochain opus, il ne suffira pas d’intégrer un ou deux éléments de plus au jeu pour véritablement séduire, on attend donc de Neversoft une vraie remise en question.

On a adoré :
+ Durée de vie conséquente
+ Orientations du mode scénario
+ Un gameplay fun et intuitif…
On n'a pas aimé :
- …mais qui fait parfois défaut
- Techniquement dépassé
- Manque cruel de réelles nouveautés


Consulter les commentaires Article publié le 15-11-07 par Jeremy F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020