Test Nickelodeon - Teenage Mutant Ninja Turtles - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 301 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Nickelodeon - Teenage Mutant Ninja Turtles



Editeur
Activision
Développeur
Magic Pockets
Genre
Beat'em All
Statut
Disponible
Date de sortie
  25.10.2013
Nombre de joueurs
1

Les Tortues Ninja ne sont pas toutes jeunes, leur première apparition datant de 1984. Elles ont été popularisées en 1987 avec la sortie d’un dessin animé qui a bercé notre enfance. Par la suite, de très nombreuses adaptations, en dessins animés, en films, en comics, en jeux vidéo et même en mangas ont vu le jour. Depuis 2012, sur la chaîne Nickelodeon (qui a obtenu les droits d’exploitation en 2009), les intéressés peuvent suivre les péripéties de nos quatre tortues. Plusieurs changements ont d’ailleurs divisé les fans, comme le Cowabunga (cri emblématique) qui a laissé sa place à Bouyakasha, April qui est devenue une jeune adolescente ou encore les armes de Donatello et Michelangelo qui ont été modifiées. Reste qu’Activision a tenu à proposer une adaptation vidéoludique du show. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Ca partait pas mal…




Pour éviter de reprendre l’histoire que les personnes connaissent déjà, le titre de Magic Pockets tente de faire le lien entre les deux premières saisons du dessin animé de Nickelodeon. On retrouve bien entendu Leonardo, Donatello, Raphaël et Michelangelo aux prises avec quelques ennemis, comme le célèbre Shredder ou encore Fishface. Que l’on aime ou non le design (plus cubique) du dessin animé, force est de reconnaître que les développeurs ont plutôt bien retranscrit ce dernier. Bien entendu, le scénario est totalement oubliable, l’humour est au ras des pâquerettes, mais certains feront avec. Si la cinématique du début reste agréable à visionner, la qualité chute drastiquement dès le premier passage in-game. Visuellement, ce Nickelodeon - Teenage Mutant Ninja Turtles est totalement daté. Les modélisations sont très sommaires, les textures simplistes et souvent dégueulasses, il y a de l’aliasing et tout a été fait au rabais. Pire, le jeu se permet même des chutes de frame rate lorsqu’on débloque un succès ou qu’il y a un peu trop d’effets visuels, alors que ces derniers ont une bonne quinzaine d’années de retard. Malheureusement, le calvaire continue puisque la synchronisation labiale est totalement à côté de la plaque, sans parler des effets sonores, eux aussi très bon marché. C’est clairement dommage puisqu’on retrouve tout de même les doubleurs de la série.

Le massacre continue puisque les bugs sont légion. Les collisions sont ultra mal gérées, tout comme les hitboxes, des murs invisibles bloquent les personnages alors qu’il n’y a aucune raison, bref, techniquement, on a exactement tout ce qu’il ne faut pas faire ou presque. Au niveau du gameplay, le titre prend l’option beat them all, comme bien d’autres jeux TMNT avant lui. Là encore, le soft est totalement dépassé. Des jeux des années 90 proposaient déjà plus de complexité que celui-ci. Très concrètement, le personnage n’a que trois coups. Le premier, c’est le coup de base qui pousse au matraquage de X, jusqu’à ce que l’ennemi tombe. Le second, c’est le coup spécial, à déclencher dès que l’on a rempli une petite jauge. Quant au troisième, c’est simplement une prise qui relève d’un pseudo QTE. Les ennemis ne peuvent en effet être projeté que lorsque le Y apparaît au-dessus de leur tête. Bien entendu, au fil de la progression, à force de collecter des énergies, on peut améliorer ses personnages. Reste que lesdites améliorations n’apportent presque rien pour ainsi dire. En effet, on rajoute un à deux coups lors de l’enchaînement avec le matraquage de X, on rend son personnage plus puissant et résistant puis on l’affuble d’une attaque spéciale dite ultime pour faire plus de dégâts (avec un déclenchement hélas risible).

Ca finit en échec cuisant




Quant aux projections, il y a bien deux variantes, celle qui consiste à piéger un ennemi lorsque l’environnement le permet (c’est ultra scripté) et celle qui consiste à l’envoyer sur l’écran, gâchant ainsi un peu plus la lisibilité de l’action, déjà très brouillonne au demeurant. A ce gameplay ultra répétitif, il faut bien concéder l’ajouter de shurikens, fumigènes et de grenades aveuglantes. Ces éléments sont à récupérer dans l’environnement et sont tout bonnement inutiles, surtout les shurikens dont l’imprécision des lancers fait peur. De plus, vu qu’il n’y a strictement aucune difficulté (et pas de niveaux de difficulté), on se contente de porter les coups, de déclencher quelques coups spéciaux (notamment contre les ennemis avec des boucliers) et d’avancer en répétant les mêmes gestes ad nauseam. Et ce n’est pas l’I.A. qui va arranger les choses. Du côté des ennemis, celle-ci est tout bonnement nulle. Un script pour chaque ennemi répété jusqu’à l’écoeurement, seuls les boss s’en sortent mieux avec deux à trois scripts maximum… Mais le pire, c’est que la plupart du temps les ennemis restent tout bonnement statiques, attendant de se faire botter les fesses. Seuls quelques uns répètent la même attaque. Et l’I.A. alliée n’est guère mieux, les personnages contrôlés par la console tournant le dos aux ennemis, évitant de les frapper ou au mieux gênant tout simplement notre avancée. Ce n’est que lorsqu’on joue à quatre en local en coopération (pas de jeu en ligne), que l’on pallie ce problème. Reste alors un autre souci, la caméra, qui est bien trop proche.

Résultat des courses, celle-ci empêche de correctement se mouvoir. Si deux coéquipiers sont à l’opposé, les deux sont bloqués, il faut donc que l’un aille à l’encontre de l’autre. Les zones de mouvements deviennent donc archi limitées. Et on ne parle même pas des changements brusques de caméra. Parmi les ratés, il y a également les quelques pauvres répliques qui sont rabâchées tout au long du jeu, le level design ultra pauvre, des sprites immondes ou encore les chargements fréquents. Les éléments positifs sont à grappiller. Les deux seuls qui ressortent, ce sont le changement de personnage à la volée (via la croix directionnelle) et les éléments cachés à collecter. Malgré tout, là encore, ces derniers ne font que rallonger artificiellement la durée de vie de quelques minutes puisque, dès que l’on s’approche de l’un d’eux, un signal sonore retentit. Il est donc difficile de les louper. Pour achever ce pathétique tableau, il est bon de noter que le mode Histoire se boucle en moins de deux heures (entre 1h40 et 1h50 selon que l’on soit en coopération ou en solo). Pour un titre vendu à une quarantaine d’euros, cela se passe de commentaires. Certes, il y a bien trois modes supplémentaires… Mais le mini-jeu reste oubliable, le mode Survie est ennuyant (sans compter qu’il a fait freezer notre console) et le mode Contre-la-montre essaie simplement de doubler la durée de vie en nous forçant à refaire les niveaux… Quand même un jeune enfant (qui ne semble pourtant pas être le cœur de cible, le jeu étant PEGI 12) s’ennuie au bout de quelques minutes, la messe est dite.

Point complet
Inutile d’y aller par quatre chemins, Nickelodeon - Teenage Mutant Ninja Turtles est un échec cuisant. Un mode histoire bouclé en moins de deux heures pour une quarantaine d’euros, trois modes additionnels totalement dispensables qui essaient juste de sauver les meubles très maladroitement, une I.A. nullissime à tous les niveaux, un gameplay dépassé par celui de beat them all qui ont plus de quinze ans, tout respire l’amateurisme. Rien n’est maîtrisé, pas même le placement de la caméra pourtant ô combien important lorsque la progression se fait la plupart du temps sur le schéma d’un scrolling horizontal. Bref, c’est tellement répétitif, tellement bogué, tellement dépassé, que ça ne vaudrait même pas cinq euros sur le Marketplace. A vrai dire, même un jeune enfant s’est ennuyé en y jouant. Il y a de bien meilleurs jeux TMNT si on est fan de l’univers. Celui-ci est tout bonnement à oublier, et ce quel que soit l’âge du joueur, mieux vaut encore se refaire les épisodes du dessin animé.

On a adoré :
+ Switch de perso à la volée
+ Nickelodeon TMNT respecté
+ Les voix officielles
+ Cinématique d’intro à sauver
+ Coop à quatre en local…
On n'a pas aimé :
- Mais pas de online
- Bugs à foison
- I.A. nullissime
- Archi court (- de 2H)
- Modes additionnels futiles
- Gameplay utra répétitif…
- Et tout aussi limité
- Level design mauvais
- Caméra trop proche
- Visuellement dépassé
- Améliorations anodines
- Répliques rabâchées
- Techniquement à la ramasse
- Chargements fréquents
- 40 euros pour ça !


Consulter les commentaires Article publié le 11/11/2013 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020