Test Joy Ride - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 326 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Kinect Joy Ride



Genre
Arcade Course
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.11.2010
  04.11.2010
Nombre de joueurs
1

L’histoire de Joy Ride commence en juin 2009 lors de l’E3 où il est annoncé comme un jeu Xbox Live Arcade allant être proposé gratuitement aux joueurs. Bien entendu, pour récupérer un peu d’argent, Microsoft Games avait prévu de mettre en ligne des DLC payants pour ceux qui auraient souhaité poursuivre l’expérience. Un an plus tard, l’éditeur revenait sur ses paroles et signalait que le titre serait finalement proposé en version plus étoffée jouable uniquement avec Kinect et vendue bien entendu à une cinquantaine d’euros. Si l’annonce est mal passée pour beaucoup de joueurs, il suffisait que les petits gars de BigPark proposent une bonne expérience et suffisamment de contenu pour rattraper le coup. Est-ce le cas ?

Un jeu XLA maquillé




Oubliant la communication plutôt foireuse autour de Joy Ride, nous lançons la galette avec l’espoir de profiter d’un titre offrant une bonne dose de fun et exploitant le nouvel accessoire à détection de mouvements. Première impression plutôt positive, dès l’arrivée sur le menu, on constate que plusieurs modes de jeu ont été intégrés. On peut donc disputer des Courses Pro et Courses Batailles (en local ou en ligne) qui ne se différencient finalement que par un seul élément : l’ajout de quelques items à la Mario Kart, pas originaux pour un sou, en mode bataille. Sept environnements au design plus ou moins inspiré sont à découvrir, quelques raccourcis ont été ajoutés pour pimenter un poil les parties et les courses se débloquent au fur et à mesure de la progression grâce à un système de fans. Pour faire simple, il y a plusieurs façons de gagner des fans, chaque mode permettant d’en remporter. Scores à améliorer, cascades, jetons à collecter et autres défis à relever, c’est extrêmement simpliste mais suffisant au final pour induire une certaine progression. Précisons toutefois qu’il vaut mieux avoir des amis sous la main pour jouer en local, ce qui est plus amusant. Il en va malheureusement de même pour les parties en ligne, le mode online étant relativement peu convoité en plus d’être des plus minimalistes.

Pour en revenir aux modes de jeu, nous avons aussi le droit à un mode Cascade demandant d’effectuer des figures imposées dans un temps imparti. Mettant un minimum en avant les capacités de reconnaissance de Kinect, cette partie du jeu reste bien peu exploitée avec ses deux pauvres défis et fait finalement office d’accessoire sympathique deux minutes mais sans plus. Le mode Sprint, quant à lui, nous place sur une route à trois voies parsemée d’obstacles. Le but est donc de rejoindre l’arrivée le plus rapidement possible en évitant les éléments gênants. Là encore, le tout s’avère rigolo pendant une dizaine de minutes mais bien lassant au final. Les modes Casse (déraper pour détruire certains éléments en essayant de faire des combos pour marquer un maximum de points) et Cascade (profiter de rampes pour faire décoller son véhicule et réaliser de multiples figures tout en récoltant des items de bonus) apportent une touche de fantaisie au tout mais se révèlent eux aussi bien limités au final, et ce malgré le fait qu’ils soient plutôt distrayants dans le cadre d’une petite soirée avec des amis. Le problème majeur des trois derniers modes cités, c’est qu’ils ne sont en réalité jouables qu’avec deux environnements différents pour chacun. En effet, si les développeurs ont essayé de maquiller le tout en mettant en avant plusieurs « circuits », on se rend très vite compte qu’il n’ont en fait que recyclé les niveaux en apposant une difficulté supplémentaire ou en modifiant un élément ci et là parmi les items.

Un potentiel purement gâché




Du coup, en progressant, on a l’impression de faire et refaire les mêmes parties, ce qui matraque le fun que peut procurer le titre à moyen terme. Ce manque relatif de contenu pour un jeu boîte à une cinquantaine d’euros et d’autant plus rageant que l’on distingue déjà très clairement une option pour récupérer des DLC ! Seuls les amateurs de High Scores arriveront à passer outre, quoique… Une option avec quelques réglages aurait été plus judicieuse. Au niveau des déceptions, on note aussi un menu certes joli mais à la navigation plutôt lourde (une manette aurait été bien plus efficace), surtout que l’on passe parfois plus de temps dans le menu qu’à jouer (cela se ressent fortement en Sprint), ainsi que des véhicules au comportement similaire. Si on peut saluer l’effort de proposer plusieurs véhicules aux designs variés, déclinés en plus en plusieurs versions à débloquer, on ne peut que regretter qu’il ne s’agisse au final que de simples skins. En revanche, il faut reconnaître que l’intégration des Avatars est plutôt bien faite et que le titre reste « mignon » dans l’ensemble, ce qui plaira assurément aux plus jeunes. Niveau musical, le constat est plus mitigé avec des musiques correctes mais tellement peu variées qu’elles finissent pas être rapidement répétitives. Précisons aussi que quelques récompenses à l’utilité discutable sont à débloquer et que le soft profite de la caméra pour prendre des photos de nous lors de moments forts afin que nous puissions les partager par la suite.

Enfin, il reste à aborder l’aspect gameplay de ce Joy Ride. Celui-ci est extrêmement simpliste puisqu’il s’agit de tendre les mains en simulant l’utilisation d’un volant pour savoir jouer, l’accélération et le freinage étant automatisés. Suffisamment simple à comprendre pour les enfants, cette action est tout aussi frustrante pour tous les autres. En effet, on se contente de rester debout, bras tendus, et de subir en quelques sortes la course en essayant de diriger quelque peu le bolide, ou du moins de prendre les virages et d’éviter les obstacles. Quelques subtilités (à dire très vite en toussant) sont de la partie, à commencer par la possibilité de se pencher à droite ou à gauche pour déraper, celle de ramener les bras vers soi pour accumuler du boost, puis de les tendre à nouveau pour l’utiliser, ou encore celle de se tortiller pour faire quelques cascades dont l’exécution sera laissée à l’appréciation de tout un chacun. Il est difficile de faire plus simple et, si après quelques tours de piste on arrive à maîtriser à peu près sa trajectoire, on se rend quand même compte que la précision n’est pas toujours au rendez-vous, notamment lors de l’utilisation du turbo ou lorsqu’on on bouge un bras plus que l’autre, etc. Au final, vu la simplicité du gameplay, on tend quand même à penser que l’intégration de Kinect, correcte tout de même dans l’ensemble, a été un poil bâclée. Le fun procuré lors de courtes sessions de jeu se transforme en frustration et/ou en déception au fil de la progression.

Point complet
Si Joy Ride n’est pas forcément des plus mauvais, il faut bien reconnaître qu’il se révèle être une grosse déception. Outre la communication désastreuse autour du titre (promesse d’un jeu XLA gratuit oubliée au profit d’un jeu Kinect à une cinquantaine d’euros), on se rend très rapidement compte qu’il ne s’agit en fait que d’un titre arcade maquillé en jeu boîte. Online minimaliste (et peu convoité), bande sonore légère et lassante, navigation dans les menus pesante, voitures déclinées en simples skins sans incidence sur la conduite, environnements recyclés et peu variés, voilà déjà un bel éventail de défauts qui entachent l’expérience. Mais le pire, c’est assurément le fait que le gameplay, extrêmement simpliste, n’ait pas été peaufiné, certaines imprécisions se faisant sentir, sans compter quelques soucis de reconnaissance et la position à tenir qui n’est que peu agréable passée les dix à quinze minutes de jeu. Au final, le soft de BigPark se trouve être un titre mignon offrant une dose de fun pour de courtes sessions, seul ou avec des amis, mais sans jamais plus. Il est bloqué au stade de jeu au potentiel totalement gâché et au rapport contenu/prix abusé.

On a adoré :
+ Plusieurs modes de jeu
+ Mignon dans l’ensemble
+ Les raccourcis des pistes
+ Photos des moments forts
+ Fun pour de courtes sessions
+ Très accessible…
On n'a pas aimé :
- Mais trop simpliste
- Pauvre en contenu au final
- Environnements recyclés
- Des imprécisions
- Frustrant à moyen terme
- Navigation pesante
- Bande sonore lassante
- Online minimaliste


Consulter les commentaires Article publié le 13/11/2010 par Vincent P.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020