Test Might and Magic : Clash of Heroes - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 329 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Might & Magic : Clash of Heroes



Editeur
Ubisoft
Développeur
Capybara Games
Distributeur
Xbox Live Arcade
Genre
Jeu de rôle (RPG) Puzzle
Statut
Disponible
Date de sortie
  13.04.2011
  13.04.2011
Nombre de joueurs
1 à 4
Online
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Prix de lancement
1200 MS Points

Depuis quelques temps, le mélange RPG/puzzle-game rencontre un certain succès grâce à des représentants tels que Puzzle Quest. Ubisoft apporte donc sa pierre à l’édifice avec Might and Magic : Clash of Heroes. Il s'agit du portage d'un titre de Capybara Games sorti sur Nintendo DS en 2009 et remanié pour l'occasion. Cette nouvelle déclinaison de l'univers Might and Magic mérite-t-elle une place de choix sur nos consoles ou n'est-elle qu'une pâle copie de ses prédécesseurs ?

Votre mission : Sauver le monde...




Au premier abord, le scénario n'a rien de transcendant : il s'agit de déjouer les machinations des démons de Sheogh pour envahir le monde à l'occasion de l'éclipse de la Lune Sanglante, grâce à un puissant artefact, la Griffe d'Astreinte. Pour cela, le joueur peut compter sur un groupe de cinq vaillants jeunes gens, qui mettront leurs pouvoirs fraîchement découverts au service du bien. Il y a comme un air de déjà-vu mais cela prend plutôt bien, l'intrigue se révèle agréable à suivre et apporte même quelques surprises. Cette réussite s'explique aussi par les graphismes typés cartoon, colorés et agréables à l’œil. Les cut-scenes se font par enchaînements de tableaux, auxquels s'ajoute la narration en anglais, heureusement accompagnée de sous-titres français. Çà et là, on retrouve quelques traits d'humour, comme les "classiques" insultes aux elfes, telles que « Sales mangeurs de salades » qui émaillent les discussions. La progression se fait dans cinq univers totalement différents : la forêt, la ville, l'au-delà, l'enfer et les Mille et une nuits. Chacun est le théâtre d'une campagne distincte, dont les scénarios se déroulent en parallèle. Qui dit campagne à part dit atmosphère (soulignée par des musiques très bien choisies), ennemis et troupes différents : il faut en effet revoir ses stratégies à chaque changement de campagne car les troupes possèdent toutes des caractéristiques particulières. Le héros avance le long de chemins balisés par des points de passage, et rencontre des personnages qui l'aident à progresser, comme dans tout RPG qui se respecte.

Pour atteindre son objectif, le joueur ne peut éviter les combats qui se déroulent par troupes interposées, chaque combattant disposant d'une moitié de l'écran. Le but est de lancer ses troupes à l'assaut des rangs ennemis pour faire chuter les PV adverses. Pour cela, il ne suffit pas d'éliminer les factions opposées, il faut aussi parvenir à frapper la ligne de fond opposée, tout en sachant qu'au fur et à mesure qu'un bataillon détruit des adversaires, sa force d'attaque diminue, et donc qu'il n'est parfois pas assez fort pour atteindre cette ligne. Plusieurs unités peuvent être utilisées : trois de base, disponibles à volonté, plus deux unités légendaires (à sélectionner parmi les cinq débloquées dans chaque campagne). Elles se déclinent toutes en trois couleurs. Pour que ses troupes attaquent, il faut en aligner verticalement trois identiques, le chargement du coup commence alors, plus ou moins long selon la puissance du groupe. Les unités légendaires, quant à elles, nécessitent deux à quatre unités de base pour préparer leur assaut. Elles sont certes plus puissantes, mais leur encombrement les rend plus difficiles à manier. Afin de résister au mieux à l'offensive ennemie, il est possible d'aligner horizontalement des troupes, ce qui les transforme en mur défensif, absorbant tout ou partie des attaques. Les renforts (dans la limite du nombre maximum) peuvent être appelés à tout moment, en sacrifiant un des trois mouvements du tour.

A l'assaut !




Pour augmenter le côté stratégique du titre, le joueur a la possibilité de supprimer une unité pour former des chaînes, et ainsi gagner un tour supplémentaire. Mais attention, si les unités de base sont inépuisables, il en est autrement des unités légendaires qui, une fois tuées, doivent être rachetées au prix fort dans les temples… Mieux vaut alors y prendre garde et veiller à les protéger. Visuellement, les combats semblent peut-être un peu brouillons au premier abord, mais les explications et l'habitude prennent vite le dessus. Attention toutefois à la taille de certaines informations comme la puissance de l'attaque qui, même sur grand écran, ne sont pas toujours très visibles pendant les affrontements. L'animation des attaques particulièrement soignée, surtout pour les unités spéciales, rend les combats agréables à l’œil et donne envie de toutes les tester afin de voir leur comportement. Comme un petit boost des capacités est toujours appréciable en combat, il est possible d'équiper un artefact (souvent à débloquer lors des quêtes optionnelles). Ces quêtes annexes n'ont d'annexe que le nom car, si vous espérez battre le boss de fin, quelques niveaux de plus ne seront souvent pas du luxe. Il en existe deux grandes catégories : les missions du chasseur de primes et les puzzles de bataille, qui mettront vos capacités de stratège à l'épreuve (éliminer la totalité des ennemis en un nombre de coups limité). De plus, dans certaines zones, les monstres tendent des embuscades : à vous de voir si vous souhaitez entamer l'affrontement ou si vous préférez l'esquiver en appuyant sur la touche B au bon moment.

Les développeurs ont également pensé à apporter un peu de variété aux combats en insérant quelques variantes au cours des campagnes. Ainsi, plutôt que de viser la ligne arrière ennemie, il faut toucher une ou plusieurs cibles, parfois mouvantes, ou au contraire éviter un allié ballotté dans les rangs adverses. Pour pimenter le tout, chaque héros dispose d'un coup spécial (volée de flèches, bouclier ou encore mur cracheur de feu) à déclencher une fois la jauge de mana remplie. Cette jauge se remplit progressivement, en particulier lors de la création d'enchaînements et de dégâts reçus ou infligés. Les attaques peuvent être renforcées en les liant, c'est à dire en synchronisant plusieurs unités de même couleur pour qu'elles attaquent en même temps. Il faut d'abord préparer les attaques les plus puissantes, puis, lorsqu'il leur reste le même temps de chargement que d'autres unités, lancer ces dernières, ce qui renforce toutes les troupes ainsi liées. De même, il est possible de fusionner deux attaques identiques en les plaçant l'une derrière l'autre, même si elles ne sont pas synchronisées. Ces quelques détails rendent le gameplay assez tactique : il est nécessaire de faire preuve d'anticipation pour placer ses troupes de façon optimale, tant en défense qu'en attaque. La difficulté est bien dosée, même si quelques boss s'avèrent très coriaces si l'on ne trouve pas la tactique adaptée. Il est fréquent de devoir faire une pause dans l'intrigue principale afin de boucler les quêtes secondaires à notre portée, car un ennemi au niveau plus élevé barre la route.

Quêtes annexes comprises, le soft se boucle en une trentaine d'heures, ce qui est plus qu'honorable. A cela se rajoute le multi qui peut tenir en haleine quelques heures supplémentaires. Un défaut reste à noter : les temps de chargement, vraiment fréquents et un peu longs, deviennent vite énervants et parasitent l'avancée. Quant aux joueurs las d'affronter l'IA, un mode multijoueur les attend. Comme un peu de changement ne fait pas de mal, il est possible d'y incarner certains PNJ rencontrés (et débloqués) lors de la campagne, amenant ainsi de nouveaux coups spéciaux. Outre le classique un contre un, les joueurs peuvent choisir l'affrontement par équipe (2vs2), qui demande encore plus de stratégie, puisque les troupes alliées sont mélangées sur le terrain, mais que chacun ne peut toucher que les unités de sa couleur. Autant dire que coordination et concertation sont indispensables. Différents paramètres sont réglables, comme l'utilisation ou non des artefacts et la présence d'un chrono afin de correspondre aux attentes de chacun.

Point complet
Might and Magic : Clash of Heroes est un jeu prenant qui réussit à mêler des éléments de RPG à un puzzle-game demandant pas mal de stratégie. Les univers totalement différents traversés apportent de la variété au titre et évitent ainsi de lasser les joueurs, qui doivent régulièrement revoir leurs tactiques au gré des nouvelles unités. Les graphismes très agréables et la réalisation soignée finissent de convaincre, et occupent de longues heures, sans compter le sympathique multijoueur qui rallonge encore l'expérience.

On a adoré :
+ Cinq campagnes totalement différentes
+ Artefacts et unités variés
+ Excellente durée de vie
+ Mode multijoueur
+ Variantes (puzzles et cibles à toucher/éviter)
+ Difficulté bien dosée
On n'a pas aimé :
- Beaucoup de chargements
- Certains artefacts inutiles
- Un peu confus au début


Consulter les commentaires Article publié le 26/07/2011 par Julie B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020