Test Narcos : Rise of the Cartels - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 247 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
Kuju
Genre
Action / Stratégie
Statut
Disponible
Date de sortie
  22.11.2019
Nombre de joueurs
1
Prix de lancement
29,99 €

Narcos est une série à succès de Netflix nous plaçant en Colombie. Elle retrace l’histoire de Pablo Escobar, plus précisément la façon dont il est devenu un baron de la drogue. Kuju nous propose l'adaptation de la première saison de cette série sous la forme d'un jeu de stratégie. Nous allons découvrir ensemble si le jeu possède autre chose qu'un titre connu pour faire son chemin...

El patron de l’immersion



Pour ceux qui ont vu la série ou à minima quelques épisodes, vous serez en terrain connu dès le lancement. Musique, générique, acteurs, les développeurs ont tout repris pour favoriser l’immersion dès le début. Nous reconnaissons de suite les protagonistes, que ce soit lors des cinématiques avec des prises de vue réelles ou lors de celles réalisées avec le moteur du jeu. Le rendu de ces dernières n’est pas photoréaliste, ni pour la DEA (les forces de l'ordre), ni pour les Narcos (les narcotrafiquants donc).

Un seul point vient quelque peu "casser" cette immersion que Kuju a tenté de mettre en place : dans la série, qu’on la regarde en VO ou en VF, les Narcos parlent espagnol quoi qu’il arrive. Ce schéma n’est pas reproduit en jeu, seul l’anglais étant disponible. Ce n'est pas la mer à boire mais cela aurait ajouté un petit plus pour reproduire l'ambiance de la série. Dans l’hexagone, nous pouvons bénéficier de sous-titres en français même si quelques bugs existent. Les sous-titres étaient parfois totalement absents lors de briefings de mission par exemple. Dommage car pour le reste les développeurs ont fait du bon travail pour rester fidèles à la licence, arrivant à nous plonger sans problème dans l'univers de Narcos.

Votre mission, si vous l’acceptez…

Nous pouvons incarner la DEA ou les Narcos, le choix de nos missions se déroulant sur une map dans un camp d'opération. Proposant deux campagnes de neuf missions principales chacune, le titre nous demande régulièrement de mener des missions annexes pour pouvoir débloquer la prochaine mission principale. Avant chaque mission, il faut prendre bien soin de mettre à jour son escouade. Composée de cinq membres au maximum, elle peut être enrichie grâce au recrutement de nouvelles têtes via l'argent acquis en complétant des missions. Chaque membre est affilié à une des classes présentes en jeu, chacune ayant des points forts et faibles ainsi que des capacités propres. On commence avec la classe de soutien qui possède une bonne mobilité pour contrebalancer un équipement aussi bien offensif que défensif. A l’inverse, on a une unité lourde mais lente. Les classes de support peuvent par exemple apporter du soin aux membres proches. Chaque personnage dispose d'un mini-leveling permettant de débloquer des capacités ou améliorations. Dommage que les choix à faire de ce côté-là soient évidents tant les améliorations disponibles ne sont pas équitables en termes d'utilité.

A noter qu'une unité morte en mission le sera définitivement, tandis qu’une blessée mettra un peu de temps à revenir au top du top. Bien sûr, DEA et Narcos disposent de leurs propres classes mais nous constatons rapidement qu'il ne s'agit que de classes équivalentes ayant simplement changé de nom/skin. Au final, dans un camp comme dans l'autre, on se retrouve à jouer les mêmes classes, avec les mêmes builds. Les objectifs, à remplir sur différentes maps pas très grandes, se résument aux mêmes actions, avec très peu de diversité. Ne pensez pas avoir une mission de type « arrestation », ici c’est crève ou crève !

Tactique, shoot et technique

Le jeu se veut tactique, avec un système au tour par tour, accompagné de la traditionnelle grille pour nos déplacements et, de temps à autres, plusieurs positions de déploiement disponibles en début de mission. Il est possible, en plus de nos mouvements, de tirer, recharger ou de se soigner (en lieu et place d'un déplacement par exemple). Contrairement aux classiques du genre dans lesquels nous pouvons actionner plusieurs unités, voire l'intégralité de notre équipe avant de passer le tour au joueur suivant, Narcos ne nous permet de ne faire agir qu'une unité par tour ! Se pose donc une notion de stratégie quant au choix de nos actions : quelle unité va-t-on déplacer ? Doit-on en mettre une sous couverture ? Une a-t-elle besoin de se soigner ou recharger ? Cela peut donc ajouter une petite dose de pression. Nous nous demandons aussi si nous allons tenter un raid solitaire d'une unité, les laisser groupées et donc les avancer une à une, etc. Ce dernier choix s'avère d'ailleurs souvent le bon, notamment du fait des capacités qui améliorent les unités proches. Forcément, cela ajoute un peu de lenteur au rythme des missions.

Le feu sur l'ennemi propose une vue type FPS le temps de l'action, tout comme il est possible à certains moments de viser réellement l'ennemi lors des "contrattaques" : un ennemi se met à découvert par exemple, vous disposez de quelques secondes avec un ralenti pour viser, tirer, voire toucher. Cela ajoute un petit truc en plus par rapport à la concurrence, sans que ce ne soit renversant. Comme dit plus haut, toute mort est définitive. Pour en remplacer une, vous aurez le choix entre une unité, coûteuse mais déjà experte et prête au combat, sans forcément avoir les améliorations/talents voulus ou une unité, fraîche et à monter de niveau, pour avoir le build voulu, ce qui peut demander un peu de temps. Jusque-là, encore une fois, rien d'anormal… Mais là où est le bât blesse, c’est que les dégâts semblent quelque peu aléatoires de temps en temps, tout comme leur réussite à la visée. De même, il arrive qu'une unité se fasse tuer en un coup sans qu'on ne comprenne réellement pourquoi ou, à l'inverse, qu'une unité que vous pensiez mettre à terre reste debout et vous dégomme derrière. Du coup, on a encore plus tendance à jouer la prudence, sans rusher, ce qui rallonge le temps de la partie et ralentit encore son rythme. A noter que le jeu ne dispose pas de sauvegarde automatique. Impossible en cas de mauvais choix de revenir en arrière autrement qu'en reprenant la mission de zéro ! Enfin, le jeu possède une identité visuelle propre, loin des standards des AAA mais qui se montre plaisante. La touche graphique est intéressante et la fluidité est stable. Rien de plus à dire sur ce point-là.

L’avis perso d’Hervé // Adaptation fidèle avec des défauts…

Narcos n'est pas le jeu le plus simple sur lequel j'ai posé mes mains. Non pas qu'il soit mauvais, il possède quelques atouts sympathiques mais qui sont chacun directement contrebalancés par un point « négatif ». L'immersion est bonne, les cinématiques en images réelles sont bien utilisées, le design in-game permet de reconnaître les protagonistes en jeu, mais la partie doublage supprime totalement le côté hispanique propre à la série sans savoir pourquoi. Le jeu propose une campagne par camps, des classes à gérer, recruter et leveler mais on se retrouve avec des disparités d'équilibrage flagrantes niveau capacités et au final un copié/collé des classes niveau fonctionnement et caractéristiques. Sur le papier, le gameplay au tour par tour d'une seule unité à la fois est plaisant, ça apporte une belle dose de stratégie mais le côté aléatoire que peuvent représenter les affrontements peut gêner, poussant à ralentir le rythme. Après, pour moins de 30 balles, le jeu reste plaisant à jouer, ceux ayant aimé ou voulant découvrir l’univers de la série devraient prendre plaisir à y jouer mais peut-être à petites doses. Pour ma part, après une vingtaine d’heures, j’en retiens du fun mais également quelques moments de frustration.


Point complet
Les développeurs n’ont pas dû avoir un gros budget pour développer cette adaptation et cela se ressent au niveau du prix de vente, très abordable, ou encore des classes présentes qui semblent être copiées/collées d’un camp à l’autre. Ajoutez des approximations qui ralentissent un rythme déjà lent et une absence totale des doublages hispaniques et vous sentez qu’il manque des choses pour porter le titre à un autre niveau. Malgré tout, avec les moyens du bord, Kuju a réussi à faire un titre très agréable, malgré certaines frustrations, qui se veut vraiment fidèle à l’univers de la série. L’immersion est délicieuse, on peut incarner les deux camps et, cerise sur le gâteau, la direction artistique est de qualité.

On a adoré :
Fidèle à l'univers
Jouer la DEA et les Narcos
Travail d'immersion bien foutu
Tour par tour spécifique, avec une seule unité...
DA et rendu global sympathiques
Prix
Tout aussi amusant...
On n'a pas aimé :
Que frustrant
Rythme lent au final
Pourquoi avoir viré la langue hispanique des Narcos ?
Classes copiées/collées d'un camp à l'autre
Approximation des dégâts aléatoires


Consulter les commentaires Article publié le 03/12/2019 par Hervé D.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019