Test Ridge Racer 6 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 225 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Ridge Racer 6



Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  19.01.2006
  22.11.2005
  10.12.2005
Nombre de joueurs
1 à 14
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
69,00 €

Habituée des lancements des consoles de Sony depuis la première PlayStation, la série Ridge Racer se permet une petite infidélité (en attendant un éventuel portage sur PS3) en ce début d’année avec l’arrivée de Ridge Racer 6 sur Xbox 360. A la fois chargés de séduire le public nippon et de redorer le blason de la saga auprès des fans après un R : Racing Evolution catastrophique, les développeurs ont finalement décidé de revenir au tout arcade des premiers opus. C’est bien connu, c’est dans les vieux pots d’échappement…

Développement Chrono




Dévoilé pour la première fois lors du TGS 2005, ce nouveau Ridge n’aura attendu que trois mois pour débarquer dans les boutiques américaines et japonaises. L’appréhension d’avoir affaire à un jeu bâclé était donc toute légitime. Dans les faits Ridge Racer 6 surprend finalement plutôt de façon agréable, tout en étant techniquement un jeu line-up. Les décors, sans vraiment surprendre, restent dans la décadence habituelle à la série avec des sauts de plusieurs dizaines de mètres et des passages pratiquement instantanés du jour à la nuit. Le titre de Namco se paie le luxe d’afficher soixante images par seconde ce qui est toujours agréable passés les 300 km/h. Le développement rapide se paye surtout sur la modélisation de certains décors, allant du sympathique au très laid. Les différents effets spéciaux comme l’utilisation de la nitro ou le reflet des environnements sur le bitume se révèlent heureusement très honnêtes.

Au rayon des modes de jeu, la variété n’a pas semblé être le maître mot des développeurs. Si la partie exploration se révèle assez bien fichue avec une durée de vie monstrueuse (encore faut-il s’accrocher pour les courses les moins évidentes), on ne note qu’un mode solo de plus en parallèle avec la présence d’un très classique contre-la-montre. Il y a donc de fortes chances pour que le joueur déjà en de mauvais termes avec les Ridge Racer trouve en ce sixième opus la goûte qui fait déborder le réservoir tant il peut se montrer répétitif. Le soft reste un Ridge à jouer une vingtaine de minute par jour pour décompresser d’une longue journée. Il y a de toutes façons de quoi faire avec 130 véhicules et une bonne quinzaine de circuits.

L’Arcade à la maison




Ridge Racer 6 est un retour à la tradition des Ridge Racer, tant au niveau des circuits que de la conduite. Que ce soit la sécurité routière ou les marchands de carrosserie, tous sont au chômage dans Ridge Racer 6. Le gameplay est une fois encore très arcade et très porté sur les dérapages. Ils sont d’ailleurs l’essence même de toute victoire. Comme sur PSP les dérapages permettent de faire monter une jauge de nitro qui permet d’augmenter de façon significative la vitesse de son bolide une fois déclenchée. La vraie nouveauté vient dans la présence de trois de ces jauges de nitro, laissant au joueur la possibilité de les déclencher quand bon lui semble. Drifter tout en utilisant la nitro permet de déclencher l'Ultimate Charge, une recharge plus rapide de la nitro précédemment utilisée. Qui plus est, il faut désormais réellement contrôler le dérapage pour éviter de se planter en beauté dès la sortie du virage. Du coup, les quatre types de drift (standard, faible, dynamique et spécial) pour différencier la centaine de véhicules ne sont pas de trop.

Question IA et difficulté, ce nouveau Ridge est loin d’utiliser pleinement le tri-core de la Xbox 360. On se retrouve ainsi en temps de course avec treize adversaires qui utilisent de la nitro dès le départ (quid du remplissage de leurs jauges ?) et qui ne cherchent aucunement à éviter le joueur lorsque ce dernier se trouve sur la trajectoire qu’ils s’obstinent à suivre. Commencer chaque course en quatorzième position a toujours de quoi être agaçant. En lieu et place du mode World Tour, le mode Explorateur est véritablement l’attrait principal du titre en solo. Le joueur progresse au sein d’un tableau illustrant le Ridge Racer World, succession de courses à choisir à la carte. A condition de terminer premier (fini les qualifications avec les places d’honneur), l’enchaînement peut se faire pour trois courses comme pour cinquante. Les premières compétitions sont d’une facilité assez déconcertante mais la difficulté monte en flèche au fur et à mesure, demandant une sacrée connaissance du drift à la fin.

Tou Tou you Tou




D’un style très japonisant tout en étant Hi Tech, les morceaux qui composent la bande sonore ne plairont pas à toute le monde. On comprend alors pourquoi de nombreuses chansons sont disponibles sur le market place de Ridge Racer 6. Celles présentes au départ font pratiquement toutes dans la techno et dans l’industriel plus ou moins asiatique. Une fois encore, les fans seront aux anges tandis que les autres auront bien du mal à rester concentré. L’habituel speaker de la série encourage toujours ses poulains dans la langue de Shakespeare et à quelques répétitions agaçantes près, joue parfaitement son rôle pour mettre l’ambiance. Cet esprit de déconne se retrouve en fait tout au long du soft avec de nombreux clins d’œil sur les circuits et les véhicules, voir même dans les menus à l’image du bon vieux Pac-Man jouable à chaque début de partie.

Concernant le multijoueurs, Ridge Racer 6 déçoit énormément. Outre un mode Live plombé par un bug causant de nombreux lags dès que l’hôte n’est pas européen, le jeu n’est jouable qu’à deux en écran séparé et éclipse alors tout concurrent géré par la console. Etre limité à un contre un sur une machine nouvelle génération, la pilule a du mal à passer. Heureusement que la sélection des serveurs Live a été très soignée avec la possibilité de filtrer les parties selon de nombreux paramètres, du niveau des joueurs à leur langue, ainsi que de télécharger les ghosts des plus doués du drift.

Point complet
Pour un premier jeu Xbox 360 Namco ne s’en tire pas trop mal, mais Ridge Racer 6 est plus que jamais à réserver aux fans. Les autres n’y verront qu’un gameplay insipide qui tourne en rond depuis plus de dix ans et se tourneront vers d’autres titres de la console de Microsoft, qui commence d’ailleurs à être bien fournie dans le genre. Au final ce nouveau Ridge offre une dynamique toujours agréable et une durée de vie de haut niveau. Sans doute de quoi justifier l'achat pour les aficionados.

On a adoré :
+ Retour à l’arcade
+ La durée de vie
+ Fun et Rapide
On n'a pas aimé :
- L’IA parfois ridicule
- Le lag en Live
- Le 1vs1 en écran splitté
- Lassant à haute dose


Consulter les commentaires Article publié le 15-02-06 par Aurélien B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019