Test Need For Speed : Most Wanted - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 306 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Need For Speed Most Wanted



Développeur
EA Canada
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  01.12.2005
  22.11.2005
  10.12.2005
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Automobile
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1

La Xbox 360 n’aura pas eu à attendre longtemps son Need for Speed. Disponible depuis le jour du lancement, Most Wanted se présente comme le digne successeur des deux précédents Underground. Reprenant ainsi le concept d’un mélange salvateur entre courses urbaines et tuning, ce nouvel épisode marque en plus le retour en grâce des forces de police. Suffisant pour renouveler l’intérêt de la série ?

Sur le fil du Razor




Razor n’est pas vraiment ce que l’on peut appeler un chic type. Tout commence lorsque celui-ci vous défit dans une course de rue, vous obligeant à mettre votre voiture en jeu. Dans les plus belles règles de l’olympisme, Razor remporte votre belle BMW et devient de ce fait le conducteur le plus recherché de la ville : le numéro un de la liste noir. Quant à vous, vous voilà sans voiture et surtout en prison. Heureusement pas pour longtemps, et une fois sorti c’est la belle Mia qui s’occupe de vous remettre sur le bon chemin, quitte à défier les quinze membres de la liste noire les uns après les autres. On se retrouve ainsi à évoluer librement dans la ville de Rockport, dans un mode exploration à l’image de ce que le second Underground avait instauré.

Rapidement, vos faits d’armes font le tour de la ville et la police ne tarde pas à s’intéresser à tant de boucan. Celle-ci est présente aléatoirement dans les quartiers et n’hésite pas à se lancer après vous couteau entre les dents dès le moindre excès de vitesse repéré. Véritable renouveau dans la série depuis Poursuite Infernale 2, leur présence est vraiment bienvenue pour gonfler l’intérêt du soft. D’autant plus que si dans les premières heures de jeu leurs tentatives d’interventions restent relativement gérables, la donne est tout autre une fois entré dans le top dix des pilotes les plus recherchés. Les forces de l’ordre font appel à des véhicules beaucoup plus rapides, parfois jusqu’à une trentaine, posent des barrages, des herses, reçoivent le soutient de véhicules beaucoup plus lourds à l’attitude kamikaze, et même d’un hélicoptère. Passé le niveau quatre des infractions, il devient extrêmement difficile de ne pas se faire arrêter, renforçant du coup grandement l’adrénaline procurée par ces courses-poursuites. Qu’on se le dise, le plaisir est bel et bien là.

Les fans peuvent être d’autant plus rassurés que l’aspect tuning n’est pas passé à la trappe. On retrouve dans les ruelles de la ville bon nombre de magasins et de garages. Ces premiers permettent de s’acheter de nouveaux véhicules parmi les 32 disponibles (dont la majorité est à débloquer) tandis que les garages sont les lieux de prédilection pour modifier le look, les pièces et les performance de sa voiture préférée. On remarque encore une fois un large panel de marques réelles, que ce soit pour les jantes, les pneus ou bien les capots. La variété des éléments permet de donner vie à pas mal d’idées, offrant un nombre conséquent de possibilité pour customiser son engin.

Nitro bon ni trop mauvais




Les deux principaux modes solo présents dans ce Need For Speed : Most Wanted restent classiques : d’un côté le désormais indispensable mode carrière où il faut devenir le leader de la liste noire, et de l’autre un mode défis composé d’une bonne soixantaine d’objectifs plus ou moins longs à remplir. Le mode carrière se voit lui mélangé de courses et de défis, le joueur devant se faire un nom dans les deux catégories avant d’espérer gagner un rang dans la liste noire. Les courses sont également divisées en plusieurs variantes. Si le contre-la-montre a été remplacé par la “course péage” dans laquelle il faut passer par plusieurs péages en un temps imparti, les sprints et courses sur plusieurs tours sont eux encore omniprésents et les épreuves de dérapages ont été purement supprimées.

Ce Most Wanted dispose donc d’une durée de vie très conséquente, pouvant facilement atteindre la trentaine d’heures pour le joueur voulant le finir dans les moindres détails, c’est à dire en accrochant toutes les courses et tous les défis à son tableau de chasse. Pour autant, on peut regretter une difficulté un poil mal dosée avec des courses et des défis très inégaux, à l’image de la police parfois beaucoup trop facile à semer et parfois présente à tous les virages. Un léger imper que les possesseurs de Xbox Live combleront sans mal avec une communauté pas toujours très fair-play mais bien présente. Dommage alors qu’il soit impossible d’incarner la police comme c’est le cas sur PlayStation Portable, cela aurait donné encore plus d’intérêt un mode Live déjà très honnête.

En ce qui concerne le gameplay, outre le côté arcade une fois de plus au cœur de cet épisode, on note l’apparition d’une jauge de super contrôle et de stop poursuites. Clairement, et un peu à l’image de ce que l’on trouve dans Midnight Club 3, cette jauge permet de ralentir considérablement le temps afin de faciliter les manœuvres les moins aisées tel un virage à 90 degrés. Les stop poursuites quant à eux sont représentés par un triangle orange dans la ville et se révèlent vite indispensables pour échapper aux véhicules de police. Un stop poursuite prend par exemple la forme d’une station essence, qui lorsque le joueur passe à travers explose, obligeant ainsi les forces de l’ordre à intervenir. A part ça, le fond de jeu de ce Need For Speed : Most Wanted n’a pas évolué d’un pare choc et permet encore de rentrer dans tous les véhicules sans en être véritablement pénalisé, si ce n’est une petite baisse de la vitesse. En revanche, les décors sont beaucoup plus destructibles que dans les anciens épisodes et tout ou presque ne résiste pas à une voiture lancée à 300km/h, des arbres aux arrêts de bus en passant par les péages. L’I.A. des adversaires et de la police est quant à elle très inégale, allant du complètement stupide à quelques semblants de tactique, hélas.

Plein les pneus




Qui dit arcade dit généralement soft très facile d’accès, et ce n’est pas Most Wanted qui déroge à la règle. La plupart du temps une simple décélération suffit à prendre au mieux un virage et une dizaine de minutes seulement est nécessaire pour contrôler comme il se doit un nouveau véhicule. Seule la gestion des gâchettes, beaucoup trop brutale, laisse vraiment à désirer. Pour ce qui est de la bande-son, si on retrouve globalement des titres bien dans l’esprit du soft variant entre hip hop, rock et métal, les développeurs ont malheureusement peu profité de cette variété puisque l’on retrouve dans les menus les deux mêmes titres tournant en boucle. Le paroxysme est atteint avec le titre de Jamiroquai, que l’on attend trop peu souvent.

Enfin, concernant la partie technique de cette version Xbox 360, force est de constater que la nouvelle console de Microsoft est loin d’être poussée dans ses derniers retranchements. On se retrouve ici en face du jeu qui tourne sur PC, en très légèrement plus fin. Sur une télé haute définition et de façon moindre sur les classiques, Need For Speed : Most Wanted souffre de saccades assez impardonnables, surtout à la vue du trafic toujours aussi ridicule. On se rassurera avec l’absence quasi totale d’aliasing mais rien de quoi faire oublier cet arrière-goût de jeu faussement Next-Gen.

Point complet
Concurrent direct de Project Gotham Racing 3 pour le lancement de la Xbox 360, Need For Speed : Most Wanted joue néanmoins dans un registre plus arcade, reposant sur de nombreuses courses poursuites et possibilités de tuning. A ce titre, le titre d’Electronic Arts remplit pleinement son rôle, offrant une excellente durée de vie et un plaisir indéniable au joueur qui sait à quoi s’attendre. Reste qu’à 70€ on était en droit d’attendre une bien meilleure optimisation de cette version Next-Gen.

On a adoré :
+ Excellent retour de la police
+ L'impression de vitesse
+ Enorme durée de vie
On n'a pas aimé :
- Pas vraiment digne d'une Xbox 360
- Toujours aussi peu de circulation
- Quelques ralentissements


Consulter les commentaires Article publié le 23-12-05 par Aurélien B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020