Test Rumble Roses XX - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 227 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Rumble Roses XX



Editeur
Konami
Genre
Combat
Statut
Disponible
Date de sortie
  18.05.2006
  28.03.2006
  30.03.2006
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
69,00 €

Bien décidé à arracher une belle part de marché sur Xbox 360, Konami a choisi la licence des Rumble Roses pour débuter sur la petite dernière de Microsoft. Un choix plutôt risqué pour l’éditeur japonais qui se disait que le public Xbox était forcément un public composé à majorité de pervers. Certes, mais encore fallait-il que le jeu en vaille la chandelle lorsque l’on sait qu’un magazine coquin coûte à peine quelques euros… Réponse dans ce test, ou plutôt cette dissection…

Hey sexy lady…




Après une cinématique haute en couleurs où vous découvrirez les différentes protagonistes du jeu, l’aventure commence. Tout débute avec la création de votre personnage. Soit vous sélectionnez l’une des nombreuses minettes disponibles à l’écran titre, soit vous décidez de vous créer la nana de vos rêves, avec un éditeur de personnage très complet, limite pervers. Passé cette étape, on accède à un nouveau menu nommé « Les vestiaires ». Ce menu est le point central du jeu. De là, vous pourrez partir combattre des ennemis dans divers endroits (déserts, rues, grattes ciels,…), acheter de nouveaux vêtements, participer à des séances photos ou encore vous entraîner.

Konami a clairement mis l’accent sur trois points centraux de son titre : le catch, la sensualité et l’aspect collectionneur. Il est clair qu’avec de telles caractéristiques, Rumble Roses XX risquait de ne pas passer inaperçu dans la foule… Et de ce point de vue là, Konami a nettement réussi son coup ! Néanmoins, Rumble Roses XX est loin d’être le soft qu’on était en droit d’espérer sur Xbox 360. A croire qu’à force de s’imaginer que les joueurs sont des pervers, Konami a oublié l’aspect ludique de la chose…

Commençons tout d’abord par les combats. RRXX est un jeu de catch, un pur jeu de catch mais avec des nanas dénudées à la place des gros catcheurs à l’américaine. Ici, tout est basé sur la sexy attitude. On en viendrait presque à croire que Konami a choisi le catch pour placer ces jeunes demoiselles dans des positions pas possibles… Bref, tout ça pour dire qu’au niveau du gameplay, le jeu tient sur une pièce d’un euro. Choppe, coup et super attaque. Rien d’autre ! Les combats s’enchaînent et se ressemblent : il faut frapper l’adversaire, effectuer des choppes, faire grimper la jauge de super coup puis l’effectuer pour le tenir à terre trois seconde. Et le principe ne varie pas, que l’on joue en duel 1vs1, en double en en Free for All ! Seul le mode Rue amène un peu de changement avec des combats avec jauges d’énergie où il suffit de frapper l’adversaire pour le mettre à terre au bout de x coups.

Chaque combat rapportera une certaine somme d’argent et fera monter votre cote de popularité. Ainsi, vous pourrez acheter de nouvelles tenues sexy pour vos demoiselles préférées, acheter de nouvelles poses sexy ou encore de nouvelles options, telles que l’appareil photo par exemple, qui vous permettra de photographier ces jolies demoiselles en petites tenues au sein d’immenses décors enchanteurs. Génial, on en revient au temps de Pokémon Snap, ou plutôt Pokéstring. Une constatation d‘autant plus affligeante que Konami mise tout ou presque sur l’aspect collectionneur du jeu, le but étant d’obtenir tous les vêtements pour chaque fille du jeu. Il est clair que les passionnés y passeront des heures… Les autres risquent fort bien de passer leur chemin sans hésitation !

Au niveau de la sexy attitude, Konami n’y est pas allé de main molle. Ainsi, on découvre un mode de jeu « Reine » où le joueur doit battre son adversaire pour lui imposer une punition. Une fois la demoiselle vaincue, elle exécutera la tâche que vous lui aviez assignée, celles-ci allant de la danse sexy à des poses langoureuses le long de la piscine. Et la liste des possibilités est vraiment énorme.

Outre ces nombreux modes solo, RRXX propose également des duels sur le Xbox Live qui vous permettront entre autres d’affronter un ennemi, de faire des duels en équipe ou encore de participer à des Free for All. Bref, un mode Live très complet, qui comblera les quelques rares fans du jeu.

Du cul, des strings et des boulettes !




D’un point de vue purement technique, Konami a su profiter des capacités de la console de Microsoft, enfin, pour certains aspects. Ainsi, on remarquera des donzelles modélisées à la limite de la perfection, avec des vêtements très réalistes. Les stades sont immenses et rudement bien fichus. Il y règne une véritable ambiance underground de show à l’américaine, façon Rocky Balboa. Chaque entrée d’une des combattantes est synonyme de grandiloquence : effets spéciaux à gogo, musique de fond qui déménage, ambiance du tonnerre. On s’y croirait vraiment ! Reste qu’on a souvent plus l’impression de se retrouver dans un bar de strip teaseuse que dans un stade… Au niveau des points négatifs, on soulèvera les animations, tout simplement exécrables, limite balai dans le postérieur (pour rester poli) et bien entendu la gestion des collisions, totalement irréaliste. Et vas y que je traverse les cordes, vas y que je frappe dans le vide et que l’autre tombe… Nul doute que le jeu a été sérieusement bâclé.

Enfin, en ce qui concerne la bande sonore, Konami a limité la casse. Les bruitages sont réalistes, les voix des personnages collent bien avec l’ambiance et les musiques accompagnent correctement vos matchs. Rien de renversant en somme, juste de quoi mettre dans l’ambiance. Reste encore qu’une ambiance sans contenu, ça ne vaut pas tripette !

Point complet
Honnêtement, il n’y a pas grand-chose de positif à retirer de ce Rumble Roses XX, véritable mélange de jeu de catch et de gonzesses dénudées. Le soft de Konami est d’une platitude déconcertante, avec un gameplay lassant et une très mauvaise gestion des collisions qui vient définitivement enterrer le jeu parmi les titres les moins bien imaginés de l’histoire du jeu vidéo. Cependant, les pervers encore puceaux risquent bien de se régaler avec les dizaines de demoiselles dénudées qui pullulent dans le jeu. Quoi qu’il en soit, à 70€, ça fait cher le fantasme, d’autant plus que RRXX est loin d’être un bon jeu et qu’en matière de sexy attitude, on voit beaucoup mieux à la télé…

On a adoré :
+ Modélisations exemplaires
+ Aspect collectionneur
+ Excellente mise en scène
+ Bande sonore correcte
On n'a pas aimé :
- Gameplay basique
- Gestion des collisions exécrable
- Personnages mal incrustés dans les décors
- Vite lassant
- Pas le moindre intérêt
- Konami mise tout sur le « sexy »


Consulter les commentaires Article publié le 27-06-06 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019