Test Sonic and Knuckles - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 315 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Sonic & Knuckles



Editeur
Sega
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Plateformes
Statut
Disponible
Date de sortie
  09.09.2009
  09.09.2009
  09.09.2009
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
400 MS Points

Sonic et ses niveaux labyrinthiques démesurés et ultra rapides, il n’y avait rien de meilleur à l’époque de la Megadrive. Aujourd’hui, le hérisson bleu a bien vieilli et, après une douzaine de jeux en 3D plus mauvais les uns que les autres, voilà que Sega ressort les vieilles confitures. Pour la joie de tous ? Voyons voir cela de plus près...

Le hérisson et l’échidné




Sorti en 1994, Sonic & Knuckles est une suite directe à Sonic 3. L’oeuf de la mort est tombé sur Angel Island, en plein milieu d’un volcan. L’infâme Dr. Robotnik (ou Eggman pour les passionnés anglophones) tente alors de réparer son énorme conception. Pendant ce temps, Knuckles se retrouve seul, berné par Robotnik dans le précédent épisode. Il fait alors équipe avec Sonic pour arrêter notre cher méchant. Seul problème : celui-ci a créé un Sonic en métal, faisant passer notre héros supersonique pour un méchant à la botte de l’infâme docteur. Knuckles tombe encore dans le panneau et se retrouve obligé de la jouer en solo. Pas de doute, Knuckles fait réellement tous les mauvais choix niveau amitié. Pas grave, le joueur est là pour rectifier le tir. Deux personnages sont ainsi disponibles, pour deux aventures aux mêmes niveaux, mais sensiblement différentes en ce qui concerne le gameplay. Si Sonic peut toujours charger ses roulades supersoniques et donner une impulsion en l’air pour frapper ses ennemis, Knuckles peut surtout s’accrocher aux murs et planer.

Ultime gameplay pour des niveaux sublimement réalisés qui mettent à profit des labyrinthes en 2D vraiment bien conçus et remplis de pièges et trésors insoupçonnés. Le joueur peur alors foncer dans le tas et se frayer un chemin jusqu’à la sortie ou jouer judicieusement et collectionner les boucliers, protections de feu, aimants et autres joyeusetés à base d’anneaux et de vies supplémentaires. Parlons aussi des zones bonus des checkpoints, proposant un peu de bandit manchot et de roulades psychédéliques bien travaillées, bien qu’un peu complexes. Mais le plus mythique des moments reste l’imprécise zone des orbes bleus et rouges, entièrement réalisée en 3D (une révolution à l’époque) qui demande beaucoup de savoir faire pour collecter les bonnes couleurs et accéder à l’Émeraude du Chaos. Il y en a, bien entendu, plusieurs à collectionner pour obtenir la vraie fin du jeu.

Trop vieux et trop sérieux ?




Deux problèmes sont posés en un titre de paragraphe. En effet, Sonic & Knuckles se prend beaucoup trop au sérieux de par son scénario et sa mise en scène. Sonic, c’est avant tout un univers complètement farfelu avec un méchant en tête d‘oeuf et des robots alimentés par des animaux. Ici se met en place le scénario de Knuckles le protecteur des émeraudes et son amitié/haine pour Sonic, le héros au grand coeur. Une aventure qui a été sérieusement retranscrite dans Sonic Adventure quelques années plus tard sur Dreamcast sous une forme bien plus intéressante. Aussi, Sonic & Knuckles a mal vieilli. On sent venir les boss un peu trop répétitifs, les actions à ne pas faire, les secrets mal cachés... Alors que c’est là tout l’intérêt du jeu. Enfin, comment ne pas pester devant la présence d’un jeu à 400 MS Points sur le Live alors que ce même jeu est disponible dans la Compilation Megadrive sortie il y a presque un an maintenant avec un prix de revient inférieur à un euro ?!

La logique n’est pas du tout présente dans la politique de Sega et cet achat n’est donc vraiment pas recommandable pour quiconque voudrait se plonger dans l’univers de Sonic à moindre prix. La compilation étant toujours et pour longtemps ce qui représente le meilleur rapport qualité/prix pour cet objectif de joueur nostalgique. Autre problème : Knuckles. Les premiers niveaux avec l’échidné sont amusants mais, au bout du second acte, on s’ennuie ferme. On plane, on traverse tout le stage en se perdant vu que l’on n’a pas suivi le labyrinthe et ses différents chemins. Et finalement, on s’ennuie, tout simplement. Autant jouer avec Sonic et bénéficier des jolis artifices des précédents épisodes en matière de fun et de mise en scène. Dans ces conditions, on se demande alors si ceux qui veulent vraiment claquer 400 Microsoft Points sur le Xbox Live Arcade ne devraient pas se précipiter sur les précédents épisodes qui, bien que plus vieux, gardent leur charme d’antan. Désolé Knuckles.

Point complet
L’overdose de Sonic faisait déjà faire quelques bêtises à Sega, fut un temps, Sonic & Knuckles est sans conteste le Sonic 2D ayant le plus mal vieilli avec Sonic 3. La faute à un scénario pas du tout accrocheur et à une aventure qui se prend trop au sérieux. Seul le level-design très recherché accroche le joueur fan des anciens titres du début de la Megadrive. Alors quand en plus le jeu est vendu 400 MS Points malgré sa disponibilité dans la compilation Sega Megadrive (avec un prix de revient inférieur à un euro), on voit mal l’intérêt de se procurer cette version digitale.

On a adoré :
+ Un level design inspiré
+ Des séquences jouissives
+ La sauvegarde quand on veut, où on veut...
On n'a pas aimé :
- Un peu cher pour un jeu déjà présent dans une compilation
- Vraiment pas le plus intéressant des Sonic en 2D
- Un Knuckles pas très intéressant à jouer


Consulter les commentaires Article publié le 23-09-09 par William B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020