Test The Gardens Between - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 204 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
The Voxel Agents
Genre
Puzzle
Statut
Disponible
Date de sortie
  29.11.2018
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
19,99 €

Disponible depuis septembre dernier sur PC, PlayStation 4 et Nintendo Switch, The Gardens Between a mis un peu plus de temps pour trouver le chemin de la Xbox One. Mais il est à présent disponible à l’achat en échange de 19,99€ ou dans le Xbox Game Pass. Reste à voir ce que vaut ce titre signé The Voxel Agents, un studio australien…

La force des images, le poids des souvenirs



Pas de texte, pas de dialogue, quelques images suffisent simplement pour raconter la belle histoire d’amitié qui lie nos deux protagonistes, Arina et Frendt. Concrètement, l’aventure nous amène d’une île à une autre, chacune ayant pour thème des souvenirs communs entre les deux amis. Une glacière d’un côté, un tuyau d’arrosage d’un autre, des objets rétro par-ci, un vieux jeu vidéo par-là, un vieux PC, une VHS, un squelette de dinosaure, un télescope, une balançoire, etc., voilà les éléments de leur quotidien que nous côtoyons. Pour vivre l’aventure, le joueur est en compagnie de nos deux héros qui dérivent d’une île à l’autre sur le toit de leur petite cabane en bois… ou plutôt d’un groupe d’îles à un autre. Chaque groupe est composé de deux à trois « îles jardins ». Le but est simple, il faut atteindre le sommet en apportant une petite lumière dans une sorte de lanterne. A chaque fois que l’on y arrive, on débloque un petit visuel en rapport avec les souvenirs en commun. Lorsqu’on complète un duo ou un trio d’îles, selon le groupement, on débloque un petit souvenir animé. Seule la dernière île se démarque, faisant office de petit récapitulatif avec une ascension forte de sens.

Sans les mots, les développeurs arrivent à proposer une belle histoire grâce à des images fortes qui nous renvoient forcément à notre enfance, à ce que l’on a pu partager avec notre meilleur(e) ami(e) de l’époque avant qu’on ne le (la) perde de vue pour une raison ou une autre. Ajoutez à cela 19 îles qui se renouvellent au niveau du thème, une direction artistique très élégante, une palette de couleurs bien étudiée et des musiques parfaitement en accord avec l’univers pour souligner tous ces moments partagés entre la nostalgie et l’amertume de les laisser derrière soi, et vous obtenez une aventure qui se suit de A à Z, manette scotchée dans les mains. C’est agréable, tendre et amer à la fois, et on ne peut qu’être charmé par l’ensemble. Niveau gameplay, on est sur un puzzle game qui opte pour un contrôle du temps et non des personnages. En somme, nous n’utilisons que trois touches : la gâchette droite pour avancer le temps, la gauche pour le reculer et la touche A pour interagir. A noter que l’avance/recul du temps peut également se faire avec l’un des deux sticks ou avec la croix directionnelle. La subtilité, c’est qu’Arina transporte la lanterne. Elle doit la faire passer devant une source de lumière (il y en a parfois plusieurs dans une île) pour la capturer et ainsi la transporter. Celle-ci est indispensable pour terminer une île et elle a la faculté de créer des ponts de lumière ou d’écarter les nuages rosés, ce qui permet d’ouvrir des passages ou de permettre à Frendt d’interagir avec un élément…

Mais elle peut également bloquer un passage, comme lorsqu’elle fait disparaître un nuage qui servirait de pont. Il faut alors opter pour l’une des deux solutions qui s’offrent à soi : réussir à passer devant un élément qui capture sa lumière, pour passer avec la lanterne sur ledit pont par exemple, ou confier la lanterne à une petite caisse bondissante qui va évoluer avec nos personnages en avançant le temps, sauf que la caisse prend un chemin différent permettant de récupérer la lanterne allumée plus loin. Quelques subtilités se glissent dans le lot, comme la nécessité de jongler avec le temps pour figer un événement particulier (comme maintenir une goutte d’eau entre deux fils électriques pour allumer des ampoules ou des allers-retours de nos protagonistes sur une calculette pour entrer un code spécifique), celle d’interagir avec un dessin sur un mur ou encore celle d’arrêter le temps pour nos personnages mais de le faire évoluer pour la ou les caisses sauteuses qui nous accompagnent. Bref, c’est plutôt intelligent et bien fait. Le seul souci, c’est que la mécanique n’évolue pas plus. Du coup, lorsqu’on l’a bien comprise, les phases de rembobinages et d’avances étant en plus limitées, on peut difficilement rester bloqué. A vrai dire, la difficulté est extrêmement basse… Tellement basse que l’on arrive à voir le bout de l’aventure en 1H40 sur un premier run (sans forcer). A 19,99€, cela fait un peu cher l’heure de jeu. Dommage !

L’avis perso de Vincent // Une belle histoire...

Très sincèrement, j’ai beaucoup apprécié The Gardens Between. L’histoire d’amitié est jolie, le titre est beau, la direction artistique est superbe et le gameplay est plutôt intelligent. J’ai passé un super moment mais si la qualité est là, malgré une facilité effarante pour ma part, je dois avouer que la quantité manque sacrément. 1H40 pour terminer mon premier run, une rejouabilité quasi inexistante, sauf si on veut faire le 100% pour les Succès, bref, à 19,99€, je trouve l’expérience un peu chère payée. Par contre, le titre étant dans le Xbox Game Pass, je vous le recommande chaudement. Ca ne vous coûtera pas plus cher et vous pourriez bien avoir une bonne surprise !


Point complet
Il est difficile de vraiment critiquer The Gardens Between puisqu’il s’agit d’un beau jeu bien fait. C’est un puzzle game à la mécanique de jeu bien pensée, même si elle ne se renouvelle pas assez. C’est une histoire touchante qui parlera à tous, sans mot. C’est une aventure dont on se délecte avec une fin lourde de sens. Ce sont des souvenirs d’enfance qui remontent à la surface. C’est une bande-son enivrante et une aventure onirique… Bref, c’est une petite pépite indé qu’on parcourt avec délectation. Les développeurs ont opté pour la qualité mais ils en ont oublié la quantité. Du coup, on se retrouve avec un titre qui se termine en moins de deux heures, la facilité étant assez déconcertante pour un habitué du genre (les néophytes mettront une bonne demi-heure de plus), qui est tout de même vendu à 19,99€. A 7-8€, la pilule serait mieux passée ! Reste une alternative très intéressante : en profiter via le Xbox Game Pass.

On a adoré :
La direction artistique
La palette des couleurs
Une histoire touchante…
Par la force des images
Bande-son de qualité
Univers onirique
Gameplay intelligent
Dans le Xbox Game Pass
On n'a pas aimé :
Trop cher à 19,99€
Très facile
Peu de renouvellement dans le gameplay
Pas vraiment de rejouabilité


Consulter les commentaires Article publié le 04/12/2018 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018