Test Mass Effect - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 326 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Mass Effect



Développeur
BioWare Corp
Distributeur
Microsoft Games
Genre
Action Jeu de rôle (RPG)
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.11.2007
  20.11.2007
  21.05.2009
Nombre de joueurs
1
Online
- Contenus
Classification PEGI
Thème
Futuriste
Mémoire
400 Ko
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
70,00 €

Attendu de longue date par une horde de fans de science-fiction et plus particulièrement de Star Wars KOTOR, le nouveau BioWare est enfin disponible dans nos contrées. Connaissant le talent des développeurs et aux vues des présentations prometteuses du soft au fil des mois et des salons, tout laissait à penser que Mass Effect serait un véritable killer-ap pour la Xbox 360. Est-ce vraiment le cas ?

The world is mine




Envoyé en mission sur la colonie Eden Prime où une balise prothéenne (ancienne civilisation très évoluée) a été repérée, le Commandant Shepard va vite se rendre compte qu’il n’est pas le seul à vouloir la récupérer. Un spectre nommé Saren a visiblement trahi le conseil afin de servir son propre intérêt et assouvir sa soif de pouvoir. Les spectres sont de véritables agents d’élite envoyés par le Conseil de la Citadelle interstellaire. Ce dernier régule l’univers et réunit des représentants de plusieurs espèces. Humain, Asari, Krogan, Turien, toutes tentent de cohabiter malgré des tensions palpables entre elles. De son côté Shepard, ayant prouvé la culpabilité de Saren, va devenir le premier humain à devenir spectre. A grand pouvoir, grande responsabilité. Le voilà parti à travers les galaxies pour retrouver et arrêter le traître en fuite. Comme on pouvait s’en douter avec BioWare, la quête principale de Mass Effect est aussi intéressante que prenante. Néanmoins elle ne constitue qu’une petite partie du jeu. Bien sûr certains joueurs pressés s’en contenteront mais commettront une grossière erreur. Le nombre de quêtes annexes proposées par le titre est sidérant. Le plus impressionnant demeurant leur variété et leur intérêt. On se prend à vouloir aider tous les gens nous entourant et l’on finit par voyager de planète en planète en perdant presque de vue sa mission principale.

BioWare a encore créé un background tout simplement hallucinant, sans doute même le plus cohérent et impressionnant jamais vu dans un jeu vidéo. Oblivion fait carrément office de coquille vide à côté. C’est bien simple, la première fois que vous découvrirez la citadelle interstellaire vous passerez facilement trois heures à vous balader et à remplir des quêtes annexes qui vous rapporteront un peu d’argent et d’expérience. La carte de l’univers nous fait bien ressentir la vastitude de l’espace, les galaxies y étant nombreuses et les planètes se comptant par dizaines. Malheureusement on ne peut pas se poser sur la plupart des planètes et l’on se contentera simplement de lire des informations sur celles-ci. Ceci n’a cependant rien d’un défaut puisqu’une grosse vingtaine de planètes vont constituer le cadre d’intenses missions. Il faut également garder en tête que Mass Effect est une trilogie, donc que certaines planètes seront sans doute accessibles dans les prochains opus. Précisons aussi que, certaines planètes étant gazeuses ou ayant des températures extrêmes, il est tout à fait crédible de ne pas pouvoir s’y poser.

Communication illimitée




Evidemment si vous avez suivi un minimum le développement du jeu, vous êtes au courant que le système de dialogue a été présenté comme révolutionnaire. Et il l’est ! Mass Effect marque de son empreinte le jeu vidéo par une interaction fabuleuse entre les personnages. Concrètement on n’avait jamais vu ça auparavant. Il est possible de parler avec une tonne de personnages et surtout les dialogues ne sont pas prédéfinis. Ce ne sont pas de bêtes cuts-scenes que l’on regarde sans agir. Ici le joueur parle vraiment aux PNJ, par l’intermédiaire de son personnage. Dans tous les dialogues vous pouvez choisir entre plusieurs propositions, alternant la façon dont le personnage d’en face va vous répondre. Vous pouvez par exemple parler sur un ton intimidant avec un personnage et stopper la conversation après une ou deux répliques. Mais vous pouvez également prendre votre temps, sympathiser avec des personnages, leur parler comme vous parleriez à votre voisin. On se surprend à les écouter parler de leur vie et à s’y intéresser, à leur poser davantage de questions sur leur emploi, leur jeunesse, leur cadre de vie, etc. C’est un signe qui ne trompe pas.

Dans tous les autres titres sur le marché, une longue discussion ne faisant pas spécialement avancer l’intrigue nous ennuierait plus qu’autre chose. Ici les relations entres personnages sont vraiment au cœur du jeu et l’on passera autant de temps à discuter à droite à gauche qu’à combattre et explorer.

Plus sidérant encore, les personnages ont une véritable mémoire. C'est-à-dire que vos choix au niveau du dialogue influenceront leur façon de vous voir et de vous parler à long terme. Il est possible de nouer une histoire d’amour avec une femme tout comme il est possible de refuser ses avances et d’avoir une relation très stricte et froide avec elle. Mais une relation amoureuse ne se fait pas en un claquement de doigts. Il faudra aller parler à votre dulcinée régulièrement, parler de vous, parler d’elle, puis lentement entrevoir le rapprochement, les sentiments. Les choix de discussions intègreront alors des options bien plus tendres, vous permettant de jouer les Don Juan entre deux missions.

Nous avons les moyens de vous faire parler !




Outre le contenu des discussions, c’est le système de synchronisation labiale qui bluffe. C’est simplement prodigieux puisque non seulement chaque syllabe est lisible sur la bouche des personnages mais en plus il semblerait que le système s’adapte parfaitement à la VF. Toujours dans le but de favoriser l’immersion, on notera que le visage des personnages jouit d’une modélisation tout simplement sidérante, jamais la sensation de parler à de vraies personnes n’aura été aussi proche. Pour enfoncer le clou, avouons que la traduction française intégrale est parfaite. Les voix des personnages correspondent toutes à leur carrure et surtout le ton est toujours juste donnant ainsi un véritable impact à certaines joutes verbales, surtout que parfois on a l’impression de renverser une conversation avec une seule phrase. Tour de force, les voix des races inhumaines sont également fabuleuses. Mention spéciale aux Elcors. Ces derniers, incapables de montrer leurs sentiments par l’expression faciale, sont obligés de les formuler en début de phrase pour être compris. Cela donne un langage qui fait bien souvent sourire : « Etonné. Je ne pensais pas vous revoir de sitôt Shepard » ou encore « Anxieux. Cette mission s’annonce dangereuse ». Vous l’aurez compris, Mass Effect impose de nouveaux standards à tous les niveaux, du moins en ce qui concerne les dialogues.

Tuerie intergalactique




Heureusement Mass Effect ne se contente pas d’un système de dialogues sans reproche et il assure aussi au niveau de l’action et de l’exploration. Bien que certaines planètes visitées dans le cadre de quêtes annexes soient un peu désertiques, c’est toujours un plaisir de voyager et de découvrir de nouveaux environnements. Les différents climats et reliefs sont variés et ils permettent de distinguer les différentes planètes.

Les combats semblent s’inspirer d’un certain Gears of War, avec toutefois un peu moins de dynamisme et d’explosions. Il est possible de se mettre à couvert derrière des objets et des murs puis de jaillir pour tirer sur l’ennemi. Vous portez en permanence quatre armes sur vous : un fusil d’assaut, un fusil à pompe, un pistolet et un fusil de précision. Bien entendu vous pouvez zapper entre celles-ci à tout moment. Ces dernières ne se rechargent pas mais, tout comme les armes covenants de Halo, surchauffent au bout d’un moment. Le menu équipement vous indique le nombre de tirs provoquant une surchauffe mais également la précision d’une arme et les dégâts qu’elle peut causer. Comme nous sommes dans le futur, des mods ont été développés pour les armes comme des balles chimiques qui, une fois dans le corps de l’ennemi, le rongent petit à petit. Vous pouvez monter deux mods sur chaque arme. Combinées au nombre d’armes disponibles dans chacune des quatre catégories, les possibilités d’équipement ne manquent clairement pas. Sans compter qu’il est possible d’installer des mods sur ses grenades ou encore sur son armure pour augmenter sa résistance ou limiter l’effet d’attaques biotiques sur votre personne. La biotique est devenue partie intégrante des soldats du futur. Ainsi chaque membre de votre commando (six au total y compris vous, mais seulement trois lors des missions) a des pouvoirs spéciaux. Certains peuvent régénérer un allié mort au combat, d’autres faire léviter un ennemi en le rendant inoffensif quelques secondes ou encore le paralyser temporairement.

RPG oblige, chaque combat et analyse d’objets vous donnent de l’expérience vous permettant de gagner des niveaux et donc des points de vie et d’expérience. Ces derniers serviront à améliorer la maîtrise de telle ou telle arme, tel ou tel pouvoir biotique ou encore ses capacités en électronique et en cryptage. Ce qui n’est pas à négliger puisque des centaines de containers et d’armoires peuvent être déverrouillées pour récupérer des armes, mods et armures intéressants. Ils pourront aussi être achetés à des marchands. Votre équipement peut être revendu au fur et à mesure ou converti en omni-gel, ce qui permet de pirater des coffres ou réparer votre véhicule tout-terrain nommé Mako. De son côté le medi-gel permet de soigner toute l’équipe d’un coup par une pression sur la touche Y. Vous ne pouvez en avoir qu’un nombre limité sur vous. Il faudra donc également penser à rester à couvert quelques temps pour regagner de la santé automatiquement. Un système définitivement à la mode dans les jeux de nouvelle génération.

Mass Effect, what else ?




Côté animation, le résultat est très correct à l’exception de la façon de courir du personnage, très rigide. Cela ressort forcément dans un jeu de cette trempe. Néanmoins on s’y fait et on finit par ne plus prêter attention à ce « détail ». Non content d’offrir des mondes très vastes, Mass Effect en met également plein la vue. Les environnements sont souvent sublimes et détaillés, les effets de lumière brûlent la rétine et les personnages sont photo-réalistes. On regrette juste certains environnements de quêtes annexes un peu vides dans lesquels les textures semblent en deçà du reste. Autre défaut décidemment récurrent dans les productions de BioWare : le frame-rate est loin d’être constant et la fluidité en prend parfois un coup. Toutefois rien qui ne perturbe vraiment le joueur, mais il fallait le signaler. D’autant plus que, à la manière d’un Oblivion, certaines textures s’affichent au dernier moment. Des défauts qui peuvent sembler assez importants mais qui finalement et de manière difficilement explicable à l’écrit, n’arrivent pas à émécher une expérience de jeu d’une richesse inouïe.

Revenons également sur l’aspect sonore du jeu. Comme dit plus haut, le titre propose les doublages français les plus convaincants de l’histoire du jeu vidéo. Mais les bruitages sont également d’un très haut niveau, sans compter une bande-son hollywoodienne, voire même plus. Disons simplement que de telles musiques pourraient constituer sans problème la bande originale d’un Star Wars.

Point complet
Mass Effect est sans conteste le killer-ap tant attendu. Moins médiatisé qu’un Halo 3, il s’impose toutefois comme la nouvelle grosse licence exclusive Xbox 360. Comme d’habitude avec BioWare, on reste bouche bée devant la richesse de l’univers créé et sa cohérence jamais prise à défaut. Gros point fort du titre, son système de dialogues impose de nouveaux standards en termes d’interactivité, de synchronisation labiale et de qualité des expressions faciales. L’exploration des planètes est intéressante et le système de combat est suffisamment riche et dynamique pour immerger le joueur dans l’action. Très beau et offrant de surcroît une VF parfaite, Mass Effect est un titre absolument indispensable.

On a adoré :
+ Background d'une richesse inouïe
+ Voix françaises irréprochables
+ Dialogues ouverts et intéressants
+ Excellente mise en scène
+ Musiques hollywoodiennes
+ Très beau
+ Nos choix influencent le déroulement
+ Système d'évolution des personnages efficace
+ Combats au point
On n'a pas aimé :
- Démarche étrange des personnages
- Frame-Rate parfois à l'agonie
- Certaines textures peu détaillées ou s'affichant au dernier moment
- Des environnements parfois vides


Consulter les commentaires Article publié le 09-12-07 par Nicolas T.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020