Test Little Nightmares - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 148 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 



Développeur
Tarsier Studio
Statut
Disponible
Date de sortie
  28.04.2017
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
29,99 €

Après l'essor et l'apogée du triple A dans les années 2000, voilà que le jeu indépendant est de retour en force et qu'il est même devenu une pierre angulaire de l'industrie vidéoludique. Les plus gros éditeurs, conscients de cette expansion, ont eu l'idée profitable d'aller chercher des projets déjà bien avancés et ayant la carte « indie » afin de leur dérouler le tapis rouge éditorial, tels de généreux mécènes... Pari en partie réussi pour EA avec son Unravel, c'est maintenant au tour de Bandai Namco de rentrer dans la danse avec Little Nighmares du studio Tarsier. Si ça a le goût et l'aspect d'un jeu indépendant, est-ce que ça en a vraiment la saveur ?

Comme une paire de dockside et un vieux ciré jaune !



Little Nightmares raconte l'évasion d'une mystérieuse fillette affublée d'un ciré jaune et se prénommant Six. Celle-ci se retrouve prise dans une fuite en avant qui conduira le joueur à traverser les différents lieux de « The Maw », sorte de complexe maritime tout aussi énigmatique que la jeune demoiselle. Faut-il préciser que seule la communication de l'éditeur pourra vous apprendre ces quelques détails puisque le jeu en lui même ne présente aucune narration écrite ou orale et qu'il s'agit d'avancer dans un conte aux contours abstraits ? Difficile de ne pas voir ici une filiation avec le titre de Playdead : Inside. Reste à savoir si la maîtrise de ce dernier se retrouve dans le rejeton du studio Tarsier. En tout cas, visuellement, on peut clairement dire que malgré un style différent, tout en conservant des tons très sombres et des visuels souvent dans des tonalités grisâtres, le jeu est une réussite. On est sans cesse pris de torpeur devant le gigantisme de certaines pièces face à la frêle et minuscule Six. Contrairement à son aîné illégitime, il ne se limite pas à un plan 2D puisqu'il est possible de déplacer la jeune héroïne sur tous les niveaux. Malheureusement, cela engendre aussi quelques difficultés dans la lecture des déplacements et des sauts, avec à la clé quelques morts pour le moins agaçantes.

Larguez les amarres ?

Avancer, fuir, se cacher et résoudre de petites énigmes, voilà en quoi se résume le gameplay de Little Nightmares. La prise en main est d'ailleurs un peu particulière puisque la gâchette droite sert à s'agripper et qu'il faudra du coup l'activer pendant un saut sous peine de ne pas accrocher la plateforme visée. On finit par s'habituer à cette manière de procéder et le plus gros problème n'est de toute façon pas à chercher ici. Autre poil à gratter sans trop de gravité, la gâchette permet également d’interagir avec des objets, la petite Six traînant alors de toutes ses forces des caisses ou encore des clés afin de progresser dans les niveaux. Mais il y a un hic, on retrouve très (trop) souvent les mêmes objets, sauf que ces derniers n'auront pas forcément droit au même traitement de la part des développeurs au fil du jeu. Là où l'on peut tracter un seau pour monter plus haut dans le décor à un moment donné, on se retrouve trois pièces plus loin avec le même seau qui est cette fois vissé au sol comme si Six avait perdu toutes ses forces en 3 minutes. Niveau cohérence, le jeu en prend un coup et l'univers étant déjà flou, il faut vraiment s'accrocher pour rester immergé. Après quelques heures de jeu, le gros point noir apparaît clairement, les interactions sont extrêmement limitées et il n'y a qu'une seule manière de faire, d'où un fort sentiment de linéarité, exacerbé par le manque de surprises qu'offrent les 4 heures de jeu. Puis il faut compter sur l'aspect rageant et répétitif d'un die & retry pas forcément très bien calibré. On se retrouve ainsi coupé dans sa progression de manière bien trop régulière par des morts injustes et sur des séquences beaucoup trop courtes pour prendre du plaisir dans la recherche d'une solution. Rejouer la même séquence par session de 10 secondes une dizaine de fois parce qu'une seule solution est valable, le tout entrecoupé d'un petit temps de chargement, c'est à ça qu'il faut s'attendre lorsqu'on se lance dans Little Nighmares.

On cale sur la faim

Tous ces défauts pourraient encore être mis de côté si des thématiques puissantes émergeaient du monde de Little Nightmares. Malheureusement, si l'on sent poindre quelques idées de ci de là, l'équipe derrière le jeu ne semble jamais aller au bout et laisse le joueur en suspens sans lui donner les clés d'une bonne compréhension. Six se déplace sans but, si ce n'est de fuir un lieu qui semble oppressant. Admettons, mais est-ce suffisant si le gameplay n'est pas des plus passionnants ? Par exemple et sans trop spoiler, la jeune fille fait face à plusieurs reprises à de terribles fringales qui semblent l'approcher d'une inexorable mort. Concept intéressant mais extrêmement mal utilisé puisqu'on ne ressent jamais de pression dans ces instants de jeu. En effet, ils ne surviennent qu'à des moments clés et se résolvent quasiment d'eux mêmes, de quoi occulter tout sentiment de danger. Dans le même ordre d'idées, si la mort est constamment présente, là encore le traitement et la mise en scène ratent le coche. On ne voit quasiment jamais les répercussions visuelles lorsqu'un ennemi attrape la gamine ou lorsqu'on se rate sur un saut, non, l'immense majorité du temps c'est un simple fondu noir et on repart pour un tour. Heureusement pour l'ambiance, l'accompagnement musical, même s'il est d'un certain classicisme, est très bon et sait monter crescendo au fil de l'aventure. On continue ainsi la sombre quête, un peu en regardant sa montre, et en se demandant si le dénouement apportera des réponses à cet amas pas désagréable mais pas convaincant non plus : la réponse est malheureusement non...

Point complet
Little Nighmares a pour lui un visuel attrayant et une vraie patte artistique... Suffisant pour en faire un bon jeu ? Non, car si on peut parfois pardonner un gameplay simpliste et quelques ratés d'équilibrage et de maniabilité, on aura plus de mal à tempérer son propos lorsqu'on cumule cela avec un univers peu cohérent et une histoire pas folichonne. On se retrouve face à un jeu pas désagréable mais finalement court et peu intéressant aussi bien manette en mains qu'en tant que spectateur. Dommage car il y avait un fort potentiel et en l'état, Little Nightmares reste un jeu lambda qu'on aura certainement bien vite oublié.

On a adoré :
Direction artistique
Sentiment de petitesse très bien retranscrit
Quelques bonnes idées...
On n'a pas aimé :
Jamais exploitées jusqu'au bout
Un die & retry mal géré
Des problèmes de gameplay
Univers sans cohérence, sans histoire
Quelques passages rageants


Consulter les commentaires Article publié le 16/09/2017 par Cédric B.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2017