Test Sid Meier’s Civilization Revolution - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 327 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Sid Meier's Civilization Revolution



Editeur
2K Games
Développeur
Firaxis
Genre
Gestion Stratégie Tour par tour
Statut
Disponible
Date de sortie
  13.06.2008
  08.07.2008
Nombre de joueurs
1 à 4
Classification PEGI
Prix de lancement
59,00 €

C’était il y a quelques mois seulement : 2K Games et Firaxis annonçaient le développement d’un nouvel épisode de la série Sid Meier sur console, totalement exclusif au support. Le but des deux studios ? Dépoussiérer la franchise et parvenir à créer un jeu de stratégie qui bénéficierait d’une prise en main exemplaire. Pas de demi-mesure puisque ce Civilization Revolution devait démontrer qu’il était possible de produire un jeu de stratégie qui tienne la route sur consoles de salon. Est-ce finalement le cas ?

Une révolution ?




Depuis plus d’un an maintenant, de nombreux éditeurs ont tenté de porter les plus grands jeux de stratégie sur nos consoles de salon. Si la plupart de ces essais se sont avérés concluants, aucun de ces jeux ne parvenait à tenir tête à un jeu PC bénéficiant du support de la souris et du clavier… Avec Civilization Revolution, Firaxis nous démontre qu’un jeu de stratégie peut être ergonomique sur consoles et d’une manière pour le moins élégante ! Comme son nom l’indique, Civilization Revolution nous propose de prendre le destin de plusieurs civilisations entre nos mains, que ce soit en solo ou en multijoueur. Le concept est simple : vous choisissez une civilisation parmi la douzaine proposée et vous la faite survivre et évoluer au fil des âges.

Chaque partie prend place sur une carte de taille moyenne où vous commencez à la tête d’un groupe de colons. Une fois votre ville créée, vous devez la développer en construisant de nouvelles infrastructures (caserne, muraille, temple, bibliothèque,…), la défendre en développant votre armée, faire évoluer votre cité en développant des technologies, gérer le travail de vos citoyens en choisissant les ressources les plus importantes (or, nourriture, sciences,…) et bien entendu gérer vos relations avec les autres civilisations. Concrètement, chaque début de partie nous fait « découvrir la carte », évoluer et construire de nouvelles cités. Mais plus vous avancez dans les âges, plus vous devez combattre vos ennemis qui n’hésitent pas à envoyer des dizaines de régiments vers vos cités. A vous dès lors d’opter pour l’option défensive en protégeant vos villes, ou offensive, en capturant les cités adverses. Mais là où le jeu marque beaucoup de points, c’est qu’il n’est pas nécessaire de détruire les opposants pour remporter la partie. Certes, vous pouvez toujours passer votre temps à détruire les trois autres civilisations, mais la tâche est plutôt difficile. Vous pouvez tout aussi bien être le premier à explorer l’espace en privilégiant l’évolution technologique, augmenter votre capital financier pour créer une banque internationale et devenir l’état le plus riche ou encore faire de vos cités des pôles de culture en y construisant des merveilles et en y accueillant de grands penseurs.

Revolution est un jeu de gestion et de stratégie varié qui nous propose plusieurs voies de domination du monde et, contrairement à un Command & Conquer ou un Universe at War, il ne nous oblige pas à « détruire » les autres civilisations. D’ailleurs, vous pouvez choisir de sélectionner votre diplomatie, que ce soit avec votre peuple en choisissant le système (démocratie, monarchie, communisme, dictature,…), lequel influencera ensuite votre économie et vos relations, ou avec vos voisins. Ainsi, vous pouvez être hostile ou n’entretenir aucune relation avec. Mais vous pouvez également échanger des technologies, devenir allié voire même les intimider en exigeant un prix pour que vous les laissiez tranquilles. Les possibilités qu’offre le jeu sont multiples. D’ailleurs, chaque nation a ses propres caractéristiques, que ce soit en ce qui concerne les bonus de début de la partie (le joueur débute avec deux guerriers, 50 unités d’or, etc.), les unités spéciales ou encore l’évolution à travers les âges. Libre à vous ensuite de sculpter votre civilisation comme vous le souhaitez grâce aux technologies, à votre diplomatie et à vos choix d’orientation.

Un stratego interactif ?




Contrairement à la majorité des jeux du genre, Civilization Revolution se joue au tour par tour. Cela implique que vous devez impérativement penser à vos actions avec un peu d’avance… Mais le titre ne se transforme pas pour autant en un Stratego ludique. Chacun a en effet droit à un tour avec chacune de ses unités ou villes. Il doit choisir le déplacement de ses troupes, la production de ses villes et ses relations à chaque tour avant d’admirer par la suite le résultat de ses actions. Là où Firaxis marque un grand coup, c’est dans le fait que ce tour par tour n’est pas du tout ennuyant, au contraire même ! Revolution est tout simplement passionnant et s’avère même globalement très fun. Le contenu qui nous est proposé est énorme, que ce soit en ce qui concerne les différents aspects du jeu, les différentes civilisations ou encore les différentes interactions possibles. En plus de s’imposer comme un excellent jeu de stratégie, Revolution dispose également d’une prise en main très simple que n’importe quel joueur maîtrisera en moins de 10 minutes. On switche entre les différents menus avec une facilité déconcertante et on se prend très vite au jeu. Il faut dire que l’utilisation des gâchettes facilite grandement la prise en main et rend le jeu extrêmement ergonomique. De ce point de vue là, Civilization Revolution révolutionne le jeu de stratégie sur consoles… C’est un fait. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, le titre de 2K Games n’a pas que des atouts… Il souffre également d’un défaut de taille : l’absence d’un réel mode solo.

Outre un excellent mode multijoueur qui permet à quatre amis de s’affronter en ligne, le titre propose également un système de téléchargement de nouvelles cartes, mises en ligne de manière hebdomadaire. Mais le mode solo, lui, se limite à de simples parties non scénarisées qui s’apparentent aux parties multijoueurs, mais contre une intelligence artificielle. Certains crieront sans doute au scandale et il faut reconnaître qu’on a du mal à comprendre ce choix d’orientation… Mais d’un autre côté, si vous ne disposez pas d’une ligne Internet, l’intelligence artificielle du jeu s’avère plus que convaincante, avec pas moins de cinq niveaux de difficulté à disposition. Chaque partie est unique, mais il est certain que les joueurs solitaires finiront par décrocher au bout de x parties… Notons également qu’il est important de préciser que les parties sont généralement assez longues, allant de 30 minutes à une bonne heure de jeu. En solo, vous pouvez sauvegarder vos parties n’importe quand et reprendre ensuite votre mission où vous l’aviez laissée. Une excellente idée pour les joueurs les plus occupés… On regrettera tout de même que Firaxis n’ait pas jugé intéressant d’implanter un « vrai » mode solo ainsi qu’un éditeur de niveaux, bien que de nouvelles cartes soient régulièrement disponibles…

Un style unique




Techniquement parlant, Revolution parvient également à nous convaincre, que ce soit avec sa bande sonore d’excellente facture ou son moteur graphique qui affiche des décors et personnages au look pour le moins cartoonesque. On aime ou on n’aime pas, mais ce qui est certain, c’est que le jeu exerce un charme auquel peu de joueurs résisteront. Le tout prend place dans des décors variés et ne souffre pour ainsi dire d’aucun ralentissement, excepté bien entendu si la partie met en place des centaines d’unités en action au moment où une bombe nucléaire s’écrase en détruisant une cité entière. Quoi de plus normal… Mais inutile de dire qu’avant d’assister à un tel spectacle, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts…

Point complet
Pas très attendu au passage, Sid Meier’s Civilization Revolution parvient à créer la surprise en cette période estivale. Disposant d’un joli moteur graphique, jouable en ligne et proposant un gameplay tout en finesse, alliant diplomatie, gestion et stratégie, le titre de Firaxis se distingue clairement des autres productions du genre et démontre surtout qu’il est possible de créer un jeu de stratégie spécialement conçu pour les consoles. Malheureusement, aucun réel mode solo n’a été intégré, raison pour laquelle ceux qui ne disposent pas d’un accès à Internet risquent de vite tourner en rond… Dommage, car le titre ne souffre d’aucun autre défaut de taille…

On a adoré :
+ De jolis graphismes
+ Le jeu en ligne
+ L’aspect gestion
+ Un jeu « complet »
+ Les différentes nations
+ L’évolution à travers les âges
+ La bande sonore
+ Les nouvelles cartes
+ L’interface et la prise en main
On n'a pas aimé :
- Pas de « vrai » mode solo
- Pas d’éditeur de niveaux


Consulter les commentaires Article publié le 30-07-08 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020