Test Left 4 Dead 2 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 210 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Left 4 Dead 2



Développeur
Valve Software
Distributeur
Electronic Arts
Genre
FPS
Statut
Disponible
Date de sortie
  19.11.2009
  17.11.2009
Nombre de joueurs
1 à 8
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
Classification PEGI
Thème
Horreur

Après un premier opus affichant des qualités évidentes, Valve Software s’est mis en tête qu’il pourrait être intéressant de sortir un Left 4 Dead 2 à peine près d’un an plus tard. A l’heure où l’accumulation de suites crée une sorte de saturation pour bien des joueurs, les développeurs s’engageaient dans une voie risquant sans aucun doute de décevoir les fans de la série. Mais vu le talent du studio, pouvions nous vraiment redouter leur travail ? Ont-ils réussi à développer une véritable suite plus qu’une version 1.5 laissant un arrière-goût de grosse mise à jour ?

Une suite facile




Produire une suite en une seule année est une tâche ardue, même si tous les outils de développement ont déjà été créés. La plupart du temps, les développeurs se contentent du minimum syndical pour justifier l’achat d’un nouvel épisode. Fort heureusement, Valve Software ne s’est pas reposé sur ses lauriers et nous propose un second volet qui bénéficie de nombreuses petites améliorations. Certes aucune évolution majeure n’est à noter, le concept ne changeant pas d’un iota, mais les nouveautés sont bel et bien là. Comme nous l’avons indiqué, le titre ne change pas d’orientation. Il s’agit toujours d’incarner l’un des quatre survivants plongés en plein cauchemar au milieu de hordes de zombies. Leur périple se transforme petit à petit en longue aventure puisque nos chers amis traversent des décors variés, allant de champs de maïs à des villes surpeuplées, en passant par des usines désaffectées, des marais ou encore une fête foraine. Les références au cinéma sont nombreuses et c’est tant mieux. D’ailleurs, on note d’entrée de jeu que le soft est globalement plus grand guignol que son aîné, avec un côté série B jouissif, des blagues bien grasses et des décors archi-stéréotypés.

Cependant, le casting a été entièrement revu puisque les quatre survivants du premier volet ont laissé leur place à quatre autres. L’un dans l’autre, ça ne change pas grand-chose puisqu’ils ne sont pas beaucoup mis en avant. On dira juste qu’on regrette la disparition de certains personnages marquants (Zoey ?) et qu’on approuve l’apparition d’autres plus rigolos. Pas de quoi en faire tout un fromage en tout cas puisque les modèles concordent globalement et ont été conçus pour se remplacer. En revanche, ce qu’on apprécie nettement plus, c’est la diversité des zombies. Les modèles de morts-vivants sont beaucoup plus nombreux et affichent surtout des localisations d’impacts plus réalistes et plus gores. Chaque coup porté à un ennemi arrache une certaine quantité de peau qui est éjectée sur le sol. Les impacts sur les corps sont plus visibles et le côté gore mieux mis en avant. Quant aux ennemis plus originaux, on constate l’apparition de zombies intermédiaires qui sont sensiblement plus puissants que les zombies classiques mais loin d’être aussi résistants que les infectés. Ainsi, il est désormais possible d’affronter des clowns effrayants qui bondissent sur vous, des créatures des marais qui rampent à toute vitesse ou encore des gardes nationaux, rembourrés avec leur gilet par balles, qui sont beaucoup plus résistants que leurs semblables.

Du côté des infectés que l’on peut contrôler en Versus et affronter en coopération, on retrouve également quelques nouveautés, comme le Spitter qui vous crache de l’acide à la figure, le Jockey qui vous saute sur le dos et vous empêche de tirer ou encore le Charger qui comme son nom l’indique vous charge à toute vitesse et vous emmène parfois à plusieurs centaines de mètres de vos alliés, vous isolant ainsi du groupe et provoquant une hystérie dans vos rangs. Dans l’ensemble, le jeu est donc plutôt généreux en petites nouveautés et s’avère nettement mieux conçu que son aîné en matière de sensations fortes et de level design. Certains passages sont tout simplement dantesques puisque les ennemis sont beaucoup plus nombreux que dans L4D1 et que les développeurs se sont donnés du mal pour vous faire ressentir de l’angoisse. Au niveau des autres nouveautés très sympathiques, on remarque l’apparition de conditions météorologiques et de scènes de « camping ». Dans le premier cas, il vous arrivera au cours de l’une des cinq campagnes (composées elles-mêmes de cinq niveaux) de devoir évoluer en plein milieu d’une tornade. Celle-ci rend vos déplacements beaucoup plus lents et surtout elle limite la visibilité, ce qui a pour effet de rendre l’aventure encore plus stressante.

Une version ++ au tarif démesuré




Dans le second cas, il s’agit en fait de passages où le joueur doit tenir une zone durant un certain laps de temps. Dans le premier L4D, ces passages existaient déjà, mais dans cette suite, ils prennent parfois un épisode complet… Pour le reste, on note également l’apparition d’une campagne supplémentaire, de « bonus » qui permettent par exemple d’acquérir une visée laser ou encore des armes pour les corps à corps, littéralement jouissives, du moins si vous les découvrez. Celles-ci s’avèrent d’ailleurs assez variées et disposent chacune de leurs avantages et défauts. Mieux rythmé et plus complet que son aîné, L4D2 souffre pourtant de défauts similaires. On regrette tout d’abord que le contrôle des infectés soit toujours aussi moyen. Cela reste jouable mais les sensations de jeu ne sont pas vraiment là. Autre point gênant, les campagnes sont toujours aussi courtes. L4D2 est plus long que le premier, mais il demeure relativement court comparé à d’autres FPS. Cela dit, la rejouabilité est énorme, d’autant que de nouveaux modes de jeu ont fait leur apparition ! Outre le mode Survie, qu’on avait découvert dans le DLC du premier volet, on peut désormais jouer à un mode coopératif qui nous propose de ramener de l’essence à une voiture.

En gros, il s’agit d’un skin d’un mode VIP, archi-simpliste et peu enthousiasmant. Ce qui l’est un peu plus, c’est le mode Versus qui propose des combats en équipe dans la campagne. Concrètement, les infectés spéciaux sont remplacés par des joueurs humains qui renaissent à chaque décès… Inutile de dire que le challenge peut être ardu si les joueurs sont bons ! Enfin, et c’est sans doute ce qui donnera le plus de piment aux parties, il est possible de jouer en mode réaliste. Ce dernier s’avère bien savoureux et hardcore puisque plus aucune indication n’apparaît dans le jeu. Concrètement, les quatre alliés évoluent dans le niveau mais ne peuvent pas se voir à travers les murs et ignorent lorsque l’un d’eux est attaqué. C’est nettement plus stressant et prenant que le mode classique ! Malgré tout, l’aspect 1.5 du titre est un peu dérangeant, surtout en raison de son prix de vente. Proposé à moitié prix, L4D2 aurait sans aucun doute convaincu plus de joueurs, en faisant mieux passer la pilule. En l’état, il demeure un excellent jeu, plus complet, plus joli et plus diversifié que le premier, et ce même si la suite était plutôt facile.

Point complet
Même s’il s’avère nettement meilleur que ce à quoi on s’attendait, Left 4 Dead 2 n’est pas une totale réussite. Valve Software est parvenu en une maigre année à nous proposer un second volet d’excellente facture qui améliore la majorité des qualités de son aîné, s’offre des graphismes sensiblement plus jolis, une meilleure durée de vie et plus de contenu, mais qui souffre sans aucun doute de sa sortie trop rapide. Par conséquent, nombreux seront les frustrés qui rétorqueront que le titre aurait dû sortir à moitié prix, voire à 40€ tout au plus, au lieu du tarif habituel. Toutefois, ceux qui ont goûté au premier opus, comme ceux qui n’y ont pas encore touché, découvriront une expérience de jeu encore plus jouissive qui dépasse tout ce qu’on a pu voir à ce jour en matière de coopération.

On a adoré :
+ Plus complet que son prédécesseur
+ La coopération en ligne
+ Les nouveaux ennemis
+ Excellente bande sonore
+ Graphismes plus jolis
+ Il y a de quoi s’amuser !
On n'a pas aimé :
- Un peu cher
- Le contrôle des infectés
- Aspect 1.5 dérangeant


Consulter les commentaires Article publié le 18/12/2009 par Etienne F.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019