Test Lost Planet : Extreme Condition - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 233 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Lost Planet : Extreme Condition



Editeur
Capcom
Développeur
Capcom
Genre
Action
Statut
Disponible
Date de sortie
  11.01.2007
  12.01.2007
  21.12.2006
Nombre de joueurs
1 à 16
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
66,00 €

Attendu depuis plusieurs mois comme le messie par toute une communauté de joueurs, Lost Planet n’aura pas arrêté de nous narguer à travers plusieurs centaines d’images et de vidéos. Un rêve qui devient aujourd’hui réalité grâce à Capcom qui a décidé d’offrir à son soft une sortie mondiale. Restait plus qu’à voir si le blockbuster tant attendu n’allait pas se transformer en simple pétard mouillé…

Une planète perdue… Dix de retrouvées !




Après avoir travaillé de nombreux mois sur un soft aux allures de Halo, Keiji Inafune a décidé de présenter une maquette de son projet Lost Planet à Capcom. Malheureusement pour lui, ce mélange de genres ne donnait pas vraiment envie aux dirigeants de la firme japonaise qui préféraient ne pas prendre trop de risques avec un titre aussi ambitieux. Tantôt provocateur, tantôt désespéré, Inafune décida de continuer sur sa voie et présenta de nouveaux plans à ses patrons, qui, une fois de plus, refusèrent. Qu’à cela ne tienne, celui-ci continua son bout de chemin et améliora le scénario pour re-présenter son projet une nouvelle fois à ses dirigeants. Bluffés par son enthousiasme et son entêtement, mais aussi par son œuvre qui commençait à prendre forme, les patrons de la firme ne tardèrent pas à comprendre qu’ils tenaient entre leurs mains une petite bombe, capable d’exploser à tout moment. Deux ans plus tard, Lost Planet débarque dans les rayons en édition simple et collector. Capcom, qui n’y croyait pas du tout au début, s’attend désormais à dépasser la barre du million d’unités vendues…

Ainsi donc se résume le parcours de Lost Planet, un titre hybride, mélangeant tantôt l’ambiance de Halo, le gameplay de Freedom Fighters et les robots de Mechassault, sous une pincée de flocons de neige…

Le scénario de Lost Planet nous place dans la peau de Wayne, un jeune soldat du NEVEC voulant suivre les traces de son père. La planète EDN 3, sur laquelle se sont installés les humains depuis plusieurs années renferme un potentiel énorme, mais elle est malheureusement gelée et infestée de créatures voraces nommées Akryds. Ces insectes, aussi variés que bigarrés, contiennent une énergie interne très puissante qui pourrait permettre au NEVEC de terraformer la planète, et par la même occasion d’exterminer les Akryds et les terribles pirates des neiges.



Un programme plutôt chargé donc, même pour un soldat d’exception comme Wayne. Cependant, les armes qui sont à sa disposition devraient lui permettre de prendre un très net avantage sur les arachnides géants. A commencer par les grenades, toutes aussi efficaces les unes que les autres (frags, collantes,…). Viennent ensuite les traditionnels flingues, avec un assortiment de shotguns, gatlings, mitraillettes, revolvers, lance roquettes,… De quoi en foutre plein la tête à vos adversaires ! Mais en plus de quelques espèces mineures, les Akryds comptent parmi leurs rangs des énormes créatures qui feront office de bosses de fin de niveau. Face à eux, un armement aussi conventionnel risque de faire tâche, raison pour laquelle les forces du NEVEC ont créé des armures de combat VS qui permettent non seulement de faire des bonds prodigieux, mais qui disposent également d’un arsenal dévastateur. Nul doute que le challenge devient de suite nettement plus simple…

La progression de niveau en niveau se fait de manière très simple. Chaque niveau dure en moyenne 15 à 30 minutes en mode facile, avec des ennemis nettement plus réactifs dans un mode de difficulté supérieur… Au total, cela représente environ 7 à 9 heures de jeu selon le mode de difficulté sélectionné. Une durée de vie assez courte pour un jeu d’action. Néanmoins, Lost Planet n’en est pas moins éblouissant. Le scénario, loin d’être aussi basique comme certains le disent, regorge de bouleversements scénaristiques et dévoile petit à petit le passé de Wayne… Le joueur ira donc de surprise en surprise et se rendra bien vite compte qu’il ne faut pas se fier à tout le monde. L’aventure se divise donc en 13 chapitres, racolés entre eux grâce à de nombreuses cinématiques extraordinairement bien mises en scène et éblouissantes de réalisme. Nul doute que le commun des joueurs se sentira tout petit face à ce mastodonte du l’univers vidéo ludique !

Mais ce n’est encore rien comparé à la classe hors norme de l’univers de Lost Planet ! Car si les décors se révèlent déjà immenses, beaux et titanesques, ce n’est rien en comparaison du Charachter Design, absolument prodigieux (à une exception près : le frère de Wayne). Le charme nippon opère donc, et ce pour la deuxième fois sur Xbox 360. Capcom, qui avait brillé par son absence sur Xbox première du nom, se rattrape sur la boîte blanche en nous offrant des titres à la hauteur de nos espérances, éblouissants, et d’un charisme fou.

En plus de ces nombreuses qualités, Lost Planet bénéficie d’un gameplay aux petits oignons. L’alternance combats à pied / VS est extrêmement bien imaginée, et le Level Design convient parfaitement aux guérillas auxquelles vous participerez. Keiji Inafune ne s’était pas moqué de nous, en nous disant que l’ambiance retranscrite serait très proche de celle de Halo. Car si l’univers du soft est radicalement différent, les sensations qu’il procure, elles, sont absolument identiques. Du fun, du fun, et rien que du fun ! Rares sont les jeux à offrir une telle approche du champ de bataille. Depuis Halo, seul Stubbs le zombie avait réussi à renouveler un tel exploit. Et force est de constater que Lost Planet y arrive lui aussi avec brio !



L’aventure solo ne vous réservera aucun temps mort. Inutile donc de vous attendre à un jeu d’action entrecoupé d’explorations et d’aventures. Lost Planet mise tout sur le gigantisme de l’action et de la destruction de masse. Outre des dizaines d’arachnides géants, le joueur devra affronter des créatures ailées, des sortes de vers géants et des bosses immenses face auxquels il faudra trouver une technique bien particulière pour l’emporter. En fait, chaque ennemi dispose d’un point faible, représenté à l’écran par une tâche de couleur jaunâtre sur son corps. C’est en tirant à cet endroit précis que vous lui enlèverez son énergie et le tuerez, après quoi il se transformera en glace et explosera en une gerbe d’énergie.

Votre barre de vie est protégée par une sorte de bouclier, qui vous permet de reprendre de l’énergie à tout moment et de manière automatique. Dans les faits, il faudra récupérer l’énergie des créatures tuées pour booster sa barre et atteindre un certain seuil de sécurité. Une fois celle-ci à zéro, vous ne disposerez plus d’aucune récupération et serez donc à la merci de vos adversaires. Raison pour laquelle il est primordial de ramasser un maximum d’énergie sur le champ de bataille. En plus de cette fonction de récupération, l’énergie sert à faire avancer les VS, et donc à évoluer plus facilement dans le monde glacé de Lost Planet. Une double efficacité qui apporte au titre de Capcom une réelle profondeur de jeu.

Au niveau des fonctionnalités, Wayne dispose d’un grappin qui lui permet de se hisser où il le désire. Celui-ci sera d’ailleurs régulièrement mis à contribution au cours de l’aventure solo. Mieux vaut donc apprendre à l’utiliser le plus rapidement possible, sans quoi l’aventure risque de vous paraître un tantinet difficile.

Enfin, il est temps de parler du mode multijoueur que nous n’attendions guère. Initialement, beaucoup craignaient que le mode Live de Lost Planet se révèle être un simple bonus. Dans les faits, il s’agit d’un mode de jeu à part entière, au moins aussi bon que le mode solo, voire même meilleur. Prenez Counter Strike, ajoutez lui des armes plus variées, des robots de combat, des environnements vastes et variés, l’utilisation d’un grappin et un système d’évolution et vous obtiendrez une petite perle rare. Un résultat bluffant pour un mode de jeu franchement fantastique. Nul doute que les aficionados de la gâchette tiennent là une nouvelle tuerie !

Beau à être damné




D’un point de vue purement technique, Lost Planet est une pure merveille qui démontre une fois de plus le savoir-faire de Capcom. Non seulement les environnements de jeu sont vastes et variés, mais en plus, les cinématiques sont absolument fabuleuses et la gestion des effets spéciaux extraordinaire. Difficile en effet de rester de marbre face à pareille splendeur. Que ce soit les bosses titanesques qui vous écrasent par leur grandeur, les pans entiers du décors qui s’effondrent lors des affrontements, ou les magnifiques explosions qui soulèvent de véritables gerbes de neige, tout est fantastique. Lost Planet fait partie de ces tueries techniques qui prouvent que la Xbox 360 a un énorme potentiel. Et tout cela, sans le moindre ralentissement !

Niveau sonore, Capcom joue également dans le gigantisme, avec des explosions à vous trouer les tympans, des musiques qui vont de paire avec l’univers du jeu, et des voix anglaises sous-titrées du plus bel effet. Remarquable !

Point complet
Capcom confirme son talent après un Dead Rising, déjà très impressionnant, en nous proposant un soft aux qualités indéniables, qui met à contribution la puissance de la Xbox 360. Bref, un hit, un vrai, comme on en attendait depuis quelques mois déjà. Nul doute que le gigantisme d’une telle œuvre frappera bon nombre de joueurs qui attendront avec impatience une hypothétique suite… En un seul mot : magique.

On a adoré :
+ Graphismes fins et détaillés
+ Des boss gigantesques !
+ Une ambiance unique
+ Un gameplay simple et complet
+ Grandiose
+ Modes multijoueurs en ligne
+ Scénario agréable
+ Les cinématiques, magnifiques
+ Character design excellent
On n'a pas aimé :
- Durée de vie limite en solo


Consulter les commentaires Article publié le 22-01-07 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019