Test Les Schtroumpfs 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 211 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Les Schtroumpfs 2



Editeur
Ubisoft
Développeur
WayForward
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  07.2013
Nombre de joueurs
1

Comme bien souvent, lorsqu’un film au fort potentiel commercial s’apprête à débarquer dans les salles obscures, un éditeur tente de profiter de l’occasion pour refourguer une adaptation vidéoludique. Si celles-ci sont souvent de piètre qualité, il arrive que l’on ait le droit à quelques bonnes surprises. L’adaptation Les Schtroumpfs 2 de WayForward a-t-elle le potentiel pour séduire petits et grands ou s’agit-il d’une simple commande qui a été réalisée vite fait sans trop de soucier du reste ?

Schtroumpfement court !




Le méchant Gargamel a élaboré un plan pour kidnapper la Schtroumpfette. Nos vaillants Schtroumpfs comptent bien la sauver. S’engage alors une course-poursuite à travers une trentaine de niveaux éparpillés entre six mondes différents, comme la Forêt enchantée, la Jungle de lave, la Tundra Arctique, New-York ou encore Paris pour ne citer que ces cinq là. L’histoire est simple et convient parfaitement aux plus jeunes. Les cinématiques sont basées sur un enchaînement de dessins fixes fort appréciables, le tout avec une voix-off française de bonne facture qui raconte l’histoire. On en profite même pour préciser que la bande-son s’en sort très honorablement. Cela dit, Les Schtroumpfs 2 est avant tout un jeu de plateforme en 2.5D (progression en 2D avec des éléments en 3D) on ne peut plus classique. Le level design est simpliste, on avance sans trop réfléchir, on tente de débusquer les quelques passages secrets ajoutés çà ou là, on évite des pièges hyper évidents et on utilise des mécanismes des plus classiques. A vrai dire, tout dans ce titre respire les années 90. Le gameplay est basique au possible avec des Schtroumpfs jouables qui peuvent uniquement sauter et utiliser leur attaque spéciale (presser un bouton ou deux simultanément selon le personnage). Il n’y a rien de plus.

Le Grand Schtroumpf lance des potions pour immobiliser les ennemis, tandis que Costaud se sert d’une altère qui fait boomerang ou que Farceur balance des cadeaux qui rebondissent. La Schtroumpfette peut planer, Maladroit fait des cabrioles, le Schtroumpf à lunettes peut sauter plus haut, etc. On commence avec trois Schtroumpfs et, au fil de l’aventure on en débloque, jusqu’à en avoir neuf jouables (dont la Schtroumpfette une fois le jeu terminé). La composition des niveaux est assez basique également, avec quelques plateformes, des baies bleues à récolter, des animaux ennemis qui n’ont qu’une seule action (peu d’espèces qui sont clonées et à peine modifiées) et des pièces en or à récolter pour débloquer des Schtroumpfs. Ces derniers sont ajoutés au village (qui fait office de menu pour accéder aux six univers) et ne servent absolument à rien d’autre. On a donc des modèles qui se débloquent, qui ne bougent pas et à côté de cela, on ne débloque strictement aucun bonus. Les enfants et autres fans auraient adoré avoir quelques planches de BD, des fiches détaillées sur les personnages, des artworks, bref tout élément donnant envie de finir le jeu. De la même manière, les développeurs ont ajouté trois défis différents pour chaque niveau, mais ceux-ci sont tellement optionnels et sans grande conséquence, qu’on en vient vite à les ignorer.

Retour dans les années 90




On ne va pas se le cacher, n’importe quel adulte qui va y jouer va trouver le jeu trop simple. Quant aux enfants, si les derniers niveaux leur demanderont d’être un peu plus concentrés, ils en viendront à bout sans mal. Que ce soit au niveau de la difficulté ou même des possibilités, on est loin d’égaler le jeu Les Schtroumpfs sorti en 1994 (titre terminé par le rédacteur alors qu’il n’avait que six ans et qu’il a ressorti pour la comparaison avec ce volet). Malgré tout, tout n’est pas à jeter non plus. Malgré ses mécaniques datées, Les Schtroumpfs 2 se laisse parcourir. On récolte les baies bleues pour s’assurer de ne pas avoir de Game Over. En effet, tant qu’on a au moins une baie bleue sur soi, on peut continuer à avancer sans crainte. Si on se fait toucher, notre stock de baies s’éparpille autour de nous, il faut alors en récolter au moins une. La fin n’intervient que lorsqu’on se fait toucher avec zéro baie en sa possession. Le système reprend simplement celui des anneaux de Sonic pour la comparaison. Autant dire qu’entre cela et la facilité sans nom de l’aventure, il est bien difficile de devoir recommencer un niveau, à moins de le faire exprès puisque même en tombant dans un trou, on peut poursuivre. Le Schtroumpf est embullé (comme dans un certain Rayman Origins) et il suffit de presser un bouton pour le désembuller.

Dans la pratique, cela permet aux plus jeunes de terminer les niveaux sans crainte, profitant simplement de l’aventure sans s’énerver à recommencer plusieurs fois un même niveau. Le calibrage du gameplay est également correct, avec des sauts qui se révèlent assez précis, des pouvoirs marrants à utiliser (durant un niveau, après ça devient supra répétitif), et les pièces en or à récolter demandent parfois de refaire le niveau avec un autre Schtroumpf, celles-ci étant inaccessibles sans le bon pouvoir, et donc le bon Schtroumpf. La progression est assez lente et les jeunes apprécieront l’aspect coloré du tout. Les personnages sont mignons et l’univers associé au film se retrouve bien dans le jeu. Hélas, les points négatifs refont vite surface… En effet, le titre est loin d’être beau, avec des graphismes dépassés, notamment au niveau des arrière-plans qui affichent tout de même un poil de détails, et les développeurs se sont loupés sur l’ajustement de la caméra. Celle-ci offre une perspective assez éloignée de l’action, ce qui a pour conséquence d’afficher un personnage quasi miniature. Or, relativement parlant, les rongeurs et les deux petites larves qui s’échappent lorsqu’on touche la grosse paraissent miniatures. Les plus jeunes butent un peu contre ces animaux qui, sans les faire mourir vu l’abondance desdites baies, les frustrent par rapport aux défis qu’ils veulent réaliser.

En prime, il y a deux niveaux à scrolling vertical qui ne sont absolument pas adaptés. On se retrouve souvent hors champ, devant attendre une caméra qui peine à progresser. Du coup, on se fait parfois toucher par des animaux qui ne sont pas à l’écran, ce qui est une fois de plus frustrant. Et ce n’est pas la durée de vie qui va relever le niveau puisqu’il faut 2 heures et demie pour en venir à bout une première fois, en récoltant un maximum de pièces et de baies pour un adulte ou un enfant un peu habitué aux jeux vidéo. Les autres n’excèderont pas les trois heures, tandis qu’un adulte amateur de jeux de plateforme flirtera avec la barre des deux heures. C’est ultra court, même pour un jeu à moins d’une quarantaine d’euros. Reste alors la coopération à deux, trois ou quatre joueurs pour passer un petit moment complice entre un parent et son/ses enfant(s) ou entre copains. Mais là encore, si la coopération à deux se révèle être bien taillée, dès que l’on a trois ou quatre Schtroumpfs à l’écran, la lisibilité en prend un sacré coup. Vu que les personnages rebondissent les uns sur les autres, cela peut vite devenir compliqué, notamment pour les bambins. Et ce n’est pas la Transchtroumpfation que l’on débloque en terminant le jeu une première fois qui va relever le niveau. Cette fonction permet simplement de changer de personnage jouable à la volée en utilisant les gâchettes. Ainsi, il suffit d’un deuxième run rapide pour pouvoir terminer le jeu à 100% (pour un habitué). Pour finir sur une note positive, signalons quand même que nous n’avons aperçu aucun bug.

Point complet
Cette adaptation du film Les Schtroumpfs 2 n’est pas foncièrement mauvaise dans le fond. Le jeu reste jouable, il n’y a pas de bug notable, il est ultra accessible et il se pourrait bien qu’un parent passe un bon moment avec son enfant en coopération malgré tout. Hélas, les quelques qualités de cet opus ne pèsent pas lourd par rapport aux défauts. Pas toujours bien adapté pour les enfants, trop facile pour les adultes, ultra basique sur absolument tous ses aspects, le titre se paie en plus le luxe de n’offrir qu’un contenu ridicule. Il n’y a aucun véritable bonus à débloquer, les Schtroumpfs non jouables peuplant le village sont inutiles et le zoom de caméra est mal calibré. Résultat des courses, on ne peut absolument pas vous le conseiller (surtout à une quarantaine d’euros) tant le jeu Les Schtroumpfs de 1994 (Megadrive, Snes…) ou encore la version de 1999 (PlayStation) lui sont largement supérieurs. Si vous voulez faire un jeu de plateforme avec votre enfant, optez clairement pour Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne qui malgré ses défauts est bien meilleur. Sinon, il vous reste toujours l’excellentissime Rayman Origins (coop jusqu’à quatre et parfaitement calibré pour tous les publics) ou sa suite à venir en fin de mois (Rayman Legends). Autrement, si c’est pour un jeu de plateforme à l’ancienne pas trop cher, attendez Castle of Illusion starring Mickey Mouse ou DuckTales Remastered ou prenez les versions digitales de Sonic.

On a adoré :
+ Bande-son honorable
+ Voix-off FR sympathique
+ L’univers des Schtroumpfs
+ Les dessins (cinématiques)
+ C’est coloré
+ Jouable malgré tout
+ Pas de bug notable
+ La coopération à 2…
On n'a pas aimé :
- A 3 et 4, ça manque de lisibilité
- Pas toujours adapté (enfants)
- Archi facile (adultes)
- Vraiment court (2 à 3H max)
- Les niveaux à défilement vertical
- Zoom de caméra mal calibré
- Ultra basique, dans tous les aspects
- Il y a 20 ans, on faisait mieux…
- Pas de réel bonus
- Schtroumpfs du village inutiles
- Pas vraiment beau
- Cher pour ce que c’est


Consulter les commentaires Article publié le 05/08/2013 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019