Test Toby : The Secret Mine - jeux vidéo Xbox 360

XBOX ONE GAMER
261 connectés, 41 107 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Toby : The Secret Mine



Editeur
Headup Games
Développeur
Headup Games
Statut
Disponible
Date de sortie
  20.01.2017
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
9,99 €

Les jeux de type « die and retry » sont en vogue depuis plusieurs années. L’incroyable succès de Limbo, paru en 2010, a incité de nombreux développeurs à se lancer dans ce genre bien particulier. C’est le cas du Tchèque Lukas Navratil, créateur de Toby : The Secret Mine. Contrairement à certains de ses confrères au sein de l’industrie vidéoludique, Navratil n’a pas œuvré au sein d’un studio mais a développé le jeu seul pendant un an et demi, seulement assisté par l’Anglais Matthew Steed, en charge de la partie sonore du titre. Le concept de jeu indépendant n’a jamais aussi bien porté son nom. Sorti le 20 octobre 2015 sur Steam, Toby : The Secret Mine a eu droit à un portage Android le 14 avril 2016 avant d’arriver finalement sur Xbox One le 20 janvier 2017. Jeu de plates-formes saupoudré de quelques éléments de puzzle-game, Toby : The Secret Mine fait immédiatement penser à Limbo. Vendu 10€ sur le Windows Store, le titre de Lukas Navratil arrive-t-il néanmoins à s’en démarquer suffisamment et à imposer sa propre patte ou n’est-il qu’un simple clone du titre de Playdead ?

Promenons-nous dans les bois…



La première chose qui frappe le joueur dans Toby : The Secret Mine est sans conteste la direction artistique. Avec des décors peints à la main et des effets de lumière superbes, le jeu adopte un style graphique très agréable, jouant constamment sur le contraste noir/blanc. Une vraie réussite qui n’est pas sans rappeler Limbo, la production du studio Playdead encensée par la critique lors de sa sortie il y a sept ans. Les similitudes entre les deux jeux sont d’ailleurs extrêmement nombreuses. Le joueur incarne ici Toby, une petite créature toute noire dont on ne distingue que les yeux. Une référence directe à Limbo dans lequel le joueur incarnait un petit garçon, ou plutôt sa silhouette, et dont on ne percevait également que les yeux. La comparaison ne s’arrête pas là, les deux titres plaçant leur intrigue au cœur d’une forêt. Dans Toby, il faut retrouver ses amis disparus. Dans Limbo, sa défunte petite sœur. Le contraste noir/blanc de Toby est, de fait, directement inspiré de Limbo, même si le jeu de Lukas Navratil opte également pour des fonds colorés lors de divers niveaux, ce que ne proposait pas Playdead dont l’aventure était uniquement en noir et blanc avec seulement quelques touches de gris. Dans Toby : The Secret Mine, certains chapitres optent donc pour des arrière-plans rouge, bleu ou violet qui permettent de casser la monotonie installée par le noir et le blanc.

Deux niveaux jouent d’ailleurs sur l’inversement de ce contraste, avec le noir en fond et le blanc au premier plan. Un choix un peu déstabilisant au début mais qui s’avère être une vraie réussite graphique, tout comme la partie sonore du titre. Le compositeur anglais Matthew Steed réussit à installer une atmosphère pesante avec des mélodies percutantes et parfaitement adaptées à l’action tandis que le bruitage des pièges et autres mécanismes est très réussi, le joueur sachant d’emblée à quel type d’obstacles il va se frotter. Quant au gameplay, il est enfantin avec seulement deux touches utilisées, A pour sauter et B pour actionner des mécanismes mais il fonctionne très bien. Malheureusement, ces points forts sont contrebalancés par une série de défauts qui ternissent l’expérience de jeu. Si le titre est fluide, il n’est pas exempt de bugs très handicapants. Suite à une mort, il arrive régulièrement que Toby refuse de bouger, comme si ses pieds se retrouvaient coincés dans le sol. Impossible de sauter ou d’avancer, la seule option étant alors de quitter la partie, ce qui équivaut à recommencer le niveau depuis le début. Frustrant, voire aberrant pour un jeu où la mort attend le joueur à chaque détour. Ainsi, le chapitre 17 doit être fait d’une seule traite, Toby restant figé sur place si jamais le joueur venait à succomber.

Patience, persévérance et abnégation seront les meilleures alliées du joueur, d’autant plus qu’il s’agit du niveau le plus difficile du jeu, qui en comporte 21 mais qui se terminent beaucoup trop rapidement. La durée de vie est ainsi l’un des points faibles du titre puisqu’il ne faut que deux heures pour en venir à bout alors qu’il est tout de même vendu 10€. À titre comparatif, Limbo comptait 39 niveaux avec une durée de vie pouvant être aisément doublée, certaines énigmes demandant plusieurs minutes d’observation et de compréhension pour être appréhendées. Dans Toby, c’est l’inverse. Les quelques puzzles et casse-tête sont d’une simplicité enfantine et se résolvent en seulement quelques secondes. Un point d’autant plus regrettable qu’il contraste avec la difficulté globale du jeu, très élevée. Il est également dommage que le scénario soit totalement inexistant. On ne sait absolument rien à propos de l’histoire. Qui est Toby ? Pourquoi et par qui ses amis ont-ils été enlevés ? Qui est le grand méchant qui tend des pièges toutes les dix secondes ? Autant de questions qui restent sans réponse. Le jeu propose d’ailleurs deux fins, l’une bonne et l’autre mauvaise, qui ne changent absolument rien si ce n’est la couleur de l’arrière-plan des crédits. Un choix plutôt incompréhensible pour un jeu plein de contrastes, aussi bien au niveau graphique que dans toutes ses autres composantes.

L’avis de Number One // L’élève ne dépasse pas le maître !

Appréciant les jeux de type « die and retry », j’avais tout particulièrement apprécié Limbo et étais donc curieux de tester ce Toby : The Secret Mine. Si les parties graphiques et sonores du titre sont très réussies, la ressemblance avec Limbo est beaucoup trop prononcée. Que le jeu s’en inspire, soit. Mais qu’il le copie à outrance, non. On a clairement affaire à un clone pur et simple de Limbo mais avec plus de défauts, dont une durée de vie deux fois plus courte, des énigmes beaucoup trop faciles et de très nombreux bugs qui gâchent le plaisir du jeu. Quant au scénario, je déplore son absence mais c’était également l’un des reproches que je faisais à Limbo. Les « die and retry » mériteraient une véritable histoire et non une succession classique de niveaux tous aussi durs les uns que les autres. Sept ans après sa sortie sur Xbox 360, Limbo n’a toujours pas trouvé d’adversaire à sa taille.


Point complet
Si sa direction artistique et la qualité de sa bande-son sont à souligner, Toby : The Secret Mine souffre de trop nombreux défauts pour prétendre être le digne héritier de Limbo, dont il reprend d’ailleurs bien trop d’éléments. Dommage qu’il n’impose pas son propre style car le jeu est plutôt agréable à parcourir. Malgré des bugs, des énigmes très simples et une durée de vie extrêmement faible, les amateurs de « die and retry » trouveront un véritable challenge avec énormément de pièges fourbes et ardus. À eux de voir s’ils souhaitent investir 10€ pour une expérience, certes plaisante, mais sans véritable identité ou s’ils passent leur chemin en attente d’une éventuelle baisse de prix.

On a adoré :
Direction artistique magnifique
Bande-son excellente
Gameplay efficace
On n'a pas aimé :
Pas d’identité propre
Bugs handicapants
Durée de vie famélique
Énigmes trop faciles
Scénario inexistant


Consulter les commentaires Article publié le 28/01/2017 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017