Test Le Parrain - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 208 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Le Parrain



Développeur
Electronic Arts
Genre
Action Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  21.09.2006
  19.09.2006
  25.01.2007
Nombre de joueurs
1
Online
- Contenus
Classification PEGI
Résolutions gérées
720p, 1080i
Son
5.1
Prix de lancement
69,00 €

Trente quatre ans après le début de la saga du Parrain, Electronic Arts se décide enfin à faire revivre cette glorieuse trilogie créée par Francis Ford Coppola. Et pour cette entrée en matière dans l’univers du jeu-vidéo, Le Parrain s’affiche sous la forme d’un GTA-like d’époque. Une orientation rudement bien imaginée par Electronic Arts, même si on a bien souvent l’impression que Le Parrain lorgne un peu trop du côté de Mafia : City of Lost Heaven… Et pour fêter dignement le passage à la Next-Gen, le géant mondial du jeu-vidéo a décidé de revoir sa copie en lui ajoutant du nouveau contenu et en améliorant le moteur graphique du jeu. Simple transition ou véritable bras de fer ? La réponse dans notre test complet !

Le parrain, c’est toi !




Famille, respect, loyauté. Trois mots, trois principes qui sont chers à la famille Corleon, toujours en guerre contre les autres familles mafieuses de New-York. Il faut dire que ces derniers temps, il y a eu une certaine recrudescence du crime à la Big Apple. C’est dans cet univers mafieux des années 45-55 que l’histoire du Parrain commence, dans la peau de l’un des hommes de main du parrain, qui devra faire ses preuves avant de monter au sein de l’organisation pour, qui sait, devenir un jour le chef.

Globalement, Le Parrain : The Game reprend l’entièreté de la trame scénaristique du film et se permet même quelques passages inédits. De ce point de vue là, Electronic Arts a fait un excellent travail. De même que le choix de faire un jeu sous la forme d’un GTA-like était risqué pour EA puisqu’il s’agit de leur premier jeu dans le genre. Fort heureusement, le pari est clairement réussi.

Le jeu commence avec la création de votre personnage, très complète, comme à l’habitude du géant américain. Visage, cheveux, vêtements, tout ou presque est paramétrable et vous arriverez à créer votre personnage idéal en un temps record. A noter que vous pourrez changer aussi souvent de vêtements que vous le désirerez grâce à l’argent gagné au fil des missions. Passé cette pré-phase de jeu, l’aventure débute enfin. D’entrée de jeu, on remarque que l’univers de Coppola a été merveilleusement bien reproduit. Les décors sont immenses, l’atmosphère pesante et le rythme de jeu assez soutenu. On ne tarde d’ailleurs pas à enchaîner les missions, très variées, qui sont entrecoupées de nombreuses cinématiques qui viennent ponctuer l’aventure. Le jeu se découpe en général en 3 phases de jeu : des courses-poursuites en plein centre de New-York, des interrogatoires musclés et des phases de tirs ou de combats au corps à corps. Ces trois types de gameplay donnent au jeu une ambiance unique, et permettent surtout de varier les plaisirs, ce qui est plutôt appréciable dans ce type de jeu…

Mais le gros intérêt de ce jeu réside sans aucun doute dans l’ambiance très sombre qui pèse sur le joueur. Vous n’êtes pas gentil, vous êtes même très méchant… Et dans ce rôle il faut être crédible, un peu comme Tarantino dans Une nuit en Enfer. Ainsi, de nombreuses missions vous demanderont de passer à tabac un commerçant, de racketter voir même de soudoyer des informations ou encore de graisser la patte à des policiers véreux… Ca vole bas, très bas même parfois. Outre ces agissements, vous pourrez effectuer divers hold-up, attaquer des fourgons, détruire des commerces, etc, etc… Tout est bon pour devenir le patron !

Côté jouabilité, le Parrain s’en sort plutôt bien. Il faut dire qu’en matière d’exemple à suivre, on fait difficilement meilleur que GTA! Aucune phase de jeu ne souffre de réelle tare. En fait, il faut juste comprendre le principe et mémoriser les touches. Une fois cette étape passée, vous n’aurez aucune difficulté à faire imposer votre loi dans New-York. C’est d’autant plus réjouissant que la durée de vie du Parrain est énorme, avec des tas de missions principales et des dizaines de dizaine de missions annexes. Il y a de quoi faire, d’autant plus que les objectifs sont très variés et incitent vraiment à continuer l’aventure.

Deux gros bémols tout de même à souligner au niveau du contenu de ce soft : la qualité de l’IA tout d’abord, proche de l’exécrable et la ressemblance très marquée avec le jeu de Gathering : Mafia City of Lost Heaven. Il est en effet difficile de ne pas comparer les deux softs tellement le Parrain lorgne du côté de Mafia. Et dans la comparaison, c’est le jeu de Gathering qui l’emporte haut la main, et ce, malgré toutes les bonnes idées que propose le jeu d’EA. Et c’est d’autant plus dérangeant que Mafia est sorti il y a déjà plus de deux ans sur PC…

Au niveau des nouveautés de cette version Xbox 360, on retrouve quelques missions supplémentaires assez sympathiques mais n’apportant malheureusement que très peu d’intérêt. Rien de renversant en somme…

Mafia 2




D’un point de vue technique, le Parrain plagie une fois de plus à tout va le jeu Mafia. C’est bien simple, pour peu, on aurait presque l’impression de jouer au même jeu… mais avec un décalage de deux ans entre. La grosse différence entre le Parrain et Mafia, c’est que Mafia, si il était sorti sur PC de nos jours, aurait sans aucun doute été plus abouti graphiquement. Cet énorme retard technique chez Electronic Arts est sans aucun doute dû à la stratégie de l’éditeur, une stratégie qui commence à être un peu révolue au vu des résultats financiers du Parrain, loin d’atteindre les résultats escomptés. Du multiportage à toutes les sauces, il faut se le farcir, et quand on sait que techniquement la Xbox 360 est nettement plus puissante que les supports Current Gen, on se dit qu’on était en droit d’en attendre plus. Les améliorations graphiques d’une génération à l’autre sont minimes ; juste quelques pixels de plus et des effets visuels légèrement plus aboutis. Pas de quoi crier au génie donc. Et c’est d’autant plus regrettable que les joueurs devront débourser le prix plein pour découvrir ce titre, soit 60€. Ca fait cher payer le vieux titre poussiéreux !

Enfin, pour ce qui est de la bande sonore, EA a une fois de plus mis les bouchées doubles. Les bruitages sont excellents, les musiques très bien adaptées à la période que vous traversez et les voix françaises ont été doublées par de véritables acteurs. Une prouesse qui offre au jeu une ambiance unique.

Point complet
Après un bref passage sur consoles Current Gen, pas nécessairement bien accueilli par la presse internationale, Le Parrain revient dans une version Next-Gen presque entièrement identique au jeu d’origine. Enorme retard technique, clipping, manque de variété et mauvaise gestion des caméras entèrent définitivement un titre qui aurait mérité une sacrée remise à jour pour sa sortie sur Xbox 360. Malheureusement, les voies impénétrables du marketing et du profit ont parlé : à vous de ne pas y succomber !

On a adoré :
+ L’ambiance du film bien retranscrite
+ Excellente bande son
On n'a pas aimé :
- Beaucoup de clipping
- Peu de variété dans les véhicules
- Honteux pour une console Next-Gen !
- Un mauvais système de caméras
- Du portage pur et dur, sans grosses nouveautés


Consulter les commentaires Article publié le 11-11-06 par Etienne F.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019