Test Sacred Citadel - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 242 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Sacred Citadel



Editeur
Deep Silver
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Action Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  17.04.2013
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
1200 MS Points

Alors que les joueurs attendent toujours des nouvelles de Sacred 3, Deep Silver propose un petit voyage dans l’univers de la licence avec Sacred Citadel. Il fait office de prologue à Sacred 3 et lève le voile sur une partie de l’histoire des Seraphims. Développé par SouthEnd Interactive, ce beat’em all a-t-il de quoi séduire les joueurs, et plus particulièrement les fans de la série ?

Petit jeu pour patienter




Sacred Citadel est un beat’em all à défilement horizontal tout ce qu’il y a de plus classique, avec un léger côté RPG pour l’évolution du personnage. L’aventure se déroule dans des décors cartoons très colorés, répartis en quatre actes (village, forêt, marais, montagnes enneigées). Les graphismes restent assez basiques mais sont agréables. On regrette juste qu’il n’y ait pas de grosse différence de progression entre chaque univers : certains lieux auraient pu être exploités pour apporter quelques plus, comme des surfaces glissantes dans la neige, afin d’accentuer l’identité de chaque paysage au-delà de leur aspect visuel. Le manque d’identité vaut également pour les quatre classes de personnages (Guerrier Safiri, Chasseur Ancarien, Chamane Khukuri et Mage Seraphim) dont les différences ne sont pas suffisamment marquées : les combos sont quasi identiques à réaliser et le gameplay est sensiblement le même. Pour en venir au gameplay, le joueur avance dans le niveau en évitant les gouffres et en décimant des hordes d’ennemis. Pour cela, il dispose de deux touches d’attaque, une de saut, et une dernière touche pour lancer les attaques spéciales (en fonction du niveau de sa jauge), le tout pouvant être combiné pour lâcher quelques combos. A cette jauge de combo s’ajoutent la traditionnelle barre de vie, la barre de niveau et les potions : classique et efficace.

Les combats sont nerveux, rapides et plaisants à jouer, malgré une certaine répétitivité des combos. On regrette juste que la résistance des ennemis soit par moment assez mal équilibrée, en particulier pour les boss : il est possible de vider quasi totalement la barre de vie d’un boss (et même le boss de fin !) avec une seule attaque spéciale du chasseur, et ce en suivant l’histoire normalement, sans faire de l’XP comme un sauvage ! Pour un boss, il pourrait être un peu plus coriace, d’autant plus que certains ennemis « communs » ne prennent qu’un quart de barre de vie de dégâts avec la même attaque... Il est bien sûr possible d’esquiver les attaques ennemies, ce qui est très facilement réalisable avec le stick droit, que ce soit latéralement ou dans la profondeur de la zone. En plus de ces actions, des montures plus ou moins imposantes sont disponibles à certains points du jeu. Pour enrichir un peu le côté beat’em all, les développeurs ont intégré une montée de niveau du personnage, avec des points à répartir entre quatre compétences, et des armes et armures à équiper selon les niveaux. Pour mettre la main sur ces équipements et potions, deux solutions : étriper du monstre jusqu’à ce qu’il lâche du butin, ou se rendre dans la ville la plus proche pour faire affaire avec les quelques marchands sur place. Petit détail agréable en l’absence d’inventaire : si l’arme trouvée est de niveau trop élevé pour l’équiper tout de suite, il est possible de la récupérer chez le marchand une fois le niveau requis atteint.

A cela s’ajoute un système de cristaux à équiper boostant temporairement les capacités du personnage. Sacred Citadel peut aussi être parcouru jusqu’à trois joueurs en local ou multi, mais petit problème, il est encore plus facile ainsi puisque les ennemis restent identiques en quantité et en force… Du coup, à trois, cela tourne un peu à la balade de santé car les passages qui pouvaient être un peu plus délicats en solo se passent les doigts dans le nez en groupe, d’autant plus que les héros peuvent se ressusciter mutuellement en cas de mort prématurée ! De plus, il est vraiment dommage de ne pas pouvoir avoir deux fois le même personnage dans son équipe : cela oblige le second à choisir un autre combattant, au risque de se retrouver avec un niveau 1 dans des niveaux avancés (cependant, dans ce cas, à la première montée de niveau, le perso arrive à prendre une quinzaine de niveaux d’un coup...). Pour prolonger le plaisir, les joueurs peuvent placer des paris en ville sur différents aspects de leur performance, afin de s’offrir un petit défi et se motiver à rejouer les niveaux, au cas où améliorer son score ne suffise pas. Évidemment, le jeu, déjà globalement facile lors du premier passage, s’expédie à toute vitesse lors de ces défis. Côté durée de vie, il faut compter cinq heures, guère plus, pour faire le tour des vingt niveaux proposés. Quant au DLC payant Jungle Hunt disponible le jour de la sortie, il se passe de commentaire, donnant la vilaine impression au joueur d’acheter un jeu de base incomplet...

Point complet
Sacred Citadel est un beat’em all tout à fait classique. Les graphismes colorés et les combats dynamiques offrent une expérience sympathique. Cependant, le manque d’identité des différents combattants vient ternir un peu l’expérience et diminue la rejouabilité puisque le gameplay est très similaire. Si l’on ajoute à cela une faible difficulté, surtout en multi, on obtient un titre moyen, qui distraira les joueurs quelques heures de façon satisfaisante, sans pour autant être inoubliable, loin de là même.

On a adoré :
+ Combats dynamiques
+ Multi à 3 (local ou en ligne)
+ Graphismes cartoons colorés
+ Les paris
On n'a pas aimé :
- Classes pas assez typées
- Le DLC du jour de la sortie...
- Peu de difficulté...
- Encore moins en multi !


Consulter les commentaires Article publié le 11/08/2013 par Julie B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019