Test Naruto to Boruto : Shinobi Striker - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 204 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
Soleil
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  30.08.2018
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
69,99 €

Experts dans l’adaptation des gros mangas en jeux vidéo, Soleil et Bandaï Namco Games nous proposent un nouvel épisode basé sur la série Naruto, manga relatant les aventures du ninja blond du même nom du village caché de Konoha. Baptisé Naruto to Boruto Shinobi Striker, le titre prend place dans la timeline liée au manga centré sur Boruto, le fils de Naruto, aujourd’hui septième Hokage. Après le dernier opus de la série Ultimate Ninja Storm, nous voici avec un titre clairement orienté multi. Nouvel opus, nouveau genre, est-ce que la transition du jeu de pure baston vers un jeu plus ouvert se fait sans mal ?

Bienvenue à Konoha



Comme dans la série Dragon Ball Xenoverse, vous devez créer votre avatar, avec un nombre d’options à première vue limité, tout en laissant un minimum de choix, à commencer par celui du village parmi les cinq grandes nations du monde ninja et le sexe du personnage. Ensuite, il y a les standards, comme la taille, le gabarit, la coupe et la couleur des cheveux, la forme des yeux et des pupilles, leur couleur, etc. Vous pouvez déjà avoir un avatar totalement personnalisé ou assez proche de personnages existants comme Naruto, Sasuke, Lee ou Kakashi pour ne citer qu’eux. Ceci fait, on se retrouve sur la place centrale de Konoha qui sert de HUB. D’autres joueurs sont présents. Vous avez alors accès aux cinq activités principales, dont le contenu solo ou coopératif contre l’ordinateur ou encore le contenu pour les affrontements en ligne en PvP (joueur contre joueur). Bien entendu, le contenu majeur reste la partie en ligne, notamment les combats et le mode de jeu en 4v4 via la ligue mondiale. Il faut remporter un maximum de rencontres pour gravir les échelons et devenir le plus grand ninja de tous les temps. Intéressons-nous rapidement à ce que propose le HUB, à commencer par les missions RV. C’est d’ailleurs votre première destination. Vous y retrouvez Kakashi Sensei. Ces missions Réalité Virtuelle demandent de mener des missions en solo ou en coop de différents types : ramasser X objets, suivre et décimer une unité ninja ennemie, aider un personnage connu de la série dans un combat, etc., le tout étant classé par difficulté comme dans le manga (rang D étant bien sur le plus facile, le rang S le plus ardu).

Bien que le jeu soit axé « jeu en ligne », ces missions sont des plus importantes pour votre progression. Vous disposez d’ailleurs de trois missions façon tutoriel pour vous donner les bases. A chaque fin de mission, vous gagnez expérience, argent et rouleau. Sans passer par là, dites adieu à une quantité importante d’équipement et autres jutsus (les techniques ninjas). Deuxième lieu auquel vous aurez accès : la bibliothèque, c’est là où vous devrez choisir votre Sensei. Plus vous jouerez, plus vous remplirez de missions (que vous recevrez en parlant à divers PNJ dans le hub), plus vous monterez en niveau, plus vous aurez accès à de nouveaux Sensei. En plus de votre niveau personnel, vous gagnerez des niveaux « maître » en remplissant des missions RV avec eux. Chaque maître dispose de son propre niveau. A chaque niveau, votre Sensei vous offrira quelque chose : un de base, un ultime ou un équipement/élément de customisation. Troisième lieu, la boutique d’outils ninja tenue par Tenten. C’est ici que vous pourrez expertiser les fameux rouleaux gagnés qui débloqueront entre autres des éléments de customisation pour votre ninja. Vous pourrez également acheter, contre des pièces d’or, des équipements basiques ou des rouleaux à expertiser. Vous pourrez également revendre de l’équipement, à condition de l’avoir en double. Bien entendu, les gains via ses rouleaux sont totalement aléatoires ! Sakura vous accueillera à l’auberge pour que vous puissiez customiser à volonté votre ninja, avec les items et capacités durement gagnés via vos missions ou l’expertise de vos rouleaux. Le dernier PNJ, Shikamaru, vous ouvrira les portes du manoir de l’Hokage. C’est ici que vous lancerez les parties rapides en ligne ou les matchs de la ligue mondiale !

Kage Bunshin no jutsu ! Mon ninja en mode RPG

Vous disposerez d’un nombre incalculable de possibilités pour customiser votre ninja maison, en sachant que le jeu indique plus de 4000 éléments à débloquer lorsque vous vous rendez à l’auberge. C’est juste énorme. Cela va donc de la coupe de cheveux au bandeau ninja, à la tenue complète ou scindée entre haut et bas, les armes, les outils ninja, les jutsus et les capacités spéciales ! A côté de cela vous découvrirez très rapidement qu’il existe quatre archétypes de personnages : attaquants, distants, défenseurs, soigneurs. Vos armes, jutsus, capacités spéciales et outils ninja ne seront disponibles que dans certains templates. Le fameux Mokuto de Yamato sera pour la classe des défenseurs, le Rasengan de Naruto pour les attaquants, tandis que les Katon de Sasuke ne seront utilisables que pour les distants. Bien entendu, mieux vaut choisir un Sensei en adéquation avec notre style. A chaque prise de niveau ou à chaque fin de mission, on a un nouveau rouleau qui débloquera un item. Autant les éléments purement esthétiques (choisis lors de la création du personnage) n’ont aucune incidence, autant il en est tout autre des équipements (tenues, armes, outils et jutsus). Les armes ont des stats propres (dégâts, vitesse par exemple) alors que les tenues offrent des bonus, du genre « PV max augmentés », « jutsu médical plus efficace », « résistance aux chutes », « plus de dégâts sur le premier coup d’un combo », etc., et chaque item possède un rang (D à S).

Grande guerre ninja !

Nous sentons donc que le titre met clairement l’accent sur les combats, surtout qu’il n’y a pas un réel mode complètement scénarisé comme ce fut le cas dans les précédents titres. Le gameplay est accessible avec une attaque normale, une puissante, un outil ninja, le saut (normal, double saut ou de chakra), vos deux jutsus de base et la capacité spéciale, sans compter les clones et autres esquives/parades. Nous nous prenons vite au jeu de faire des missions et des combats pour choper du nouveau loot, customiser et améliorer notre ninja avant d’y retourner. La sensation s’avoir un style de jeu plus taillé pour le format 4 vs 4 se fait sentir, les maps sont bien plus grandes, les combats plus dynamiques, ça part dans tous les sens et il est assez jouissif de voir notre personnage faire les fameux sceaux des jutsus connus pour aller dégommer un adversaire, faire un saut de chakra plus loin, envoyer un kunai dans un mur et marcher sur le filament de chakra qui était relié, faire du wall run, un double saut et balancer son coup de pied de Lee façon Konoha-Senpu pour toucher l’ennemi avant d’invoquer un serpent d’Orochimaru dans le tas… Le sentiment de puissance arrive rapidement, avec cette dimension épique que peuvent prendre les affrontements.

Le jeu bénéficie d’un rendu en cel-shading pour rester fidèle à l’animé. Mieux, il est fluide dans 90% des cas (quelques légers ralentissements se font sentir en solo face à des vagues d’ennemis bien remplies). Avec en plus la présence des voix japonaises (à activer dans les options tout simplement), la sauce prend rapidement… Mais un point vient quelque peu gâcher le tout, c’est la caméra. Bien souvent capricieuse, nous nous retrouvons embourbés dans l’action à ne plus savoir où regarder car le personnage se retrouve hors champ, la caméra n’ayant pas suivi. Il est possible de jouer en dirigeant la caméra avec le stick droit et on finit par prendre le pli mais c’est moins pratique. Il est arrivé à plusieurs reprises que le jeu freeze totalement pendant quelques secondes (voire plante obligeant à le relancer), aussi bien en local qu’en ligne. Truc « drôle », quand cela a planté violemment lors d’un match en ligne, nous avons un peu ragé et plusieurs joueurs ont répondu avoir déjà eu les mêmes soucis. Espérons une correction rapide du problème ! Les arènes permettent de redécouvrir certains lieux connus du manga, les maps ont une configuration plutôt bien finie, avec une très grande verticalité pour coller aux possibilités de gameplay. On trouve cependant que l’arène gagnerait à accueillir plus de combattants ou à être un poil plus petite, ce qui réduirait un peu le temps nécessaire pour retourner dans l’action. Les missions RV, bien que peu variées, parleront forcément au fan du ninja blond : l’entraînement contre Kakashi et les clochettes, les affrontements contre les Bijû, etc.

La difficulté est bien dosée, ce qui offre un défi sympathique. Il est dommage que ce mode se montre répétitif sur le moyen terme au niveau des objectifs à remplir. Les combats en ligne se trouvent assez rapidement mais le matchmaking montre tout de même quelques loupés, que cela soit en partie rapide comme classée. Il arrive plus que régulièrement que la partie se lance sans que nous soyons huit joueurs, le tout sans équilibrer les équipes (du 4 vs 2 par exemple). En sus, l’équilibrage est totalement à la rue, il arrive plus que régulièrement qu’une équipe soit composée de joueurs de niveau 10 à 15 uniquement contre une équipe de joueurs de niveau supérieur à 60. Cet équilibrage qui semble anodin ne l’est pas : un joueur de bas niveau n’aura mécaniquement pas gagné beaucoup d’items et n’en aura pas débloqués beaucoup non plus (stuff, capacités, outils, etc.), à l’inverse d’un joueur de plus haut niveau qui en aura bien plus. Si sur le papier on se dit que les rouleaux suivent une composante aléatoire, les capacités et items à déblocage « fixe » (dans le sens « on sait comment le débloquer », il suffit de monter tel ou tel Sensei) ne le sont pas. Pour bien clarifier, il est normal qu’un joueur qui joue plus ait plus de chances d’avoir un meilleur personnage niveau stats mais le souci c’est d’avoir très souvent une équipe uniquement composée de joueurs de faible niveau contre une équipe uniquement composée de joueurs de haut niveau. Du coup, en jeu, on se retrouve en groupe de Genin à se faire massacrer par des Jonin/Sannin légendaires (pour imager, les fans de Naruto comprendront les références). Bien entendu, un mauvais joueur, même équipé convenablement, se fera rouler dessus par un joueur expérimenté moins équipé mais le souci se doit d’être pointé du doigt.

Pour en revenir aux parties en ligne, chaque classe possède des points forts, des faiblesses et une utilité en jeu. En mission PvE (Player versus Environment), vous vous orienterez vers la classe avec laquelle vous avez le plus d’affinités, puis la difficulté montera et vous choissirez la classe la plus utile pour le type de la mission. En 4 vs 4 en ligne, nous adaptons le rôle (en jouant le jeu bien sûr) selon les besoins et les adversaires. Une équipe de quatre attaquants en mode bourrin risque de faire la tête face à une équipe équilibrée ayant notamment un soigneur. Les parties rapides proposent de l’affrontement pur et dur en 4 vs 4 durant lesquelles il suffit de tuer un nombre d’adversaires suffisant pour remporter la victoire ou encore un mode domination dans lequel nous devons capturer trois points et les défendre pour faire monter notre score. Tuer un max de ninjas dans les modes à objectifs ne signifie pas gagner la partie. Le team play est clairement mis en avant et il n’est pas rare de voir la composition de l’équipe changer en cours de partie pour affiner la cohésion du groupe. Les parties de la ligue mondiale sont (pour le moment du moins ?) uniquement en affrontement 4 vs 4 standard. Vous allez à présent demander « quand choisit-on le personnage joué ? » et vous avez bien raison. Votre choix se fait avant chaque partie (RV comme en ligne) pendant le matchmaking. Vous pouvez dès lors choisir votre classe ou choisir de prendre un des Sensei. Il est également possible de changer de classe (pas de Sensei) pendant les parties à chaque mort.

L’avis perso d’Hervé // Mange ton Sharigan dans les dents

Sans l’attendre réellement, je suis assez vite tombé dans l’excitation que peut procurer le jeu via ce sentiment maximal de puissance, de balancer les attaques connues avec mon ninja sur les adversaires. Ce côté custom ultra poussé via un fan service de malade apporte un point des plus sympas au jeu, en reproduisant de façon plus ou moins proche certains passages ou fights du manga via les missions RV en solo comme en coop. Le changement d’orientation à 180° apporte également de la fraicheur, les affrontements sont dynamiques, la prise en main rapide (mais la maîtrise, c’est une autre histoire !). Bien entendu, tout n’est pas tout rose notamment avec la caméra capricieuse qui flinguera des fois l’action ou ces satanés freeze m’ayant obligé quelques fois à relancer le jeu. Oui cette méga dimension RPG / progression / partie Sensei est excellente mais combiné à ce matchmaking non-optimisé, cela va créer de jolies parties toutes aussi déséquilibrées, ce qui nous gâche quelque peu le plaisir. Ce plaisir est donc en demi-teinte aujourd’hui ! J’espère que Soleil et Bandaï corrigeront rapidement ces petites erreurs qui plombent quelque peu l’expérience globale. A noter que les rouleaux ne peuvent être looter à ce jour qu’en jeu via mission ou monnaie gagnée en partie. Il existe par contre quelques tenues sur le Store aujourd’hui (le pack de précommande / day one dispo à l’achat à environ 5€), un Season Pass à 29€ est prévu, débloquant neuf Sensei à venir donc des attaques et du stuff en plus. A voir ce que cela donnera dans l’équilibrage final. Les purs fans de Naruto y trouveront sûrement leur compte. Pour les adeptes de gros jeux de baston il faudra voir si le format 4 vs 4 et l’aspect RPG plombé par le matchmaking ne sont pas un problème.


Point complet
Avec des combats dynamiques, du fan-service assuré, un nouveau style qui est plaisant et des voix japonaises qui n’ont pas été oubliées, les fans de Naruto pourraient presque être aux anges… Presque ? Oui, presque, car le titre est avant tout un jeu multijoueur et son plus gros défaut réside dans la gestion du matchmaking. Dès lors que celui-ci n’est pas soigné, avec notamment des parties déséquilibrées, l’expérience se trouve être entachée. Ajoutez des problèmes techniques, une caméra capricieuse et des missions RV qui deviennent répétitives, alors qu’elles sont nécessaires pour personnaliser et améliorer son personnage, et vous comprendrez qu’il y a encore du travail pour en faire un incontournable.

On a adoré :
Le Retour de Naruto
Le nouveau style du jeu
DA et techniques correctes
Voix japonaises
Gros degré de personnalisation
Team Play important
Matchmaking rapide…
On n'a pas aimé :
Mais de piètre qualité
Ca freeze/plante de temps en temps
Caméra capricieuse
Missions RV répétitives à moyen terme


Consulter les commentaires Article publié le 17/09/2018 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2018