Test Pirates des Caraïbes : Jusqu’au Bout du Monde - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 305 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Pirates des Caraïbes : Jusqu'au Bout du Monde



Développeur
Eurocom
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  22.05.2007
  22.05.2007
Nombre de joueurs
1 à 2
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p
Son
5.1
Prix de lancement
49,00 €

Les célèbres flibustiers de Disney profitent de la sortie cinématographique du troisième épisode de Pirates des Caraïbes pour se présenter une fois encore dans une adaptation vidéoludique, cette fois-ci plus orientée sur l’action. S’annonçant comme un jeu d'action/aventure, il est à se poser la question si les membres de l’équipage du Black Pearl, dirigé par le capitaine Jack Sparrow, seront à la hauteur dans cette version Xbox 360 ? La réponse dans le test ci-dessous. Tout simplement !

Une adaptation réussie




Jusqu’au bout du monde est le troisième et dernier volet de la trilogie Pirates des Caraïbes. Un ultime épisode qui retrace sur Xbox 360 les péripéties de notre petit groupe d’aventuriers composé de l’inévitable Jack Sparrow, du fougueux Will Turner et de la charmante bien qu’un peu masculine Elizabeth.

Contrairement aux autres versions du jeu, Pirates des Caraïbes prend un tout autre tournant sur Xbox 360 en arborant des scènes plus variées, plus amusantes et surtout plus acrobatiques. Outre les traditionnelles phases de combat, le gameplay du jeu se compose de quelques scènes de plates-formes et d’équilibre qui permettent de varier les plaisirs. Mais le plus gros atout de cette édition, c’est sans nul doute son goût pour les acrobaties, notamment sur le fameux hollandais volant. Quant aux combats, ils bénéficient d’une toute autre finition, avec des coups plus variés allant du simple coup de poing au coup de pied, en passant par le lancer de couteau, le tranchage de matelot et les contres qui permettent de surprendre l’adversaire avec une contre attaque. Outre cela, le système de jeu permet aussi d’attraper les adversaires pour les envoyer par-dessus le pont. Une manière simple et efficace de faire le ménage autour de soi… Enfin, il faut savoir que des supers coups permettent d’éliminer vos ennemis avec une classe toute particulière, un peu à la manière de Mortal Kombat. Mais pour les effectuer, il faudra préalablement remplir une jauge spéciale en effectuant différents coups plus classiques. Voilà qui a au moins le mérite d’améliorer la mise en scène de manière drastique !

Du côté des défauts, on regrettera avant tout que l’utilisation des armes secondaires, telles que les couteaux, soit aussi fastidieuse. Certes, ces armes sont efficaces, mais elles n’en demeurent pas moins difficiles à utiliser et relativement rares dans l’ensemble. On regrettera aussi les trop nombreux duels, particulièrement simples dans leur approche des combats (puisque leur système est basé sur le timing), mais aussi et surtout lents et peu variés. Enfin, il faut avouer que la plupart des missions sont extrêmement répétitives. Et ce, d’autant plus qu’elles ne sont entrecoupées que de quelques missions secondaires qui n’amènent franchement rien de positif à l’aventure solo.

Quant à la coopération, il faut savoir qu’elle se limite à quelques affrontements au cours desquels vous serez accompagné par vos compagnons d’aventure qui viendront vous donner un coup de main. Si le fait de pouvoir changer de personnage à tout moment par une simple pression de bouton est plutôt agréable, on regrettera tout de même que l’intelligence artificielle de nos alliés ne soit pas un tantinet plus développée. Difficile en effet de faire abstraction de leur comportement parfois peu crédible qui consiste à se faire massacrer la plupart du temps. Mais qu’à cela ne tienne car le bouton de switch est présent et nous permet de faire pencher la balance en notre faveur et qui plus est, l’IA n’a jamais été le point fort des beat them all.



Pour ce qui est du mode multijoueur, il faut savoir que celui-ci ne consiste qu’en quelques duels, à l’image de ceux du mode solo, voire à l’occasion en des combats en équipe dans des niveaux où il faudra affronter des vagues successives d’ennemis. Un mode de jeu simple mais efficace qui permet de rentabiliser un peu plus notre achat.

Malgré ses nombreux défauts, Jusqu’au bout du monde n’en demeure pas moins fun et agréable à prendre en main. Ceci étant dû surtout au talent de l'équipe chargée du Level Design qui apparaît comme très efficace. Plusieurs séquences imprévues viendront dynamiser la progression en empêchant tout sentiment d'éternel recommencement du genre "Parler / Bouger / Frapper". Même si, globalement, le jeu se résume bien avec ces trois mots, celui-ci essaye continuellement de ne pas nous laisser le temps d'en tirer conclusion, du moins jusqu'à ce que l’on stoppe une partie et que l'on prenne un peu de recul sur ce que l'on vient de jouer.

Si l’on tient compte du mode solo et du multijoueur, Jusqu’au bout du monde parvient sans difficulté à nous tenir en haleine pendant une bonne dizaine d’heures. Mais encore faut-il ne pas tomber dans cet éternel ennui qui revient encore et toujours au fur et à mesure que les scènes d’action se répètent. Fort heureusement, cette version Xbox 360 bénéficie de quelques atouts majeurs comparés aux autres versions. Notamment au niveau des scènes d’action qui se révèlent plus complètes grâce à l’ajout de coups supplémentaires, mais aussi grâce à l’apparition de scènes inédites, dont les passages acrobatiques ne sont pas sans nous rappeler les dernières péripéties du Prince de Perse.

Une réalisation honorable




En ce qui concerne la partie plus technique, il faut savoir que Pirates des Caraibes : Jusqu’au bout du monde bénéficie d’une réalisation plutôt honorable sur Xbox 360. Les modélisations sont beaucoup plus soignées, les animations assez réalistes, les effets spéciaux plus impressionnants et l’ensemble retranscrit à la perfection l’univers du capitaine Jack Sparrow. Mais s’il est certain que les développeurs ont produit un réel effort, il faut néanmoins reconnaître que comparé aux dernières productions Xbox 360, le jeu de Buena Vista se situe tout juste dans la moyenne.

Quant à la bande sonore, il faut une fois de plus reconnaître qu’elle retranscrit merveilleusement bien l’ambiance du film avec les doubleurs français officiels et la plupart des musiques du film qui parsèment l’aventure. Pirates des Caraibes : Jusqu’au bout du monde offre donc une immersion parfaite dans l’univers de la piraterie pour le bonheur des plus petits mais aussi des plus grands.

Point complet
S’il est certain que cette version Xbox 360 s’en sort nettement mieux que ses aînées, on regrettera tout de même que cette adaptation ne bénéficie pas d’une durée de vie plus longue et d’un gameplay plus vif. Car en l’état actuel, Pirates des Caraibes : Jusqu’au bout du monde aura probablement beaucoup de mal à convaincre les nombreux amateurs de jeux d’action / aventure. Reste qu’à moindre prix, le jeu mérite assurément le coup, pour peu bien entendu que vous ne soyez pas allergiques à l’univers de la piraterie…

On a adoré :
+ L’univers parfaitement retranscrit
+ La version française
+ Les personnages, savoureux
+ Des graphismes honorables…
On n'a pas aimé :
- Une durée de vie trop courte
- Des combats un peu répétitifs
- Un manque de punch global
- Un mode multijoueur trop simple


Consulter les commentaires Article publié le 10-06-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020