Test Rocksmith - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Rocksmith



Editeur
Ubisoft
Genre
Musical
Statut
Disponible
Date de sortie
  27.09.2012
  18.10.2011
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

Jusqu’ici, sur consoles, les amateurs de musique devaient se contenter d’instruments en plastique fortement simplifiés qui, s’ils demandaient une certaine dextérité, restaient très éloignés de la réalité. Ubisoft a décidé de remédier à ce manque en proposant Rocksmith aux joueurs désireux de maîtriser la guitare. Ce soft permet d’apprendre à jouer sur un véritable instrument. Si l’intention est louable, que vaut réellement cette méthode ? Peut-on compter dessus pour progresser ? A qui s’adresse-t-elle ?

Devenir un guitar hero en s’amusant ?




Il aura fallu patienter près d’un an après sa sortie aux USA pour voir Rocksmith débarquer dans nos contrées. Mais, pour une fois, l’attente n’aura pas été vaine puisque les joueurs européens bénéficient du pack basse directement intégré au jeu, alors que les américains doivent l’acquérir séparément. De même, de nombreuses améliorations ont été apportées, comme pour la latence ou le système d’évolution de la difficulté. Rocksmith propose donc d’initier ou perfectionner les joueurs au maniement de la guitare ou de la basse. Oubliez les guitares en plastique ! Si vous possédez déjà un instrument, vous pouvez le brancher sur votre console grâce à l’adaptateur usb/jack fourni, sinon, il est possible d’opter pour le pack guitare qui comprend, en plus du câble, une Epiphone Les Paul Jr (convenable pour une première guitare, mais qui reste de l’entrée de gamme). Du côté du son, il est préférable de configurer sa sortie audio avec un home cinema ou une chaîne hi-fi, histoire d’éviter les problèmes de décalage de son souvent présents lorsque l’on passe seulement par la télé. Après ces brefs rappels, il est temps de décortiquer la bête et voir si elle va permettre une réelle progression. Car rappelons-le, il ne s’agit pas vraiment d’un jeu, mais plus d’un logiciel d’apprentissage. Avant d’attaquer les choses sérieuses, le soft propose une brève familiarisation avec l’instrument, la façon de le tenir, de tenir le mediator, et les paramètres (droitier/gaucher, tête de la guitare...), puis place à l’accordage via le programme intégré. Et c’est parti : sans s’en rendre compte, on se retrouve à jouer quelques notes de Satisfaction des Rolling Stones !

La progression se fait dans le mode Parcours, qui s’adapte en fonction des besoins/capacités du joueur. Les différents exercices disponibles y sont tour à tour proposés, et il y a de quoi faire et se perfectionner. Il est bien sûr possible de jouer une chanson de la sélection qui, une fois maîtrisée (score de qualification à atteindre), peut être enchaînée en concert (les deux ou trois morceaux de l’étape à la suite). Et si le score atteint un certain seuil, l’apprenti musicien se paie le luxe de jouer un ou deux rappels. A noter que le côté graphique des concerts laisse un peu à désirer, avec un public filmé et cloné, un poil ridicule dans sa façon de s’agiter, genre marionnette en carton. Cependant, il réagit et augmente en fonction de la performance, de l’immobilité aux cris et sauts d’hystérie des fans (mais cela reste assez basique et mécanique). Il est aussi possible de répéter des parties des chansons à réussir, avec une difficulté croissante : le soft va progressivement rajouter des notes et augmenter la vitesse de défilement, afin de laisser le temps au joueur d’assimiler les enchaînements, jusqu’à leur maîtrise totale. Et c’est bien là le point fort du jeu : le système de difficulté dynamique. Après une première exécution du morceau, le soft détermine le niveau de jeu, et l’augmente au fur et à mesure des progrès effectués, rajoutant progressivement notes, accords et autres techniques plus complexes. A l’inverse, en cas de trop gros problèmes à réussir une section, certaines notes disparaîtront, histoire de maîtriser en douceur le morceau. Certes, ce système amène à jouer des morceaux très simplifiés au début, mais avec le temps, ils vont se compléter et arriver à une tablature plus fidèle, voire même en mode Maître, sa disparition pure et simple !

Pour en arriver là, il faut beaucoup de patience et d’entraînement, car la guitare ne s’apprend pas en quelques jours, voire quelques semaines, n’en déplaise aux joueurs les plus impatients : Rocksmith ne fait pas de miracles, il s’agit juste d’une méthode un peu différente pour aider à l’apprentissage. Par contre, si ce système est très bien au début, lorsque la difficulté se corse vraiment, la disparition de notes peut être gênante, puisqu’elle ne permet pas de les jouer à chaque fois. Heureusement, on peut configurer le jeu pour se bloquer à la difficulté la plus haute atteinte (ou à la difficulté la plus basse). Pour en revenir au côté graphique du titre, les menus et écrans divers sont très sobres, voire un poil sombres, dans des tonalités marron. Après, il ne faut pas oublier qu’il ne s’agit pas vraiment d’un jeu et que des écrans trop colorés seraient plutôt sources de distractions qu’autre chose. C’est donc un service assez minimal de ce côté, mais cela ne gène pas du tout, au contraire, on se concentre ainsi sur l’essentiel. On regrette juste que les indications sur notre jeu (phrase parfaite, note jouée en avance ou en retard, passage à la difficulté supérieure...) soient presque invisibles sur le côté de l’écran, en caractères quasi transparents et à demi cachées par la tablature. Certes, en cours de morceau, le joueur les regarde à peine, plus occupé à placer ses doigts, mais une plus grande visibilité aurait été appréciable.

C’est possible ?




Ce système de difficulté dynamique rend le jeu accessible aux débutants absolus et aux joueurs un peu plus avancés, ce qui est très important à souligner. Certes, si vous avez déjà un excellent niveau, le titre ne vous apportera rien de plus que quelques tablatures et l’occasion de perfectionner certaines techniques via les défis. L’affichage des notes est très clair et compréhensible par tous : le bas de l’écran reprend le manche de la guitare, avec les cases et les cordes, chaque corde a sa propre couleur afin de faciliter la lecture, et les numéros des cases sont indiqués, les quatre cases sur lesquelles positionner sa main apparaissent en légère surbrillance, facilitant la prise de bonnes habitudes. En cas d’erreur de case, le jeu indique très clairement par des petites flèches la direction dans laquelle il faut replacer ses doigts, ce qui permet de se détacher progressivement du manche et de «sentir» la position de ses doigts. A noter la présence d’autocollants à appliquer sur le manche de la guitare pour numéroter les cases, gadget pas forcément utile, qui vient parasiter les repères à acquérir, mais qui a le mérite d’être là pour ceux qui en ressentent le besoin (nous ne saurions que conseiller de ne pas y avoir recours afin de se forger de véritables repères sur le manche !). Les notes sont de la couleur de la corde correspondante et descendent à l’écran jusqu’à la case sur laquelle les jouer.

On regrette que, hormis dans quelques exercices, il ne soit pas possible de stopper le défilement jusqu’à ce que la note soit jouée. En effet, lorsque la partition se complique, il est souvent délicat de placer ses doigts à temps sur les cases, donnant un peu l’impression d’être débordé par les notes… Car, pour maîtriser un morceau de façon plus « classique », les joueurs prennent leur temps pour enchaîner les accords et accélèrent progressivement le rythme. Cependant, cet inconvénient est un peu compensé par le système de difficulté dynamique. D’autre part, même les joueurs familiers du maniement de la guitare auront besoin d’une petite période d’adaptation pour lire instantanément les notes, car l’affichage diffère légèrement d’une tablature classique. Les débutants peuvent aussi compter sur des vidéos expliquant diverses techniques, tant de jeu, que de découverte de l’instrument, avec par exemples des tutoriels pour le changement des cordes et l’accordage (sponsorisés par Ernie Ball, une marque de cordes et accessoires reconnue). Les plus avancés pourront profiter de vidéos et explications sur des techniques un peu plus complexes, qu’ils ne maîtrisent pas forcément. Ces techniques font d’ailleurs l’objet de défis, sanctionnés par des médailles. Il est en effet très important de ne pas se contenter de jouer les morceaux et de profiter des nombreux exercices disponibles afin de réellement maîtriser la guitare et ses difficultés. Ces défis sont très variés et bénéficient également de la difficulté dynamique.

Il est ainsi possible de s’initier/se perfectionner aux slides, bends, hammer-on et pull-off, harmoniques, accords et bien d’autres, indispensables si l’on espère atteindre un niveau de jeu correct. Et pour s’offrir une petite pause un peu plus ludique, tout en continuant à travailler son jeu de doigts, huit mini-jeux de type arcade sont présents (mais à débloquer au fil de sa progression) et permettent de travailler certaines techniques tout en jouant, le tout dans une ambiance arcade old school très sympathique. Ainsi, « Ducks » est axé sur la maîtrise des positions des cases : il faut tirer sur les canards arrivant dans les couloirs correspondant aux cases du manche. « Super Slider » est un genre de Tetris dans lequel il faut déplacer les briques en faisant des slides jusqu’à la colonne/case désirée, « Dawn of the Chordead » permet de trucider des zombies à coups d’accords. Ces jeux sont certes amusants, mais certains sont très exigeants et demandent une bonne technique. Le côté scoring est très présent, puisque des classements en ligne sont affichés. Cependant, il semble y avoir un petit problème de ce côté, puisque lors de notre test, nous étions toujours 21ème mondial malgré différents scores très moyens (par rapport aux premiers). Pour s’adapter à tous les niveaux de jeu, les chansons sont disponibles avec différents arrangements : fondamentale, accords et arrangements. D’autre part, pour chaque morceau, le joueur peut se référer au livre des accords afin de s’entraîner à réaliser ceux présents dans le titre.

Et la tracklist dans tout ça ?




Le système de progression est assez gratifiant, évalué par des « Rocksmith Points », que l’on voit augmenter de façon satisfaisante, tout comme les scores réalisés sur les chansons, et effectivement, on constate rapidement de gros progrès, pour peu que l’on persévère et que l’on s’entraîne régulièrement. Si une chanson pose problème, et que le joueur peine à atteindre le score de qualification pour le concert, au bout d’un certain nombre d’essais, le soft proposera d’abaisser le seuil afin de ne pas trop bloquer la progression. Cela évite les trop gros blocages, mais il vaut mieux la rejouer encore et encore pour ne pas trop fausser sa progression : encore une fois la guitare ne s’apprend pas en quelques semaines ! Techniquement, la reconnaissance des notes est très bonne, on note cependant occasionnellement un décalage d’une case, plus accentué chez certains joueurs : le soft semble très exigeant sur les notes et le moindre bend de la corde est sanctionné. De même, la reconnaissance des accords est parfois un peu délicate du fait de cette exigence. Bien sûr, toutes les possibilités offertes à la guitare le sont aussi à la basse, avec des défis techniques particuliers à l’instrument. Pour permettre au joueur de découvrir la basse, le soft propose de l’émuler, c’est à dire de détecter la guitare comme une basse, en ne prenant en compte que les quatre premières cordes, évitant ainsi l’acquisition des deux instruments.

Le côté très agréable, c’est que l’on passe d’une simple pression de touche du parcours guitare au parcours basse, sans devoir réaccorder la bête grâce à l’émulation. Attention cependant, pour les joueurs désireux de s’initier vraiment à la basse, il semble difficile d’apprendre sur une guitare émulée en raison des différences entre les deux, mieux vaut dans ce cas investir dans une vraie basse pour éviter de prendre de mauvaises habitudes. Cependant, le système d’émulation reste très bien conçu et permet de découvrir les deux jeux sans se ruiner en matériel. A noter également la possibilité de chanter pendant les morceaux (si un micro est branché, bien sûr) car les paroles défilent en haut de l’écran. Cela n’apporte rien en termes de score et il est plutôt difficile de se concentrer sur les cordes tout en lisant les paroles, à moins de maîtriser totalement le morceau… Mais cela reste sympathique, donnant par exemple l’occasion à un deuxième joueur d’exercer ses talents vocaux. Un mode multijoueur en local est présent, mais il nécessite évidement l’acquisition d’un deuxième câble Realtone, en plus du second instrument, autant dire que tout le monde ne disposera pas de l’équipement nécessaire... En plus des divers exercices proposés, les apprentis musiciens pourront s’adonner au plaisir de l’impro dans le mode adéquat, en bénéficiant des divers équipements débloqués au fil de leur progression. On peut dire que ce studio virtuel est plutôt complet, puisqu’il comporte différents amplis, pédales, delay, et bien entendu des basses et guitares variées parmi les plus mythiques, tout en permettant de les régler très précisément.

Il reste un point essentiel à aborder pour un jeu musical, la tracklist. Et il y a de quoi faire, puisque Rocksmith propose une cinquantaine de morceaux. Autant dire qu’avant de tous les maîtriser, il va s’écouler un certain temps. Les morceaux sont très orientés rock, avec des titres récents et plus anciens. On regrette cependant le manque de grands standards, car de nombreux morceaux sont somme toute quasi inconnus, malgré la présence de titres des Rolling Stones, Nirvana, The Cure et autres. De grands standards de la guitare sont tout simplement laissés de côté, tous styles confondus. Où sont passés des artistes comme Deep Purple, AC/DC ou même Jimi Hendrix, voire quelques guitar heroes tels qu’Yngwie Malmsteen ou Stevie Ray Vaughan ?! Quant au métal, il brille malheureusement par son absence dans la version de base (apparition prochaine via des DLC), alors que cela reste tout de même incontournable lorsque l’on parle de guitare. Une tracklist un peu plus variée aurait été appréciable afin de satisfaire toutes les sensibilités musicales, même si celle proposée reste très sympathique. Certes, il est possible d’acquérir des DLC pour varier les plaisirs, mais pour l’instant l’offre reste très limitée, comparée à ce qui est disponible sur le marché US. Espérons que les morceaux proposés là-bas vont bientôt débarquer dans nos contrées, et surtout apporter un peu plus de choix, même s’il est toujours rageant de devoir investir en plus dans du contenu supplémentaire.

Point complet
Malgré certaines imperfections, il faut reconnaître que Rocksmith s’impose comme une excellente méthode alternative pour apprendre à jouer de la guitare ou de la basse. Avec son système de progression dynamique et de parcours personnalisé, et de nombreux exercices, le soft saura toucher un public assez large, des débutants aux joueurs plus avancés. Bien sûr, il demande un investissement personnel assez important pour obtenir de bons résultats, mais cela reste inhérent au but recherché. De plus, le côté jeu vidéo peut aider à motiver les apprentis musiciens, d’autant que l’on voit rapidement ses progrès. Pour ceux qui débutent, il est toutefois judicieux d’envisager le recours à quelques conseils « en vrai », par des amis connaisseurs ou même un professeur, car de mauvaises habitudes se prennent vite, et quelques astuces de « pro » sont toujours bonnes à prendre, tout comme un complément par des méthodes plus classiques. Ce n’est pas indispensable, mais aussi bon soit-il, un logiciel ne remplace pas un regard extérieur avisé. Cependant il ne fait aucun doute que les joueurs motivés peuvent tirer un grand profit de cette méthode d’apprentissage un peu particulière !

On a adoré :
+ Alternative ludique aux méthodes classiques
+ La difficulté dynamique
+ Bonne reconnaissance (notes/accords)
+ Adapté à tous
+ Les défis techniques
+ Les tutoriels vidéo
+ Le studio et le matériel à débloquer
+ Progression très gratifiante
+ Les jeux Guitarcade
+ L'émulation de la basse soignée
+ La tracklist agréable...
On n'a pas aimé :
- Qui manque un peu de grands standards
- Aucun morceau de métal
- Côté graphique vraiment très sobre
- Indications peu lisibles (morceaux)
- Légère latence sans sortie audio séparée


Consulter les commentaires Article publié le 26/10/2012 par Julie B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019