Test Rayman contre les Lapins Crétins - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Rayman contre les Lapins Crétins



Editeur
Ubisoft
Développeur
Ubisoft France
Genre
Action Mini-jeux (Party Game)
Statut
Disponible
Date de sortie
  19.04.2007
  24.04.2007
Nombre de joueurs
1 à 4
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
5.1
Prix de lancement
49,00 €

Plusieurs mois après un passage très remarqué sur la dernière console de Nintendo, Rayman contre les lapins crétins vient rendre visite aux possesseurs de Xbox 360 dans une version presque entièrement identique à celle de la Wii. Pad oblige, le fun et l’amusement mis en place grâce à la manette spécifique de la Wii semblaient voués à disparaître de cette version. Mais que nenni ! Jamais à court d’idée, Ubisoft a choisi de faire confiance à la caméra Live Vision de Microsoft pour ce portage haut en couleurs. Un choix plutôt risqué qui pouvait se transformer en véritable fiasco. Mais c'était sans compter sur le talent des développeurs !

Un sacré Graal !




L'histoire de Rayman est un joli conte. Après un opus en 2D qui fit connaître Michel Ancel dans le monde entier, Ubisoft signa quelques autres titres du personnage sans membre. Rayman 2 tout d'abord, qui fut une vraie bonne aventure en 3D dans le genre plateforme, puis l'hilarant Rayman 3 auquel personne ne sera resté indifférent de par son humour et ses graphismes fins et colorés. Malgré quelques softs en demi-teinte (Rayman M par exemple), la franchise s'est le plus souvent très bien portée et c'est donc avec une grande joie que les joueurs du monde entier se sont empressés de dénicher des informations sur ce Rayman contre les Lapins Crétins, alors considéré comme le quatrième épisode de la série. Il n'en sera rien ! Nous avons finalement à faire ici à une ribambelle de mini-jeux plus loufoques les uns que les autres, mettant au premier plan non pas le petit héros à la mèche blonde mais une bande de lapins, crétins de préférence. Attention car les essayer, c'est les adopter !

Voyez-vous cela… Les lapins se sont décidés à se rebeller, après de longues années de gentillesse et de naïveté ! Ils en avaient assez de se voir martyrisés par tout le monde, sous prétexte qu'ils étaient sympathiques et mignons. Alors ils ont enfilé leur tenue de soubrette et se sont équipés de plusieurs ustensiles de cuisine pour crier leur rage. Un slogan fera vite son apparition et deviendra sans nul doute culte dans les années à venir : Bouaaaahhhhh !

Le jeu propose un mode solitaire au scénario peu banal. Celui-ci met en scène Rayman kidnappé en plein pique-nique par des lapins crétins. Ses amis, les célèbres Globox, sont aussi enfermés dans des cages, difficile donc de trouver un terrain d'entente avec ces ennemis à grandes oreilles. Ceux-ci l'obligent cependant à participer à cinq épreuves journalières, sous peine de se voir exploser, lobotomiser, cuit à point ou frapper à grands coups de massue pour la plus grande joie des léporidés alentours. Au bout de trois épreuves, une grande porte ouvre le passage vers la cinquième, l'ultime du jour, laissant la quatrième optionnelle. Mais les joueurs voulant découvrir un maximum de mini-jeux, de costumes cachés ou de musiques originales devront finir le jeu à 100%, alors pas question de laisser fermer cette quatrième porte ! Enfin, à la fin de la journée, une fois revenu de la grande porte, Rayman se verra offrir une magnifique… ventouse. Si pendant quelques jours Rayman ne trouvera aucun intérêt à cet objet, une fois plusieurs collectés ils deviendront une véritable porte de sortie vers la liberté. Il n'y a donc plus qu'une seule chose à faire : finir vainqueur d'un maximum de mini-jeux et au passage, montrer à ces lapins de quel bois on se chauffe !

En plus de la septantaine d’épreuves déjà disponibles dans la version Wii, Ubisoft a eu la riche idée d’introduire deux nouvelles épreuves exclusives à la Xbox 360. Rien de vraiment bouleversant en soi, mais l’ajout est suffisamment intéressant pour être signalé. Après tout, c’est toujours ça de pris !

La centaine de mini jeux




Toutes les épreuves de ce Rayman contre les Lapins Crétins ont l'intelligence de s'inspirer de jeux réels et de les plagier de manière très poilue, façon grandes oreilles. On retrouve donc sans mal un Bowling, une parodie du célèbre Simon ou encore un lancer de vaches/poids absolument réussi. Mais plusieurs autres concepts très originaux viendront égayer les parties, à commencer par les déhanchements sur le Dance Floor. Le rythme est parfait, les lapins à zigouiller en frappant des bras à gauche et à droite sont en parfaite symbiose avec les notes et il est bien difficile de se trouver une excuse lorsqu'on rate quelques rythmes. Signalons néanmoins que ces épreuves figurent parmi les plus difficiles dans la catégorie Live Vision, en raison du rythme particulièrement soutenu des mélodies…Car ici, si les premiers niveaux ne seront pas vraiment un grand défi, il en sera tout autrement de la seconde et troisième version de chaque musique ou plus aucune seconde de répit ne sera accordée. Aussi, frapper du lapin sur des airs de Pulp Fiction (Misirlou) ou de grandes chansons des années 70 fait son petit effet, surtout revu à la sauce Lapins Crétins avec des petites voix niaises et donc forcément hilarantes.

Mais dans la catégorie des mini-jeux qui sortent du lot, nous trouvons aussi les phases de tir façon Time Crisis et autres grands classiques de bornes d'arcade. A la manette, ces phases de jeu se jouent très simplement, avec l’utilisation du stick pour viser et d’un bouton de recharge. Le jeu prend bien entendu tout son sens avec la caméra Live Vision, qui vous oblige à garder un œil sur les munitions qui seront rechargées avec un grand coup sur le flanc droit de l’écran, alors que votre bras gauche se chargera de verrouiller la dizaine de lapins crétins qui pointe le bout de ses oreilles vers vous. Le but du jeu est on ne peut plus simple. Il s’agit en effet de dégommer du lapin tout au long d'une progression linéaire juchée d'embuches et d'interactions plus inutiles (donc hilarantes) les unes que les autres. Comme le prouvent les postes de radio qui, une fois touchés, empêchent les lapins de vous viser, trop occupés à danser. Certains niveaux s'inspirent énormément du cinéma, comme le Western très Wild Wild West ce qui renforce le sentiment d'amusement. Ces phases FPS seront omniprésentes lors des épreuves finales et peuvent se jouer à plusieurs, que ce soit en coopération ou en défi (chacun ayant son propre score). Vous voyez où le soft veut en venir ? Effectivement, cette catégorie de jeu sera l'attraction principale d'un bon nombre de nuits blanches.

Impossible de vous parler de tous les mini-jeux présents dans cette petite galette pleine d'humour. Aussi, certains titres doivent être un maximum gardés secrets pour ne pas casser les petites subtilités graphiques qui feront pleurer de rire les invités lors des grandes occasions où l'on allume sa Xbox 360 dans le salon. Mais parlons par contre des plus originaux, comme cette parodie des Choristes demandant une bonne dose de self-control pour arriver à supporter les lapins de la classe d'Ubi Montpellier. Certains chantent plus ou moins juste mais à chaque fois, un lapin n'est pas dans le ton. Votre mission est de le trouver en pointant les lapins et en vous aidant de l'aide apportée par les lèche-bottes de la classe. Une fois le coupable à l'écran, il vous suffit de sélectionner l’idiot pour lui donner une douloureuse frappe au visage. C’est méchant, mais ça soulage !

Il y a aussi des jeux très courts, mais tout aussi réussis pour le multijoueur. Le vol de super-lapin, la course au cadeau explosif ou encore le saut à la corde, tout ce qui demande un effort physique considérable et qui oblige les moins athlétiques à subir plusieurs crampes pendant la première semaine de jeu. Enfin des jeux plus reposants, vous demandant de reconstituer un lapin en papier ou de mener une boule jusqu'à la fin d'un parcours semé de trous, viendront calmer les ardeurs des plus brutaux et donner une chance aux moins sportifs des joueurs. Globalement, la grande majorité des mini-jeux sont très réussis et y jouer ne dépendra que des goûts de tout un chacun. Cependant, il en existe forcément quelques uns qui trouveront moins d'adeptes.

Vous l’aurez compris : Rayman contre les lapins crétins part dans tous les sens, avec des mini-jeux plus déjantés les uns que les autres. Les différences avec la version Wii sont d’ailleurs plutôt minimes. Certes, les possesseurs de pads ne pourront pas profiter pleinement de leur dernier achat, mais il n’en demeure pas moins qu’ils passeront un bon moment. Les parties avec la manette se révèlent donc amusantes, avec la plupart du temps des combinaisons de boutons très simples (deux ou trois touches tout au plus), qu’il vous faut activer dans un ordre précis. L’ensemble se révèle particulièrement précis et efficace, au point que certains mini-jeux prennent tout de suite une toute autre dimension que sur l’opus Wii.

Signalons également que sur la septantaine de mini-jeux disponibles, seule la moitié d’entre eux sont compatibles Live Vision qui par ailleurs s’en sort avec brio. Certes les mini-jeux sont généralement plus difficiles, mais ils n’en demeurent pas moins plus drôles avec ce type de contrôle. Il faut dire que s’agiter dans tous les sens devant une caméra a quelque chose de véritablement fun. Tout comme cette partie où l’on doit traire une vache en tirant coup sur coup sur deux pis virtuels avec une cadence ininterrompue. Littéralement ravageur. Il est juste regrettable que le titre ait avant tout été pensé pour la Wii car avec un peu plus d’attention, cette version Xbox 360 aurait amplement pu dépasser le maître. Un résultat plutôt positif donc, que ce soit au pad ou à la caméra (qui mérite amplement l’achat pour cette occasion) et qui prouve que la Xbox 360 peut, elle aussi, accueillir des jeux drôles et enfantins.

Du multijoueur en veux-tu…




Pas très loin du mode solo se trouve le mode Défi permettant aux amis de rejoindre la partie. Ici, les scores obtenus dans les mini-jeux sont comptabilisés et un classement est réalisé. Selon ledit classement et la différence de scores entre celui du joueur et celui de référence d'Ubisoft, des points sont attribués, allant de 0 à 1000 points. Le but étant de récolter le millier de point à tous les jeux pour débloquer Challenges et Bonus en tous genres. Les bonus les plus classiques, nous les connaissons plus ou moins déjà puisqu'il s'agit des hilarantes petites vidéos qui ont parcouru le net ces derniers mois. Pour les Challenge, c'est en fait un autre style d'épreuves uniquement réservées au mode Score qui demande d'enchaîner plusieurs mini-jeux en une seule fois. L'occasion, encore une fois, de glaner quelques points supplémentaires. Des artworks seront aussi déblocables ainsi que quelques petites surprises. Mais le gros des bonus est dans le mode solo avec ces costumes de Lapin en mousse ou encore un magnifique ensemble Elvis à faire tomber les amateurs de vieux rock ! Vous l'aurez compris, si la durée de vie du mode Solo est très limitée (autour d'une dizaine d'heures) il est complémentaire au mode Défi entre amis qui lui n'a pas de limite, si ce n'est la perfection des Scores. Et pour atteindre ce but, des mois de jeu vont être nécessaires. Vous pourrez ensuite poster vos scores sur le net même si ce sera assez fastidieux puisqu'il y a un code à rentrer pour chaque épreuve. Un système de mise en ligne inimaginable à l’heure où plus d’une console sur deux est branchée à internet. Dommage…

Passons enfin à l’aspect technique du jeu, qui n’a pas évolué d’un iota depuis la version Wii. Regrettable ? Pas vraiment. Car le design général est absolument sublime, et les graphismes si spéciaux ne font absolument pas tâche sur une console aussi puissante que la Xbox 360. Certes on sent que le potentiel de la console n’est pas exploité à fond, mais Rayman contre les lapins crétins se révèle suffisamment charmeur pour nous empêcher de le critiquer bêtement sur ce point. Une merveilleuse réussite artistique qui démontre une fois de plus le talent de Michel Ancel !

Enfin, mention spéciale à la bande son qui joue un grand rôle dans l'humour du jeu, que ce soit au niveau des petits cris des lapins ou des bruits que font les impacts et autres coups, très nombreux dans ce soft. Bref, si techniquement le jeu est effectivement perfectible, il se rattrape très vite et laisse oublier ses quelques rares et peu importantes imperfections.

Point complet
Peut-être pas aussi géniale que sur Wii mais tout de même accrocheuse, cette version Xbox 360 du jeu bénéficie du support de la caméra Live Vision lui conférant une jouabilité unique. Les possesseurs de l’objet en question devraient donc en avoir pour leur argent, avec des sensations uniques à la version 360. Quant à ceux qui ne disposent que de leurs chers pads, ils se contenteront de participer à des mini-jeux drôles, amusants et variés, sans toutefois les apprécier à leur juste valeur. Un portage plutôt réussi donc, qu’on aurait aimé voir compatible Live. Quoi qu’il en soit, le pari est réussi haut la main par Ubisoft, qui nous rend une copie en bonne et due forme de l’un des best sellers de la Wii !

On a adoré :
+ Les musiques
+ L’humour
+ Plus de 70 épreuves !
+ L’utilisation de la Live Vision
+ Un style graphique particulier
+ Fun et prenant
+ Les bonus
On n'a pas aimé :
- Pas de multijoueur en ligne
- Les cinématiques, répétitives
- Quelques rares mini-jeux décevants


Consulter les commentaires Article publié le 25-04-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019