Test Onechanbara Bikini Samurai Squad - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 249 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

OneChanbara : Bikini Samurai Squad



Editeur
D3 Publisher
Développeur
Tamsoft
Genre
Action
Statut
Disponible aux Etats-Unis
Date de sortie
  12.03.2009
  10.02.2009
  14.12.2006
Nombre de joueurs
1 à 2
Online
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Prix de lancement
39,00 €

La série des Simple 2000 est sans nul doute l’une des séries de jeux vidéo les plus connues au Japon avec plusieurs centaines de softs à petit budget référencés dans ce catalogue. Parmi les titres phares de la branche, on retrouve Force de Défense Terrestre 2017, dont nous vous avions déjà proposé le test, mais aussi et surtout Oneechanbara. Cette licence très particulière est également connue sous le nom de Zombie Zone en Europe, mais elle n’a malheureusement pas bénéficié d’une sortie en zone PAL pour ce dernier volet exclusif à la Xbox 360. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le principe, rappelons qu’il s’agit de diriger plusieurs jeunes femmes dénudées dans des niveaux infestés de zombies à décapiter à la chaîne. Un concept particulièrement simpliste qui a pourtant déjà fait ses preuves par le passé. Reste à présent à voir si cette suite sur Xbox 360 n’était pas l’opus de trop…

Diaboliquement fun




Oneechanbara Vortex nous place dans la peau de deux sœurs, Aya et Saki, deux jeunes femmes qui ont tendance à se dénuder et à adopter des poses sexy pour le plus grand plaisir des zombies qui ont envahi la ville de Tokyo. Bien décidées à en finir avec ces rebus, elles sortent leur katana et enfilent leur bikini pour partir à la chasse. En route, elles rencontreront Anna, un agent de police hors du commun qui apportera pas mal de diversité au gameplay, étant donné que ses armes de prédilection sont le shotgun, la grenade et la mitraillette. Une approche en deux temps du jeu d’action qui a le mérite de varier les plaisirs et d’apporter un peu de fraîcheur à un genre qui a souvent tendance à se cantonner aux grands classiques.

Par rapport aux précédents volets de la série, ce Vortex apporte quelques nouveautés de choix au gameplay. A commencer par de nombreux coups spéciaux et quelques enchaînements qui offrent une belle et grande palette de coups pour venir plus facilement à bout des ennemis. En pratique, il faudra alterner entre le simple coup de katana, le saut périlleux, le double saut avec salto sur le côté et coup de katana en prime et toute une série de mouvements plus originaux et funs les uns que les autres.

La variété des coups et la vitesse des combats est donc un atout indéniable pour ce jeu qui s’offre en outre une atmosphère vraiment très particulière. Par titre de comparaison, disons que le titre ressemble légèrement à BloodRayne 2, à ceci près qu’ici, vous ne devrez pas combattre des ennemis intelligents mais bel et bien des hordes de zombies que vous pourrez démembrer à tour de bras. Pour varier un peu les plaisirs, de nombreux boss ont été intercalés entre les missions, histoire de corser un peu les choses. Notons au passage que les techniques pour les battre sont généralement différentes et que dans l’ensemble, ces phases de jeu se révèlent plutôt agréables, bien que très classiques.



En plus de ces quelques nouveautés, on retrouvera avec plaisir la possibilité de switcher entre différentes héroïnes au cours des missions, histoire d’aborder le combat d’une toute autre manière. Si les choses deviennent vraiment trop corsées pour vous, vous pourrez toujours empoigner une moto et partir en virée lors de quelques phases de conduite relativement funs mais assez mal mises en valeur, la faute à des déplacements trop rigides. Enfin, il faut savoir que le titre intègre un mode de combat spécial, qui vous permet de rentrer en mode furie, pour déchaîner votre colère sur les ennemis qui vous entoure et faire le ménage tranquillement.

Pour ce qui est de la progression, Tamsoft a opté pour la simplicité. L’aventure est divisée en niveaux, entrecoupés eux-mêmes par des cinématiques et qui sont le plus souvent assez linéaires, comme dans tout hack and slash. Rien de révolutionnaire ni de surprenant si ce n’est peut être ce goût prononcé pour le gore, le trash et le sexe.

Au niveau des modes de jeu, Vortex demeure également très classique avec des options de customisation des personnages très complètes, des tas de vêtements bonus, un mode Practice pas franchement intéressant et un mode coopératif en écran splitté qui a le mérite de rendre l’aventure encore plus fun. Mais comme pour tout hack & slash qui se respecte, Vortex dispose de cet horrible et indétrônable défaut d’être répétitif. Difficile en effet de rester scotché au pad plus de 2 chapitres, tant le gameplay à tendance à se répéter. Du coup, on alterne avec un ou deux autres jeux, histoire de ne pas trop vite saturer.

Aussi moche que son nom




Si le constat demeure plutôt positif du point de vue de la jouabilité, il faut avouer qu’Oneechanbara Vortex est loin de faire l’unanimité pour ce qui est de l’habillage. Le soft de Tamsoft souffre en effet d’un moteur graphique honteusement vieux et d’une bande sonore tout juste passable. Difficile dès lors de s’immerger complètement dans l’univers gore et trash du soft, tant les décors sont fades, les modélisations simplistes (excepté les héroïnes, un rien plus réussies), et les effets spéciaux basiques. On est clairement en droit d’en attendre plus sur une console aussi puissante que la Xbox 360. Mais malgré cet énorme retard technique, il faut avouer que le jeu est prenant et diaboliquement efficace si vous aimez un tant soit peu l’hémoglobine et les démembrements. Un soft sans complexe, fun, drôle mais relativement laid et assez imprécis dans son gameplay.

Point complet
Comme on s’y attendait, Oneechanbara VorteX est loin d’être le jeu de l’année. Pourtant, le soft parvient à nous convaincre grâce à un gameplay rapide et des phases de jeu extrêmement funs, tant en solo qu’en coopératif. Un soft gore, sexy et sans complexe qui plaira assurément aux amateurs de hack & slash mais qui risque de rebuter pas mal de joueurs à cause de ses nombreux défauts techniques et de sa répétitivité. On regrettera au passage qu’aucune sortie en zone PAL ni NTSC, hors des frontières japonaises, ne soit prévue pour l’instant, et que le soft ne soit pas Region Free…

On a adoré :
+ Très fun
+ Gore et violent
+ Simple et efficace
+ Le coopératif
+ La customisation des personnages
On n'a pas aimé :
- Maniabilité rigide
- Laid
- Répétitif


Consulter les commentaires Article publié le 18-10-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020