Test SkyDrift - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 455 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

SkyDrift



Développeur
Digital Reality
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  07.09.2011
  07.09.2011
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Aviation
Prix de lancement
1200 MS Points

Digital Reality s’était déjà illustré cet été en sortant le sympathique Dead Block sur le Xbox Live Arcade et le PlayStation Network. Aujourd’hui, le studio remet le couvert avec SkyDrift, un jeu de courses aériennes qui s’annonçait très fun, tout en bénéficiant d’une réalisation AAA. Le titre parvient-il à créer la surprise ?

A 200 à l’heure




Bien décidé à répondre à une certaine demande, Digital Reality a développé un jeu qui sort clairement des sentiers battus. SkyDrift n’est pas un jeu de dogfights classique. A vrai dire, il n’a rien à voir avec un IL2. L’accent est ici mis sur les courses et le fun. Concrètement, on débute une course, on joue adroitement du stick pour se faufiler à travers les décors, on récolte les power-ups pour tirer des missiles, des mines et d’autres joyeusetés sur nos amis, et on essaye d’éviter les catastrophes naturelles pour arriver premier. Le jeu auquel il se rapproche le plus, c’est sans aucun doute Hydro Thunder, que ce soit au niveau du style coloré des décors, des « catastrophes » qui surviennent au beau milieu des courses, des power-ups à récupérer ou des tracés, beaux à damner et très variés. Après, les similitudes s’arrêtent là car le ressenti est forcément très différent. SkyDrift propose en effet de gérer la direction horizontale mais aussi verticale de son appareil, ce qui ajoute de la complexité aux courses, d’autant plus que les décors regorgent d’endroits sur lesquels on peut briser son appareil en deux. Ajoutez à cela des énergumènes qui vous canardent et vous comprendrez vite que la tâche n’est pas aussi facile qu’elle n’y parait. Cela dit, vous disposez également d’un boost activable à tout moment pour éviter les objets dégringolant des falaises ou semer vos poursuivantes.

Globalement, le jeu est plutôt bien fichu. Les courses sont vraiment nombreuses (+ de 30, incluant bien sûr des reverses), il y a plusieurs coucous disposant tous de leur propre design et de leurs caractéristiques uniques (certains sont plus puissants, d’autres plus rapides…) et les courses sont plutôt bien équilibrées. La sensation de vitesse est également excellente, de même que la prise en main, assez simple mais pourtant très efficace grâce aux tracés tortueux et aux surprises qui apparaissent après chaque tournant (une plaque rocheuse qui se détache par exemple). Un seul petit élément fait défaut au titre de Digital Reality durant les courses : le fait que certaines aires de jeu soient limitées par des murs invisibles. Lorsque le tracé laisse une aire ouverte sur la gauche, alors que la falaise à droite limite le décor et que l’on voit clairement qu’il faut aller tout droit, c’est compréhensible. Ca l’est un peu moins lorsque les deux côtés sont limités et qu’un mur invisible se situe à deux mètres de la paroi gauche par exemple. Un peu gênant à l’heure actuelle, mais pas tant que ça puisqu’au final il est rare de constater ce type de situations (le jeu a été pensé pour des courses en « tunnel » avec des obstacles et des limitations tout autour du rayon d’action). Ca ne donne pas énormément de liberté mais ça rend finalement le jeu très fun et permet de garder le joueur au cœur de l’action. C’est juste dommage que les quelques limitations ne soient pas mieux amenées.

Côté contenu, le titre offre largement de quoi faire avec une quarantaine de circuits, du multijoueur en ligne jusqu’à huit et trois modes de jeu : courses, courses éliminatoires et courses à travers des anneaux qui boostent votre vitesse. C’est largement suffisant dans la campagne solo pour nous tenir en haleine deux ou trois après-midi. La durée de vie du soft est donc assez bonne, d’autant que le concept du jeu sied parfaitement au multijoueur. En revanche, il est tout de même dommage que le jeu ne propose pas de Deathmatch (c’est prévu pour un DLC) et que huit coucous (avec quatre designs différents pour chacun d’eux) soient au rendez-vous. Un peu plus de diversité n’aurait pas fait de mal de ce côté-là. Cela dit, vu le prix (1200 MS Points), c’est déjà très généreux, d’autant que le concept fonctionne parfaitement, que le jeu est fun et dispose d’une réalisation technique vraiment bluffante avec des décors colorés absolument magnifiques. Comme les développeurs l’avaient promis, on a vraiment l’envie de voyager dans ces décors qui représentent des plages ensoleillées, de sublimes canyons ou un volcan en éruption par exemple. Un gros soin a été apporté à la réalisation et on finit par se dire que s’ils l’avaient voulu, ils auraient très bien pu le sortir à 40€ en boîte. Cela dit, les développeurs ont fait le bon choix car le jeu s’adresse très clairement à une minorité de joueurs susceptibles d’être intéressés par le sujet. Enfin, côté bonus, signalons que le soft propose un système de médailles à débloquer en fonction de vos prouesses durant les courses et trois modes de difficulté. Au final, le jeu parvient à nous surprendre avec ses nombreuses qualités, en dépit d’un prix que certains trouveront élevé (tout est relatif, mais ça dépend surtout de votre intérêt pour le digital) et de certaines erreurs de jeunesse. Le constat reste quand même très positif et impose d’emblée le titre comme une excellente surprise.

Point complet
Excellente surprise que ce SkyDrift qui se définit un peu comme un Hydro Thunder avec des avions. Fun, coloré, extrêmement joli et addictif, il est un très bon jeu de course proposant de nombreux modes, du online jusqu’à huit et bon nombre de décors. Certes, le prix est élevé pour un titre XLA (1200 MS Points), mais le soft a toutes les qualités d’un jeu boite. On regrette tout de même que le titre ne propose pas de Deathmatch (à venir dans un DLC) et que les zones de jeu soient artificiellement limitées par quelques murs invisibles. Ce n’est pas forcément très gênant, mais il arrive qu’on entre en contact avec et ce n’est pas joli à voir de nos jours. Pour le reste, SkyDrift est indubitablement un très bon jeu.

On a adoré :
+ C’est très joli
+ Très complet
+ Fun et dynamique
+ Nombreux décors
+ Jouable en ligne
+ Gameplay au poil
On n'a pas aimé :
- Pas de Deathmatch
- Pas beaucoup d’avions
- Des zones limitées par des murs invisibles


Consulter les commentaires Article publié le 11/09/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020