Test Mushihime-sama Futari - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 455 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Mushihime-sama 2 Ver.1.5



Editeur
Cave
Développeur
Cave
Genre
Shoot Them'Up
Statut
Disponible au Japon
Date de sortie
  26.11.2009
Nombre de joueurs
1

Premier jeu region-free de Cave, l’excellent studio de développement derrière Deathsmiles et DoDonpachi (l’original, pas la réédition ratée), Mushihime Sama Futari 1.5 était voué d’avance à connaître une certaine notoriété auprès des amateurs du genre. Il faut dire que rarement un shoot them up était parvenu à approcher un tel niveau d’excellence. Quel bonheur donc de le voir tourner enfin sur Xbox 360 ! Mais les soixante euros à débourser pour se le procurer sont-ils bien justifiés ?

Un excellent manic-shooter




Avant du jeu à proprement parler, il est important de préciser quelques petites choses pour les non-initiés. Le shoot them up est un genre un peu en perdition, même s’il a regagné des gallons sur Xbox 360. Beaucoup de sociétés spécialisées dans le genre ont fermé leurs portes ou n’ont plus rien sorti depuis longtemps. Seul, en « maître incontesté du genre », Cave continue à nous abreuver régulièrement de titres. Il s’agit donc d’un genre de niche qui représente des ventes de l’ordre de 30 à 50 000 copies pour un soft donné. Logique dès lors que ces titres soient vendus au prix fort (soit 60€ environ), et ce même s’ils ne les valent pas vraiment. Bien entendu les moyens sont dérisoires, le jeu se boucle en un rien de temps pour un joueur casual et il aurait pu être bien meilleur, mais ce sont là les caractéristiques du genre. Par conséquent, il ne faut pas totalement en tenir compte, Cave ne pouvant pas commercialiser ses titres à 20€, même si cela aurait été plus juste pour les joueurs. Le seul gros reproche que l’on peut d’entrée de jeu faire à ce Futari, c’est le fait que la version Black Label ne soit disponible que séparément sur le Live sous forme de DLC. On sent que le studio a des problèmes financiers et tente de gagner de l’argent par tous les moyens. On les comprend sans pour autant cautionner leur politique. Pour le reste, les amateurs de shoot them up et de manic shooter seront tout simplement ravis !

La première chose qui impressionne dans ce jeu, c’est la diversité de son contenu. On se rend compte qu’il est jouable à deux en coopération off et online, que les classements en ligne sont également disponibles et que les fans se procureront forcément la version Black Label puisqu’elle est nécessaire pour en profiter complètement (comprenez par là un autre mode de jeu bien hardcore, si on veut). Cela dit, le jeu en lui-même propose pas mal de variantes. On en retrouve trois au niveau des modes de difficulté : le mode normal, le plus facile et accessible qui est assez classique malgré la présence d’un système de comptage des points en fonction de l’utilisation de l’une des deux armes du jeu (concept proche de celui d’Ikaruga mais tourné ici vers le scoring) ; le mode Maniac est pour sa part plus compliqué puisque les tirs sont beaucoup plus nombreux et le système de scoring est plus hardcore (enchaînement de tirs pour former des chaînes) ; et le mode Ultra est tout simplement inhumain, dans la mesure où seuls quelques joueurs sauront le terminer tellement il est compliqué. Les trois modes de jeu sont très différents dans le scoring et le gameplay, sans compter qu’ils offrent une sérieuse replay value. C’est d’autant plus intéressant qu’il est possible de faire l’aventure avec deux personnages différents, disposant de leurs propres tirs et techniques. Inutile de dire qu’il vous faudra apprendre à les maîtriser !

En outre, chaque personnage peut être utilisé de deux manières différentes. Niveau gameplay, il s’agit bien entendu d’éviter les boulettes et de tirer à tout va, soit en tirant simplement comme un malade avec sa puissance de feu, soit en laissant appuyer le bouton A pour utiliser le laser, soit en lâchant un bonus bombe pour tout détruire à l’écran. Cependant, le challenge est là et les ennemis sont nombreux et coriaces. En effet, vous affrontez des hordes d’insectes géants au design superbe, dans des décors souvent grandioses, avant de passer à un boss souvent assez compliqué à descendre. Les sensations sont là et le soft est littéralement jouissif ! Pour ce qui est des modes de jeu, on retrouve également quelques variantes puisque la version Arcade est de la partie, pour des sensations intactes, mais également la version remake Xbox 360, visuellement nettement plus jolie et plus fine, offrant également quelques sensations différentes. Enfin, le mode Black Label finira par rendre fou les joueurs hardcore, pour peu qu’ils se le procurent en ligne ! Visuellement bluffant pour un jeu 2D, offrant un vrai challenge, des décors variés et une énorme replay value, Futari est sans aucun doute l’un des meilleurs titres du genre, region-free qui plus est. En revanche, on regrette tout de même quelques petits ralentissements et, pour certains joueurs, une durée de vie par défaut un peu chiche. Mais c’est le genre qui veut ça…

Point complet
Avec Mushihime Sama Futari 1.5, Cave nous offre ce qui se fait pratiquement de mieux en matière de shoot them up sur consoles de salon. Cet excellent titre propose non seulement un univers travaillé, mais aussi du contenu massif, un vrai challenge et une énorme replay value. En outre, impossible de passer à côté puisqu’il est region-free… Les seuls reproches que l’on pourrait énoncer à son encontre viennent de son prix trop élevé (mais compréhensible vu qu’il s’agit d’un marché de niche) et du fait qu’il faille débourser pour acheter la version Black Label…

On a adoré :
+ Un excellent portage !
+ Un style graphique magnifique
+ Du vrai challenge !
+ Jouable à deux
+ Enorme replay value
+ Plusieurs variantes
+ Region-free !
On n'a pas aimé :
- Vendu trop cher
- Le Black Label à acheter…
- Quelques ralentissements


Consulter les commentaires Article publié le 31/01/2010 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020