Test Need for Speed : The Run - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Need For Speed : The Run



Editeur
EA Games
Développeur
EA Black Box
Distributeur
Electronic Arts
Genre
Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  17.11.2011
  15.11.2011
Nombre de joueurs
1
Thème
Automobile

En un an, Electronic Arts sera parvenu à sortir pas moins de trois Need for Speed. Pourtant, aucun d’eux n’est la suite de l’autre. Le géant a tout simplement choisi de créer des jeux de course très différents en utilisant un seul et même nom. Reste à présent à voir si le dernier né d’EA Black Box, souvent considéré comme la troisième roue du carrosse, parvient à remonter le niveau des derniers titres du studio…

Un virage à 360°




On connaissait déjà Shift, qui avait volontairement dérivé vers la simulation automobile sur circuits, et Hot Pursuit, qui tentait de revenir aux origines de la série avec un jeu arcade consacré aux courses-poursuites avec les policiers… Il faudra désormais compter avec The Run, qui est également un titre arcade mais qui s’inspire un peu plus d’une autre légende du jeu vidéo : le bien nommé Outrun de Sega. En effet, dans Need for Speed : The Run, le joueur ne participe pas à des courses de rue. Il participe au « Run » pour avoir une chance d’amasser une petite fortune. Mais le Run, c’est quoi au juste ? Il s’agit en fait d’une compétition illégale qui consiste à traverser les Etats-Unis à bord d’un bolide pour arriver le premier à New-York. L’idée est non seulement très sympathique, mais elle permet surtout de voir du pays. Cela signifie en pratique que vous traverserez des paysages très différents, des dénivelés de San Francisco à la vallée de la mort, en passant par les grands lacs, les rocheuses, New-York, Aspen et tout un tas d’autres destinations sur votre route.

Au final, il faut bien reconnaître que le Run est très intéressant pour ceux qui aiment les jeux arcade funs qui se déroulent dans des décors plutôt jolis, malgré quelques défauts techniques, inspirés par la réalité. C’est sans aucun doute son plus gros avantage. Le mode Run ne se joue pourtant pas en ligne droite. Il va de soi qu’il aurait été difficile de faire tenir 4000 kilomètres de routes sur une galette. Au final, on se retrouve donc avec des dizaines d’épreuves situées dans chaque région traversée et généralement longues de 5 à 17 kilomètres. Les intitulés des objectifs sont souvent très différents, même si le tout se résume à finir premier et/ou avec le meilleur chrono. Concrètement, il faut dépasser tous ses adversaires (de 1 à 10 par course), rattraper le temps perdu (une simili course de checkpoints), affronter des adversaires (pour remporter leur voiture) et vaincre des challengers dans des duels qui imposent de les dominer durant un certain nombre de secondes avant de pouvoir passer au suivant (enfin, ça c’est le principe, la réalité est légèrement différente). Globalement, les objectifs sont plutôt variés et très différents d’un jeu de course lambda.

Il n’y a en effet pas de « course commune » dans le mode Run, du moins pas dans les missions principales. Après, vous pouvez bien entendu opter pour les courses secondaires, les défis et le multijoueur, qui permettent de concourir dans des courses plus classiques. Le point négatif de ce mode Run, c’est qu’il n’est pas très long. Il faut environ 3h30 en difficile pour le finir d’une traite (tout compris, dont les chargements longuets). C’est peu mais n’oubliez pas que cela représente tout autant de temps à parcourir des décors inédits, sans aucune répétition, dans un jeu fun et arcade. Autrement dit, ce n’est pas comparable à du Forza mais bien à du Outrun. En pratique, la durée de vie atteint plutôt la quinzaine d’heures de jeu minimum, et bien plus encore si vous accrochez au système de progression en multijoueur. Boucler le jeu en 3h30 et ne plus y revenir serait faire une grossière erreur, dans la mesure où ce ne serait que goûter à une grosse démo de la version finale du jeu qui offre en outre une bonne rejouabilité avec le système de comparaison de temps lors du Run, qui permet de défier ses amis pour battre les records de course totaux des opposants.

Un petit vent de fraîcheur




Plutôt original, le mode Run est scénarisé par le biais de cinématiques, de quelques QTE et de scènes d’action qui permettent de se divertir un peu entre deux courses. L’ennui, c’est que les personnages sont très fades et pas du tout travaillés, que les cinématiques sont certes très jolies et nous immergent parfaitement dans l’action, mais ne développent pas le scénario. Ce dernier reste rachitique, avec un héros qui essaye de gagner une course pour éponger une dette et des QTE qui n’apportent strictement rien au jeu et tentent de lui donner un aspect action qu’il n’a pas. En revanche, il est très sympathique d’avoir introduit des séquences plus variées, que ce soit une course-poursuite avec des gangsters, l’échappée d’une immense avalanche en pleine montagne ou de tout simplement prendre la fuite face à des hordes de policiers en ville. Ne vous attendez cependant pas à retrouver les sensations d’Hot Pursuit puisque The Run n’intègre pas les fameuses courses-poursuites dans les deux sens du soft de Criterion, le titre se limitant à quelques apparitions de flics lors des courses et quelques barrages. Cependant, c’est suffisant pour un jeu de courses fun vraiment rapide qui donne de très bonnes sensations de vitesse.

Dommage tout de même que la prise en main de la voiture la rende assez « lourde » à manipuler, du moins pour les modèles berlines qui ne semblent pas avoir une conduite aussi coulante que les Lamborghini et autres Porsche, avec un transfert de masse vraiment limite. Ceci étant dit, même si cet aspect n’est pas parfait, on s’y fait très vite et parvient à fermer les yeux sur ce défaut. Dommage aussi que la caméra en vue extérieure soit trop proche du bolide, devenant même parfois gênante. Comme d’habitude avec les jeux EA, The Run n’échappe pas à l’horrible politique du Pass, le mode multijoueur n’étant pas jouable si vous ne disposez pas d’un Pass Online fourni avec le jeu neuf. C’est relativement regrettable, même s’il faut reconnaître que, contrairement à d’autres softs, The Run introduit un mode multi solide (uniquement en ligne) avec de nombreuses courses et plusieurs types d’épreuves. Concrètement, en solo comme en multi on retrouve le système de progression par niveau, qui débloque de nouveaux fonds d’écran, images de joueurs, voitures, tracés, etc. à chaque palier atteint. Les points sont bien sûr définis par le classement, mais également la conduite (doubler un véhicule ennemi rapporte des points, drifter aussi et ainsi de suite) et tout cela permet de donner un côté évolutif très sympathique au jeu.

En multi, on remarque qu’il faut réaliser des objectifs (c'est-à-dire des victoires principalement) dans chacun des modes de jeu pour débloquer de nouveaux modes permettant par exemple la mixité des catégories de voitures et d’autres personnalisations. Dans l’ensemble, c’est relativement étrange pour un jeu de course, mais cela permet de donner un peu de longévité au soft et on s’y fait finalement très vite. La réalisation va également de paire, avec des musiques qui collent plutôt bien aux décors traversés (plus modernes en ville, plus traditionnelles à la campagne), des doublages en VF très corrects et surtout un moteur Frostbite 2 qui donne des rendus époustouflants. Visuellement, le jeu est vraiment très joli avec des décors sublimes, quelques jolis effets visuels, des véhicules pas mal modélisés, malgré quelques petits bugs graphiques et modélisations moins réussies… Enfin, dans l’ensemble, le titre se situe plutôt dans la partie haute du panier même si le moteur physique s’avère souvent fantaisiste, notamment lors de la gestion des accidents. En effet, une même situation (foncer à 300 sur un bloc en béton par exemple) peut mener à un accident plutôt bien reproduit ou à un rebond du bolide qui repart comme si de rien n’était. Bref, pour une nouvelle « franchise », The Run s’en sort plutôt bien et augure de très bonnes choses. On aurait apprécié que Black Box peaufine davantage son produit mais, pour l’heure, le titre parvient tout de même à s’en sortir avec les honneurs, n’en déplaise aux puristes de la série qui ne finit plus de se diversifier au fil des années…

Point complet
Avec Need for Speed : The Run, EA Black Box a tenté de faire quelque chose de différent et y est parvenu plus ou moins avec brio. Si tout n’est pas parfait, loin de là même, il faut bien admettre que le soft s’en sort plutôt bien, notamment grâce à sa réalisation graphique soignée, son gameplay ultra arcade et ses décors, nombreux, variés et très agréables à parcourir. Dommage que certains aspects du titre aient été bâclés, comme le scénario, les QTE ou encore le mode Run, certes très fun, mais qui aurait gagné à être un peu plus long. En l’état, The Run s’impose cependant comme un bon Outrun-like qui vise très clairement un tout autre public que les inconditionnels de la série.

On a adoré :
+ La réalisation graphique
+ Des décors variés et superbes
+ Mode en ligne très sympathique
+ Le système de progression
+ L’Autolog
+ Bande sonore de qualité
+ Mise en scène soignée
+ Pilotage vraiment fun
+ Nombreux défis secondaires
+ Le mode Run bien pensé…
On n'a pas aimé :
- Mais pas très long
- Pass Online
- Scénario rachitique
- Quelques bugs graphiques
- Physique parfois fantaisiste
- Chargements longuets
- Pas de multi en écran splitté
- Les voitures, un peu lourdes
- Les QTE n’apportent vraiment rien
- Personnages peu travaillés


Consulter les commentaires Article publié le 06/12/2011 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020