Test NBA Ballers : Chosen One - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 331 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

NBA Ballers : Chosen One



Editeur
Midway Games
Genre
Sport
Statut
Disponible
Date de sortie
  25.04.2008
  21.04.2008
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Thème
Basket-ball
Prix de lancement
45,00 €

Qu'est-ce qui est rond, orange, rayé de noir et souvent marqué d'un joli sigle que des millions de fans à travers le monde vont s'empresser de reconnaître à la moindre apparition ? Un ballon de basket, bien sûr ! Midway s'empare de la balle et affronte en un contre Electronic Arts et son NBA Street Homecourt. Panier marqué ou manqué ? La réponse ne se différencie que d'une seule lettre et se trouve dans les quelques lignes ci-dessous.

Les blancs ne savent pas sauter…




Déjà concepteur de plusieurs jeux de basket de rue, Midway se relance dans la pratique avec NBA Ballers : Chosen One. Au programme, un basket classe mais en plein air qui ne se voit dicté que par des règles établies quelques minutes avant le début d'un affrontement. S’il s'agit d'un sport, on assiste réellement à de vrais face à face, en un contre un ou en deux contre deux, ce qui limite les possibilités. Du coup, le jeu offre un vaste choix de joueurs mais n'impressionne pas énormément par son contenu. Aussi, on est en droit d'exiger du moteur graphique qu'il se révèle particulièrement parfait sur le terrain, avec cinq personnages grand maximum d'affichés en plus d'un public pauvrement animé. NBA Ballers est donc bien parti pour être très joli… et dès les premières minutes, on déchante méchamment. Aliasé à outrance, le jeu est bien loin de nos espérances. Malgré une partie en un contre un laissant seulement deux personnages s'affronter sur un terrain vide, le jeu se permet quelques fausses notes. Heureusement, les personnages sont, de faciès et dans leur modélisation globale, assez convaincants. Encore heureux, diront certains !

NBA Ballers commençait pourtant bien avec une interface très jolie (bien qu'entièrement en anglais, le jeu n'ayant pas été traduit pour sa sortie européenne). Malgré des musiques beaucoup trop orientées Rap/RnB (là où les concurrents ont bien compris qu'il en fallait pour tous les goûts), NBA Ballers est clairement réussi dans ces menus. L'accueil est donc bon mais l'intérieur réserve bien des déceptions.

Par quoi commencer ? En toute logique, par l’option de création d'un personnage. Celle-ci est très complète et permet de créer un joueur à son image, et ce que ce soit au niveau de la taille, de la couleur des yeux, de la coupe de cheveux ou encore du poids. Néanmoins, ce dernier élément génère un des nombreux bogues du jeu, assurément l’un des plus moches d’ailleurs. Créez un personnage en surpoids et faites le jouer… Vous serez alors surpris de constater qu’entre chaque panier marqué ou encaissé, une petite cinématique mettant en avant votre personnage apparaît. Le plus drôle (ou le plus navrant, au choix) c’est que celui-ci, malgré ses gros bourrelets, apparaît comme rachitique pendant quelques secondes avant, d'un seul coup, de gonfler, comme si le jeu chargeait vos caractéristiques en temps réel. Ridicule ! Il serait aussi possible de parler des combos inactivables à cause d'une pression trop rapide sur la touche (le jeu n'ayant pas le temps de gérer la suite du gameplay) mais aussi des caméras et personnages qui disparaissent, laissant le joueur regarder un écran noir jusqu'à la fin du timing qui réinitialise la partie sans aucun joueur apparent. Jouer avec des maillots qui flottent dans les airs, voilà qui est très original !

L'ordinateur, ce tricheur…




Quoi de plus énervant que d'affronter un ordinateur qui n'hésite pas à tricher dès qu'il en a la possibilité. Il faut dire que les différents bogues du jeu le servent bien. Les collisions sont tellement perfectibles que piquer la balle à son adversaire devient presque un exploit. Sans parler des balles qui apparaissent comme par magie dans une main ou qui se "téléportent" presque de quelques centimètres dans le panier… Ces bugs sont aussi valables dans l'autre sens, favorables au joueur, mais sont tout de même extrêmement contraignants pour tous les modes de jeu qui proposent déjà une difficulté assez conséquente à l'origine.

NBA Ballers base son gameplay sur le style. Il est ainsi possible, à force de bien jouer, de faire grimper une barre de pouvoir permettant de bien jolis coups. A contrario, chaque mauvaise action fera perdre du pouvoir. Cette barre de style est bien présentée et reste la seule bonne idée d'un gameplay littéralement aux fraises qui ne parvient jamais à décoller. Les passes au public sont assez affreuses à gérer, les coups spéciaux se font avec beaucoup de chance (ou d'entraînement et d'automatismes, ce qui casse l'intérêt du jeu) et globalement, rien n'est vraiment amusant au sens propre du terme. Au contraire, les mauvais joueurs s'amuseront rapidement au frisbee avec leur manette face à des ordinateurs tricheurs au plus haut point.

Dommage, car les modes de jeu répondent présents. La carrière principale, présentée à la fois en quelques cinématiques 3D et "fausses" émissions de télévision filmées, est attrayante sur le papier. Mais dans la pratique, on enchaîne les différentes règles de jeu sans vraiment trouver un intérêt autre que de débloquer des succès d'ailleurs un peu abusés au niveau de leur difficulté d'accès. Finir le mode Carrière deux fois de suite ? Autant dire qu'il en faudra du courage pour supporter le défi proposé une deuxième fois !

Point complet
Chosen One est une déception ? Plus que ça, il laisse le terrain libre à un NBA Street Homecourt déjà disponible depuis une année entière et déjà bien plus accessible, amusant et bien réalisé. Ici, NBA Ballers propose un solo monotone, un multijoueur désert, de nombreux bugs et une localisation française totalement absente. Comment être gentil avec lui après tout ceci ? Reste que les plus gros fans de la pratique y trouveront quelque peu d'intérêt, mais absolument rien d'inoubliable, bien au contraire.

On a adoré :
+ Les Menus
+ Des stars bien modélisées
+ La fausse émission de télévision
On n'a pas aimé :
- Graphiquement bancal
- Techniquement à la ramasse
- Extrêmement bogué
- Gameplay hasardeux
- En anglais !


Consulter les commentaires Article publié le 30-05-08 par William B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020