Test International Cricket 2010 - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 298 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

International Cricket 2010



Editeur
Codemasters
Développeur
Trickstar Games
Genre
Sport
Statut
Disponible en Europe
Date de sortie
  18.06.2010
  2010
Nombre de joueurs
1
Classification PEGI

Depuis quelques années, Codemasters est le seul éditeur à se risquer au développement de jeux de cricket. Après une cuvée 2009 de qualité, le géant anglais revient avec un nouvel opus, intitulé cette fois International Cricket 2010, en bouleversant complètement la licence avec un nouveau moteur graphique, un nouveau gameplay et un contenu entièrement revu. Le jeu en vaut-il la chandelle ?

La simplicité ne paye pas toujours…




Amateurs de cricket, l’heure est à la désillusion. Avec sa mouture 2010, Codemasters a en effet décidé d’adopter une orientation plus casual pour sa série fétiche, qui a d’ailleurs changé de nom par la même occasion. D’entrée de jeu, on se rend compte que le soft est plus lourd à jouer. Les tutoriaux sont encore plus ennuyeux et longs que dans le passé et les néophytes devront obligatoirement passer par là pour comprendre toutes les règles et effectuer l’une après l’autre chacune des actions possibles dans ce sport qui est en fait la variante anglaise du baseball, pour vulgariser le concept. Grosso modo, chaque équipe envoie ses batteurs à tour de rôle, qui ont ensuite le privilège de battre les balles que le lanceur leur envoie pour les envoyer le plus loin possible afin d’engranger le plus de points en courant d’une base à l’autre. De l’autre coté, l’équipe qui s’occupe du lancer doit tenter de récupérer la balle le plus tôt possible et de l’envoyer de sorte que l’autre rate le tir. Rien de très palpitant par défaut, et encore moins en pratique puisque les contrôles sont peu réactifs, lents et atrocement mous. A vrai dire, notre joueur est pratiquement sur un rail dans cette édition 2010, peu importe quel poste il occupe. Il suffit d’appuyer sur un bouton pour se mettre en position de lancer, puis d’appuyer sur le bon bouton et dans la bonne direction au bon moment pour lancer, et inversement pour battre.

Une fois le concept assimilé, il devient très vite facile de faire des high score et de pulvériser les quelques équipes au monde qui connaissent ce sport (c'est-à-dire une poignée de pays anglo-saxons, quelques pays africains et les Pays-Bas). La seule difficulté du jeu vient du timing. Si vous battez trop tard, vous laissez passer la balle, si vous battez trop tôt, vous ne l’envoyez pas correctement. Le reste est d’une évidence terrifiante. Dans un tel contexte on se demande sincèrement pourquoi Codemasters a décidé de changer complètement le gameplay d’Ashes Cricket pour se concentrer sur une espèce de QTE (si on peut dire, puisqu’il s’agit de choisir sa forme de frappe avant de battre) et un bon timing, d’autant plus que le pointeur indique la direction du lancer et dans l’autre sens l’endroit exact où la balle retombera. Comment était-il possible de simplifier encore plus la chose ? C’est simple, il suffisait d’ajouter un système de couleurs pour vous indiquer quand lancer ou battre de manière optimale, de telle sorte que le joueur n’ait même plus besoin de réfléchir. Ces quelques indications, couplées au gameplay archi simpliste de cette édition 2010, plombent littéralement le soft et le rendent pratiquement inintéressant pour les amateurs de simulation.

Que reste-t-il donc à sauver dans tout ça ? Tout d’abord, on reconnaît au soft ses qualités techniques, qu’il s’agisse de l’ambiance dans le stade, de la réalisation globale du soft, superbe, avec des modélisations des joueurs excellentes, mais également ses nombreux modes de jeu tant en solo qu’en multijoueur. Le joueur peut participer à la compétition qu’il souhaite, jouer avec une équipe ou plusieurs, personnaliser chaque compétition, jouer à quatre hors ligne en duel ou en coopération, ou à deux en ligne, le tout sans lag. Dans le même registre, on ne peut qu’apprécier la présence de la plupart des licences officielles qui rendent le titre encore plus réaliste. Enfin, la nouvelle caméra au cœur de l’action rend le jeu un poil plus nerveux, enfin lorsque l’on batte. Pour le reste, le soft perd un peu en rapidité et en fun et, bien qu’il soit « arcadisé », il demeure moins agréable à jouer qu’Ashes. Dommage que tout cela ne soit pas mis en avant par un gameplay de qualité, car outre les énormes erreurs de prise en main, le soft ne souffre finalement que de ses menus trop austères et de ses tutoriaux ennuyeux.

Point complet
Sans jamais parvenir à retranscrire les sensations du sport d’origine, International Cricket 2010 casualise la licence Ashes, qui était pourtant déjà assez accessible, avec des features ajoutées pour vous simplifier la vie. Certes, c’est beau, bien pensé et le soft offre des modes de jeu en pagaille et un mode multijoueur ultra complet, mais on finit vite par s’ennuyer devant un jeu aussi simple d’accès, mou et facile. Dommage, car les bases sont là et, en la matière, Ashes faisait déjà beaucoup mieux.

On a adoré :
+ Des graphismes de qualité
+ Mode multijoueur complet…
+ Qui tient la route
On n'a pas aimé :
- Menus austères
- Gameplay mou
- Trop facile
- Tutoriaux ennuyeux


Consulter les commentaires Article publié le 14/07/2010 par Etienne F.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020