Test Kinect Héros : Une Aventure Disney-Pixar - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 218 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Kinect Héros : Une Aventure Disney-Pixar



Développeur
Asobo Studio
Genre
Mini-jeux (Party Game)
Statut
Disponible
Date de sortie
  23.03.2012
  20.03.2012
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI
Prix de lancement
49,00 €

Afin d’enrichir un peu plus le catalogue des jeux Kinect de la Xbox 360, les petits bordelais d’Asobo Studio ont planché sur un titre visant en priorité les plus jeunes. Placé sous la coupe de Microsoft Studios, Kinect Héros : Une Aventure Disney-Pixar promet de retrouver cinq univers célèbres à parcourir en solo ou avec un ami à ses côtés. Reste tout de même à voir si les développeurs ont fait du bon travail, si la reconnaissance est bonne et si le contenu est satisfaisant…

Il est où le contenu ?




Avant de se lancer dans l’aventure, il faut passer par la phase de création de notre personnage. Pour cela, les développeurs ont utilisé les capacités de Kinect afin de scanner notre corps et notre visage. Il suffit de choisir le sexe du personnage, s’il porte ou non des lunettes (avec éventuellement la couleur de la monture), la couleur des yeux ou encore la longueur des cheveux. L’idée est bonne et on apprécie vraiment le fait que le scan tienne compte de la couleur de nos vêtements lors de la création des héros que l’on va incarner (une voiture, un rat, un super héro, un jouet et un scout, en plus d’un enfant). En revanche, on regrette que le résultat final soit extrêmement aléatoire. Autant il peut être assez ressemblant, autant il peut être aux antipodes de la personne scannée. Pour l’exemple, malgré notre peau rappelant la couleur d’un cachet d’aspirine et nos cheveux très courts, nous avons terminé avec un petit garçon à la peau mate avec une sacrée touffe de cheveux. Cela dit, la navigation dans les menus est vraiment très agréable, notamment grâce à la présence de la reconnaissance vocale qui se révèle être des plus efficaces. Afin de mettre en scène les cinq univers représentés, à savoir Toy Story, Cars, Là-Haut, Les Indestructibles et Ratatouille (on regrette l’absence de quelques autres incontournables de Pixar), Asobo Studio a opté pour la mise en place d’un parc d’attractions.

Ainsi, le joueur arrive au Pixar Park qui dispose d’une partie centrale, avec quelques enfants, autour de laquelle sont disposés les « quartiers » représentant les univers cités. Pour s’y déplacer, il suffit d’agiter les bras pour mettre en mouvement notre personnage et de tourner les épaules pour s’orienter. Le système paraît intuitif mais il n’est pas toujours efficace, à tel point que l’on se met au final à courir sur place pour que la reconnaissance fonctionne bien. L’idée de proposer un parc d’attractions dans lequel le joueur peut se déplacer est très bonne, mais lorsqu’on enlève toute interaction possible, excepté lorsqu’on s’approche d’une grosse pastille pour parler à un enfant et lancer une aventure, on entraîne une certaine déception. D’une manière générale, le contenu fait extrêmement défaut au jeu, surtout lorsqu’on voit qu’il est affiché à une cinquantaine d’euros. En effet, chaque univers se compose de seulement trois niveaux qui se terminent en trois à six minutes. Au final, on se retrouve avec quinze épreuves qui sont bouclées en 1 heure et des poussières. Pour rallonger artificiellement cette durée de vie ridicule (à ce prix-là), les développeurs ont rajouté à chaque niveau un système de scoring lié à une barre de progression. Concrètement, selon le nombre de pièces ramassées durant l’activité et le temps mis, le joueur obtient un score, qui incrémente une jauge permettant de débloquer des aptitudes supplémentaires, la possibilité de faire intervenir un nouveau personnage, des défis secondaires assez anecdotiques (c’est juste pour grossir le score en rejouant) et un set d’images à consulter dans la partie bonus.

C’est extrêmement maigre, surtout qu’il suffit de jouer trois fois à chaque niveau pour tout débloquer. Au final, on fait le tour complet du jeu en à peine plus de trois heures. Même s’il est destiné aux enfants, il faut bien avouer que les développeurs ont fait le strict minimum syndical, et encore… A croire qu’ils pensaient arriver à duper les gamins… Le seul bon point, c’est que les aptitudes supplémentaires sont plutôt sympathiques et qu’elles permettent de découvrir des chemins alternatifs, assez nombreux. Au niveau du gameplay, l’univers de Cars nous demande de conduire un véhicule en mimant les gestes que l’on ferait avec un volant, en écartant les bras pour planer ou encore en se penchant pour activer le turbo (position inconfortable à la longue), sans compter l’utilisation du missile ou le tour sur soi-même pour engranger plus de pièces à certains endroits. C’est vraiment intuitif, c’est plutôt fun et c’est assez précis. Les sensations sont assez bonnes et on s’amuse vraiment, même s’il vaut mieux éviter de faire les trois activités de l’univers d’un coup à cause de la position un peu éprouvante à force.

C’est parti pour l’aventure !




Du côté des quatre autres univers, malgré les habillages qui les différencient vraiment, on remarque que le schéma de chaque aventure et les actions sont strictement identiques : passages en véhicule, progression en courant sur place, sauts, orientation du personnage lors d’une glissade, éléments à attraper/activer, esquives, équilibre (sur un fil ou dans les airs) ou encore escalade, voilà ce que l’on retrouve pratiquement à chaque fois. Il faut singer les mouvements, la reconnaissance est plutôt bonne et reste assez permissive pour éviter de frustrer les bambins. Par contre, elle accuse quelques imprécisions parfois rageantes pour les plus jeunes, notamment au niveau des sauts et lors des phases demandant de nager (le passage dans les égouts de l’univers de Ratatouille a été un vrai calvaire pour l’enfant qui a essayé le jeu avec nous). Cela dit, hormis ce niveau, l’enfant en question s’est plutôt bien amusé, sans pour autant gommer le sentiment de répétitivité induit par ce recyclage constant des actions. Du côté des adultes, ce sentiment est accentué encore plus vite. Notez quand même que les activités sont assez physiques au final. Reste que pour de courtes sessions de jeu, le titre reste assez plaisant, surtout en coopération en local avec un ami. Niveau visuel, ce Kinect Héros : Une Aventure Disney-Pixar souffle le chaud et le froid.

D’un côté, le jeu est coloré, les personnages ont été modélisés avec un certain soin, certains jeux de lumière sont très appréciables et il y a des passages visuellement très agréables. D’un autre côté, il y a beaucoup d’aliasing, certaines textures sont dépassées et on trouve des éléments du décor assez moches. D’une manière générale, disons que le rendu reste appréciable, notamment grâce à la direction artistique qui rend vraiment hommage aux univers visités. Du côté sonore, les musiques font leur office, on retrouve certains doubleurs français et les voix des enfants collent parfaitement. Dommage que les doublages finissent par devenir très répétitifs. Il n’empêche que les têtes blondes, comme les parents, arriveront à s’immerger dans les univers et à réellement prendre part à l’aventure, surtout que les introductions sont soignées et qu’on est toujours accompagné d’un personnage (I.A. ou autre joueur). Terminons en signalant qu’il y a une option de scan permettant d’obtenir quelques bonus, même si nous ne savons pas encore ce que l’on peut scanner (certainement des produits dérivés à venir comme avec Kinectimals…), que le jeu est accompagné d’un disque contenant des démos et des vidéos d’autres softs et qu’il y a en bonus un code pour récupérer 160 MSP.

Point complet
Dans le fond, Kinect Héros : Une Aventure Disney-Pixar devrait réussir à séduire les enfants, grâce à un gameplay intuitif et permissif, malgré certaines imprécisions, et à la présence des personnages des cinq univers visités. Malgré tout, le titre est à réserver dans le cadre de courtes sessions de jeu, surtout qu’il est assez physique, notamment lorsque votre bambin reçoit un(e) ami(e) pour jouer en coopération. Par contre, vu le contenu rachitique, le recyclage intensif et tous les autres défauts déjà soulignés, mieux vaut trouver le jeu à une quinzaine d’euros pour ne pas regretter son achat… A moins de vraiment vouloir faire plaisir à sa progéniture en évitant un scandale en plein magasin. Dommage qu’Asobo Studio se soit contenté du strict minimum syndical, sans penser à vraiment exploiter l’idée du parc d’attractions. Dans la même idée, les images à débloquer font office de bonus vraiment très futiles vu la richesse des univers.

On a adoré :
+ Univers respectés
+ Aptitudes, etc. à débloquer
+ La reconnaissance vocale
+ Assez immersif et physique
+ Bande sonore réussie
+ Fun sur de courtes sessions
+ Assez permissif pour les enfants
+ Gameplay plutôt intuitif
+ Intro des aventures agréable
+ La coop avec un ami (local)
+ Reconnaissance assez bonne…
On n'a pas aimé :
- Malgré certaines imprécisions
- Le rapport contenu/prix…
- Et la replay value discutable
- Où sont les autres licences Pixar ?
- Du recyclage à tours de bras
- Création du perso aléatoire
- Aucune interaction dans le parc
- Graphiquement inégal


Consulter les commentaires Article publié le 31/03/2012 par Vincent P.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019