Test Need for Speed ProStreet - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 326 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Need for Speed ProStreet



Développeur
EA Black Box
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  22.11.2007
  13.11.2007
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Automobile
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
70,00 €

La série des Need for Speed change radicalement d’orientation avec ce nouvel épisode nommé ProStreet. Pour l’occasion, Electronic Arts abandonne les courses arcades des précédents épisodes au profit d’une jouabilité plus réaliste avec des courses officielles prenant place dans des stades à l’ambiance survoltée. Mais cela sera-t-il suffisant pour redonner du souffle à une série en perte de vitesse ?

Droit dans le mur




Avec ProStreet, Electronic Arts dit adieu aux courses poursuites illégales et tente de se rapprocher des jeux de course plus réalistes, à la manière d’un Forza ou d’un GTR. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce nouveau volet est loin d’être un jeu réaliste, la faute à une conduite manquant cruellement de finesse et de précision et à une physique un peu bancale. A l’image des précédents volets de la série, cet opus nous propose un mode solo très complet ainsi qu’un mode multijoueur en ligne que l’on évoquera par la suite. En revanche, les grandes villes ouvertes offrant une progression libre ont été remplacées par des courses en ville à disputer sur des circuits des plus fermés. Ces derniers sont reliés entre eux par un écran titre qui vous permettra de sélectionner l’épreuve à laquelle vous voulez participer.

On commence donc l’aventure dans la peau d’un pilote talentueux disposant de peu de véhicules. Après quelques courses seulement, l’argent gagné dans chacune des « journées de compétition » permet de s’acheter de nouveaux bolides, mais aussi de les améliorer en boostant leurs compétences grâce à des packs. De ce point de vue là, ProStreet reste fidèle à ses ancêtres, et ce n’est pas plus mal ! Malheureusement, le reste de la progression est loin d’être aussi agréable que dans Carbon ou Most Wanted puisque Electronic Arts nous oblige à gagner un certain nombre d’épreuves mais aussi à « dominer » certaines compétitions. Comprenez par là qu’il faut tout le temps triompher pour accéder à une finale qui donne ensuite accès à une nouvelle série d’épreuves. Un système de progression contraignant qui rallonge artificiellement une durée de vie pourtant très courte. En plus de fixer des quantités d’objectifs à accomplir, l’éditeur américain impose de faire évoluer le niveau de ses véhicules. Comprenez par là qu’il sera tout bonnement impossible de gagner une course, même en adoptant une conduite parfaite, si on ne dispose pas des bons packs de customisation. Là où cela gêne, c’est que chacune des voitures de notre garage est attribuée à une catégorie de courses (course simple, drift, …) et qu’il est relativement difficile de toutes les booster vu les maigres revenus financiers que l’on engrange. Du coup, on fait des choix et lorsque la compétition que l’on choisit met, par malchance, la catégorie que l’on a le moins fait évoluer sans que l’on ne s’en rende compte, il est tout simplement impossible de sauvegarder la progression et d’acheter quelques packs. Résultat ? 4 courses qui n’auront servi à rien et qu’il faudra recommencer plus tard.

Le meilleur pour la fin




Vous pensiez qu’EA avait atteint des sommets en matière de système de progression ? Vous n’aviez encore rien vu. ProStreet est non seulement frustrant, mais en plus il souffre d’un manque de diversité lié à une carence en circuits. C’est bien simple, les 25 premières courses se déroulent presque toutes sur les mêmes parties du même circuit, après quoi seulement l’une ou l’autre variante viendra changer nos habitudes. Malheureusement, le style graphique donne l’impression que tous les circuits se ressemblent, raison pour laquelle une certaine forme de lassitude ne tarde pas à s’installer chez le joueur. Pour ceux qui parviendraient néanmoins à se tenir éveillés tout au long du solo, sachez que les challenges sont plutôt nombreux et que certains types de compétitions sont relativement originaux. Mais dans l’ensemble, le soft demeure malheureusement beaucoup trop répétitif pour convaincre le joueur lambda qui aura tôt fait d’envoyer valdinguer son pad à plusieurs mètres du sol…

Pour le reste, la conduite adopte un style à mi-chemin entre l’arcade et le réalisme pour un résultat final assez décevant. C’est mou, ça n’offre que très peu de sensations, c’est extrêmement peu précis et ça manque cruellement de profondeur. Difficile dans de telles conditions de crier au génie. Reste un mode multijoueur sympa qui plaira assurément aux fans surtout que la communauté des joueurs est fortement représentée. Enfin, en ce qui concerne la réalisation technique, le constat demeure décevant. Si les voitures sont relativement bien modélisées, que les gaz sont très réalistes et que les jeunes femmes sur la grille d’arrivée sont bien charmantes, on regrette que l’ensemble se révèle aussi fade avec des décors ternis, quelques courts ralentissements et une interface pénible à outrance. Assez étrangement, la bande sonore se révèle également moins réussie que d’habitude avec un animateur très vite insupportable et des musiques qui restent un peu trop au second plan. Inutile de dire qu’il faudra faire beaucoup mieux la prochaine fois !

Point complet
Après un Most Wanted et un Carbon plutôt sympathiques, la série des Need for Speed prend un nouveau tournant et finit droit dans le décor. Mou, peu précis, répétitif et pénible à long terme, NFS Pro Street ne parvient pas une seule seconde à nous convaincre, et ce malgré une durée de vie assez longue et une ambiance particulièrement bien rendue. Inutile de dire qu’en l’état actuel des choses, on regrette sincèrement ce revirement de situation qui risque de sérieusement entacher la réputation de la série…

On a adoré :
+ La modélisation des voitures
+ L’ambiance
+ La durée de vie
+ Le multijoueur
On n'a pas aimé :
- Peu de circuits
- Une jouabilité peu précise
- La BO, moins bonne que d’habitude
- Répétitif à outrance
- Le système de progression, lamentable
- L’interface


Consulter les commentaires Article publié le 30-01-08 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020