Test Red Faction Armageddon - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Red Faction : Armageddon



Editeur
THQ
Développeur
Volition
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  07.06.2011
  07.06.2011
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Prix de lancement
59,00 €

Depuis sa création, la série des Red Faction a subi de nombreuses modifications. Pour ainsi dire, chaque nouvel épisode est une refonte quasi-totale du concept. Si le premier volet était un shooter souterrain plutôt technique, sa suite remontait à la surface et proposait un gameplay beaucoup plus bourrin, là où l’opus suivant a tenté de recopier GTA et l’opus téléchargeable de nous fournir un Vigilante 8-like. Avec Armageddon, Volition reprend une partie des acquis du précédent épisode tout en changeant une fois de plus la recette en optant pour le TPS/Survival pur. Armageddon parvient-il à tirer son épingle du jeu avec ces nouvelles idées ?

Retour aux sources




Prenez le dernier épisode de la série, gardez son style graphique, son gameplay en vue à la troisième personne, quelques uns de ses véhicules et de ses explosions, ajoutez lui un univers bien plus proche du premier épisode de la série que des dernières itérations, plongez le tout dans une ambiance façon Dead Space apocalyptique, et vous obtenez Armageddon. La recette est simple comme bonjour, et on en vient d’ailleurs à se demander pourquoi Volition a fait machine arrière tant le précédent épisode était sur la bonne voie et apportait quelque chose de vraiment frais à la saga. Plutôt que de peaufiner son GTA-like, le studio a décidé de repartir à zéro en développant un TPS souterrain ultra bourrin et linéaire. Oubliez donc la liberté d’action du précédent opus, ses balades en véhicules et ses combats de masse, Armageddon, c’est Dead Space façon ultra bourrin. D’ailleurs, on se rend très vite compte que les développeurs se sont contentés du minimum côté scénario puisque le jeu va droit au but, avec quelques cinématiques qui ont pour objet de nous plonger dans l’action et une intrigue simpliste sur base de fin des temps. En creusant dans les profondeurs de Mars, l’humanité s’est en effet retrouvée face à face avec une terrible espèce de monstres qui massacrent tout sur leur passage. N’espérez donc pas trouver de paysages variés dans cet opus puisque vous vous taperez des souterrains tout au long de l’aventure, avec quelques petites nuances heureusement mais, quoi qu’il en soit, la diversité n’est pas vraiment le fort du titre.

Pourtant, on remarque assez vite que quelques acquis du précédent épisode sont toujours là : le gameplay à la troisième personne reste très classique, il est possible d’attribuer quatre armes à la croix multidirectionnelle pour faire sa sélection en une pression de touche, les armes en question sont plutôt variées, allant du lance-roquettes au shotgun, en passant par le lance-grenades, et il y a toujours la fameuse masse qui nous sert à détruire les décors pour se frayer un chemin. Les explosions semblent également directement repiquées du précédent opus et plusieurs séquences à bord de véhicules sont au programme, soit sur « rail », soit en nous offrant le contrôle direct d’un mécha par exemple. Leur maniabilité est toujours irréprochable et le soft parvient finalement à nous tenir scotchés grâce à la variété des séquences de jeu. Cependant, n’allez pas nous faire dire ce que nous n’avons pas osé prononcer : Armageddon n’est pas un titre varié, seules quelques séquences le sont. Le soft est en fait ultra bourrin, générique et linéaire, et c’est là son principal défaut. On avance en ligne droite en massacrant tout ce qui bouge dans un déluge d’explosions, on active un interrupteur, on saute dans un véhicule, on continue le massacre, on ouvre une porte... Difficile de faire plus dirigiste. De fait, le soft devient vite répétitif et plutôt pénible si on ne se limite pas au niveau des sessions de jeu.

Un Geo Mod version 2.0




Quelques nouveautés sont bien là pour casser la monotonie, comme le Geo Mod 2.0 qui permet désormais de reconstruire tout ce qui a été détruit grâce à un objet fort utile. On pense aussi à une nouvelle arme qui fait s’attirer deux objets entre eux permettant ainsi, par exemple, d’arracher un pan du décor pour le balancer sur un groupe d’ennemis. Toutefois, dans l’ensemble, le soft semble être une simple variante du précédent opus, en beaucoup plus limité au niveau des fonctions de jeu. On note tout de même qu’un gros travail a été effectué au niveau du design des créatures, très réussi, disposant toutes d’attaques très différentes, mais également au niveau des petits ajouts, comme la possibilité de customiser ses armes ou ses capacités. En pratique, ça ne change pas énormément de choses, mais c’est toujours ça de pris. Pour le reste, on regrette le manque de savoir-faire des développeurs au niveau du level design, archi bancal, et de la progression en ligne droite. Le mixe des genres a beau être sympathique, avec un côté horrifique mis en avant par les décors et les bestioles, mais au final, ce nouveau Red Faction tient plus du TPS ultra bourrin que d’un quelconque survival. Reste que cela demeure plutôt fun pour un titre qui dure entre 7 et 11 heures (selon la difficulté et votre vitesse de progression), que les véhicules et les armes apportent un peu de diversité et que les effets visuels sont plutôt jolis.

L’argument de vente principal demeure bien entendu le Geo Mod qui permet pratiquement de tout détruire mais au final ce n’est plus si important que ça puisque la série est devenue un TPS assez banal. Le scénario très simple du jeu, son aspect ultra répétitif et bourrin, sa progression maladroite, ses décors peu variés font de lui un shooter assez basique qui a été plutôt mal pensé. Pour les fonctionnalités qu’il intègre, Armageddon est réussi mais le problème vient bel et bien de la conception du jeu. On en vient alors à se demander comment THQ a pu donner le feu vert à un tel projet tant on est finalement proche de la petite production qui sort un peu de nulle part et qui aurait dû nous surprendre… Alors qu’il s’agit d’une série à très gros budget. Cherchez l’erreur. Côté multijoueur, c’est en revanche un beau foutage de gueule, il n’y a pas d’autres mots. Le soft n’intègre qu’un mode Survie en équipe où on peut tenter de survivre à des vagues d’ennemis jusqu’à quatre joueurs. C’est sympathique une heure ou deux, mais on en fait très vite le tour. Un autre mode bonus archi simpliste est également proposé mais s’avère finalement vide d’intérêt. Ruines vous propose en fait de faire un maximum de dommages dans les décors. Inutile de dire qu’on a vu plus passionnant. Cela dit, on le savait d’avance qu’Armageddon serait un titre principalement axé sur son mode solo. Ce dernier s’avère sympathique et offre une durée de vie correcte, faute d’être inoubliable. Ce qu’on lui reproche, c’est que son gameplay est finalement très mal pensé et le rend bien trop limité dans sa progression. Dommage !

Point complet
Avec Red Faction Armageddon, THQ et Volition semblent s’être perdus en chemin. A force de changer sans arrêt une franchise qui a déjà bien du mal à trouver une identité propre, l’éditeur semble ne plus trop savoir que faire de la série. S’il est certain que ce mélange de TPS/Survival demeure sympathique à parcourir, fun, avec un Geo Mod 2.0 bien exploité permettant de tout détruire sur son chemin, il faut reconnaître qu’on est très loin des standards actuels, tant du côté du gameplay old school et extrêmement bourrin, que de la progression en ligne droite, des décors peu variés ou de la répétitivité agaçante du soft. Armageddon laisse donc tomber tous les acquis du précédent opus pour nous proposer une recette qui ne marche qu’à moitié. Pour être tout à fait honnête, le soft mérite que l’on s’y attarde, mais de préférence en occasion ou à prix tranché. L’absence d’un vrai mode multijoueur n’aide d’ailleurs pas à faire passer la pilule. Une bien triste fin en soi pour cette série qui aura connu cinq itérations au total…

On a adoré :
+ Le Geo Mod 2.0
+ Ca reste fun
+ Mixe de genres sympa
+ Jolis effets visuels
+ Design réussi
+ Pas mal d’armes
+ Les véhicules
On n'a pas aimé :
- Scénario et mise en scène plats
- Trop répétitif
- Décors peu variés
- Maladroit et bourrin
- Mode multi simpliste


Consulter les commentaires Article publié le 01/08/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019