Test IL-2 Sturmovik: Birds of Prey - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connecté, 41 209 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

IL-2 Sturmovik : Birds of Prey



Editeur
1C Company
Distributeur
505 Games
Genre
Simulation
Statut
Disponible
Date de sortie
  04.09.2009
  08.09.2009
Nombre de joueurs
1 à 16
Online
- Contenus
- Jeu en ligne
- Classements
Classification PEGI
Thème
Aviation
Mémoire
4 Mo par sauvegarde
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
59,00 €

Véritable référence de la simulation de dogfights sur PC, IL-2 était sans aucun doute l’une des franchises les plus difficilement transposables sur consoles de salon. Pourtant, le studio Gaijin Entertainment et 505 Games, poussés par les résultats de ventes de plus en plus impressionnants des consoles de salon, ont décidé de tenter l’impossible. Reste alors à voir si cette transposition de l’une des meilleures séries de dogfights sur consoles est une réussite totale ou un rutilent échec.

Une bonne simulation




Depuis un petit moment, les amateurs de jeux de combats aériens ont largement de quoi se mettre sous la dent sur leur console. Il faut dire qu’entre le sympathique Heroes over Europe ou l’excellent Battlestations : Pacific, il y a largement de quoi passer de bons moments. Avec IL-2 Sturmovik: Birds of Prey, Gaijin Entertainment compte bien rajouter sa pierre à l’édifice en proposant une variante nettement plus réaliste et poussée que ses principaux concurrents. Et d’entrée de jeu, on se rend compte que les développeurs ont réalisé un travail d’orfèvre sur le gameplay. Non seulement le titre est parfaitement maniable au pad (même s’il est recommandé d’avoir un flight stick), mais en outre les sensations sont bel et bien là. Le soft nous immerge parfaitement dans les combats les plus impressionnants de la Seconde Guerre mondiale avec un dynamisme étonnant et une précision effarante.

Si IL 2 n’est pas la simulation ultime, la faute à l’utilisation de la manette, tout de même moins efficace qu’un stick de vol, il n’en demeure pas moins un très bon jeu de combats aériens offrant trois vues différentes : la vue extérieure, pratique pour se repérer et admirer le paysage, la vue cockpit pour l’immersion, et la vue à la première personne pour la précision, le tout avec des commandes modulables. Du côté de la difficulté, on passe également de tout à rien en tentant à tour de rôle le mode Arcade, très permissif et offrant des vies infinies, et le mode Réaliste, qui est comme son nom l’indique nettement moins sympathique avec le joueur… Au final, tous les amateurs du genre devraient y trouver leur compte sans trop de soucis. Cela dit, on aurait tout de même apprécié que certaines actions soient plus simples à réaliser, comme l’atterrissage, qui demande de nombreux essais avant d’être maîtrisé, ou plus simplement le rythme de jeu, qui est régulièrement entaché par des ralentissements nombreux et particulièrement gênants.

Avec quelques plumes en moins…




Pour le reste, le titre demeure archi classique dans son approche du genre. Le soft nous propose de participer à plusieurs « campagnes » composées de plusieurs missions prenant place dans des endroits variés comme le Royaume-Uni, la Sicile ou encore la Belgique. Archi-fidèle à l’histoire, IL 2 est une véritable mine d’or d’informations pour les historiens en herbe, supportée par des vidéos explicatives en français. Malheureusement, qui dit classicisme dit également austérité. Et en la matière, ses concepteurs auraient clairement dû prendre exemple sur d’autres productions… La mise en scène est tout simplement absente durant les combats, les débriefings sont particulièrement pénibles à endurer, les missions solo sont mal rythmées, mal architecturées et plutôt confuses et le soft présente un réel manque de finition au niveau de l’interface en général. En d’autres termes, même si la campagne solo se laisse parcourir, elle n’en demeure pas moins pénible à supporter sur la longueur, la faute à l’absence complète de talent chez les développeurs en ce qui concerne la mise en scène, complètement désuète dans ce jeu.

Quant à ceux qui auront tout de même le courage d’aller jusqu’au bout, sachez que le mode solo d’IL 2 n’est pas si long que ça étant donné que chaque mission se boucle rapidement et que l’aventure ne vous tiendra pas plus de cinq heures devant votre console. Reste alors un excellent mode multijoueur en ligne qui permet des affrontements jusqu’à 16, des bruitages d’une qualité exceptionnelle et une réalisation de qualité qui le classe en tête des jeux de dogfights les plus beaux. Il faut dire que les environnements ouverts qui s’étendent à perte de vue, couplés aux effets pyrotechniques dernier cri et aux nombreux petits détails visuels (traînées de fumées, huile qui coule des avions en feu…) assurent le spectacle. Malheureusement, ce n’est pas suffisant pour nous faire oublier les défauts de ce bon jeu de dogfights qui aurait clairement mérité une sortie à petit prix pour compenser sa maigre durée de vie.

Point complet
Rarement un jeu de combats aériens s’est avéré aussi profond, aussi complet et aussi beau sur consoles de salon. Avec IL-2 Sturmovik : Birds of Prey, le pari de proposer une simulation de combats aériens sur consoles semblait risqué, et pourtant les équipes de Gaijin Entertainment sont parvenues à réaliser l’impossible : offrir de réelles sensations de combat tout en proposant au joueur le choix entre arcade et réalisme. Il en résulte un très bon jeu de dogfights, qui mérite indubitablement votre attention, mais qui souffre également d’un nombre incalculable de petits défauts, parmi lesquels on retrouve des ralentissements parfois très gênants et malheureusement assez nombreux. Outre cela, on regrette l’absence de mise en scène et l’interface de jeu, bien trop austère, sans oublier le manque de diversité des missions solo, qui s’avèrent vite être inintéressantes sur un plan purement ludique.

On a adoré :
+ Réalisation de qualité
+ Gameplay aux petits oignons
+ Fidèle à l’Histoire
+ Un vrai multijoueur en ligne !
On n'a pas aimé :
- Des ralentissements
- La mise en scène, absente
- Trop austère
- Un manque de diversité


Consulter les commentaires Article publié le 02/11/2009 par Etienne F.


PUBLICITE
DERNIERES NEWS
LES FORUMS BOUGENT

 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2019