Test Harry Potter Kinect - jeux vidéo Xbox One

XBOX ONE GAMER
connect�, 41 308 membres  |  Se connecter  -  S'inscrire 
 
 

Harry Potter pour Kinect



Développeur
Eurocom
Genre
Aventure
Statut
Disponible
Date de sortie
  10.10.2012
Nombre de joueurs
1 à 2
Classification PEGI
Mémoire
3 Mo par sauvegarde
Résolutions gérées
720p, 1080i, 1080p
Son
Dolby Digital
Prix de lancement
39,00 €

Chaque film de la saga Harry Potter a eu droit à son adaptation vidéoludique‭ (‬avec plus ou moins de succès d'ailleurs...‭)‬.‭ ‬Seulement voilà,‭ ‬la série est maintenant finie,‭ ‬privant les développeurs d'une adaptation facile et régulière.‭ ‬Warner Bros. Interactive Entertainment étant décidé à exploiter la licence jusqu'à la moelle,‭ il a demandé à Eurocom‭ de développer Harry Potter Kinect,‭ ‬sorte de‭ "‬compilation‭" ‬proposant de revivre les sept années à Poudlard du jeune sorcier.‭ ‬Mais n'est-ce pas l'opus de trop‭ qui tente de récupérer un certain public grâce à Kinect ?

Magie, magie, résultat catastrophique




Le centre du jeu est le bureau de Dumbledore,‭ ‬bien reproduit,‭ ‬mais aux graphismes assez grossiers. On y trouve le Polynectar, qui permet de choisir quel personnage incarner : les « officiels » débloqués ou le scan du joueur. Si l'initiative est louable,‭ ‬le résultat est plutôt mitigé,‭ ‬avec une photo incrustée sur un visage‭ ‬au rendu plutôt inquiétant...‭ ‬Il vaut donc mieux se contenter des personnages déjà inclus.‭ Le choix des niveaux se fait dans la Pensine, par année. Chacune est découpée en trois à cinq activités. Autant dire que sans connaître les films/livres, le joueur aura un peu de mal à s’y retrouver, et ce ne sont pas les quelques lignes de résumé en début de chaque niveau qui vont aider. De même, il est difficile de se réjouir de la qualité des images tirées des films et incrustées en fond de résumé, leur résolution laissant fortement à désirer... Bon point, la navigation dans les menus se fait assez facilement. En revanche, on ne peut pas en dire autant de la précision dans les niveaux. La visée se révèle souvent désastreuse et rend certains passages très pénibles.

Les niveaux se veulent variés (duels, potion, poursuite, combats, esquive, quidditch…), mais sont au final affreusement répétitifs et fastidieux : il faut faire la même chose plusieurs fois de suite. La palme revient au labyrinthe du tournoi des trois sorciers, où l’on enchaîne cinq/six fois le même couloir vert et vide à esquiver des lianes... Quelques activités tirent un peu mieux leur épingle du jeu, comme certains « boss », mais cela reste insuffisant. D’autres niveaux sont absolument atroces à jouer, même en difficulté facile, en raison du manque de précision. Différents sorts sont disponibles et le joueur peut passer de l’un à l’autre en prononçant leur nom (la reconnaissance vocale s’en tire plutôt correctement), ou en plaçant ses bras d’une certaine façon (difficile, surtout en plein combat, de prendre la pose quelques secondes sans se faire canarder... A condition d’avoir retenu quelle pose correspond à quel sort, car ce n’est pas le minuscule schéma en bas d’écran qui permet de s’y retrouver !). ‭Visuellement, les niveaux sont souvent vides, avec des décors grossiers et des textures au rendu très moyen.

Les personnages sont quant à eux très inégaux, certains frisant le ridicule, comme Minerva McGonagall. Les doublages ne s’en sortent pas mieux, même si quelques voix officielles sont de la partie, avec une synchronisation labiale immonde. Les quelques petits bonus amusants, comme le Choixpeau poussant la chansonnette ou Fumsec tombant en cendres sous les caresses, ne rattrapent malheureusement pas la pauvreté générale du soft. Certes des Cours supplémentaires sont proposés (duel, esquive, potion et sortilège), mais comme il s’agit de copies des niveaux du mode Histoire, clonés en plusieurs exemplaires, on se garde bien de s’y frotter à nouveau... Pour les plus sadiques, il est possible d’entraîner un ami dans un traquenard en lui proposant une petite partie, mais l’écran splitté rend le jeu encore plus pénible, surtout pour le quidditch (réduit à suivre un rail lumineux pendant trois tours de stade, distribuer quelques coups, puis à tendre la main pour attraper le vif d’or...). L’épopée d’Harry Potter se boucle en trois à quatre heures maximum, avec la possibilité pour les plus courageux de viser les cinq étoiles pour chaque niveau ou de se frotter aux cours supplémentaires au cas bien improbable où ils n’en auraient pas eu assez.

Point complet
Des graphismes à la traîne, une histoire expédiée en quelques mini-jeux, un maniabilité à revoir et des niveaux très inégaux : de la simplicité la plus ridicule à la difficulté la plus frustrante en raison de la visée ratée... Encore une fois, Harry Potter subit un massacre en bonne et due forme, à grands coups de mini-jeux majoritairement barbants. Des activités supplémentaires copiées/collées des niveaux : au secours ! Le jeune sorcier méritait bien mieux pour ses adieux que cet ignoble Harry Potter Kinect !

On a adoré :
‭+ Quelques activités réussies
‭+ Le bureau de Dumbledore
‭+ Sorcier à son image...
On n'a pas aimé :
‭- Mais résultat qui fait peur !
‭- Scénario réduit à des mini-jeux
‭- Activités ultra répétitives
‭- Graphismes à la traîne
‭- Synchronisation à revoir
- Reconnaissance horrible
‭- Cours supplémentaires, clones des niveaux


Consulter les commentaires Article publié le 21/04/2013 par Julie B.



 
Xbox Gamer est un magazine online de jeux vidéo informant sur la console Xbox One et la Xbox 360 de Microsoft. Copyright XGN © 2002-2020