Test Rapala : Tournament Fishing ! - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 227 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Rapala Tournament Fishing !



Editeur
Activision
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  16.03.2007
  21.11.2006
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Contenus
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1

Amateurs de pêche, de gros poissons et de nature, réjouissez-vous, Activision pense enfin à vous en sortant une nouvelle édition de sa série culte des Rapala Tournament Fishing sur Xbox 360. Au programme du jour : des parties de pêche endiablées avec toutes les licences officielles, l’utilisation de bateaux et un tout nouveau moteur graphique censé tirer parti des capacités de la console. Un programme alléchant ? C’est ce que vous découvrirez dans notre test complet de la version américaine !

Un grand bol d’air




C’est bien connu, la pêche est souvent considérée comme un simple passe-temps. Mais pour les vrais amateurs de cette discipline, il s’agit d’un véritable sport qui demande de la précision, de l’efficacité et de l’intelligence. C’est sur ces quelques bases qu’Activision est parti pour créer cette nouvelle édition de Rapala Tournament Fishing.

Mais avant de parler du gameplay, il est important de faire un rapide état des lieux. Les inconditionnels de la série seront plutôt surpris de ne retrouver que le traditionnel mode carrière qui nous propose une succession plus ou moins variée de championnats de pêche à travers des lieux nombreux et variés. Ainsi, Activision n’a pas pris la peine de concevoir le moindre mode multijoueur en ligne, ni d’intégrer de mini-jeu et encore moins de système de création de personnages. La déception est donc de rigueur dès le premier coup d’œil. Mais heureusement, le mode solo demeure suffisamment fourni pour nous tenir en haleine durant de nombreuses heures…

Mais encore faut-il adhérer au gameplay ultra répétitif de la série ! Car l’un des plus gros défauts de Rapala demeure encore et toujours la variété. Si les lieux où le joueur pourra pêcher demeurent variés, le gameplay, lui, ne varie en effet que très peu. Le schéma d’action est toujours le même : le joueur choisit une compétition, prend les commandes du bateau, décide ou non de participer à une phase de jeu libre avec la phase « compétition » et se dirige où il le désire sur le lac pour pêcher en toute quiétude. Pour l’aider à repérer les zones à forte teneur en poissons, un radar lui indique les alentours et lui permet de s’avoir où s’orienter avec une précision certaine. Une fois la zone atteinte, il suffit d’arrêter le moteur, de s’orienter dans le bon sens et de lancer la ligne. Après quelques minutes d’attente, un poisson viendra probablement mordre à l’hameçon (que vous aurez sélectionné au préalable parmi la variété de leurres proposés) et une sorte de mini-jeu commencera. Durant cette phase, le joueur devra ramener le poisson vers son bateau en laissant la gâchette droite appuyée et en pressant au bon moment les touches qui s’affichent. C’est simple, basique, mou, répétitif à outrance et ennuyant à mourir. Si l’opération gardait un certain intérêt dans Cabela’s Alaskan Adventures (le jeu étant très varié et les phases de pêche demeurant peu nombreuses), elle n’est que rebutante dans un titre ne regroupant pratiquement que des phases de jeu de ce style. Pour le reste, l’utilisation du bateau demeure une bonne idée et sa conduite est relativement agréable, même s’il est vrai que les sensations font une fois de plus défaut…

Des poissons pas très jolis…



L’autre gros défaut de Rapala Tournament Fishing, c’est son statut de simple portage. Comprenez par là que techniquement parlant, le soft demeure clairement en deçà de ce que l’on a l’habitude de voir sur notre console. Si certains effets et modélisations demeurent corrects, on ne pourra fermer les yeux sur le frame rate chancelant, les bugs graphiques et les modélisations assez sommaires de certains objets et/ou personnages.

Reste ensuite la question de la bande sonore, entièrement en anglais (puisque disponible en import) et composée de commentaires des plus classiques et de bruitages bateaux. Si l’illusion fera mouche pendant quelques minutes, le joueur ne tardera probablement pas à être agacé par la simplicité de ces bruitages qui se répètent encore et encore au fil des parties. Pour notre part, il faut reconnaître que couper le son fut un véritable épanouissement, tant l’ensemble manque cruellement de saveur et d’immersion. Inutile de dire que le soft est loin de tenir toutes ses promesses et qu’il risque bien de considérablement choquer les inconditionnels du genre, de par sa simplicité bien sûr, mais aussi son manque d’innovation.

Point complet
Malheureusement, les amateurs de pêche devront attendre encore quelques temps avant de tomber sur la simulation ultime. Ce nouveau Rapala est en effet une jolie honte, et ce que ce soit au niveau technique, gameplay ou variété des modes de jeu. Un titre mou, fade et incroyablement ennuyant que les amateurs zapperont au profit d’un soft comme Cabela’s Alaskan Adventures, dont la partie pêche ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de ce Rapala Tournament et offre encore plus de variété que ce jeu complet !

On a adoré :
+ L’utilisation de bateaux
+ Les licences officielles
+ Des lieux variés
On n'a pas aimé :
-Un gameplay basique
-Peu de variété en solo
-Pas de multijoueur
-Pas de création de personnages
-Des bruitages agaçants
-Répétitif et ennuyant
-Un frame rate à la rue


Consulter les commentaires Article publié le 03-04-08 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019