Test SoulCalibur V - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 330 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

SoulCalibur V



Développeur
Namco Bandai Games
Genre
Combat
Statut
Disponible
Date de sortie
  03.02.2012
  31.01.2012
  02.02.2012
Nombre de joueurs
1
Online
- Jeu en ligne

Depuis son passage sur consoles HD, la franchise SoulCalibur a perdu un peu de son prestige. Vivement critiqué par les amateurs des trois premiers épisodes, le quatrième opus avait globalement déçu le public malgré la présence d'un éditeur de personnages performant. Namco Bandai Games est-il parvenu à remettre sur le droit chemin sa franchise avec le cinquième épisode ?

Pas de changement radical de direction




Si SoulCalibur V apporte pas mal de nouveautés, il ne corrige pratiquement aucun des défauts du quatrième épisode, se contentant de surfer sur la même vague, tant en matière de design que de simplification du gameplay. Plus grand public encore que le précédent, il opère quelques changements au niveau du casting. Nul doute que les habitués de la série seront perturbés de voir disparaître toute une partie du casting, remplacée par des petits nouveaux aussi laids qu'ennuyeux. Ainsi, l'histoire se déroule 17 ans après SoulCalibur IV. On y suit la destinée des deux enfants de Sophitia, Patroklos, un "bad boy" aux allures d'androgyne, et Pyrrha, une jeune fille vaguement calquée sur sa mère qui passe son temps à se plaindre de devoir affronter ses adversaires et à jouer les pleurnicheuses. Le mode solo scénarisé nous propose de les incarner à tour de rôle en parcourant l'Europe à travers une série de duels et en découvrant quelques cinématiques nous expliquant un peu le contexte du jeu. L'ennui, c'est que le scénario demeure horriblement simpliste, n'apporte pas grand-chose à l'univers et, surtout, que le mode de jeu en question laisse de côté la quasi totalité du casting originel, nous confrontant à deux personnages sans charisme aucun qui passent leur temps à se morfondre. Les autres nouveaux venus ne sont malheureusement guère mieux lotis, tant en matière de design que de techniques de combat, avec un penchant certain vers l'originalité qui ne paye pas forcément.

On pense notamment à Ezio, le héros de la série Assassin's Creed, qui a certes une classe certaine, mais qui s'intègre finalement assez mal au gameplay soulcaliburesque à cause de sa fourberie et de son arsenal. Ceci étant dit, on peut heureusement créer ses propres personnages de A à Z, ce qui permet de contourner le casting plutôt médiocre de cet épisode pour en revenir à quelque chose de plus traditionnel. Très complet, l'éditeur permet d'arriver à d'excellents résultats mais nécessite tout de même pas mal d'implication et de temps pour être maitrisé. A contrario, si le changement de casting décevra certainement les habitués de la série, les petites nouveautés apportées au gameplay devraient aussi bien plaire aux fans qu'aux nouveaux venus. SoulCalibur V gagne en effet beaucoup en dynamisme et en nervosité, penchant davantage sur le côté agressif des combats que sur la technicité, tout en gardant une certaine dose de stratégie. En pratique, on remarque principalement que les déplacements sont beaucoup plus rapides que dans le passé, et que les pas latéraux très rapides permettent d'éviter au dernier moment un coup vertical. Du coup, le jeu se base davantage sur l'esquive que ses aînés, ce qui est plutôt un point positif, puisque tout en gagnant en dynamisme et en fun, il s'avère toujours relativement technique.

D’excellentes bases




Côté prise en main en revanche, on remarque que les combos sortent un peu plus facilement. La rapidité des affrontements donne aussi l'impression que le gameplay a été un peu simplifié, même si en réalité, il a juste un peu changé. Le soft conserve en effet tous ses acquis, qu'il s'agisse des différentes techniques de combat, qui sont encore plus nombreuses grâce aux modifications apportées à l'homme lézard, qui porte désormais deux haches et peu s'envoler un bref instant, ou à l'arrivée des deux héros de l'aventure, qui disposent de leurs propres mouvements et sont disponibles en versions Soul Calibur et Sould Edge, ou des nombreux coups à disposition. L'ennui, c'est que si certains personnages sont toujours relativement savoureux à diriger, la plupart ne sont que des clones ratés du quatrième épisode. Reste heureusement des concepts toujours aussi efficaces, comme la possibilité de détruire l'armement de son adversaire au fil du combat ou les trois types de mouvements que l'on peut lancer grâce à la jauge critique. Celle-ci se remplit en donnant ou recevant des coups. Plus elle est élevée, plus elle vous permet de sortir des enchaînements particuliers. Ainsi, on note tout d'abord la présence des Brave Edge, une attaque spéciale améliorée qui consomme la moitié de la barre. Vient ensuite l'Edge Critique, qui utilise l'intégralité de la barre pour envoyer une attaque destructrice.

La technique est tellement puissante que beaucoup regretteront son utilisation, qui fait réellement pencher le combat en la faveur d'un des deux combattants, peut-être trop même. Enfin, L'Impact Guard permet de parer des attaques hautes et consomme un quart de la barre. Sans doute plus bourrin que ses aînés, SC V n'en demeure pas moins un très bon jeu de combat sur le plan technique, avec des affrontements à l'arme blanche qui forcent le respect et qui semblent s'inspirer de plus en plus de Dead or Alive en matière de dynamisme. Le mode scénario rapidement expédié, il reste les affrontements en Arcade, rien de plus banal, le mode Duel et le flambant neuf Ames légendaires qui vous permet de lutter contre des personnages basés sur les techniques de combat des meilleurs joueurs mondiaux. L'initiative est sympathique, sauf qu'en pratique, 99% des joueurs essayeront une ou deux fois "pour rire", avant de retourner vers des modes plus classiques, dégoûtés de ne pas pouvoir approcher leurs adversaires. Enfin, le mode online reste pour sa part un exemple à suivre puisque ne souffrant d'aucun temps de latence ou presque, offrant la possibilité de partager ses vidéos et de comparer les scores avec ses rivaux. L'apparition du mode Colloseo, qui permet d'affronter des joueurs locaux et de chatter directement avec eux dans une sorte de salon apporte également pas mal d'intérêt au soft qui se recentre davantage sur les compétitions locales plutôt que nationales. Une bonne idée en soi !

D'un point de vue technique en revanche, si le soft parvient à afficher une bande sonore toujours aussi réussie avec des musiques mélodramatiques intenses et des bruitages qui sonnent plus vrais que nature, on regrette clairement que les graphismes ne se soient pas beaucoup améliorés depuis la précédente itération de la série. Les décors manquent réellement de détails, sont souvent très vides et souffrent de quelques idées qui rendent certains environnements littéralement hideux. C'est le cas notamment du champ de bataille qui est agencé sur plusieurs plans qui bougent séparément en fonction de vos déplacements. L'impression d'être plongé dans un jeu ultra-kitsch nous envahit donc très rapidement en dépit de la modélisation superbe de certains combattants, qui fait vraiment contraste avec ces erreurs de mauvais goût. Dommage qu'au final on ait donc l'impression de jouer à un titre certes efficace et relativement bien fichu, mais qui a semble-t-il été bouclé beaucoup trop rapidement, les développeurs se contentant d'une mise à jour graphique minimale et d'un contenu très modeste. Vu les excellentes bases de la série, nul doute que le studio de développement aurait pu faire bien mieux.

Point complet
Tout comme son prédécesseur, SoulCalibur V devrait en décevoir certains. L'un dans l'autre, les défauts du précédent épisode n'ont pas changé. Le jeu peine toujours à tenir la comparaison avec les ténors du genre visuellement et le mode solo n'a aucune comparaison avec celui du second ou du troisième épisode. Ceci étant dit, le titre se repose heureusement sur un gameplay toujours aussi fun et relativement technique, un éditeur de personnages très solide et un jeu en ligne qui assure des heures et des heures de fun. Au final, c'est plus que ce qu'il n'en faut pour tenir la franchise à jour !

On a adoré :
+ Toujours aussi fun
+ Plus dynamique et nerveux
+ L'éditeur de personnages
+ La bande sonore
+ Le gameplay au poil
+ Le jeu en ligne
On n'a pas aimé :
- Graphiquement assez moyen
- Certains décors
- Le casting a changé, en mal...
- Un scénario médiocre
- L'aventure solo, pénible


Consulter les commentaires Article publié le 27/02/2012 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020