Test Star Wars Battlefront II - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 204 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
DICE
Statut
Disponible
Date de sortie
  17.11.2017
Nombre de joueurs
1 à 40
Classification PEGI
Prix de lancement
69,99 €

Deux ans après le reboot de Star Wars Battlefront, DICE revient pour un second épisode encore plus poussé, avec plus de contenus et un meilleur équilibre ! Campagne solo, trois trilogies, trois fois plus de cartes, de héros et de véhicules, DICE semble avoir écouté la demande des joueurs. Reste à voir si tout ce contenu est de qualité…

Jedi multi, il dit solo



Avant toute chose, il est bon de savoir que Star Wars Battlefront, à l'instar d'un Battlefield, est avant tout un jeu multijoueur. Pour autant, l'univers de Star Wars se prête aussi énormément à la création de nouvelles histoires comprenant ou non de nouveaux personnages. Ici, avec l'accord de Disney pour chapeauter le tout, DICE et EA ont ainsi créé l'histoire d'Iden Versio, un soldat d'élite de l'Empire, commandant de l'escouade Inferno vivant les événements post-Episode VI. Le contexte est posé lors de la première mission, au moment où l'on voit l'Amiral Ackbar donner les directives pour l'assaut autour de la lune forestière d'Endor. Très rapidement nous sommes témoin de la destruction de l'Etoile de la Mort 2, et ainsi l'opération Cendre devient notre nouvelle mission, donnée directement par l'Empereur à travers un message posthume. Dès les premiers instants, le jeu frappe fort avec des graphismes de haute volée ! La lumière, les reflets, les matériaux, les FX... Les améliorations par rapport au premier jeu sont notables, que ce soit en intérieur ou en extérieur. Le jeu fourmille de détails saisissants, les feuilles s'envolent au vent et à la moindre explosion de façon très réaliste, des animaux se baladent tranquillement dans les environnements, les civils fuient les combats... C'est plein de vie et on s'y croit tout simplement ! On constate un peu d'aliasing ou des textures plus floues à une certaine distance, mais de manière moins importante que dans le premier, et globalement tout fonctionne à merveille, si bien qu'on en viendrait à regretter que les animations de certains personnages n'atteignent pas la qualité de celles d'autres titres. C'est d'autant plus dommage que le jeu nous permet de jouer à la première personne comme à la troisième personne, montrant des personnages dans des positions parfois peu esthétiques ou ne bougeant pas assez naturellement. Cela reste de l'ordre du détail puisque cela ne concerne globalement que certaines postures immobiles ou mouvements très lents... Et des mouvements lents, on en fera assez peu finalement.

En effet, la campagne nous permet de faire quelques missions d'infiltration par moment, mais vous êtes totalement libre dans vos actions et si le rentre dedans est votre truc, alors faites-vous plaisir, d'autant que le jeu se veut très dynamique lorsqu'on est habitué aux déplacements du personnage que l'on contrôle. Point étrange toutefois, alors que le reste du jeu le permet, il est impossible de faire des roulades avec Iden Versio dans la campagne. L'IA ne posera guère de problème en revanche, il lui arrive parfois de tenter des contournements pour vous surprendre par les flans ou par derrière, mais elle ne se défend pas très souvent et n'est pas toujours très réactive dès qu'il faut se mettre à couvert. Les niveaux se veulent relativement dirigistes sans être foncièrement linéaires. On a parfois quelques environnements plus grands permettant d'agir différemment, se cacher à un endroit plutôt qu'un autre, etc. Tout au long de votre aventure, vous êtes accompagné par votre droïde qui vous permettra d'attaquer des ennemis, de pirater des portes ou des caisses d'équipement. Dans ces caisses d'équipement vous trouverez de nouvelles armes ou des cartes des étoiles vous permettant de changer votre arme principale et vos capacités, car oui, il est impossible de ramasser les armes de vos ennemis... Au fil des missions, vous serez amené à piloter des chasseurs, combattre à pieds ou dans des véhicules terrestres et même contrôler des héros emblématiques. L'idée étant de ne pas se focaliser uniquement sur Iden Versio mais aussi sur ce qui se passe autour d'elle dans les rangs de l'Alliance Rebelle ou au sein même de son escouade.

Finalement, la campagne s'avère assez classique dans son approche mais permet de s'essayer à de nombreux personnages et véhicules tout au long de l'aventure, qui dure six heures, et ce dans un scénario plutôt cohérent et suffisamment bien ficelé pour s'intégrer parfaitement à l'histoire de la saga et ainsi compléter quelque peu les 30 ans manquants entre les épisodes VI et VII. SPOIL - On notera malheureusement une communication autour du titre qui décevra un peu. Annoncée comme une campagne vue du côté de l'Empire, finalement, ce n'est qu'à travers un unique personnage que ce contrat est rempli, laissant place à de l'héroïsme et un happy "end" un peu décevant... Du moins jusqu'au début de la cinématique d'introduction du dernier niveau où l'apparition d'un vaisseau bien particulier et connu des fans redonne le sourire et apporte un peu plus d'obscurité avant de se terminer sur un cliffhanger laissant clairement entendre une suite à l'histoire disponible dès la première mise à jour gratuite (déjà disponible). Mais nous ne spoilerons rien ! – FIN DU SPOIL

Ca, c’est la classe !



Sans tarder, voici la première différence essentielle avec le premier épisode : exit la personnalisation d'un unique personnage, bonjour le système de classes. Comme sur un Battlefield, elles sont ici au nombre de quatre et on y retrouve les grands classiques. La classe Assaut, spécialisée dans le combat à courte et moyenne distance, c'est le soldat de base par excellence, mais pas dans le sens péjoratif du terme. Son arme principale offre une cadence de tir plutôt rapide ainsi que des dégâts modérés, efficace à courtes et moyennes distances. La classe Heavy, spécialisée dans l'armement lourd, bien qu'offrant une faible puissance de feu, son arme s'équilibre avec une cadence de tir élevée et une très longue portée. La classe Spécialiste, autrement connue dans d'autres jeux comme l'Eclaireur, est l'expert en fusil de précision. Et enfin, la classe Officier, le support du groupe, reste d'une très grande efficacité à l'aide de son pistolet blaster très précis, tout en apportant un bonus aux alliés proches grâce à ses capacités. Ils sont différenciés par leur arme principale dont trois sont déblocables en jouant avec chaque classe, leur santé (les soldats lourds étant plus résistants que les officiers par exemple) mais aussi par les capacités tactiques.

Les classes ont chacune des capacités bien spécifiques personnalisables grâce au système de Carte des Etoiles, instauré dans le premier opus. Ici, les Cartes des Etoiles sont séparées en deux catégories bien distinctes : les bonus et l'armement secondaire. Les bonus sont représentés par de petites améliorations qui peuvent accélérer le temps de récupération de votre santé, vous faire regagner de la santé suite à une action bien spécifique (tuer à l'aide d'un coup de crosse par exemple), recharger la capacité en cours d'utilisation en cas de frag d'un tir à la tête, etc. De l'autre côté, les Cartes des Etoiles d'armement. A contrario des cartes de bonus, les cartes d'armement remplacent les capacités de base de chaque classe. Par exemple, la classe Spécialiste peut remplacer sa grenade électrique par un pistolet empoisonné qui inflige des dégâts sur la durée et empêche ainsi les ennemis de régénérer leur santé en cas de fuite. Dans les deux cas, il est possible d'améliorer ses Cartes des Etoiles jusqu'au niveau quatre (épique). Pour améliorer ces Cartes des Etoiles, vous gagnez des crédits en fin de partie, plus ou moins selon que votre résultat est bon ou non lors de la partie, vous permettant ainsi d'acheter des caisses parmi trois différentes : soldats, chasseurs, héros, respectivement au prix de 4000 Crédits, 2400 Crédits et 2200 Crédits. Dans un pack on trouvera des cartes liées au type de pack acheté, ainsi qu'une carte différente (si achat d'un pack héros, au moins deux cartes héros et une carte chasseur ou soldat), et des pièces de fabrication.

Ces pièces de fabrication s'obtiennent très rapidement. On en trouve exclusivement dans les caisses, que ce soit la caisse quotidienne ou les caisses d'armes (héros, chasseurs, soldats), entre 15 à 75 pièces. Elles permettent de fabriquer une Carte des Etoiles de votre choix pour 40 pièces. Pour améliorer vos cartes, soit vous les trouverez directement au niveau supérieur de façon aléatoire dans une caisse, soit vous pouvez dépenser un certain nombre de pièces de fabrication selon le niveau d'amélioration voulu. Mais cela ne suffit pas, car vos personnages disposent d'un niveau de carte et, pour améliorer une carte, vous devez atteindre un niveau spécifique, par exemple pour obtenir un niveau 5 pour votre personnage, il vous faudra 5 cartes de niveau 1 ou 2 cartes de niveau 2 et une carte de niveau 1, etc. Ainsi pour améliorer une Carte des Etoiles au niveau 2, il vous faudra 80 pièces de fabrication et avoir un niveau de carte 5, pour passer une carte au niveau 3, il vous faudra être au niveau 10 et dépenser 120 pièces, et pour finir, pour améliorer une carte au niveau maximal, il vous faudra un niveau de carte de 15 et 480 pièces de fabrication. C'est pour atteindre les derniers niveaux qu'il vous faudra du temps, et d'autant plus pour les vaisseaux de héros nécessitant d'être au niveau 20 pour être améliorés. A noter aussi que chaque niveau d'amélioration vous demande d'avoir atteint un rang spécifique, montant grâce aux points d'expérience récupérés en fin de partie. Malgré cela, en jouant avec astuce, vous comprendrez vite qu'acheter des packs de héros à 2200 Crédits est le moyen le plus efficace et rapide d'améliorer ses personnages comme on le désire. Le niveau de carte permet aussi d'accéder à des slots supplémentaires de personnalisation pour tous les personnages (héros, soldats ou chasseurs), donnant ainsi la possibilité de sélectionner jusqu'à trois bonus/armements secondaires maximum. Il est donc de mise de bien réfléchir à quel bonus choisir pour être le plus efficace selon son style de jeu, en sachant qu'il est tout à fait possible de modifier les Cartes des Etoiles appliquées aux personnages avant de réapparaître en cas de mort au milieu d'une partie. Fort heureusement, ce système qui au premier abord semblerait apporter un déséquilibre, est suffisamment peu avantageux pour faire pencher la balance de manière trop importante lors des parties.

Les cartes apportent des bonus parfois intéressants, d'autres fois franchement inutiles. Evidemment tout dépendra de votre façon de jouer, mais globalement, les améliorations sont minimes sauf pour le cas de quelques cartes qui sans déséquilibrer réellement le jeu, apportent un soutien appréciable dans des conditions spécifiques. Chez les héros par exemple, Boba Fett dispose d'une amélioration épique lui permettant de tirer cinq roquettes de plus avec son barrage de roquettes. Si cette amélioration à elle seule permet d'infliger plus de dégâts en cas de tir réussi, c'est lors du mode bataille de héros que la combinaison de cette carte avec celle permettant d'infliger des dégâts supplémentaires par roquette aux héros ennemis que l'efficacité se fait ressentir. Evidemment, beaucoup auraient tendance à trouver cette pratique déséquilibrée et il est possible qu'elle subisse quelques réajustements, pourtant, c'est bel et bien les compétences même du joueur à utiliser son personnage qui rendra efficace ou non cette salve de roquettes. Car oui, Star Wars Battlefront II se veut plus exigeant que son prédécesseur de part son gameplay plus subtil. Il demandera un peu d'astuce pour prendre le dessus sur ses ennemis tout au long des cinq modes de jeu disponibles.

Ca Frappe ou ça casse



Cinq modes de jeu, c'est peu. C'est d'autant plus dommage que certains modes du premier Battlefront comme la Suprématie qui ne consistait ni plus ni moins qu'à capturer des territoires (un peu à l'instar du mode Conquête sur les anciens Battlefront ou sur Battlefield), auraient largement pu figurer dans la liste. Toutefois, comme déjà mentionné dans la preview du jeu, Battlefront II offre 11 maps jouables en Assaut Galactique, toutes scénarisées et permettant de parcourir des environnements dans lesquels on devra accomplir divers objectifs en trois phases. Si on ajoute à cela le mode Assaut des Chasseurs, comportant cinq maps scénarisées elles aussi où l'on s'affronte sur des environnements variés (station spatiale, débris de l'Etoile de la Mort 2, vaisseau Ressurgent du Premier Ordre, bataille en atmosphère sous une pluie battante sur Kamino, etc.) et demandant d'accomplir une fois encore des objectifs différents, alors les deux modes apportent de la variété, rendant les parties différentes d'une map à l'autre. C'est sans compter aussi sur les variantes de certaines maps, différenciées exclusivement par l'heure de la journée, la plus représentative étant Kashyyyk qui nous permet des affrontements de jour comme de nuit. On en vient à regretter que Naboo n'ait pas de version nuit ou qu'il y ait si peu de différences entre Tatooine de jour et la soirée, et Endor la nuit et la matinée. A ces deux modes de jeu viennent s'ajouter trois autres, dont un disponible dans la bêta mais ayant subi quelques modifications.

Le mode Strike (Frappe en français) consiste toujours à la capture d'un disque de données en première phase à rapporter au vaisseau en deuxième phase. Sur d'autres maps, il ne s'agira que de zones à défendre ou de deux points à pirater en posant une charge explosive, les défenseurs devant donc empêcher l'amorçage ou désamorcer la charge avant le temps imparti. La plus grosse différence avec la bêta c'est que les troupes en attaque ne démarrent plus avec 70 unités mais 40 et que la victoire d'une partie se fait en deux manches gagnantes. Le mode Escarmouche reste très classique, il s'agit ni plus ni moins que d'un team deathmatch en 100 frags gagnants. Si toutefois c'est un mode de jeu que je ne trouvais pas intéressant sur le premier et sur lequel je n'ai dû passer que deux ou trois parties de mon temps de jeu, ici avec l'arrivée du système de classe, le gameplay a gagné en profondeur et même en nervosité. Les parties sont vraiment endiablées et prenantes, même très fun si tant est que les équipes soient de niveau équivalent. Enfin, le mode Bataille de Héros se retrouve bien différent de ce qui était présent dans le premier jeu. Exit les trois héros contre trois méchants, épaulés par trois soldats dans chaque équipe. Ici, tous les joueurs s'engagent dans un quatre contre quatre où chacun contrôle un héros sélectionné en début de partie. Il est tout à fait possible de changer de héros au cours de la partie, sous réserve que le personnage ne soit pas déjà utilisé par un autre joueur. Le combat s'engage alors en dix points gagnants, une cible est définie aléatoirement parmi les quatre héros, l'éliminer attribue un point à l'équipe qui aura gardé son héros en vie. Les parties s'enchaînent rapidement et demandent beaucoup d'adresse avec chaque personnage. C'est dans ce mode de jeu qu'on se rend vraiment compte que les compétences du joueur primeront toujours sur les Cartes des Etoiles sélectionnées, et ce peu importe leur niveau !

En effet, contrôler un héros manipulant le sabre laser demande d'être réactif. Tout tourne autour de l'endurance, que ce soit pour attaquer ou pour se défendre, tant contre des blasters que des sabres laser. L'endurance se vide très rapidement, c'est pour cela que vient s'ajouter l'esquive (qui n'a été ajoutée que bien plus tard dans le premier Battlefront, et ne pouvait être que latérale) nous permettant d'effectuer un dash ou une roulade dans n'importe quelle direction. Les affrontements deviennent alors très dynamiques ! Certains personnages comme Dark Maul sont incapables de se défendre et sont alors contraints d'effectuer des esquives en permanence pour rester en mouvement et prendre leurs ennemis de vitesse, offrant alors un gameplay très nerveux et d'une grande "violence" à travers les différentes attaques du personnage. Contrairement aux quatre classes de base, ces personnages ne sont personnalisables qu'en augmentant la puissance ou la portée de leurs pouvoirs prédéfinis, permettant aussi parfois de récupérer de la santé à chaque élimination (100 points maximum). Selon les personnages, la santé sera plus ou moins élevée (comme pour les classes de soldat). Par exemple Han Solo et Boba Fett auront 450 points de santé contre 750 pour Kylo Ren, voire 900 pour Dark Vador, ou 1050 même si sa santé maximale est au rang épique. Si on peut penser que 150 points de vie rendront Dark Vador beaucoup plus puissant, il n'en est rien... Cela ne représente que deux coups de sabre laser mais qui, effectivement, le sauveront peut-être ! Evidemment, ça ne le met pas à l'abri d’une chute dans le vide, d’autant qu’il est monnaie courante que les personnages utilisant la Force pour pousser ou attirer leurs ennemis s'en servent pour les éjecter dans le vide afin de s'en débarrasser rapidement. MAIS ! Il y a un "mais !", et pas des moindres car il représente pour moi un des plus gros problèmes dans les mécaniques de gameplay...

S'il est logique qu'un Jedi ou un Sith puisse se défendre contre la Force, il est tout à fait incompréhensible qu'une simple roulade au bon moment par un soldat ou un héros comme Han Solo, l'immunise contre le pouvoir (exemple : la poussée de Luke ou l'étranglement de Vador n'ont aucun effet si la roulade est effectuée au bon moment)... Pire encore, la roulade peut être spamée à foison (il y a une limite à l'esquive, empêchant d'en faire le temps d'une seconde, mais c'est trop peu...) rendant les coups de sabre laser inutiles ! Parfaitement, spamer une esquive empêche un Sith ou un Jedi de frapper l'adversaire, mais l'esquive n'empêche aucunement de tirer, permettant ainsi de faire des dégâts plus ou moins importants tout en esquivant la grande majorité des coups alors même que la logique voudrait qu'un Jedi ou un Sith soit d'une efficacité totale au corps à corps. Il m'est arrivé d'enchaîner une capacité de Kylo Ren où il se déchaîne avec son sabre laser sur l'ennemi, suivi du vidage de mon endurance en frappant l'ennemi, sans le toucher une seule fois parce qu'il ne faisait que rouler par terre. En espérant que ce souci soit réglé très rapidement en augmentant le cooldown des roulades selon le personnage, il reste toujours des solutions pour contrer cet abus comme utiliser les pouvoirs pour immobiliser l'adversaire ou tout simplement jouer en équipe, car oui, le jeu est clairement fait pour jouer en équipe. Si certains joueurs cherchent simplement à passer en force dans les étroits corridors, l'astuce et le jeu en équipe seront toujours le meilleur moyen pour arriver à ses fins ! C'est d'ailleurs parfois un problème dans quelques maps dont le level design trouve quelques petits défauts occasionnels.

Jeu de cartes à crédits



Si majoritairement on se retrouve sur de grands champs de bataille, toutes les maps offrent un gameplay différent à un moment où à un autre. En Assaut Galactique, l'Etoile de la Mort 2 propose majoritairement des couloirs et des enchaînements de salles plus ou moins petites, les plus grandes étant les hangars qui offrent malgré tout des caisses ça et là pour se couvrir et qui créent de petits couloirs parfaits pour surprendre l'ennemi. Kashyyyk offre un gameplay sur une plage immense avant de se retrouver dans des couloirs plus ou moins larges formés par les hautes herbes avant de finir à l'intérieur d'un Destroyer de la République suffisamment ouvert pour laisser des tanks faire le ménage. D'un autre côté, Hoth est une succession de plaines, collines et tranchées dans lesquelles l'affrontement est difficile sous le feu de deux TB-TT de l'Empire pour finir dans l'avant poste Delta plus fermé. Sur l'Escarmouche, le combat se veut à courte et moyenne distance, laissant toutefois de grandes lignes de vue dégagées pour les Snipers. La Bataille de Héros propose des maps inédites comme le hangar et la salle du duel entre Obi-Wan, Qui-Gon et Dark Maul, laissant place à des affrontements épiques sur les plateformes au-dessus du vide. L'Assaut des Chasseurs propose lui aussi de la variété dans ses maps (même dans des batailles spatiales !), que ce soit entre le vaisseau de classe Ressurgent du Premier Ordre dans lequel on peut se faufiler, les débris de l'Etoile de la Mort 2 forçant à adapter son allure et offrant beaucoup de couvertures, l'assaut de Kamino en atmosphère sous une forte tempête, chaque affrontement est différent. Enfin le mode Frappe permet de jouer sur des petites portions de maps du mode Assaut Galactique pour accomplir un ou deux objectifs très rapides et c'est bien là que le level design pose parfois problème. L'objectif à rapporter au vaisseau demande parfois de passer par un unique chemin très vite contrôlé par l'équipe de défense qui pilonne l'entrée/la sortie sous les tirs et les détonateurs. Toutefois, les 40 unités décimées ne sont pas signe de défaite pour les attaquants puisque des prolongations seront faites tant que l'objectif ne sera pas retourné à son point de départ ! C'est notamment grâce aux unités spéciales que la victoire peut s'obtenir !
Les unités spéciales, ce sont des classes supérieures que l'on ne peut pas jouer par défaut. Ici, il s'agit d'unités plus puissantes ou de véhicules terrestres ou aériens qui apporteront du renfort sur le champ de bataille. Elles s'obtiennent à l'aide de Battle Points que l'on récupère en infligeant des dégâts, tuant un ennemi ou mieux, jouant l'objectif. Ainsi vous aurez la possibilité de jouer un exécuteur qui est là pour infliger de lourds dégâts (imaginez un soldat lourd encore plus fort) ou un aérien, un soldat muni d'un jump pack et d'un lance-roquettes pour des attaques rapides. Ces deux unités coûtent assez cher (respectivement 3000 et 2000 Battle Points) tout en n'étant pas invincibles. On regrettera tout de même l'absence d'unités bien spécifiques comme les droïdekas ou le manque d'originalité dans le camp des héros, proposant tous un guerrier Wookie en tant qu'exécuteur. Si au départ elles peuvent vous paraître inutiles en Assaut Galactique (ce sont les unités les plus fortes en Frappe et Escarmouche), c'est à force d'utilisation que vous comprendrez tous leurs atouts, le tout étant de ne pas se croire surpuissant pour autant. Il en est de même pour les véhicules, le premier sera le véhicule de soutien, cela peut être une canonnière qui sillonne le ciel et pilonne l'ennemi ou bien le véhicule objectif des défenseurs doté d'une lourde puissance de feu comme le TMT ou le TB-TT ! A côté de cela, d'autres véhicules coûtent légèrement plus cher, entre 600 et 2500 Battle Points, permettant de piloter vaisseau, bipod léger ou lourd, ou tank blindé. Enfin, pour 6000 Points vous aurez la possibilité d'appeler un Héros propre à la trilogie sur laquelle vous jouez (8000 pour un personnage qui ne fait pas partie de l'ère Star Wars où vous jouez, ex : Dark Vador sur Kamino, afin de permettre un "respect" de l'univers en quelque sorte) qui vous offrira un appui considérable si bien utilisé !

Bien utilisé parce que les héros sont loin d'être aussi résistants que dans le premier Battlefront. Ici, ils subissent très rapidement des dégâts mais ont gagné en rapidité et en efficacité avec leurs pouvoirs. Il est tout à fait normal qu'à la première utilisation, vous pensant tout puissant, vous vous ferez martyriser et perdrez votre héros dans les dix secondes suivant votre apparition. Rageant, mais rassurez-vous, dans ce cas de figure, vous récupérerez la moitié des Battle Points dépensés pour ne pas trop vous pénaliser. Aussi ils ont la possibilité de régénérer leur santé jusqu'à un certain point. Au-delà, la santé maximale diminue et hormis sous réserve d'avoir un personnage dont les Cartes des Etoiles permettent de regagner de la santé, vous ne la retrouverez jamais et il faudra faire attention aux prochains assauts ennemis sans quoi vous pourrez dire adieu à votre Héros. Par ailleurs, si au départ on aurait tendance à économiser nos Battle Points pour obtenir un Héros, très vite on se rend compte que le meilleur moyen de gagner des points est de piloter un chasseur pour détruire les chasseurs ennemis (IA ou joueurs) et attaquer l'infanterie depuis le ciel, ou encore d'utiliser le véhicule de soutien comme la cannonière, le TMT ou le TB-TT, pour profiter de leur puissance de feu pour faire tomber les rangs ennemis. A noter que les Héros ne sont pas tous jouables dès le départ, vous disposez de 8 Héros, 6 sont encore à débloquer avec les Crédits. En Assaut des Chasseurs, les Héros ne coûtent que 2000 ou 3000 Battle Points, et aucune unité spéciale n'est disponible à l'heure actuelle.

Finalement, le système de progression se veut long notamment dû au côté aléatoire des bonus trouvés dans les caisses mais avec de l'astuce, on économisera au maximum nos Crédits en achetant uniquement des caisses à 2200 Crédits au lieu de prendre les caisses de soldats à 4000. Les pièces de fabrication permettent d'obtenir plus rapidement un peu de tout, seuls les héros à acheter (65 000 Crédits au total) retarderont la progression de l'obtention des bonus qui renforceront un peu votre stratégie selon votre façon de jouer, mais cela ne vous pénalisera pas pour autant tant le déséquilibre ne se fait pas ressentir entre les possesseurs de cartes épiques et ceux qui n'ont même pas encore de carte. Et pour les personnes que le multijoueur rebute, il reste aussi le mode Arcade, permettant de jouer des scénarios sur différentes maps avec différents personnages, le tout en hors ligne seul ou à deux en écran partagé, en coop ou l'un contre l'autre. Le terme est bien grand que celui de scénario, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un contexte dans lequel on fait se battre des soldats d'un camp contre un autre, épaulé ou non par les héros, et dans ces petites missions, un objectif de frag est à atteindre. Le tout est aussi entièrement personnalisable, permettant de choisir la férocité de l'IA, le nombre d'ennemis à abattre, le nombre de joueurs par équipe (selon qu'on joue en Team Deathmatch ou Assaut), la vitesse d'arrivée des renforts, la résistance de notre personnage et des IA, la vitesse de recharge des capacités, etc. Malheureusement et c'est le plus gros point noir du tableau, non seulement il y a peu de cartes disponibles, mais en plus, il est pour l'instant impossible de jouer aux modes de jeu du multijoueur en hors ligne via le mode Arcade. C'est tout à fait regrettable d'autant que seul les combats terrestres sont disponibles et uniquement sur certaines maps restreintes du mode Escarmouche, donc des maps sans véhicule. On attend donc patiemment mais non sans une certaine impatience de pouvoir en découdre en écran partagé avec un ami dans des batailles spatiales épiques ou en Assaut Galactique comme sur le premier Battlefront qui lui aussi avait corrigé le tir bien plus tard avec une mise à jour gratuite. Autre point noir, ce mode est exclusivement réservé à du jeu local. Il est effectivement impossible de lancer une partie d'Arcade en coopération avec un ami en ligne comme c'était aussi le cas sur le premier Battlefront.

On sabre l’Arcade, on magnifie la X

Fort heureusement, tout n'est pas noir non plus, il ne s'agit là que de quelques points négatifs qu'il était vraiment important de souligner pour les non possesseurs du Xbox Live Gold. Pour le reste, les mises à jour gratuites de Star Wars Battlefront II sont censées apporter nouveaux héros, nouveaux véhicules, nouvelles maps… La première mise à jour du jeu concerne Star Wars Episode VIII Les Derniers Jedi, intégrant les héros Finn ainsi que le Capitaine Phasma, et un nouveau chasseur héros, ainsi que deux cartes : une pour le mode Assaut Galactique et une pour le mode Assaut des Chasseurs. Ayant eu la possibilité de les tester, autant dire que les deux personnages sont très agréables et risquent de demander un petit temps d'adaptation pour se révéler efficaces au combat (du moins en ce qui concerne certaines capacités), et les deux maps sont absolument monumentales ! Crait en Assaut Galactique se passe sur un immense terrain blanc et plat dans lequel des trous d'explosion ont creusé ou percé le sol, donnant accès à des couvertures ou des ouvertures dans les tunnels souterrains où vous trouverez les canons ioniques permettant de détruire les Juggernauts du Premier Ordre. Chez la Resistance, sans payer à l'aide de Battle Points, vous pouvez tout à fait réapparaître dans un speeder à vitesse très élevée, laissant derrière lui un immense nuage de poussière rouge, bouchant la visibilité des snipers ennemis et donnant à cet environnement un cachet tout à fait unique ! Une fois la première phase terminée, l'affrontement se passe dans une mine de cristaux saisissante de beauté et faisant alors passer la suite de la bataille en combat rapproché. D-Qar, nouvelle map du mode Assaut des Chasseurs, nous apporte une nouvelle dimension de combat à l'aide des objectifs à détruire : des générateurs de champs de gravité. Ceux-ci doivent être détruits par le Premier Ordre alors qu'ils s'activent en plein combat, créant d'immenses sphères où les choses qui s'y trouvent se distordent quelque peu visuellement tandis que chaque pulsation repousse tous les vaisseaux, rendant le pilotage en intérieur du générateur parfois très dangereux ! Je ne préciserai rien de plus concernant la suite de la campagne, c'est à vous de la découvrir !

Pour terminer, parlons du jeu sur Xbox One X... Là, c'est la claque monumentale ! C'est bien simple, de tous les jeux que j'ai vu sur One classique et sur One X, c'est celui dont la différence m'a le plus sauté aux yeux ! Les particules ne sont plus floues et apparaissent aussi fines qu'elles doivent l'être, les textures sont bien plus détaillées, l'aliasing a disparu, le flou de la distance aussi... En clair, c'est tout simplement magnifique et c'est ici que l'on vit la meilleure expérience Battlefront II sur console, si bien que retourner sur la Xbox One classique ensuite donne le sentiment de revenir une génération en arrière ! Une vraie démonstration de ce qu'on peut attendre de la One X, d'autant plus que les temps de chargement se voient raccourcis tant pour joindre la partie que pour la quitter. D'un autre côté, le sound design est d'une propreté et d'une intensité insolente. DICE fait comme toujours un travail remarquable en reprenant les sons bien caractéristiques des blasters, des explosions comme celle de la charge sonique larguée par le Slave I de Boba Fett, ou même simplement l'apparition aléatoire du Wilhelm scream lorsqu'un personnage meurt. Et ce ne serait évidemment pas Star Wars sans les musiques de John Williams mais aussi quelques nouvelles oeuvres créées spécialement pour le jeu qui respectent à merveille l'univers original, donnant parfois de nouveaux morceaux presque aussi épiques que les plus cultes de Star Wars. L'ambiance est respectée à la perfection tant sur le plan visuel que sonore, si bien qu'il ne manquerait plus qu'un casque VR pour se croire pleinement dans une galaxie lointaine, très lointaine !

L’avis perso d’Anthony / Grievous32 // Une réussite !

Ressenti personnel : Tout simplement aussi bon qu'annoncé ! Le jeu est superbe, fun, toutes les classes sont étrangement agréables à jouer et intéressantes là où un Battlefield 3 ou 4 me faisait camper une ou deux classes (éclaireur, assaut), et où un Battlefield 1 m'a semblé franchement mou et pas très intéressant. Ici c'est dynamique, nerveux, le gameplay est accessible mais la courbe de progression se fait bien ressentir quand on a saisi toutes les subtilités du titre et de chaque personnage. Ainsi, si au début on se fait décalquer avec un Héros comme Dark Maul ou Kylo Ren, très vite on se rend compte qu'ils sont très efficaces, mais qu'il faut simplement jouer sur l'esquive, la rapidité et l'astuce à travers les capacités des personnages. Je regrette juste que certaines voix françaises (c'est le fan en moi qui le dit) ne soient pas reprises des originales comme celle de Kylo Ren ou des Clones, et que les droïdes n'aient pas plus de dialogues comiques à l'instar de la série animée The Clone Wars, mais la voix de Han Solo ressemble bien plus à celle de la première trilogie que la voix de Richard Darbois sur Star Wars Episode VII alors... Tout n'est pas à jeter ici aussi, et puis les comédiens ont tout de même fait un très bon travail !

Article rédigé par Anthony / Grievous32


Point complet
En résumé, Star Wars Battlefront II arrive à faire bien mieux que son aîné, offrant un gameplay encore plus dynamique, plus équilibré notamment grâce aux limitations de la personnalisation dans des classes prédéfinies toutes très agréables à prendre en mains. Le système de Battle Points remplaçant les power-ups du premier épisode est bien équilibré lui aussi, permettant de renforcer l'ampleur des batailles au fur et à mesure que la partie avance. Le système de progression pour faire évoluer les personnages demandera du temps pour obtenir les meilleurs bonus, mais aucun déséquilibre ne se fait ressentir une fois sur le champ de bataille, les compétences du joueur étant toujours grandement privilégiées grâce à un gameplay accessible mais bien calibré pour permettre une progression dans un jeu Star Wars aux graphismes et à l'ambiance sonore absolument démentiels. Parmi les gros points noirs à l'horizon, il y a un manque d'unités spéciales, pour ajouter encore plus de variété et de stratégie dans les combats, et un mode Arcade qui bénéficie d’un contenu limité. Cela étant, il faut souligner que tous les DLC à venir seront gratuits pour préserver une communauté solide et unie. DICE a définitivement réussi son pari en corrigeant les défauts du premier Battlefront pour nous offrir un des poids lourds de cette fin d'année !

On a adoré :
Les graphismes
Les sons
Un gameplay plus nerveux
Système de classe plus équilibré
Assaut Galactique, Assaut des Chasseurs et Bataille de Héros
Campagne sympa et assez variée
Le scénario de la campagne
Tous les DLC gratuits
Le mode Arcade personnalisé en écran partagé
On n'a pas aimé :
Certaines mécaniques de gameplay à revoir (l'esquive)
Manque d'unités spéciales
Certaines portions de maps au level design un peu injuste
Campagne un peu trop facile et classique
L'histoire pas vraiment vue du côté de l'Empire
Le contenu online non disponible en offline (Arcade)


Consulter les commentaires Article publié le 20/12/2017 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018