Test Test Drive Unlimited 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 326 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Test Drive Unlimited 2



Editeur
Atari
Développeur
Eden Games
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  11.02.2011
  08.02.2011
Nombre de joueurs
1 à 8
Classification PEGI
Prix de lancement
59,00 €

Le premier Test Drive Unlimited s’était imposé comme un jeu de course relativement unique sur PC et Xbox 360. Croyant dur comme fer dans le concept, Atari a décidé d’autoriser Eden Games à produire une suite de son jeu de course bac à sable en multipliant les supports accueillant le titre et en souhaitant voir quelques améliorations dans le concept. Reste alors à voir si Test Drive Unlimited 2 parvient à dépasser nos espérances…

Une suite sans surprise




Il faut l’avouer, l’univers des jeux de course n’accueille que très rarement de véritables nouveautés. Il y a quelques années de cela, Test Drive Unlimited avait quelque peu transcendé le genre en nous proposant de nous promener comme bon nous semblait sur l’île d’Hawaii. Sous forme de bac à sable, TDU avait plutôt réussi son pari malgré quelques maladresses. De plus, Eden Games inaugurait un concept massivement multijoueur en nous proposant d’évoluer dans ce monde ouvert à la fois en solitaire et en multijoueur. L’idée était sympathique et plutôt bien exploitée malgré, encore une fois, quelques erreurs de jeunesse. Le concept ne demandait cependant que de mûrir. Bien décidé à réitérer l’exploit, le studio s’est mis à développer un second épisode, cette fois situé sur l’île très branchée d’Ibiza. L’un dans l’autre, le concept n’a pas changé d’un iota et tous les joueurs du premier épisode devraient rapidement reprendre leurs marques. L’aventure débute donc au cours d’une fête au bord d’une piscine, avec de la musique techno en fond sonore et de belles demoiselles aux courbes généreuses se trémoussant sur des sons énergiques. Eden Games a décidé de changer l’ambiance de ce TDU 2 avec tout d’abord une mise en scène beaucoup plus soignée. Et cela se voit dès l’introduction puisque le joueur peut choisir son personnage parmi une demi-douzaine de persos prédéfinis, le tout étant accompagné d’un superbe effet bullet-time au sein même de la fête.

Ensuite, tout s’enchaîne très vite : on devient chauffeur pour une présentatrice friquée, on participe à des courses et on grimpe les échelons pour devenir une superstar. Plus tard dans l’aventure, il est même possible d’accéder à l’île d’Hawaii présente dans le premier opus. En d’autres termes, TDU 2 inclut également d’une certaine manière TDU premier du nom, ce qui devrait réjouir ceux qui l’avaient loupé, tout en offrant une durée de vie très généreuse. Il faut le dire, TDU 2 offre deux îles gigantesques, bourrées de défis et plutôt fidèles à ce qu’on peut voir de nos propres yeux aux Baléares et dans le Pacifique. Pour le reste, le joueur progresse un peu comme bon lui semble sur l’île d’Ibiza, participant tantôt à des courses chronométrées, à des challenges de conduite, à des championnats, à des passages de permis, nécessaires pour accéder à de nouvelles catégories, et même à des courses offroad. Ces dernières représentent l’une des bonnes surprises de cet opus puisqu’elles offrent des sensations forcément très différentes de la conduite sur route, des parcours parfois très funs (sauts, côtes, ravins…) et sont souvent l’occasion de mettre en avant les nouvelles conditions météorologiques du jeu, incluant tempêtes et pluie. Globalement, le ressenti est plutôt bon et ces nouvelles courses permettent de varier pas mal les plaisirs, d’autant plus que l’île d’Ibiza regorge de défis et tracés en tous genres.

Et si ce n’est toujours pas suffisant pour vous et que vous disposez du Live, il vous est possible de créer vos propres courses ou de provoquer en duel les autres joueurs, qui progressent également sur l’île en même temps que vous et que vous croiserez en dehors des courses. Comparé au premier volet, le jeu est quand même plus peaufiné : le GPS est plus intelligent encore et vous permet de vous déplacer en toute quiétude sur l’île, le soft souffre de quelques très rares baisses de frame-rate, ou du moins nettement moins que dans le premier volet, le rythme est plus tenu et le soft plus varié. En revanche, comme le concept n’a pas trop changé, il semblerait que les plus gros défauts du titre n’ont pas non plus été rectifiés. A commencer par la conduite, toujours très arcade, avec une physique pas réaliste pour deux sous, une I.A. vraiment très moyenne et un gameplay finalement très approximatif et incomplet comparé à une bonne simulation ou à un jeu de course exigeant. TDU 2 se prend en main très facilement et n’est pas très compliqué à maîtriser, ce qui le rend forcément assez facile et pas forcément très palpitant. Les plusieurs vues disponibles, et ce comprenant la vue interne façon Shift, sont plutôt réussies et offrent de bonnes sensations, mais le tout manque réellement de profondeur et de réalisme.

Un début catastrophe pas mal rattrapé




Dès lors, on se rend très vite compte que TDU 2 ne tient pas toutes ses promesses et s’avère assez décevant de ce côté-là. En autant d’années, Eden Games aurait clairement pu rectifier le tir ! Cela dit, ne nous voilons pas la face : TDU 2 demeure un très bon jeu de course avec une énorme durée de vie, des centaines de challenges, des dizaines et dizaines de véhicules à piloter, du online inclus dans le solo, avec un petit côté MMO fort réussi, des parties plus stables que dans le premier et des tas de petits ajouts allant des permis à la conduite offroad en passant par les conditions météo. De plus, tout comme dans le premier volet, il est toujours possible d’acheter des propriétés, de personnaliser notre personnage, de dialoguer avec les PNJ et les joueurs dans les bars et résidences, d’écouter la radio en voiture, de passer en modo photo pour prendre de jolis clichés et de faire de petites courses en jouant les taxis par exemple. Le concept est toujours aussi réussi et offre finalement un titre très convaincant dans le fond, qui souffre juste d’un manque de finition, heureusement moins frappant que dans le premier volet. Après, quelques maigres nouveautés le rendent un poil plus intéressant que son aîné, comme la F.R.I.M. qui vous propose d’emmagasiner de l’argent en frôlant les autres voitures et en dérapant, de banquer quand vous le souhaitez, ou de prendre le risque de tout perdre en enchaînant les combos.

Dommage tout de même que la trame scénaristique ne soit pas plus travaillée, celle-ci étant vraiment basique, pas intéressante du tout à suivre, et que les doublages français sont bien médiocres comparés à ceux de la version anglophone. Ajoutez à cela des bruitages pas du tout au top et de très gros problèmes (bugs, plantages, suppressions de sauvegardes, online pénible) lors du lancement, et ce jusqu’à l’arrivée du patch, et vous comprendrez que malgré toutes ses qualités, TDU 2 est loin d’être le nirvana souhaité. En fait, Eden Games a ajouté beaucoup de petites choses qui améliorent le produit, mais il a complètement oublié de corriger les gros défauts du premier volet. Certes, cette suite a sa raison d’être, mais le soft aurait clairement mérité davantage de finition et surtout un gameplay plus réaliste, ce que les développeurs semblent avoir beaucoup de mal à créer dans leurs productions ! Niveau technique, on apprécie les visuels de TDU 2, qui offre globalement des décors vastes, variés et très agréables à l’œil mais pas forcément très jolis, et des véhicules en revanche très bien modélisés. D’autres points, comme la modélisation des personnages, font un peu tache par rapport au reste, mais le constat est finalement plutôt convaincant, sans forcément plus.

Ce qui est certain, c’est que TDU 2 n’est pas une claque et qu’en raison de son ambition et de la grandeur de ses aires de jeu, la performance demeure tout de même très bonne, en tout cas plus réussie que dans le premier opus. Enfin, en ce qui concerne l’aspect multijoueur du titre, il faut savoir que TDU 2 n’est pas totalement un MMO. Chaque partie est stockée sur un serveur permettant à 32 joueurs d’évoluer simultanément sur la même île. Concrètement, cela permet de participer à des courses quand on le veut et où on le veut, de créer ses propres défis, de strictement tout paramétrer, même les gains, de rouler avec un copilote et même de créer des clans et de cumuler les gains. Mieux encore, la salle commune vous permet d’essayer les défis créés par les joueurs, de laisser des appréciations et de gagner des gains en créant les défis ou en y participant. Le côté communautaire est donc plus soigné que dans le premier volet, mais malheureusement toujours handicapé par les mêmes défauts du titre, c'est-à-dire son gameplay incomplet et le très gros n’importe quoi qui a suivi la sortie du jeu avec des serveurs HS et un très gros patch de plus de 100 Mo qui a dû débarquer pour corriger la foule de défauts…

Point complet
Test Drive Unlimited 2 ne parvient pas vraiment à supplanter le jeu d’origine, qui partait également sur de bonnes bases malheureusement entachées par une finition médiocre. Ce second volet apporte de nombreuses petites nouveautés et s’avère globalement plus réussi, mais il ne rectifie toujours pas les défauts principaux de la série. Du coup, on se retrouve avec un titre très agréable à parcourir, vaste, varié et avec un concept relativement unique mais totalement instable lors de son lancement et au gameplay approximatif. Reste qu’il est fun, avec plusieurs styles de conduite et des conditions météo. Toutefois, d’autres points négatifs s’ajoutent à la liste, comme la physique loin d’être au top et les dérapages très particuliers… Bref, si vous avez aimé le premier, vous apprécierez encore plus sa suite, mais ne vous attendez pas à des miracles : TDU 2 reste un bon jeu de course qui n’a que trop peu évolué dans le fond comme dans la forme malgré des tas de petits ajouts et de rectifications.

On a adoré :
+ Bonne mise en scène
+ Deux îles immenses à visiter !
+ Le Offroad
+ Les conditions météo
+ Le multijoueur
+ Bonne durée de vie
+ Mode photo très réussi
On n'a pas aimé :
- Très instable au lancement
- Gameplay approximatif
- Histoire médiocre
- Bruitages très moyens
- Physique ratée


Consulter les commentaires Article publié le 06/07/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020