Test Spartacus Legends - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Spartacus Legends



Editeur
Ubisoft
Développeur
Kung Fu Factory
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Combat
Statut
Disponible
Date de sortie
  26.06.2013
  26.06.2013
Nombre de joueurs
1
Thème
Antiquité

Spartacus Legends est, comme son nom l'indique, un jeu de combat qui plonge le joueur dans des arènes pour des affrontements entre gladiateurs (à noter pour les cinéphiles que le jeu est une adaptation de la série télévisée Spartacus). Le titre est édité par Ubisoft, développé par Kung Fu Factory et est disponible gratuitement sur le Xbox Live Arcade pour tous les membres Gold. Ce free-to-play arrive donc à point nommé, histoire de divertir les joueurs en leur proposant des combats sanglants qui opposent un paquet d'hommes musclés aux torses huilés. Mais la gratuité du titre suffira-t-elle à séduire le plus grand nombre ? C'est ce que nous allons voir.

Aimes-tu les films de gladiateurs ?




Le soft n'y va pas par quatre chemins : un seul mode de jeu, un seul combattant pour commencer et c’est parti. D'ailleurs, le départ est immédiat, le premier combat faisant office de didacticiel. On se fait donc rapidement la main avant de se jeter dans la fausse aux lions. Bien entendu, on n’est pas réellement prêt et on se demande comment aborder le combat contre ce grand gaillard et son marteau de 150 kilos (on exagère un peu) avec notre petite épée et notre bouclier en bois recyclé… On pourrait demander un temps mort, quelques indications supplémentaires, et… Mais vous rigolez ? C'est la gladiateur académie, on n’est pas là pour tricoter. Va y avoir du sang, des entailles et des cris de joie. Le sang et les entailles viendront vite avec les combats, qui sont entre nous très bourrins dans l'âme. Pas de finesse, c'est un jeu de combat qui n'évolue pas réellement dans la stratégie et la recherche du combo ultime, comme on peut l'attendre de ce genre de titres. Non, la prise en main est plutôt mécanique. On a les coups rapides d'un côté, les grands coups bien violents de l'autre. On ajoute la possibilité de parer, d'autant plus utile lorsqu’on a équipé notre guerrier d'un bouclier, possibilité de faire une petite roulade de côté, en avant ou en arrière, pour éviter les coups assassins qui tombent sans sommation. On continue avec la possibilité d'attraper l'adversaire s'il reste trop en position défensive pour lui asséner un sévère coup de savate ou de glaive, tout dépend de l'arme employée.

Il faudra aussi faire attention à sa barre de défense, qui s'épuise rapidement en parant les coups ou en se roulant joyeusement dans la terre afin d'éviter le tranchant d'une lame. Et pour finir, le joueur peut narguer ou provoquer son adversaire, histoire de faire sautiller la foule et de montrer que mine de rien, y en a dans le slibard coton. Pour ce qui est des cris de joie, ils viendront du public, qui s'amasse autour de chaque combat et encourage ou conspue l'un ou l'autre des combattants. Une barre de soutien du public sera de plus de la partie, pour permettre au joueur d'exécuter sauvagement son opposant si cette dernière est remplie au maximum et que l'adversaire en vient à se vider brutalement de ses dernières ressources. Vous avez été prévenu, le jeu ne fait pas dans la dentelle : décapitation partielle, grand coup de maillet au milieu du front ou encore embrochage à la pique sous les tonnerres d'applaudissements sont de mise. Si Spartacus Legends est gratuit, sa violence l'est tout autant. Venons-en au principal, à savoir les gladiateurs. Les combats se révèlent au premier abord très restreints et similaires. On commence avec son premier fou furieux, prêt à se faire déchiqueter pour la gloire, et on arrive très vite à collectionner les hommes en slip comme des vignettes Panini. Huit armes différentes permettent de varier un poil l'expérience, allant du simple combo glaive/bouclier au marteau d'un mètre cinquante pour planter de gros clous, en passant par le duo de dagues, voire pour les plus téméraires ou les plus timbrés (au choix), le combat à main nue.

Pouce en bas, on lui coupe un doigt ?




Des casques à plumes, des bottes ou même des épaulières permettront non seulement de modifier le look de vos guerriers, mais aussi d'augmenter leurs capacités pour le combat, la défense ou la mobilité. Il sera de bon ton d'enchaîner les combats et de séduire au maximum le public pour augmenter sa réputation, ses revenus et son niveau, afin de parvenir à des arènes différentes, des accessoires supplémentaires ou pour acheter des mercenaires prêts à en découdre. Plus on avance dans le jeu et plus les équipements disponibles varient. Cependant, il faut choisir quel type de gladiateur prendre contre tel ou tel adversaire, en pesant le pour et le contre. Il a une lance, il préfèrera attaquer à distance, on devrait donc prendre quelqu'un qui utilise des attaques rapides ou qui a une bonne défense. Bref, ce n’est pas si stratégique que ça, mais quand même, on ne peut pas se contenter de malmener frénétiquement les boutons sur le long terme. En effet, les combats sont de plus en plus difficiles avec des adversaires de plus en plus réactifs. Le jeu propose également un tout petit mode qui permet aux joueurs de s'affronter, dans les mêmes conditions qu'avec l'ordinateur, sauf qu’en face il y a un autre type déterminé à leur faire tâter de sa lame. Hélas, le système est très restreint et plutôt aléatoire.

Il est possible de tomber contre un petit novice, qui sort à peine du didacticiel et s'est perdu sur la route, ou, pour les moins chanceux, sur un gars qui en est déjà à quinze heures de découpage et qui possède des armes et des compétences que vous ne soupçonniez même pas. C’est le combat expéditif et sans bavure dans le dernier cas. Ceci dit, qui dit free-to-play, dit également micro-paiements… Il faut bien rentabiliser le produit. Ceux qui n'auront aucun remord à s'accaparer de l'or dans le jeu en faisant chauffer la carte bleue pourront s'en donner à coeur joie. En échange d’argent réel, ils pourront s’octroyer quelques pièces supplémentaires pour acquérir ce que bon leur semble dans le titre. Des armes plus puissantes, des équipements plus solides, des bonus plus nombreux, bref, tout ce qui peut se gagner en étant un joueur assidu et rigoureux qui n’a pas peur d’affronter ce système de progression relativement lent. Techniquement, le jeu se révèle basique. Les graphismes, qui ne décollent pas la rétine, restent corrects et les animations plutôt réussies. Quant à la bande-son, c'est la même logique qui a été utilisée. Musiques de circonstance, bruitages assez réalistes, public qui hurle à en vriller les tympans quand l'action s'y prête... Bref, Kung Fu Factory a choisi la voie de la simplicité, ce qui ne veut pas forcément dire médiocrité ou facilité. La technique du jeu est en accord avec ses ambitions, et c'est déjà ça, même si on peut regretter quelques saccades et autres petits dérangements techniques.

Point complet
Spartacus Legends est finalement à la hauteur de ses ambitions. C’est loin d’être le jeu de l’année, c’est très simpliste dans l’approche et il y a quelques soucis techniques notables, mais il reste fun et plutôt addictif. On s’amuse à collectionner les gladiateurs, à achever les concurrents, à se cogner dessus en ligne ou contre l’I.A. C’est simple, mais c’est relativement bien fait, surtout pour un free-to-play. Bien entendu, vu le statut, cela implique certains éléments qui peuvent rebuter, comme une progression trop longue ou la possibilité de prendre des raccourcis moyennant finances… Mais on peut très bien en profiter sans débourser le moindre MSP.

On a adoré :
+ Ambiance gladiateur mature
+ Différentes armes
+ Un free-to-play
+ Accumuler ses combattants
+ Les entraîner, les améliorer
+ Plutôt fun
+ Complémentarité des spécialités
On n'a pas aimé :
- Combats trop répétitifs
- Mécanique de jeu trop simpliste
- Combos trop maigres
- Quelques soucis techniques
- Progression assez longue
- Décors peu variés


Consulter les commentaires Article publié le 14/07/2013 par Manuel-Ange A.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019