Test Obliteracers - jeux vidéo Xbox 360

XBOX ONE GAMER
245 connectés, 41 114 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Obliteracers



Editeur
Deck13
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  26.08.2016
Nombre de joueurs
1 à 16
Classification PEGI
Prix de lancement
13,99 €

Obliteracers... Avec un nom pareil et sa belle cocarde de jeu primé on peut s'attendre à une belle réalisation de la part de Space Dust Studios. Toutes promesses de courses endiablées jusqu'à 16 joueurs bien ancrées en tête, de dizaines de modificateurs de gameplay, de power-up à la pelle, c'est avec plein d'espoir qu’on espère avoir un digne concurrent du célèbre Mario Kart, en se délestant au passage des 13,99 € nécessaires pour l'acquisition du soft.

Mario Kart a de beaux jours devant lui…



Premier constat, après avoir choisi entre "carrière" ou "versus" (rien d'exceptionnel jusque-là), le joueur est invité à choisir une piste, puis il est directement propulsé à l'écran de chargement. Comment ça ? On ne peut pas choisir son perso ? Eh bien non, le jeu se déroule intégralement avec un seul personnage jouable. Il s'agit de Sarge, un robot monté sur chenille presque copie conforme de Grounder des dessins animés de Sonic (pour ceux qui connaissent). En fait, dès la première piste, on se rend compte que tout le concept du jeu tourne autour de combats que le joueur doit mener à grands renforts de power-up pour détruire ses adversaires et empocher des points qui le rapprocheront progressivement de l'objectif nécessaire pour gagner le match, le côté "course" étant le plus souvent secondaire. Les règles de chaque piste sont différentes, il faut tantôt être le dernier survivant pour remporter la manche, tantôt rester en tête pour se voir attribuer les points octroyés par la destruction des poursuivants. 4 environnements différents (tropical, désertique, urbain futuriste et nautique) sont déclinés en 24 pistes incluant leurs propres règles ainsi que leur propre condition (nuit, pluie ou gel).

Si au début le jeu est assez agréable avec peu de concurrents, il l'est un peu moins avec une horde de 15 adversaires particulièrement agressifs. La lisibilité du soft est pénalisée par une caméra ne suivant pas le joueur mais le gros de la meute. Si en plus on ajoute une maniabilité compliquée où le véhicule tourne sur un axe à la manière d'une toupie et une physique flottante des trajectoires qui pousse le joueur à quasiment toujours être en drift (en frift comme dirait Philippes Lellouche) on arrive à des courses se résumant à une succession de manches éprouvantes et agaçantes gâchées par une caméra laborieuse, une lisibilité difficile en plein cœur de l'action (masqué par les autres, on n’est pas toujours sûr que notre Sarge soit correctement pivoté pour prendre le virage) et on perd injustement parce qu'on a du mal à jouer ou parce qu'on s'est fait "avoir" par la gestion des collisions et des sauts. Une chose intéressante cependant, en dehors des pistes qui utilisent la règle "endurance" (qui fait réapparaitre le joueur à chaque fois sans relancer de nouvelles manches), le joueur peut, quand il a perdu, lancer des missiles après avoir verrouillé sa cible pour essayer de pénaliser au mieux les adversaires ayant le plus de points et ainsi se donner une chance de monter sur le podium. Les récompenses pour avoir gravi ce dernier serviront à débloquer les pistes suivantes. 3 bombes pour la première place, 2 pour la seconde marche et 1 pour la troisième. Comptez 4 ou 5 heures (peut-être un peu moins si vous êtes naturellement doués) pour parcourir l'ensemble des pistes.

Si on met de côté le design un peu lambda des personnages, le soft montre tout de même quelques graphismes variés et agréables, évidemment ce n'est pas une débauche visuelle mais il faut reconnaitre une certaine maîtrise (au moins sur ça) des développeurs. Pour les musiques, elles se laissent écouter une ou deux fois mais deviennent vite lassantes comme le soft en général en fait. On a peu envie d'y retourner une fois toutes les bombes acquises. Les plus curieux seront probablement tentés d'aller voir ce qui se passe côté online et seront bien déçus car les serveurs sont complètement désertés. Il faut avoir de la chance pour qu'un autre curieux ait la même idée au même moment. Quand on voit le peu d'heures de jeu des joueurs les mieux classés on peut se dire que le soft n'a pas passionné plus que ça en ligne non plus.

L’avis perso de Bruce // Une belle déception !

On a beau être des consommateurs avertis parfois on se laisse séduire par un titre attrayant et/ou un argument typiquement commercial. Avec Obliteracers, je dois avouer que ce fut le cas, pensant me retrouver face à un Mario Kart like somme toute classique mais efficace, la déception pointa rapidement le bout de son vilain nez après quelques minutes de jeu. C'est sympa au début mais ça devient vite le foutoir, l'issue des courses devient aléatoire tant il y a de soucis de jouabilité. Il y a de bonnes idées, mais elles sont mal mises en œuvre. Au moins vous êtes averti.


Point complet
Sans être une catastrophe, Obliteracers est une déception. Outre l’aspect Mario Kart-like mis en avant que l’on ne retrouve pas vraiment dans le jeu, les soucis rencontrés avec la jouabilité et la présence d’un seul personnage jouable plombent pas mal le concept, sans parler de la lisibilité de l’action qui est bien vite mise à mal. Les premières parties sont agréables, la suite plus laborieuse. Dommage pour un jeu qui avait un certain potentiel.

On a adoré :
Une certaine variété des règles
Des environnements agréables
On n'a pas aimé :
Jouabilité compliquée
Un seul personnage jouable
Le titre trompeur
Peu de fun
Manque de finesse


Consulter les commentaires Article publié le 05/02/2017 par Bruce S.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017