Test Section 8 Prejudice - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 290 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Section 8 Prejudice



Développeur
TimeGate
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  20.04.2011
  20.04.2011
Nombre de joueurs
1 à 32
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Prix de lancement
1200 MS Points

Sorti en catimini sur Xbox 360 et PC au format boite, Section 8 avait été une franche déception lors de sa sortie, à tel point que le soft s’était fait descendre en flèche par les critiques malgré quelques bonnes idées. Mais TimeGate n’a pas perdu confiance en sa franchise... En lieu et place d’une version boite, le studio a décidé de développer une suite pour une sortie digitale. Reste à présent à voir s’il s’agissait là de la bonne stratégie...

Sur la bonne voie




Section 8 premier du nom s’était fait descendre en flèche pour son gameplay beaucoup trop mou et imprécis, son I.A. déplorable, son mode solo médiocre et son mode multijoueur plus que moyen, et ce malgré quelques bonnes idées. Il est évident que si le soft était sorti en digital, il aurait été un peu mieux accueilli en raison d’un prix de vente nettement inférieur. C’est la raison pour laquelle TimeGate a pris la bonne décision en optant pour le digital avec cette suite, vendue à 1200 MS Points au lieu des 50-60€ demandés pour le premier volet. Premier point positif ! Mais la question demeure entière : cette suite parvient-elle à corriger les nombreuses erreurs du premier opus ? Il faut savoir que Section 8 est une série très ambitieuse. Celle-ci tente de nous offrir à la fois un mode multijoueur très réussi avec des combats à 16 contre 16 et un mode solo dantesque avec une aventure longue de cinq à six heures, le tout sur des cartes immenses, avec l’utilisation de véhicules, la possibilité d’utiliser un jet pack et de créer des tourelles de défenses. Dans la pratique, cette suite conserve quelques défauts du premier volet, à commencer par la mollesse des déplacements de base (le sprint et le super sprint en vue à la troisième personne sont plus speedés déjà, mais il est impossible de tirer) et la visée très approximative avec un gros réticule au milieu de l’écran. Il s’agit très clairement là de deux défauts qui peuvent rebuter une bonne partie des joueurs.

Ensuite, il y a la question de l’I.A., toujours aussi désastreuse, qui plombe à elle seule tout le mode solo. Les ennemis sont d’une bêtise absolue et l’aventure se transforme très vite en du tir au pigeon. Il en résulte un mode solo forcément plombé par ce défaut et peu intéressant à parcourir. Cela dit, il est tout de même important de noter que le level design est bien plus réussi que dans le premier volet, que les séquences de jeu sont plus variées, plus sympathiques et que les cinématiques et l’histoire s’avèrent presque convaincantes, ce qui nous fait dire que le mode solo de ce Section 8 Prejudice n’est finalement pas trop désagréable à parcourir pour peu que vous ne soyez pas trop regardants ni exigeants. Par contre, il faut souligner que la VF du jeu est désastreuse, avec des voix dignes d’un film allemand pour adulte traduit par une équipe d’étudiants en biologie sous-marine visiblement peu habitués aux doublages. Si on parvient à passer outre les deux défauts principaux du gameplay, sa mollesse et la visée imprécise, Prejudice a tout de même beaucoup à nous offrir, à commencer par des cartes littéralement gigantesques (façon Battlefield) supportées par des modes proposant généralement d’enchaîner des objectifs comme dans Killzone 2. Ces derniers vont de l’escorte de VIP à la capture de zone et s’enchaînent à une vitesse impressionnante. Si vous n’en avez toujours pas assez, vous pouvez également tenter le mode Essaim, un tout nouveau mode de jeu à quatre joueurs demandant de survivre à des vagues d’ennemis. Rien de bien original, mais le côté coopératif demeure très sympathique.

Les gros plus de Prejudice, ce sont bien entendu ses affrontements gigantesques à 32 joueurs et ses nombreuses possibilités de gameplay. Chaque partie débute avec le largage des unités sur la map. Concrètement, on vous lâche depuis une base aérienne et vous tombez en piqué sur la carte. Vous pouvez alors tenter un atterrissage pratiquement n’importe où et donc surprendre vos adversaires. Une fois la partie entamée, vous vous rendez également compte que les possibilités sont multiples, que ce soit au niveau de l’armement (shotgun, mitrailleuse, roquettes, grenades, sniper…), des mouvements (saut, jet pack pour s’envoler quelques instants, sprint, sprint prolongé, s’accroupir) ou encore des bonus (véhicules à piloter façon Halo ou tourelles à déployer avec l’argent acquis durant les parties). Bref, il y a de quoi faire et, hormis les deux gros défauts cités précédemment, il n’y a pas grand-chose à redire, d’autant plus qu’un mode multijoueur gratuit a été ajouté post-release (le mode Assaut)… L’un dans l’autre, Section 8 Prejudice est plutôt un bon jeu, surtout pour un titre téléchargeable. Il ne manque en fait pas grand-chose pour que le soft se hisse dans le top des meilleurs FPS multijoueurs : une visée revue, une I.A. de qualité et un gameplay plus dynamique seraient suffisants pour propulser la série sur le devant de la scène. L’ambition est là et la série a pas mal progressé avec ce deuxième volet. Espérons à présent que les développeurs penseront à peaufiner leur gameplay pour le troisième épisode car ce second volet nous offre au final de bien belles promesses et corrige pas mal de défauts de son aîné, tout en conservant trois défauts majeurs…

Point complet
La franchise Section 8 n’atteint pas encore des sommets, mais il faut admettre qu’en optant pour le jeu téléchargeable, TimeGate a déjà fait un excellent choix pour son titre. De plus, les développeurs ont apporté beaucoup de petites nouveautés et ont pas mal peaufiné leur produit pour le rendre bien meilleur que le précédent. Malgré tout, Section 8 Prejudice demeure un FPS très ambitieux réalisé avec peu de moyens. Les idées sont là, certaines sont bien exploitées, mais la finition fait toujours un peu tache avec une VF désastreuse, un système de visée approximatif, des déplacements toujours assez mous et une I.A. médiocre. Si le mode solo s’avère également plus réussi que dans le premier volet, il faut tout de même souligner qu’on se situe juste un cran en dessous de l’acceptable, l’aventure demeurant banale au possible et l’I.A. donnant trop souvent l’impression de jouer à du tir au pigeon. Cela dit, le mode multijoueur est tout simplement monstrueux et devrait vous tenir scotché à votre pad avec ses nombreux modes, ses maps immenses et ses affrontements à 16 contre 16. De plus, la réalisation graphique de qualité (pour un titre XLA) et les nombreuses petites améliorations font de cette suite un titre nettement plus riche et agréable que son aîné, disponible en outre à un prix quatre fois inférieur…

On a adoré :
+ Très bon mode multijoueur
+ Du 16 contre 16 !
+ Maps immenses
+ Seulement 1200 points
+ Réalisation graphique assez bonne
+ Bonne durée de vie
+ Le mode Essaim
+ Pas mal de défauts corrigés
On n'a pas aimé :
- Solo très moyen
- VF désastreuse
- Visée approximative
- Toujours un peu mou
- I.A. médiocre


Consulter les commentaires Article publié le 16/05/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020